Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 19:34

  http://www.gitesdarmor.com/IMG/nathalie/bonnevacance.jpg

 
Lui qui, l'automne dernier, estimait que la question n'était pas prioritaire, semble avoir changé d'avis. Le ministre de l'Education estime désormais que "six semaines, c'est suffisant". En forme de justification, Vincent Peillon explique avoir procédé par ordre : d'abord les rythmes scolaires à l'école, puis au collège et au lycée.
 
C'est un vieux serpent de mer, qui vient de refaire surface un peu brutalement. Et c'est le ministre de l'Education en personne qui remet le sujet sur la table : "Nous devons être capables d'avoir un zonage l'été, deux zones, et nous devons être capables d'avoir six semaines, c'est suffisant", a dit Vincent Peillon sur BFMTV ce dimanche soir.
 
 
 
 
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rythmes
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 19:16

http://www.alz.org/braintour/images/alzheimer_brain.jpg

L'UMP réunit le 8 novembre sa Convention éducation et publie ses propositions de campagne pour les présidentielles de 2012 en matière d'éducation. Elles se déclinent autour de 4 points : la réforme des rythmes scolaires, celle du collège, le management scolaire et la réforme du statut des enseignants.

 

 

Après avoir modifié les rythmes scolaires sous X Darcos, l'UMP propose de nouveaux rythmes en conformité avec les recommandations de l'Académie de médecine. Extension de deux semaines de l'année scolaire, sans qu'il soit fait mention d'une compensation, au primaire et au secondaire, semaine de 4 jours et demi au primaire, pause méridienne d'une heure et demi.

 

Source Café Pédagogique

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 17:37

http://www.ignnisaa-tem-prisar.com/images/fluctuat_nec_mergitur.png

Sentant le bateau sérieusement tanguer et pour éviter le naufrage, la municipalité de Paris s'est doté, vendredi, d'un nouvel outil, signe de sa volonté de concertation,  le questionnaire en ligne, et  invite les Parisiens à «participer au projet».

  

Je me suis rendu sur le site par curiosité...

- Je n'habite pas Paris et je n'ai aucun enfant scolarisé dans la capitale : pas de problème, j'ai pu répondre au questionnaire en ligne, il n'y aucune vérification d'identité. Ah, si ! on me demande l'arrondissement et le nombre d'enfants en maternelle et en primaire (j'indique 3 de chaque : au diable, l'avarice !) Je passe sur les questions trés orientées.

- Le lendemain, je retente l'expérience, en me disant qu'il doit y avoir au moins, un filtrage des ip. Que nenni ! Je peux à nouveau donner mon avis. J'en profite pour changer d'arrondissement, le 16ème, c'est quand même plus classe et je décide de ne plus mégoter : allez, + de 5 enfants en mater et + de 5 en primaire !

 

Toujours pas de problème : mon questionnaire est validé. J'aurais pu renouveler l'expérience pour tous les arrondissements de Paris.

 

Sans commentaire. 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rythmes
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 10:32

In Libération

 

C03-18Récit Le ministre de l'Education est en tournée dans toute la France pour convaincre de l'utilité de la semaine de quatre jours et demi.

   

Le ministre VRP de la réforme des rythmes scolaires poursuit sa tournée. Rude besogne que de convaincre les maires de l’intérêt qu’ils ont à passer à la semaine de 4 jours et demi dans le primaire dés la rentrée 2013...

Vincent Peillon en a fait l’humiliante expérience vendredi soir à Montpellier où la maire socialiste, Hélène Mandroux, n’a pas même daigné venir à sa rencontre. Le président de l’Agglomération de Montpellier, Jean-Pierre Moure, avait pourtant invité tous les maires de cette collectivité à venir dialoguer avec le ministre de l’Education nationale.

 

Depuis cet été, il tente de convaincre les 31 communes du territoire d’appliquer la réforme dés le mois de septembre. Mais la veille de la venue de Vincent Peillon, la ville centre de Montpellier - censée entraîner le mouvement - a annoncé qu’elle ne serait pas prête avant 2014. Après Lyon en début de semaine, cette nouvelle défection d’une grande ville de gauche fragilise un peu plus la réforme et le ministre qui la porte. Moins flamboyant qu'à l’accoutumée, Vincent Peillon s’est efforcé de donner le change et de jouer les pédagogues face à ce parterre d'élus plutôt réticents. Bien rodé à travers son marathon qui, vendredi encore, l’a conduit à sillonner deux régions dans la même journée, son principal argument consiste à inscrire cette réforme comme une étape essentielle l’une plus vaste refondation de l'école. «Or si nous ne sommes pas capables de faire les quatre jours et demi, il ne faut pas raconter que derrière on fera la suite», a-t-il prévenu.

 

Oscillant en permanence entre le bâton et la carotte, il a aussi souligné que «2013 devait être la règle et 2014 l’exception». Mais pas question pour autant de «stigmatiser», ni de «punir». A l’entendre, c’est la liberté de choix laissée aux villes qui finalement leur ferait «peur». Conscient «des difficultés qu’elles peuvent rencontrer», il a assuré que «prendre un an de plus, en pleine période électorale (les municipales de 2014, ndlr), n’améliorera pas forcément les choses».

 

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rythmes
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 17:58

In NouvelObs

 

  C03-24Face au mécontentement des enseignants à l’idée de revenir travailler le mercredi matin, le maire de Paris envisage une mesure.

 

  Pour l’instant, rien n’est officiel. Mais une solution serait envisagée par la Mairie de Paris pour apaiser les enseignants de la Ville, majoritairement hostiles au changement des rythmes scolaires à la rentrée 2013 (il est prévu qu’ils donnent 45 minutes de cours en moins les jours de la semaine et que ce temps soit regroupé le mercredi matin). Il s’agirait de garantir la présence d’un Asem (Assistant spécialisé des écoles maternelles, appelé Atsem ailleurs en France) dans chaque classe d’école maternelle.

 

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rythmes
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 17:51

In Libération

 

Capture d'écran du questionnaire posté sur le site paris.fr.
Capture d'écran du questionnaire posté sur le site paris.fr.

 

À chaud Alors que la contestation monte et que plusieurs grandes villes retardent l'application de la réforme, Bertrand Delanoë a décidé de sonder les Parisiens par Internet.

La réforme des rythmes scolaires prendrait-elle l’eau? Le ministre Vincent Peillon a beau parcourir la France pour convaincre les maires de se lancer dans la semaine de quatre jours et demi dès septembre prochain, les signes de mauvais augure s’accumulent.

 

La semaine dernière, le maire de Lyon, Gérard Collomb (PS) a annoncé qu’il reportait d’un an l’application de la réforme. Les grandes villes ont jusqu’au 31 mars pour dire si elles se lancent dès 2013 ou si elles préfèrent attendre 2014. A Montpellier, la maire socialiste Hélène Mandroux hésite. «Je m’oriente vers 2014», a-t-elle reconnu, il y a deux jours. «J’ai toujours été contre la semaine des quatre jours, mais ce qui m’importe, c’est la qualité. On ne peut pas passer comme ça à quatre jours et demi.» A Lille, la partie est loin d’être gagnée non plus. Vincent Peillon a dit mercredi attendre de «voir ce que ferait Martine Aubry» (la maire) - le conseil municipal doit voter sur la question le 18 mars prochain.

 

Et si la Ville de Paris, où la contestation des enseignants est très vive, reculait elle aussi? Au départ, le maire socialiste, Bertrand Delanoë, avait annoncé qu'il appliquerait la réforme dès septembre. Mais au fil des grèves et manifs à répétition des enseignants, son discours a changé. «D’abord, ce sur quoi je persiste, c’est la concertation, la décision ne sera prise que fin mars», disait-il au micro de France Info le 11 février.

La municipalité a déployé un grand plan de concertation, à coup de groupes de travail et de réunions publiques, envoyant au front sa première adjointe Anne Hidalgo défendre «une réforme pour les enfants». Nouvel outil, tout frais, ajouté à cet arsenal: le questionnaire en ligne, publié ce vendredi matin sur le site Internet de la Ville de Paris, invitant les Parisiens à «participer au projet».

 

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rythmes
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 20:32

http://fr.stockfresh.com/thumbs/colour/1765709_euros-coup-studio-argent-croix-jesus.jpg

In Le Monde

 

Le Conseil constitutionnel a tranché, l'Etat peut – malgré son statut laïc défini dans la Constitution – continuer à rémunérer prêtres, pasteurs et rabbins en Alsace-Moselle, un statut spécifique de ces départements.

 

Saisis par une association de défense de la laïcité qui dénonçait le principe de cette rémunération, les "sages" ont considéré qu'aussi bien en 1946 qu'en 1958, les constituants n'avaient "pas entendu remettre en cause" la rémunération des ministres du culte dans les départements alsaciens du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, ainsi qu'en Moselle.

 

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Privé-Public et Laïcité
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 17:44

21-02-2013-17-49-17-copie-1.jpg

Pour rappel, il ne s’agit pas d’un sondage mais d’un questionnaire auquel tous les PE de Trappes ont répondu.

 

Unanimité pour le report (98,2%)

 

Un décret rejeté par la profession (86,4%)

Le décret, dans sa forme actuelle,  est rejeté par une très forte majorité d’enseignants ; soit en choisissant le statu quo (35,9%), soit en préférant une réduction des vacances scolaires (71,4%) ; dans les deux cas, la semaine de 4 jours ½ est rejetée.

Nb Certains ont choisi les 2 options, un seul choix n’a été comptabilisé dans cette colonne.

Plutôt le samedi que le mercredi (29,3% contre 14,3%)

Le faible score des deux hypothèses corrobore le point précédent. A choisir, le samedi (29,3%) semble la « moins pire » des solutions.

Unanimité contre la  pause méridienne allongée (0,9%) et matinée décalée, à 9h/9h30 rejetée à 82 %

Enfin une majorité de PE souhaite l’arrêt des cours à 16h30 (68,9%) et que les dispositifs soient harmonisés pour toutes les communes (97,3%)

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Local
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 17:29

In NouvelObs

 

C03-23Marylise Lebranchu, qui évoque une mesure "injuste, inutile, inefficace et humiliante", annonce que le gouvernement va proposer sa suppression.

La ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, annonce que le gouvernement proposera la suppression du jour de carence des fonctionnaires dans le prochain budget car c'est une mesure "injuste, inutile, inefficace et humiliante".

"Cette mesure est injuste, inutile et inefficace. Elle est humiliante pour les agents. Le gouvernement proposera de l'abroger par la prochaine loi de Finances", a-t-elle affirmé dans une interview aux "Echos" à paraître jeudi 21 février.

Selon elle, "l'impact budgétaire du jour de carence est très limité, de l'ordre de 60 millions d'euros pour l'Etat". Le jour de carence sur les arrêts maladie des fonctionnaires avait été institué par le gouvernement Fillon fin 2011. Dans le secteur privé, le délai de carence est de trois jours mais certaines entreprises compensent.

 

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 17:22

 

La circulaire « personnels enseignants du premier degré, obligations de service » est parue au BO du 21 février. Elle vient redéfinir l’organisation des 108 heures annuelles. Décryptage

Le temps de service hebdomadaire des enseignants des écoles passe de :

- 24 heures devant la classe entière + 1h30 d’aide personnalisée + 1h30 de concertation

à

- 24 heures devant la classe entière + 1h d’APC + 2h de concertation.

Ce qui change dans les 108 heures

- 36 heures annuelles d’activités pédagogiques complémentaires (APC) - soit 1 heure par semaine- en lieu et place des 60 heures d’aide personnalisée.
- 24 heures de concertation supplémentaires consacrées notamment « à l’identification des besoins des élèves et à l’organisation des APC et à leur articulation avec les autres moyens mis en œuvre (...) » (dont maîtres supplémentaires et scolarisation des enfants de moins de trois ans.)
- 18 heures d’animation pédagogique et d’actions de formation continue avec une nouveauté : cette formation doit représenter au moins la moitié des 18 heures et être tout ou en partie effectuée « à distance, sur des supports numériques ». En conséquence, les animations pédagogiques ne pourront pas excéder neuf heures annuelles.

Ce qui sera maintenu

- 6 heures consacrées aux conseils d’école
- 24 heures consacrées au travail en équipe pédagogique, aux relations avec les parents, à l’élaboration et au suivi des PPS. Une nouvelle mission est ajoutée :« élaboration d’actions visant à améliorer la continuité pédagogique entre les cycles et la liaison école-collège »

L’avis du SNUipp-FSU

Le SNUipp prend acte de cette première prise en compte de ses demandes, avec 24 heures annuelles supplémentaires pour la concertation et le travail en équipe. Pour autant, il continue à revendiquer trois heures de concertation pour que soient mieux reconnues toutes les dimensions du travail invisible. Il faut donc aller plus loin, même si en étant exigeant, le SNUipp a contribué à faire bouger le ministère.
De plus, et s’agissant des animations pédagogiques, leur volume annuel devrait être au maximum de neuf heures. Reste que n’est pas précisé le moment où elles se dérouleront. Or, le SNUipp a été ferme : pas de journée continue le mercredi, dont l’après-midi doit obligatoirement rester un temps personnel.
Enfin, les actions de formation continue consacrées pour partie à des sessions à distance sur des supports numériques méritent d’être clarifiées. Elles ne pourront en aucun cas se substituer à la mise en œuvre d’une vraie formation continue sous forme de stages sur le temps de classe.
D’une manière générale, la bonne application d’une circulaire se vérifie surtout à l’épreuve du terrain. Le SNUipp-FSU a réaffirmé que la confiance et la liberté professionnelle doivent être reconnues aux équipes. “Stop aux tableaux excel” et aux contrôles tatillons sur les heures ! La reconnaissance d’heures globalisées pour ces missions doit y contribuer. Pour l’APC, les initiatives doivent être laissées totalement aux mains des équipes enseignantes. Le SNUipp-FSU a demandé au ministre de faire preuve de fermeté auprès des recteurs et des DASEN pour que le message soit relayé sans ambiguïté auprès des équipes.

Et les services particuliers ?

Pour le SNUipp-FSU, la situation des directeurs d’école devra être examinée rapidement pour préciser les allègements du volume horaire d’APC.
Concernant les maitres formateurs, le texte reprend à l’identique la définition de leur service avec les nouvelles 108 heures. Le SNUipp-FSU a demandé que des discussions s’ouvrent au plus vite pour revoir l’organisation de leur service (un vrai tiers de service) et de leurs missions dans le cadre de la création des ESPE.
Concernant, les enseignants de CLIS et RASED, la circulaire reprendra la définition actuelle de leur service : « le temps consacré à la concertation, aux travaux en équipes pédagogiques, aux relations avec les parents ou à la participation aux conseils d’école est égal à 108 heures annuelles »

Lire :
- la circulaire

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole