Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 17:25

In L'Humanité

 

Le 15 février, l'Assemblée Nationale a adopté le projet de loi dite «Grosperrin». Le gouvernement a choisi la voie législative «accélérée».

 

Un simple «référentiel» remplace le «cahier des charges» sur la formation des enseignant-e-s. Alors que ce dernier imposait des contraintes fortes sur la formation, le référentiel permet à chaque université, ou chaque officine privée, de proposer sa propre formation, en dehors d’un vrai cadre national équitable. L’État renonce encore à tout engagement précis de formation. En restreignant largement la formation théorique pour les futur-e-s enseignant-e-s, il s’agit d’une auto-formation «sur le tas» à peine guidée par un-e tuteur-trice.

 

Dans la continuité de la LRU, la loi permet à un président d'université et son CA de dissoudre l’IUFM de l’université, accentuant ainsi la concurrence entre les facs, et pire, la formation ne sera plus uniquement de la responsabilité des universités, donc des IUFM, et permet à une institution privée de l’assurer.

 


Le mouvement de grève lié à la masterisation dénonçait déjà une casse de la formation des enseignant-e-s. Les IUFM sont réduits à l’état de coquilles vides et la formation des enseignants est livrée à la concurrence entre établissements et secteur privé. Tout ceci ouvrant fatalement la porte au recours à des officines privées très onéreuses, les étudiant-e-s issu-e-s des couches sociales les moins favorisées seraient particulièrement pénalisé-e-s. Enfin, on remarque là une occasion de plus d’opérer une drastique réduction des coûts sous couvert d'austérité.

 

La fédération SUD étudiant y voit la poursuite du processus de privatisation et de démolition du service public d’enseignement supérieur et de recherche contre lequel les étudiant-e-s luttent depuis plus de dix ans et exige l’abrogation de cette loi.

 

La fédération SUD étudiant tient à rappeler ses exigences quant aux conditions de concours et de formation :

- allègement de l'emploi du temps et interdiction du contrôle de l'assiduité.

- suppression de l'épreuve "Agir en fonctionnaire de l'Etat" et des cours associés.

- les stages pratiques ne doivent pas être obligatoires pour la validation du master et pendant la préparation aux concours.

- un véritable service public d’éducation passe par un meilleur taux d’encadrement des élèves, donc création massive de postes d’enseignants supplémentaires, ouverts aux concours.

- après le concours, nous exigeons une ou deux année(s) de formation rémunérée pour les admis, ainsi qu'une réelle formation continue tout au long de la carrière d'enseignant.

-l'accès au concours doit être ouvert aux étudiant-e-s de L3.

-les stages entreraient dans le cadre de la formation de 2 ans après l'admission (rémunéré puisque fonctionnaire stagiaire), permettant aux nouveaux enseignant-e-s d'entrer progressivement dans le métier.

- les étudiants doivent obtenir une réelle autonomie financière, prise en charge collectivement par la société, sous la forme d’un salaire étudiant socialisé (dès l'entrée en licence).

 

Fédération SUD Étudiant

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans IUFM et formation
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 07:40

In Café Pédagogique

 

 

 

Au fur et à mesure que se tiennent les CDEN, le mécontentement monte devant les suppressions de postes. Les rectorats rendent leurs verdicts, les 14 000 suppressions de postes annoncées pour 2012 se concrétisent. La presse quotidienne régionale rend compte des mouvements locaux de protestation qui accueillent les fermetures de classe et les  coups portés aux Rased. Parents, élus, enseignants ne se mobilisent un peu partout, les petites rivières locales deviendront elles un fleuve tumultueux ?

 

« La richesse de demain, c’est nos gamins. ». Les parents d’élèves étaient dans la rue à Angers le mercredi 7 mars pour protester contre les 60 postes en moins à la rentrée 2012 dans le département du Maine et Loire. A Carcassonne, la mobilisation des élus, des enseignants et des parents du lycée Jules Fil a payé : le BTS CPI est sauvé. Le lycée Paul Sabatier prend aujourd’hui le relais pour protester contre la fermeture d’une classe de seconde malgré la huasse prévisible des effectifs. Dans la Loire, la mobilisation contre la proposition de carte scolaire se renforce. Les parents d’élèves du Pontin à Roche-la-Molière occupent l’école depuis le 5 mars, ceux de l'école de Saint-Georges-Haute-Ville ont manifesté le 7 mars à Montbrison. Le regroupement pédagogique Le Mesnil-Guillaume  près de Lisieux devrait perdre une classe à la rentrée. Cette menace, les parents ne l’acceptent pas car la suppression se traduira sans doute par des classes surchargées et à terme une école du regroupement supprimée « et donc la mort potentielle d'un village. ». vendredi  2 mars, les parents ont exprimé leur opposition lors du conseil d’école et édité un fascicule pour informer la population.

 

A Verfeil, en Haute Garonne, la FCPE a organisé une nuit de l’école. La disparition de 75 postes de Rased dans le département était au cœur des préoccupations et des débats. Mardi sept mars, une centaine de membres du collectif pour la défense de l’école a été reçu par le recteur d’académie à Ajaccio. Les actions se multiplient en Corse. Parmi elles, Murato était village mort mardi durant une heure. Les enseignants et les parents d’élèves du collège Albert Camus du Plessis Trévise dans le Val de Marne organise une opération « portes closes » le jeudi 8 mars. Classes surchargées, journées à rallonge pour permettre à tous de manger à la cantine, les conditions d’apprentissage dégradées risquent de ne pas s’améliorer à la rentrée. Les enseignants du collège Henri Sellier de Suresnes dans les Hauts de Seine se mobilisent le jeudi 8 mars pour la section de Segpa sous la menace d’une suppression de poste. A Villedieu les Poêles, les parents et les enseignants ont organisé un grand pique-nique protestataire le 5 mars

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 15:16

 In Blog de Jean Rumain

 

 

 

Rappel : le ministère de l'éducation nationale a décidé de fermer la moitié des centres de formation de psychologues scolaires (Lille, Grenoble, Aix-Marseille).

 

 Sans doute estime-t-il que ces membres des RASED sont devenus inutiles...Inutiles pour les élèves en difficultés (scolaires ou non), inutiles pour les familles, inutiles pour les équipes d'enseignant(e)s, inutiles pour les partenaires de l'école, inutiles pour aider à l'estime de soi des élèves...Sans doute estime-t-il qu'il suffit d'éradiquer les RASED pour mettre fin à l'échec scolaire...Sans doute estime-t-il que les résultats aux évaluations sont les seuls éléments de la personnalité d'un individu..Sans doute estime-t-il qu'un(e) psychologue scolaire n'est là que pour fournir des QI...Sans doute estime-t-il qu'il n'est pas productif d'accompagner les élèves...Sans doute estime-t-il qu'un élève ne s'inscrit pas dans une globalité qui prend en compte sa famille, ses doutes, le regard porté sur lui...Sans doute estime-t-il que l'école est devenue un lieu d'épanouissement depuis 2007...

 

Ainsi, un certain nombre d'organisations s'insurgent contre ces fermetures des centres de formation pour psychologues scolaires, et, de manière générale, contre l'extinction des RASED.

Le GFEN (Groupe Français d'Education Nouvelle) les a rejointes aujourd'hui et s'associe à la pétition ci-dessous :

 

Collectif-Rased-62x-copie6sud educ 59 62CNT 59 62cgt educ

AME 62snuipp 62 bisse unsalogo_gfen.jpg

 

 

Ci-dessus, les 1° organisations signataires à ce jour  (par ordre chronologique)

Non à la fermeture des centres de formation pour les psychologues scolaires !!!

Après les (dé)mesures de carte scolaire, après le démantèlement des RASED nous apprenons maintenant que le ministère de l'Education Nationale signe la mise à mort des psychologues scolaires.

Cette mise à mort se fait de manière très insidieuse, sans annonce officielle, pour cela, il suffit au ministère de fermer certains centres de formation :

Lille, Aix-Marseille, Grenoble, soit 50 % des centres actuels !!!

Les responsables des centres ainsi sacrifiés  n'ont même pas été informé(e)s et se sont trouvé(e)s sous le fait accompli !!!

Par cette volonté (pas même affichée) de démanteler l'aide aux élèves en difficulté le ministère montre une fois de plus sa volonté de détruire l'école publique pour toutes et tous !!!

Alors que le besoin de psychologues scolaires (et de l’ensemble des RASED) se fait de plus en plus criant sur le terrain, le ministère poursuit sa politique aveugle de casse de l’école publique.

 

Nous refusons la fermeture des centres de formation de Lille, Grenoble et Aix-Marseille.

Nous exigeons au contraire le développement de la formation des psychologues scolaires (et des maîtres spécialisés).

 

Signer la pétition en ligne

 

 

 - Important : Votre nom (de famille) n'apparaît pas sur la liste des signataires. Si vous souhaitez qu'il le soit, ajoutez-le dans la rubrique Prénom.

- Merci de diffuser, et diffuser, et...diffuser

- Autres organisation signataires bienvennues...

 

tout est politique détail 5

luter plus
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Pétitions
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 10:15

poli0

In Médiapart

 

 
Où commence la légitime défense ? Quand l’usage de la force devient-il disproportionné ? Quel type de responsabilité suppose le port d’une arme ? Les manifestants sont-ils des émeutiers ? Le procès qui s’est ouvert mardi 6 mars au tribunal correctionnel de Nantes et dans lequel un policier est mis en cause pour avoir tiré sur un manifestant et l’avoir blessé au visage au point de lui faire perdre la vue d’un œil soulève de multiples questions d’intérêt public. Il révèle surtout l’utilisation dévoyée des flashballs qui risque d'être faite au quotidien par les forces de l’ordre.
 

À la barre, Mathieu Léglise, toujours policier en poste à Nantes, toujours muni de son port d’arme de service. Il est affecté à la compagnie d’intervention départementale (CDI) lorsqu’il est appelé à intervenir au cours d’une opération de « maintien de l’ordre » dans une manifestation contre la loi sur les universités le 27 novembre 2007.

Il est alors chargé d’expérimenter une nouvelle arme, le LBD 40×46, le « lanceur de balles de défense », sorte de flashball nouvelle génération, à viseur, à portée plus longue, plus précis et plus puissant que son prédécesseur. Quelques jours auparavant, Nicolas Sarkozy vient d’en faire la publicité au chevet d’un policier blessé à Villiers-le-Bel dans les émeutes qui ont suivi la mort de deux adolescents.

 

Au tribunal correctionnel de Nantes.

Mathieu Léglise est aujourd’hui poursuivi pour «violence aggravée par deux circonstances suivies d’incapacité supérieure à huit jours». Face à lui, Pierre Douillard, âgé de 16 ans au moment des faits. À la suite d’un tir, il a perdu définitivement l’usage de son œil droit. Il reconnaît le prévenu comme le tireur.

 

De 9 heures du matin à 18 heures 30, la salle d’audience est pleine à craquer et la tension palpable. Policiers et militants contre les violences policières occupent les bancs. «En dehors de cette enceinte, je doute qu’il puisse y avoir des débats sereins», se targue le président de la 6e chambre, Bruno Sansen. De fait, les procès mettant en cause des policiers sont rares, ceux concernant les flashballs encore plus, ce qui rend la session déterminante.

 

Avant de déplier la chronologie, le magistrat fait part de son étonnement à propos de l’issue de la manifestation du 27 novembre puisque, en plus de Pierre, au moins deux autres jeunes sont touchés à la tête. «C’est inhabituel tant de blessures au visage», insiste-t-il. Plus tard : «C’est un fait rarissime de se retrouver dans une manifestation lycéenne et étudiante avec trois ambulances.»

 

Le mouvement du cortège ne fait pas l’objet de contestation. En fin d’après-midi, des manifestants entrent dans l’enceinte du rectorat en vue d’occuper le parc. La hiérarchie policière ordonne d’évacuer les lieux. Pas moins de trois corps de forces de l’ordre prennent position : la CDI, mais aussi la brigade anti-criminalité (Bac) et les gendarmes mobiles, qui chargent frontalement, repoussant les jeunes vers la sortie.

À deux reprises «avérées», des agents font usage de leur arme. Quand Mathieu Léglise tire, il est à l’intérieur du rectorat, les manifestants sont à l’extérieur. Les grilles sont-elles refermées ? Le travail de contre-expertise produit au procès par un ami de la famille du plaignant montre que oui, mais ce point est mis en doute par la défense. En revanche, personne ne conteste que Pierre a été grièvement blessé. Une vidéo prise par une manifestante le montre étendu par terre.

«C’est pas cette personne que j’ai tiré !»

À l’audience, le policier reconnaît avoir tiré avec son arme mais, d’un coup, il affirme ne pas reconnaître Pierre comme sa «cible» selon ses propres termes. «C’est pas cette personne que j’ai tirée!», répète-t-il. «Tout le monde reconnaît que la blessure est due au LBD 40x46», indique pourtant le président. Et ce jour-là, l’autre policier-tireur était muni d’un flashball classique. La stratégie de la défense vise à brouiller les pistes. Des tireurs, certes, des blessés, aussi, mais plus de victimes.

 

Qui, alors, aurait tiré? «Cela pourrait correspondre à un bon coup de poing», tente l’avocat du prévenu, Laurent-Franck Liénard en référence à la description de l’arme par son fabriquant. «Un coup de poing avec un gant de boxe, alors!», l’interrompt le président, qui paraît surpris de ce revirement. L’avocate des parties civiles, Catherine Glon, l’est elle aussi, d’autant qu’elle avait prévu de centrer sa plaidoirie sur la légitime défense.

De même que les conclusions de l’instruction, le rapport de l’IGPN, la police des polices, en date du 14 avril 2008, est sans ambiguïté, rappelle-t-elle lors d’une suspension d’audience. «L’endroit de la blessure, le signalement de Monsieur Léglise, seul fonctionnaire en uniforme et casqué portant une cagoule, et son positionnement confortent son lien avec la blessure de Pierre D.», cite-t-elle mot pour mot. «En quatre ans d’instruction, jamais ils n’ont cherché à contester les faits reprochés. Et maintenant, ils nous disent que ce n’est pas lui!», proteste-t-elle.

Cette situation n’empêche pas le débat sur la légitime défense d’avoir lieu et, avec lui, celui sur les conditions d’usage de l’arme. Interrogé sur son habilitation à se servir du LBD 40x46, le policier évoque une formation des plus rudimentaires. Quelques tirs de cartouches, des notions sur l’angle mort ou des «actions en descente de véhicule». Guère plus. Et, à la fin, «on a reçu le livret d’utilisateur qui reprenait tout ce qui avait été abordé».

Le policier prévenu en salle d'audience.

Qu’a-t-il retenu du cadre légal d’utilisation? «Pas à moins de 10 mètres et faire attention à la personne qu’on vise, ça peut être des personnes âgées ou des femmes enceintes.»

Et les mineurs? «On ne nous a rien dit là-dessus.» Et les «cibles» mouvantes? «Non, on ne s’est entraînés que sur des cibles fixes.»

«Il faut éviter de viser les parties génitales et au-dessus du thorax», se remémore-t-il aussi, alors que les instructions interdisent catégoriquement ces zones.

Quant au but visé, voici ce qu’il garde en mémoire, oubliant que la légitime défense est le motif d’utilisation quasi exclusif: «Les LBD servent à atteindre des personnes qui lancent des projectiles, du caillou au cocktail molotov, pour les neutraliser.»

«L’usage en réaction à un jet de projectile vous paraît proportionné?», demande le juge. «Oui, c’est ce qu’on nous dit», répond le prévenu, ajoutant: «L’alternative, c’est l’arme de service. Contre des fusils de chasse, même le LBD n’est pas adapté. On doit imaginer une riposte à la hauteur de ce qu’on a en face.»

 

La suite...
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 09:56

Le collectif "Ensemble pour un grand service public d'éducation" (91) propose ce texte sur le métier d'une enseignante Rased au quotidien.

 

 07-03-2012-10-04-05.jpg

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 09:28

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 22:10

 

 

Ce jeudi 8 mars le collège Courbet sera en grève. 100 % des enseignanst et personnels de vie scolaire seront grévistes et occuperont le collège. Nous avons invité les parents et les élus à venir nous soutenir. Si vous n'avez pas cours, nous serions heureux de vous accueillir au collège pour échanger à partir de 9h30

 

 

Communiqué des personnels du Collège Courbet à Trappes

 

Il y a quelques semaines, le Collège Courbet de Trappes devenait célèbre grâce au documentaire de Canal Plus « L'entrée des Trappistes » qui retraçait le parcours de Jamel Debbouze et Omar Sy entre autres. Cependant, la situation du collège 20 ans après leur passage n'est pas aussi rayonnante que leur carrière.

 

Notre ambition est de faire réussir nos élèves dans la culture, le sport mais aussi dans d’autres domaines.

 

Les personnels du Collège Courbet ont appris il y un mois que l’Éducation nationale fermait 4 classes au Collège Courbet de Trappes à la rentrée 2012 (nous passons de 20 à 16 classes). Cette baisse de moyens (90 heures d'enseignement par semaine en moins l'année prochaine) nous obligera à charger les effectifs des classes à la rentrée prochaine.

 

Nous perdons l'option de découverte professionnelle en classe de 3ème qui permet aux élèves de préparer leur orientation vers la voie professionnelle. Qu'on ne vienne plus désormais nous parler des problèmes d'orientation dans l’Education nationale !

 

Les suppressions de postes vont amener 4 à 5 collègues à nous quitter alors que la stabilisation des équipes enseignantes en ZEP apparaît primordiale.

 

La politique aveugle de suppressions de postes a des applications concrètes que les adultes et les élèves du collège devront assumer. Les conditions d'exercice du métier et les conditions d'apprentissage se dégradent malgré le volontarisme des enseignants qui passent déjà largement 26 heures par semaine dans les locaux du collège pour écouter, aider, encadrer les élèves et rencontrer les familles.

 

Tous les ans notre collège perd une grande quantité de moyens supérieure à la baisse démographique. La volonté du ministère est-elle de fermer les collèges à taille humaine pour concentrer les élèves dans des collèges bondés afin de faire des économies ?

 

Nous craignons que l'avenir du Collège Courbet soit menacé à terme.

 

Pour cela, après un entretien avec l'inspection académique qui n'a rien donné, nous en appelons au recteur d'académie qui doit nous donner les moyens d'assurer correctement la rentrée 2012. Nos élèves ne doivent pas être les victimes de la politique mortifère de dégradation du service public d'éducation. L’Éducation n'est pas une charge mais un investissement d'avenir pour notre pays.

Nous souhaitons affirmer cette idée à l’heure où la questi

on de l’Education ne nous semble pas être une thématique prioritaire de la campagne électorale.

 

Ce jeudi 8 mars, les personnels du collège Courbet seront en grève et occuperont le collège. Nous invitons les parents, les élus et les médias à nous rencontrer.

 

Un collège sans élève une journée, pour qu'il ne le soit plus jamais !

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Local
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 19:07

Construisons l’école de l’égalité !
12 propositions pour refonder une politique nationale d’éducation

 

Depuis plusieurs années déjà, et notamment depuis la loi Fillon de 2005, les attaques contre l’école maternelle et primaire, le collège, le lycée et les universités, contre les enseignants et les postes, sont nombreuses et récurrentes. En  les multipliant et en accélérant le rythme, la politique de Nicolas Sarkozy a réussi, en quatre ans et demi, à mettre à terre le service public d’éducation. Par les membres du Front de gauche pour l'Éducation.

 

Rappelons là certaines mesures prises depuis 2007 : remise en cause de la scolarité des 2-3 ans avec la mise en place de jardins d’éveil à la charge des collectivités et des contribuables ; réduction drastique des subventions aux associations d’éducation populaire et aux mouvements d’éducation nouvelle ; criminalisation du traitement de la violence à l’école et plus généralement de la jeunesse ; réduction de l’éducation prioritaire à un repérage des « élèves à risque » ;  fichage des élèves et dénaturation de la statistique scolaire ; sabordage de la formation des enseignants ; renforcement de l’autonomie et de la concurrence des établissements scolaires sur le modèle du management néo-libéral ; dérégulation de la carte scolaire, privilèges et préférences donnés à l'enseignement privé ; attaques contre le savoir et la pédagogie, suppressions de postes, développement de la précarité …

 

Sans être exhaustive cette liste illustre de façon accablante la régression considérable et brutale de notre système éducatif. Comme si la coupe n’était pas encore assez pleine, l’UMP propose encore récemment une réhabilitation des filières au collège dans l'unique but de renforcer les logiques ségrégatives et de développer les sorties précoces du système éducatif nous ramenant quelques trois décennies en arrière. Preuve que, sans un coup d’arrêt net à cette politique destructrice de la droite en 2012, d’autres phases de régression sont encore devant nous, comme en témoigne le projet d’évaluation des enseignants portant atteinte à leur professionnalité et instituant un arbitraire et une mise en concurrence des individus.

 

Cette politique nous devons la combattre parce qu’elle est injuste, cynique, inefficace et opposée en tous points aux valeurs de justice, de progrès et de libertés défendues par le Front de gauche, par de nombreuses organisations  et par de très nombreux concitoyens. Notre projet rejoint en effet les mobilisations citoyennes et professionnelles qui ont vu le jour sur tout le territoire, pour dire non à cette politique, sans jamais avoir été entendues. Jamais la population n’a marqué un tel rejet car c’est bien la mort du service public d’éducation qui est en jeu. Personne n’est dupe, l’école de la droite c’est celle du chacun pour soi, de l’égoïsme, de la loi du plus fort et du plus riche, écartant une grande partie de la population scolaire du droit à l'éducation et à la poursuite d'études.

 

Elle tourne non seulement le dos aux aspirations de la population, mais également à tous les acquis des chercheurs et des pédagogues. Le rôle de la scolarisation en maternelle dans la prévention de l’échec scolaire est incontestable. Une école plus égalitaire  nécessite aujourd'hui de relancer une éducation prioritaire qui soit soutenue par des moyens d’une toute autre ampleur que ces dernières années et qui affirme la capacité de tous les élèves à réussir. Les systèmes scolaires les plus démocratiques sont ceux qui s’abstiennent de toute mise en concurrence des écoles et des familles, qui bannissent le libre choix de l’école, qui misent sur la formation des enseignants et surtout qui investissent dans l’éducation : bref l’inverse de la politique actuelle !

 

Contre les orientations prises depuis 2007 les rappels à l’ordre ont été nombreux. Les chercheurs ont analysé les effets délétères des mesures prises : l’aggravation de la ghettoïsation scolaire et de la fragmentation de l’école sont les préludes  à un véritable séisme social. De nombreux rapports provenant des organismes d’État (Cours des comptes, Inspection générale) ont tiré à plusieurs reprises le signal d’alarme, en vain. Les organisations internationales ont également pointé les excès d’élitisme, le désengagement de l’État et l’accroissement inconsidéré des inégalités. La France apparaît en effet aujourd’hui aux yeux du monde comme l’un des pays les plus inégalitaires en matière de scolarité obligatoire. Jamais donc une politique dite éducative n’a fait à ce point l’unanimité contre elle et suscité autant d’indignation collective. L’UMP et le gouvernement actuel peuvent-ils avoir raison contre les concitoyens, la communauté éducative et  la communauté scientifique ?

 

Face à ces constats le Front de gauche ne se contente pas de dénoncer : il propose un projet éducatif à la hauteur de la situation, et non un aménagement de l’existant. Le Front de gauche refuse de penser sa politique éducative dans le cadre du budget contraint érigé en dogme par les politiques d’austérité. Son projet  ne résulte pas d’une quelconque « convention-spectacle » ou d’une commission fermée réservée à quelques technocrates ; il résulte d’une réflexion menée avec la population elle-même, au cours des assemblées citoyennes, avec les enseignants, les chercheurs, les mouvements pédagogiques et les réseaux divers. Le projet se veut ouvert et non figé et construit autour d’une idée centrale : l’école de l’égalité. Trop souvent galvaudé et instrumentalisé, ce terme doit retrouver à présent tout son sens.

 

L’école de l’égalité c’est avant tout une école humaniste et progressiste, laïque, indépendante des logiques de marché et de l’utilitarisme économique. C’est une école qui renoue avec la culture, la connaissance et les idéaux collectifs. Elle permet à tous les élèves, scolarisés de 3 à 18 ans,  d’acquérir  une culture commune, une qualification reconnue et de s’émanciper.  C’est une école où pas un jeune ne sort sans une qualification.

C’est une école qui affirme la capacité de tous les élèves à apprendre et réussir, et  la place au centre des politiques éducatives et pédagogiques. Elle donne les moyens à toutes et tous de trouver sa place.  Cette école est résolue à prendre le parti d’une réduction des inégalités et qui abroge les logiques de concurrence et de management en cours.

 


C’est une école qui cesse de considérer ses personnels comme un fardeau, mais qui, récusant toute forme d’autoritarisme et s’appuyant sur des professionnels respectés et revalorisés, dotés des moyens de bien faire leur travail, redonne aux enseignants, à tous les personnels éducatifs, aux parents d’élèves  et aux jeunes toute leur place et toute leur légitimité. C’est enfin une école qui traitera de l’urgence absolue de la refonte totale de la formation des enseignants et qui enrayera le cercle vicieux de la désaffection de la profession enseignante produite de toute pièce par le pouvoir actuel.

 

L’école de l’égalité s’inscrit dans le projet global du Front de Gauche et nécessite des ruptures radicales avec l’ordre établi.

 

Ce projet nécessite une mobilisation de toutes les forces de notre société à la fois pour en débattre, en préciser les grands axes et agir pour les faire aboutir. C'est un instrument essentiel pour répondre aux attentes et aux besoins et contribuer à construire une autre société.

 

Construisons l'école de l'égalité ! 12 propositions pour refonder une politique nationale d'éducation.

 

1. Tous capables ! Parce que les différences entre les élèves ne sont pas naturelles mais socialement construites, que l’échec scolaire n’est pas une fatalité, l’affirmation de la capacité de tous les élèves à entrer dans les apprentissages scolaires est au fondement du projet éducatif.

 

2. L'urgence: un plan de lutte contre les inégalités. L’égalité scolaire implique la gratuité réelle des études pour tous. Des critères nationaux devront être (re)pensés et mis en œuvre pour mettre en place l'école de l'égalité quelles que soient les ressources des collectivités locales. Ainsi, les fonds sociaux et d'aide à la restauration seront rétablis à la hauteur des besoins. Des postes d'assistants sociaux scolaires seront créés. Nous mettrons en place des observatoires des inégalités rassemblant dans les territoires des élus, des parents, l’ensemble des personnels de l’éducation nationale et des élèves à partir du collège ainsi que des personnalités associées.
 
3. Un service public d'éducation national, pour garantir un même accès à l'éducation sur tout le territoire en éradiquant les logiques de concurrence qui sabordent notre système éducatif. Nous en finirons avec les politique d'autonomie libérale et mettrons un terme à la politique ségrégative de Nicolas Sarkozy en matière de carte scolaire en faisant primer l'intérêt général. Une  sectorisation repensée sera mise en place fondée sur de nouveaux redécoupages, fidèle aux réalités locales, concertée avec tous les acteurs des territoires et encadrée par des observations locaux de la mixité sociale.
 
4. À formation commune, qualification égale. Nous garantirons le droit à une qualification égale pour ceux qui ont suivi une même formation : défense du cadre national des diplômes, validation de toutes les années d’étude dans les conventions collectives.

 

5. Construire une culture commune ambitieuse. Le commun est porté par des valeurs laïques, les mêmes contenus de savoirs pour tous et par les modalités d’apprentissages, qui privilégient l’apprendre ensemble, l’exercice de la pensée et l’autonomie intellectuelle. Les mêmes programmes doivent être enseignés à tous jusqu'à la fin du collège pour que l'orientation dans les différentes voies du lycée, générale, professionnelle ou technologique, soit un vrai choix. Nous développerons les passerelles entre les voies. L'investissement de l'État dans l'enseignement professionnel sera augmenté de 50 % pour que les enseignements techniques professionnels et généraux soient d'égale qualité. Parce qu'il faut du temps pour apprendre à tous des savoirs plus complexes, la scolarité obligatoire sera portée à 18 ans.
 
6. Défendre et transformer l'école maternelle. L’école maternelle sera obligatoire à partir de 3 ans, accessible dès 2 ans pour les familles qui le souhaitent. Réduction des effectifs et refonte des programmes permettront à tous les enfants, en particulier ceux issus des classes populaires, de devenir élèves.
 
7. Refonder l'école sur le modèle de l'élève qui n'a que l'école pour apprendre. Les programmes et l'ensemble de l'école devront être refondés sur le modèle de l'élève qui n'a que l'école pour apprendre les savoirs scolaires afin de réduire l’échec scolaire, de donner à tous les clefs pour entrer dans les apprentissages scolaires, s’émanciper, et ce sur tous les champs de la connaissance. Le service public d'éducation nationale devra prendre en charge tous les apprentissages nécessaires pour réussir à l'école : il faut en finir avec la délégation aux familles, aux collectivités locales ou aux cours privés. L'école doit se faire à l'école.

 

8. Redonner sens au métier d’enseignant est une priorité. Une nouvelle réforme de la formation des enseignants articulera formation de haut niveau dans la ou les disciplines à enseigner, formation professionnelle et ouverture à la recherche et s'appuiera sur des pré-recrutements. Nous soutiendrons la relance de la recherche en éducation, la formation continue et la création de temps d’échanges pédagogiques, de réflexion et d’élaboration dans les établissements. Nous renégocierons les règles de gestion pour en supprimer tout arbitraire. Le statut de fonctionnaire d'État, garantie de la liberté pédagogique et de l'égale qualité du service public sur tout le territoire, sera renforcé. Il ne saurait être question d'accroître la charge de travail des enseignants ou de diversifier leurs tâches.

 

9. Tous les parents ont leur place à l'école. Nous créerons un statut de représentant de parents d’élèves pour permettre à tous les parents de participer à la vie des établissements. Des temps et des lieux aménagés pour les rencontres avec l’équipe éducative devront être mis en place.

 

10. Associations éducatives et pédagogiques laïques partenaires de l'école publique (associations complémentaires de l'école, mouvements pédagogiques et d'éducation populaire). Ces associations ont toujours agi avec, dans et autour de l’école. Elles contribuent à la promouvoir, à la rendre plus démocratique et font vivre les valeurs de laïcité et d’éducabilité de tous. Nous proposons de pérenniser leurs financements et promouvoir leur action.

 

11. La politique d'éducation doit aussi s'adresser aux jeunes en voie de délinquance ou de déscolarisation. Nous privilégierons la prévention et nous abolirons les lois sécuritaires dérogeant aux principes de l’ordonnance de 1945. Nous travaillerons à la protection des jeunes en créant des structures d’accueil et en formant des personnels éducatifs et judiciaires. Les collectivités locales doivent retrouver les moyens pour aider les travailleurs sociaux et les familles qui demandent l'aide éducative à domicile pour les mineurs comme pour les jeunes majeurs.

 

12. Dépenser pour l'école, c'est investir dans l'avenir. Nous stopperons les suppressions de postes et engagerons un plan de recrutement dans l'Éducation nationale sous statut de la Fonction publique d’État rétablissant, notamment, tous les postes supprimés depuis 2007. Dans l'immédiat, nous proposons de porter la part du budget de l’état consacré à l’éducation de 5,6% à 7% du PIB.

 

Le Front de Gauche pour l’Education

Membres du groupe "Le Front de Gauche pour l’Education" :
Gérard Aschiéri, syndicaliste
Nicole Sergent, syndicaliste
Pierre Marsaleix, syndicaliste
Christine Passerieux, militante pédagogique
Choukri Benayed, sociologue
Bertrand Geay, sociologue
Stéphane Bonnéry, sociologue
Marine Roussillon, PCF
François Cocq, PG
Magali Escot, PG
José Tovar, FASE
Pascal Langlois, République et Socialisme

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 18:38

In L'Humanité

 

 

 

Gérard  Aschieri, responsable du collectif éducation au conseil de campagne du Front de gauche, dénonce une mesure de diversion pour éviter la question du nombre de personnels.

 

Comment réagissez-vous à la proposition sarkozyste d’allongement du temps de présence des enseignants au sein des établissements scolaires ?

Gérard Aschieri. Il s’agit d’une mesure de diversion pour éviter d’affronter la question du nombre de personnels suffisant pour encadrer les élèves. Cet encadrement est le fait d’équipes pluriprofessionnelles, faites de conseillers principaux d’éducation, de conseillers d’orientation psychologues, d’infirmières, de surveillants, etc. Ce que nous propose Nicolas Sarkozy n’est rien d’autre que d’alourdir la charge de travail des enseignants, pour les rendre encore plus polyvalents au détriment de leur métier. Le prof bon à tout faire est un non-sens. Cela revient à pointer du doigt les enseignants en laissant entendre à l’opinion qu’ils seraient des bons à rien, des paresseux, alors que la réalité est tout autre : les enseignants travaillent beaucoup, près de quarante heures par semaine dans le second degré, et ce n’est pas en chargeant encore la barque qu’on va résoudre les problèmes à l’école. Cela serait possible si on leur donnait le temps et les moyens de mieux exercer leur métier, de se former, 
de travailler en équipe, de se concerter, etc. Cela rejoint la proposition du Front de gauche pour « l’école de l’égalité », qui propose de redonner son sens au métier d’enseignant, d’assurer sa liberté pédagogique, de ne pas alourdir
 la tâche, et de mieux le former.

 

Le discours de Sarkozy fait aussi 
la part belle au retour à l’autorité du maître contre l’élève placé au « centre » de l’école…

Gérard Aschieri. Cette vision 
relève d’une fable. L’autorité, 
pour le candidat de la droite se résume à brandir un gros bâton et se faire respecter par le rapport de forces. En matière d’enseignement, 
ça ne marche pas. Pour faire preuve d’autorité, et il en faut, il est nécessaire que 
les enseignants se sentent soutenus face à leurs difficultés avec des élèves. Les sanctions sont utiles en cas de problèmes, mais il y a surtout besoin de formation, de temps pour travailler collectivement. Tout 
ce que Nicolas Sarkozy a démantelé depuis cinq ans.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 18:22

 

In Le Monde

 

Une matinée à Villeneuve-la-Garenne ? Privilège de candidat à la présidence ! C’est en effet dans ce département – fief du sarkozysme – que le candidat socialiste a choisi, mardi matin 6 mars, de rappeler ses priorités éducatives et de réagir aux propositions du chef de l’Etat faites la semaine dernière sur l’école.

 

A l’annonce d’une augmentation de 500 euros pour les enseignants de collège, faite par Nicolas Sarkozy (à condition qu’ils acceptent de travailler 26 heures hebdomadaires), le candidat socialiste a répondu par ses quatre priorités, certes, mais aussi par une légère ouverture sur le terrain de la feuille de paye.

Interrogé en marge d’une table ronde avec des enseignants du collège Henri Matisse, François Hollande a déclaré au Monde être "très conscient que les enseignants français gagnent moins que dans une partie des pays de l’OCDE. Mais je ne veux pas faire des promesses que je ne pourrai pas tenir. Le budget est très contraint. En revanche, si les marges de manœuvre le permettent, ce sujet pourra être abordé dans le cadre de la discussion ouverte avec les acteurs de l’école", a-t-il ajouté.

 

Statut de 1950. Quand Nicolas Sarkozy propose les 500 euros contre l’abandon du statut de 1950, qui définit le métier d’enseignant par les heures de cours, le candidat socialiste a rappelé qu’il "ne souhaitait pas changer le statut de 1950". Une déclaration prolongée par Bruno Julliard, son conseiller sur l’enseignement scolaire. Au yeux de ce dernier, "il y a bien d’autres moyens de prendre en compte des missions autres que les heures de cours sans pour autant changer un statut".

Les enseignants du collège Henri Matisse, classé en zone d’éducation prioritaire et en zone de prévention violence, avaient invité le candidat PS – le seul présidentiable à avoir répondu – à venir observer in situ ce que la baisse des moyens en matière d’éducation signifie concrètement dans un établissement pas vraiment favorisé.

Ils ont raconté comment leur collège où près d’un enfant sur deux est issu d’un milieu défavorisé contre un sur vingt seulement d’un milieu favorisé, va perdre 33 heures d’enseignement à la rentrée prochaine. L’équipe enseignante va voir partir en fumée tous les dispositifs pédagogiques qu’elle mettait en place depuis quelques années pour tenter d’améliorer le très faible taux de réussite au diplôme national du brevet. En juin 2011, les collégiens de Henri Matisse ne sont que 58 % à avoir décroché ce diplôme que 86 % des élèves du département obtiennent.

 

"Atteindre l'excellence". François Hollande leur a rappelé sa volonté de mettre l’accent sur les classes charnières. La classe de 6e, qui marque l’entrée au collège est en effet jugée comme un moment les plus difficiles d’une scolarité. Surtout pour des élèves fragiles. François Hollande propose de mettre "plus de moyens, plus de ressources, plus d’enseignants dans les zones défavorisées. Car mon objectif n’est pas seulement de lutter contre l’échec. C’est aussi de permettre aux enfants d’atteindre l’excellence", a-t-il rappelé.

Un discours qui là encore répond au candidat sarkozy. Ce dernier avait choisi de visiter l’internat d’excellence de Montpellier avant de prononcer son discours sur l’école, mardi 28 février. Or l’internat d’excellence c’est une somme d’argent conséquente consacrée à à peine plus de 2000 élèves. Deux visions de l’excellence se font ainsi face. Le collège qui tente de rester "unique" et de garder tous les élèves côté PS ; le collège qui recrée un pallier d’orientation après à la 5e, côté UMP. Des dispositifs dérogatoires pour favoriser l’excellence de quelques-uns pour l’UMP, l’excellence pour tous côté PS.

Pour y parvenir le candidat socialiste a d’ailleurs proposé deux leviers. D’une part les dédoublements de classes, d’autre part le maintien des moyens dévolus à l’innovation pédagogique. Il s’est au passage insurgé une énième fois contre la baisse de moyens, s’étonnant que "là où on devrait avoir plus d’heures de soutien, on coupe des moyens !".

 

Pré-recrutement. Une occasion de rappeler aussi que l’engagement qu’il a pris des "60 000 postes" servira les zones défavorisées, et mettra l’accent sur l’enseignement primaire. Bruno Julliard a aussi rappelé en marge de cette visite que les 12 000 postes annuels sur 5 ans qu’on pouvait imaginer étaient peut-être un modèle trop mathématique. M. Hollande a en effet précisé que serait mis en place un pré-recrutement des enseignants dès l’année de licence.

 

La suite...

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole