Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 18:51

Créé le 13 Février dernier, le collectif « Sauver l'allemand » a été lancé par des professeurs de l'académie de Reims pour dénoncer la dégradation de plus en plus inquiétante de l'enseignement de l'allemand dans leur région et dans toute la France (suppression de l'allemand au primaire, suppression des LV2, des classes européennes, réduction des horaires pour divers niveaux et regroupements arbitraires …) et les contradictions entre les discours tenus en haut lieu de la nécessaire coopération franco-allemande et la réalité des faits sur le terrain, à l'école.

 

Il a lancé un appel et publié une pétition en ligne sur le site pétition publique ayant récolté depuis le 16 Février près de 5000 signatures, a fait paraître des articles sur internet et répondu à une interview pour la radio Champagne FM.

Il souhaite continuer à faire entendre sa voix pour que ne disparaisse pas des écoles publiques l'enseignement de la première langue maternelle parlée en Europe et du premier partenaire économique de la France.

 

Pour plus d'informations et pour soutenir le mouvement :

 

Pétition en ligne

 

Le blog

 

 

avis-deces-all.jpg

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 17:32

robot.jpg

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 16:57

 

C'est un événement insignifiant, en tout cas passé inaperçu dans le flot d'informations en provenance d'un monde en furie:  un président de Région, le socialiste Jean-Jack Queyranne, qui, face à un recours au tribunal administratif déposé par un collectif citoyen composé de parents d'élèves, de personnels enseignants et non enseignants et d'élèves du lycée Mounier à Grenoble, obtient l'autorisation à défendre avec les voix du FN et de la droite. Certes, un événement insignifiant au regard de ceux qui nous parviennent de Sarkozie mais qui traduit la coupure entre le peuple de gauche et ses élus.

Ainsi, que penser d'un président de Région prétendument "de gauche" qui, en élève appliqué du modèle politique dominant, fait du passage en force et de l'absence de concertation un mode de gouvernement?

Dans le cas de l'affaire du lycée Mounier, deux groupes "projet" ont déjà été réunis qui a chaque fois se sont révélés être un "pantalonnade", car, en lieu et place de la concertation annoncée, les décisions étaient déjà prises avant même que les réunions ne commencent au grand dam des "partenaires". En décembre 2010, le président Queyranne a promis la réunion d'un nouveau groupe "projet" au tout début de l'année 2011: nous sommes déjà au mois mars et aucune date ne nous a encore été communiquée! Aurait-on peur du débat et de la contradiction? Ou plus prosaïquement cherche-t-on à gagner du temps, alors que chaque semaine perdue compromet un peu plus le projet de nouveau lycée Mounier? On voit bien par là que le slogan officiel, que l'on trouve, par exemple, en exergue sur le site de Rhône-Alpes, et qui fait la promotion de la "Région citoyenne" est totalement creux et que plutôt que de discuter avec des citoyens responsables, Queyranne préfère leur opposer des gendarmes, comme cela a été le cas lors de la dernière assemblée plénière...  

Que penser encore d'un président de Région élu par des électeurs de gauche qui a érigé l'autocratie en mode de gouvernement et qui navigue entre mépris des élus et des électeurs qui les ont désignés?

Alors que l'annonce de la fermeture de l'établissement remonte au 27 sept., le premier vote de l'assemblée - et donc pour elle la première occasion de débattre de ce dossier - a eu lieu en commission permanente le 24 février dernier , soit près de 5 mois sans aucune discussion dans ce cadre démocratique! Et ceci alors que l'investissement dans les lycées représente le premier poste de dépenses d'une Région et que la rénovation des lycées - dont Mounier !- était un des arguments de la campagne pour les élections régionales.... Mépris identique lorsque les élus de la commission formation initiale & lycées - de grands irresponsables aux yeux du président Queyranne sans doute ! - ayant pu enfin se réunir le 26 janvier dernier, se sont prononcés sur un effectif de 450 élèves pendant la phase de transition (reprise des préconisations de l'équipe de médiation pourtant nommée par le président de Région lui-même). Quelques jours plus tard le même président envoyait à M. Audéoud, recteur de l'académie de Grenoble, une "note technique" abaissant arbitrairement les effectifs du futur lycée à l'horizon 2013 à 300 éléves. Sur quelles bases techniques, sur quels critères objectifs? A ce jour nul ne le sait!

Le seul résultat tangible de ce mode de gouvernement est l'impasse politique dans laquelle se trouve la Région Rhône Alpes, dont la majorité apparaît de plus en plus "plurielle" et de plus en plus divisée. Lors de la commission permanente du jeudi 24 février, le président Queyranne devant le recours déposé par le collectif Mounier a été contraint de demander une autorisation à défendre: face au vote négatif des groupes Europe Ecologie Les Verts et Front de Gauche, il n'a obtenu cette autorisation que grâce aux voix de la droite et du FN. On se demande bien à quelles tractations et quelles négociations ce soutien a pu donner lieu! Une véritable honte, lorsque l'on connaît les circonstances qui ont présidé au premier mandat de Jean-Jack Queyranne et la campagne menée contre Charles Millon après son accord avec le Front national!

Que penser enfin d'un président de Région de gauche qui collabore sciemment à la politique de casse de l'Education Nationale menée par le gouvernement Sarkozy?

En annonçant la décision de fermeture du lycée Mounier en septembre, Queyranne prenait en effet la double responsabilité de favoriser un établissement relevant de l'enseignement privé confessionnel "sous contrat" (l'Externat Notre Dame situé à une station de tram du lycée et qui serait le premier bénéficiaire de la "casse" du lycée Mounier) et d'accompagner la politique de Chatel de suppression de postes (pour rappel 70.000 depuis 2007), ceci allant bien entendu à l'encontre de l'argument du "bouclier" utilisé pendant la campagne des régionales pour inciter l'électorat de gauche à se reporter au 2ème tour sur les listes menés par les socialistes; pire encore, cette décision participe à la politique nauséabonde de fermeture d'établissements et de rémunération au "mérite" des recteurs  pouvant aller jusqu'à 22.000 euros (cf le courrier de Michel Ascher, le proviseur honoraire qui a rendu ses palmes académiques pour protester contre la mise en place de ce dispositif de casse du service public de l'Education nationale).

Est-ce là la politique que le parti socialiste propose pour 2012 en matière d'éducation? Les électeurs-citoyens de Grenoble et de Rhône Alpes que nous sommes, nous posons la question et attendons une clarification rapide!

 

Lycée Mounier, la vérité

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 13:26

In "Les idées en mouvement"  mensuel de la Ligue de l'Enseignement - mars 2011

par Eddy Khaldi

 

05-03-2011-13-22-47.jpg

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Privé-Public et Laïcité
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 18:56

 

In Snuipp

 

 

Le 19 mars, partout en France, les 25 organisations du collectif « Un pays, une école, notre avenir. » appellent à manifester pour inverser les choix budgétaires du gouvernement en matière éducative.

 

Si rien ne change, « A la rentrée 2011, ce seront 16 000 postes supplémentaires qui seront supprimés, malgré l’augmentation des effectifs d’élèves. Les conséquences auront des effets immédiats sur la taille des classes dans les écoles, les collèges et les lycées, la scolarisation des enfants de deux et trois ans, les élèves en difficulté, le fonctionnement des services et l’offre d’enseignement. » dénoncent à l’unisson les organisations du monde de l’éducation, réunies dans le collectif des “25” .

 

C’est donc bien, parce qu’avec ses choix budgétaires, le gouvernement ne prépare pas l’avenir, que tous ceux et toutes celles qui soutiennent le service public d’éducation et son engagement permanent pour la réussite des jeunes, sans distinction de fortune ni d’origine, sont appelés à une journée nationale d’action déclinée dans chaque académie le samedi 19 mars.

  

Pour prendre connaissance des rendez-vous : cliquez sur la carte

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 17:37

 

 

IRLES (Institut Régional de Lutte contre l'Echec Scolaire)

 

 Ca ressemble à un Rased... mais en mieux :  IRLES et RASED - Des actions différentes pour un but commun :  La réussite scolaire

 

Les RASED rassemblent des psychologues scolaires et des professeurs des écoles spécialisés. Ils sont membres à part entière de l'équipe enseignante des écoles où ils exercent. Ils interviennent auprès des élèves de la maternelle au CM2, en classe ou en petits groupes.
L’Institut IRLES rassemble des psychologues cliniciens, des neuropsychologues, des neuropédiatres, des psychomotriciens, des orthophonistes, des spécialistes en gestion mentale, des orthoptistes, des audioprothésistes, des graphothérapeutes, des pédopsychiatres. Les enfants rencontrés sont âgés de 3 ans à 14 ans à ce jour, compte tenu des normes imposées par les batteries d’épreuves.

Au niveau des RASED, les outils d’évaluation sont généralement :


- Epreuves d’évaluation des compétences et performances scolaires (évaluation des compétences scolaires, évaluations du langage oral, évaluation du langage écrit, évaluation logico-mathématique, évaluation des connaissances scolaires) essentiellement.
- Epreuves psychométriques générales de type QI ("WISC IV", "WPPSI") essentiellement.
- Epreuves projectives adaptées à l’enfant ("CAT", "Patte Noire" principalement).

Au niveau de l’Institut IRLES, les outils d’évaluation sont :


- Epreuves d’évaluation du fonctionnement intellectuel et cognitif :
- Echelles d’intelligence générale (échelles non verbales, échelles d’intelligence de WECHSLER, nouvelle échelle métrique de l’intelligence, échelle différentielle d’efficience intellectuelle),
- Evaluations des troubles envahissants du développement,
- Test de facteur g (raisonnement, matrices, etc.).
- Epreuves d’évaluation du développement psychomoteur (schéma corporel, évaluation du mouvement, motricité gnosopraxique, évaluation de l’écriture...).
- Epreuves d’évaluation neuropsychologique :
- Batterie Neuropsychologique de l’enfant,
- Evaluations de la mémoire,
- Evaluations de l’attention et de la concentration,
- Evaluations des fonctions exécutives,
- Evaluations neuropsychologiques du langage,
- Evaluations de la perception visuelle, spatiale, et des praxies.
- Epreuves de motivation et d’intérêt.
- Epreuves d’évaluation de la personnalité :
- Evaluations psychopathologiques,
- Evaluations dépression, stress, anxiété,
- Diagnostic de personnalité,
- Evaluations des compétences sociales et des capacités d’adaptation,
- Evaluations projectives adaptée à l’enfant : test de socialisation, dynamique personnelle, scéno-test, évaluation des mécanismes de défenses liés à l’échec scolaire.
A celà, il faut ajouter toutes les épreuves et évaluations inhérentes au différents professionnels du réseau qui leurs sont propres (orthophonie, psychomotricité, etc.).


... mais ça revient un peu plus cher aux familles (à 40€ la séance plus au moins 200€ pour faire l’analyse...) : Coûts et Honoraires  
Les honoraires pratiqués par les professionnels au sein de l'IRLES sont ceux en vigueur dans les professions correspondantes et dans la région.
Chaque consultation à l'IRLES est facturée au prix de 45€, quel que soit son objet (anamnèse, évaluations psychométriques et/ou neuropsychologiques, restitution des conclusions du bilan, rééducations neuropsychologiques...).
Les consultations ne sont pas prises en charge par la Sécurité Sociale, néanmoins certaines mutuelles prennent en charge une partie ou même l'intégralité de chaque consultation. Pour cela, contactez votre mutuelle.
Les consultations ou séances de rééducation chez certains professionnels (par ex. psychiatres, orthophonistes, orthoptiste, etc.) sont prises en charge par l'assurance maladie et donc remboursées.
Aucune prescription de la part de votre médecin traitant n'est nécessaire pour une consultation ou un bilan complet à l'Institut IRLES.
Les consultations à votre domicile sont possibles, avec frais de déplacement à la charge des parents (ou tuteur légal). Pour en savoir plus, nous contacter.
Ce que vous ne payez pas :
- Les déplacements éventuels à l’école pour les réunions pédagogiques.
- La participation de l'IRLES aux staffs interprofessionnels.
- Les prises de contact avec les professionnels de notre réseau.
- Le temps passé à la cotation des évaluations.
- La rédaction des différents bilans et compte-rendus.
 
C'est chouette, non ?
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 07:22

Communiqué du Conseil local FCPE 

 
 "Mobilisation au collège Jean Perrin : les parents d'élèves prennent le relais."

 

C03-01.jpgAu cours de leur journée de grève à 100%, les personnels du collège avaient convié les parents d'élèves le soir même à une réunion de discussion sur la situation de la rentrée. Cette invitation relayée par les représentants des parents d'élèves FCPE a conduit à la tenue d'une réunion d'une heure et demie entre une vingtaine de professeurs et CPE, plus de 80 parents (pour un collège de 400 élèves) et Anne Charlotte Keller, adjointe aux affaires scolaires de la mairie du 20ème arrondissement.

 
Des représentants du Rectorat avaient également été invités, un courrier a été déposé en ce sens directement au secrétariat de M. Fatras, inspecteur d'Académie en charge du second degré. Ils ne se sont pas présentés.

Mme Keller a assuré du soutien de la Mairie du 20ème et de celui de Colombe Brossel, Adjointe au Maire de Paris, chargée de la vie scolaire et de la réussite éducative les parents et enseignants présents.

 

Une pétition contre la baisse des moyens pour le collège et son classement dans le groupe d'attribution des moyens le plus élevé de l'Académie de Paris et été initiée et a déjà recueillie près d'une centaine de signatures.
Les parents d'élèves se sont scandalisés des conditions prévues pour la rentrée prochaine et ont décidé d'une opération "collège désert" jeudi 3 mars : ils appellent les parents à ne pas envoyer leurs enfants en classe ce jour-là, se rassembleront dès 7h40 devant le collège pour faire connaître leur action et se dirigeront ensuite devant le Rectorat de Paris, accompagnés des personnels, pour demander à être reçus par l'Inspecteur d'Académie.

 


Les cours auront lieu normalement ce mercredi matin au collège.

 

Parents comme personnels sont déterminés à ce que le collège Jean Perrin puissent apporter aux enfants de ce quartier populaire de Paris le service public de qualité d'Éducation auquel ils ont droit.

Plus nous serons nombreux demain matin devant le collège et au rectorat plus nous aurons de chance que nos revendications soient entendues. Nos enfants ont besoin qu'on les défendent.

 
 
Cordialement
 
Le président du Conseil Local FCPE Jean Perrin

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 17:39

baseeleve.jpg

In CNRBE

  

Début janvier 2011, les parents d’élèves de l’école élémentaire Joliot Curie de Sartrouville (Yvelines) ont eu la désagréable surprise de découvrir que des données personnelles concernant leurs enfants et eux-mêmes (nom, prénom, date de naissance, adresse des deux parents), originellement collectées et conservées dans le fichier Base élèves 1er degré (BE1D), étaient accessibles sur le site de l’Inspection de l’Education nationale de Sartrouville. Suite à leur réaction auprès de l’inspecteur de circonscription concerné, le lien (pointant vers une feuille de calcul type Excel hébergé sur le site www.ien-sartrouville.ac-vers…) permettant d’accéder à ces éléments, après avoir simplement tapé les mots clés « Base élèves » dans un moteur de recherche, a été désactivé. Des copies de ces listings ont pu être consultées par des membres du CNRBE avant que le lien ne soit désactivé.

 

La FCPE de Sartrouville, alertée, a publié sur son blog le 10 février 2011 un communiqué dévoilant les faits et posant un certain nombre de questions sur la sécurisation de ce dispositif.

 

L’insuffisante sécurisation des données collectées est l’un des quatre motifs pour lesquels 2103 parents d’élèves ont déjà déposé plainte contre X au pénal dans toute la France entre mars 2009 et juin 2010. Ces plaintes ont toutes été classées sans suite par le Parquet de Paris en juillet 2010, notamment au prétexte que le ministère de l’Education nationale (MEN) aurait toujours manifesté sa « préoccupation » de sécuriser les données de Base élèves, et donc que le délit ne serait pas caractérisé pour « défaut d’intention pénale du responsable du traitement ». Le Parquet a malgré tout reconnu une faille de sécurité importante.

 

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Base élèves
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 17:32

 

 

 

Les parents d’élèves du conseil local FCPE occupent le collège Marx Dormoy pour protester contre la Dotation Horaire Globale que le rectorat impose au collège pour l’année 2011-2012.

 

Le collège Marx Dormoy est classé en réseau d’éducation prioritaire de niveau 5, c’est-à-dire que les enfants qui le fréquentent sont issus majoritairement de milieux défavorisés (63% de familles défavorisées alors que la moyenne parisienne est de 19 %) ; il fait partie d’un réseau de réussite scolaire. Les élèves obtiennent depuis plusieurs années d’excellents résultats au Diplôme National du Brevet, proches de la moyenne parisienne (76 % en 2010 contre 83 % à Paris). Un bon nombre d’entre eux accèdent à des lycées renommés tels que Condorcet, Chaptal, Carnot, Henri IV.

 

Ces résultats ont permis au collège Marx Dormoy de maintenir la mixité sociale en restant attractif pour les familles favorisées du quartier qui jusqu’à présent, ne fuyaient pas dans le privé lorsqu’elles étaient sectorisées à Marx Dormoy ou demandaient des dérogations pour y entrer. Or, cette réussite est due essentiellement à l’engagement des enseignants et aux moyens qui leur étaient alloués jusqu’à ce jour.

 

De plus, le collège comporte une SEGPA (Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté) qui accueille des enfants en grande précarité, dont certains relèvent plus du soin que de l’enseignement spécialisé et nécessitent un encadrement solide.

 

La DHG pour l’année scolaire 2011-2012 supprime 40 heures d’enseignement et 11 heures pour le suivi pédagogique au collège, 26 heures d’enseignement général spécialisé à la SEGPA. Cette dotation met donc en péril, à très court terme, non seulement les projets pédagogiques mis en place par les enseignants mais aussi les chances de réussir des enfants de notre collège. Elle entraîne :

  • la fermeture d’une classe de 3e, année charnière s’il en est : les élèves des six classes de 4ème de cette année vont devoir former cinq classes de 3ème qui seront donc surchargées et moins propices au travail ;
  • la suppression d’un poste de lettres – conséquence dramatique dans un collège où de nombreux élèves maîtrisent mal la langue à l’entrée en 6ème et surmontent leurs difficultés en français grâce aux heures de soutien ;
  • la suppression d’1/2 poste en histoire-géographie et d’un certain nombre d’heures en mathématiques, aberrant alors qu’on demande aux enseignants de mettre en place le socle commun de connaissances ;
  • la suppression d’un poste d’enseignant spécialisé en SEGPA, gravissime alors que l’encadrement humain est primordial vu le profil des enfants accueillis ;
  • l’abandon de projets pédagogiques et la diminution du nombre d’heures de soutien scolaire, ce qui est contradictoire avec les objectifs du dispositif de réseau de réussite scolaire auquel le collège appartient.

 

Une délégation de parents et d’enseignants a été reçue au rectorat qui oppose les restrictions budgétaires, des chiffres et des statistiques à l’avenir de nos enfants.

Il est exaspérant d’entendre à longueur de discours qu’il faut mettre l’accent sur l’éducation, la mixité sociale, la réussite de tous et de constater que les mesures prises vont à l’encontre des engagements affichés, méprisent le travail des enseignants et détruisent les résultats obtenus.

Nous exigeons que la dotation soit revue à la hausse afin que nos enfants puissent étudier sereinement et que leurs enseignants puissent accomplir leur mission dans des conditions correctes.

 

Communiqué du Conseil local FCPE du collège Marx Dormoy - Paris 18ème

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 17:29

In Fabula

 

Yell.jpgLa Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) appelle jeudi [03 mars] à des "blocus" d'établissements et à des manifestations dans plusieurs départements d'Ile-de-France pour dénoncer les 16.000 suppressions de postes prévues à la rentrée de septembre et la politique éducative du gouvernement. 

 

Selon la FIDL, des rassemblements devant plusieurs lycées, suivis ensuite de défilés, sont prévus jeudi matin notamment en Seine-et-Marne, dans les Yvelines et le Val-d'Oise.

De son côté, le président de l'Union nationale lycéenne (UNL) Victor Colombani a indiqué mercredi à l'Associated Press que son organisation "soutient tous les établissements qui sont en train de se mobiliser", mais "sans faire un appel national pour le moment".

 

Ce début de mobilisation intervient alors que les vacances d'hiver sont terminées depuis le 28 février dans les académies de Paris, Créteil, Versailles et Bordeaux.

Des manifestations sont prévues dans toute la France le samedi 19 mars à l'appel d'un collectif de 25 organisations, dont l'UNL et la FIDL, les principaux syndicats d'enseignants, et la FCPE (parents d'élèves) pour dénoncer les suppressions de postes, les restrictions budgétaires et plus largement la politique du gouvernement à l'Education nationale. AP

 

Le calendrier des citoyens attachés aux services publics d'enseignement promet d'être chargé en mars. À noter, dans l'agenda militant, la mobilisation tout le long du mois des enseignants de Seine-Saint-Denis, une coordination nationale des stagiaires en galère le samedi 12 mars (à l'appel du collectif stagiaire impossible) et surtout une nouvelle journée d'actions le samedi 19 mars (à l'appel du collectif une école - votre avenir), contre les suppressions de poste, mais aussi contre la réforme de la formation des enseignants et des cpe. Des journées d'action communes et transnationales sont par ailleurs prévues le 24, 25 et 26 mars à l'appel des étudiants européens en lutte.


Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Lycées
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole