Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 12:38

In Café Pédagogique

 

Après Ninon Bivès en Tarn et Garonne, c'est François Le Menahèze, en Loire Atlantique, qui est sanctionné par l'inspection académique parce qu'enseignant désobéisseur. L'inspection académique lui a refusé un détachement comme formateur à l'IUFM de Nantes, au motif de "sa manière de servir" et particulièrement de son "refus d'appliquer les instructions nationales" (non remontée des résultats des évaluations 2009-2010).

 

Formateur depuis 8 ans, animateur national de l'ICEM, F Le Menahèze bénéficie de l'estime de nombrexu enseignants et du soutien de son IUFM. Pour l'ICEM Freinet, "ces enseignants qui résistent et mettent en place d'autres pratiques servent l'école publique et donnent toute sa valeur au mot pédagogue".

 


 

 

In Ecole en danger 69

 

En Loire-Atlantique, François Le Ménahèze, directeur d’école, qui était détaché auprès des IUFM des Pays de la Loire en tant que formateur en temps partagé, s’est vu refuser le renouvellement de ce poste dans « l’intérêt du service », mais surtout « compte tenu de sa manière de servir et notamment son refus d’appliquer les instructions nationales. »

 

C03-40.jpgJe suis entré dans un service public qu’est l’Education nationale pour la primauté que je pense toujours être sienne de la consacrer à l’éducation des jeunes de ce pays. J’ai traversé dans ma carrière nombre de ministres (et donc de courroies intermédiaires, …) qui ont défendu ces valeurs ; mais je suis obligé de dire que depuis l’arrivée de nos derniers ministres, les valeurs éducatives et constructives qui nous permettent, à nous enseignants, de travailler sereinement au quotidien ont disparu.

 

Nous sommes assommés de réformes qui ne représentent plus aucune cohérence éducative (« nouveaux » programmes 2008, « réhabilitation » des Rased, diminution du temps scolaire pour tous, deux heures supplémentaires pour les élèves en difficulté, disparition de la formation IUFM, classes de plus en plus surchargées, remises en question de la maternelle, évaluations nationales comparatives, …)

 

C’est la raison pour laquelle, en toute conscience, j’ai décidé de rejoindre dès l’apparition des nouveaux programmes 2008 le mouvement de « résistance pédagogique ». L’enjeu est de taille aujourd’hui à ce que les profs de base disent ce qu’ils pensent, montrent ce qu’ils font. Et pourtant, jamais encore je n’avais connu une telle infantilisation du corps enseignant, une obligation d’obéissance qui va totalement à l’encontre de ce que j’ai appris dans ce métier et de l’éthique professionnelle même de ce métier.

 

Notre institution parle aujourd’hui de réduction de postes, de libéralisation, de gisements d’efficience, de contrats d’objectifs, de contrats précaires, … Que deviennent les missions dévolues au service public d’éducation ? Nous sommes censés, en tant que fonctionnaire de l’Etat, agir de manière éthique et responsable (compétence 1 du référentiel de professeur d’école). Et bien, il est temps d’agir !

 

Nous savons qu’aujourd’hui l’action est brimée, menacée, sanctionnée…mais notre éthique et notre responsabilité est en jeu. Nous devons tout au moins réagir et ne pas poursuivre l’infantilisation dans laquelle on veut nous confondre. C’est pourquoi aujourd’hui, je décide de dénoncer encore une nouvelle injustice qui me touche cette fois-ci directement par l’intermédiaire de ce courrier que je viens de recevoir de l’inspecteur d’académie (par recommandé avec accusé réception !) et qui bafoue les valeurs que j’ai toujours défendues au sein de notre Ecole républicaine. C’est pourquoi je ne reconnais aucun argument avancé par cet I.A. et dénonce cette décision. En voici les raisons…

 

Un temps partagé en tant que directeur placerait l’école Lucie Aubrac en situation difficile ?

 

Cette affirmation montre une méconnaissance complète de la situation. Dès ma nomination à la rentrée 2008, j’étais déjà en temps partagé, travaillant depuis 2002 comme formateur associé à mi temps (poste obtenu par une commission de sélection de l’IUFM pour 2 postes de formateur associé à l’IUFM – postes obtenus par une collègue et moi-même, titulaires du Cafipemf). Ce poste correspond à un travail de formateur reconnu IUFM (prises en charge et coordination de formations PE1, PE2, T1, Capsash, continue…). Parallèlement, j’ai continué à travailler à mi temps comme enseignant et/ou directeur dans une école primaire.

 

Nomination de directeur à l’école Lucie Aubrac à la rentrée 2008 avec un statut de directeur à mi temps (en gardant mon poste de formateur à mi temps à l’IUFM). Ouverture donc d’école publique dans le département (après 80 ans de disparition de l’école publique sur cette commune). Démarrage à 3 classes qui s’est modifiée dès la première rentrée (passage à 4 classes). Passage à 5 classes dès la 2ème année (120 élèves). Passage à 134 élèves pour la 3ème année, cette présente année scolaire.

 

Peut-on alors parler de situation difficile pour l’école lorsque celle-ci a fonctionné depuis sa réouverture avec un directeur à mi temps et des enseignants qui ont tourné chaque année (non titulaires) mais qui se sont impliqués de manière pleine et responsable dans leur rôle ? Une organisation coopérative de l’équipe a permis à cette école de fonctionner immédiatement et de manière efficace (cf relations avec les parents, les associations partenaires et la municipalité – voir courriers de la municipalité et des parents d’élèves).

 

L’organisation de l’école, et de l’équipe, en cette rentrée 2010 est exactement la même, avec de plus dorénavant des enseignants titulaires qui stabilisent l’équipe et de poursuivre cette organisation coopérative de l’équipe. Comment peut-on alors oser affirmer que l’école serait en situation difficile alors que celle-ci est aujourd’hui connue, et reconnue, dans le paysage pédagogique du sud Loire et connaît une expansion importante depuis sa création ?

 

Refus d’un poste de formateur compte tenu de ma « manière de servir » et notamment mon refus d’appliquer les instructions nationales (évaluations…) ?

 

Une telle affirmation montre là aussi une méconnaissance voulue de la situation et une non reconnaissance de mon action dans le service public depuis le début de ma carrière.

Comment affirmer que je n’ai pas « la bonne manière de servir » …alors que j’ai toujours œuvré dans l’intérêt d’un service public soutenu par des valeurs et une éthique en tentant quotidiennement d’améliorer ce service (voir cursus de carrière). Et là encore, je m’appuierai sur les textes officiels et la compétence 1 du référentiel de professeur d’école « Agir en fonctionnaire de l’Etat de manière éthique et responsable ».

 

« J’ai contribué à la formation sociale et civique de mes élèves. En tant qu’agent de l’État, j’ai fait preuve de conscience professionnelle et suivi des principes déontologiques : j’ai respecté et fait respecter la personne de chaque élève, j’ai été attentif au projet de chacun ; j’ai respecté et fait respecter la liberté d’opinion ; j’ai été attentif à développer une attitude d’objectivité ; je connais et je fais respecter les principes de la laïcité, notamment la neutralité ; je veille à la confidentialité de certaines informations concernant les élèves et leurs familles. J’ai exercé ma liberté et ma responsabilité pédagogique dans le cadre des obligations réglementaires et des textes officiels ; je connais les droits des fonctionnaires et en respecte les devoirs. … »

 

J’ai pendant de nombreuses années « servi » ma fonction de formateur en apportant aux étudiants et stagiaires les éléments fondamentaux de professionnalisation et la connaissance du système éducatif actuel… et passé. Mon expérience professionnelle m’y a évidemment beaucoup aidé (enseignant et directeur dans des milieux divers, travaux et recherches universitaires, investissement dans un mouvement pédagogique, …). Dans ce rôle de formateur, j’ai à chaque fois distingué mes apports de connaissances, capacités et attitudes dont les jeunes enseignants pouvaient avoir besoin et mon rôle par ailleurs de militant pédagogique qui lutte pour une Autre Ecole. (cf courriers joints des formateurs IUFM ) qui m’ont côtoyé durant toutes ces années.

 

Sur mon refus d’appliquer certaines instructions, elles sont volontaires, responsables et pleinement assumées… Autant, j’ai accepté sans problèmes les derniers outils d’évaluation (évaluations CE2 et 6ème) issus de la loi d’orientation de 1989 (cohérence et pertinence pour les apprentissages des élèves et pour notre l’enseignement) ; autant je ne peux accepter l’évolution actuelle de notre système éducatif, via les évaluations nationales (voir à ce sujet l’argumentaire du réseau national de résistance pédagogique). Cette culture de l’évaluation qui semble vouloir se mettre en place dans notre pays va encore une fois à l’encontre d’une démocratisation qualitative qui reste le grand écueil de notre système éducatif. Nous savons depuis longtemps que la recherche de performances et la culture de la statistique mènent à l’exclusion d’une certaine population.

 

On nous parle aujourd’hui de « comportement professionnel » non-conforme (voir courrier également reçu il y a quelques jours avec 80 enseignants du département au sujet de la non-remontée des évaluations…voici d’ailleurs un extrait de la réponse collective adressée à l’IA depuis

« L’évaluation fait partie de notre pratique de classe et a une valeur diagnostique et/ou formatrice pour les élèves. Elle donne également lieu à une information régulière des familles sur les progrès de leurs enfants. Elle est un outil au service des apprentissages de nos élèves et de notre enseignement. Comme l’ensemble de notre travail, elle relève de la liberté pédagogique inscrite dans la loi et réaffirmée en introduction aux Instructions Officielles de 2008, liberté qui nous permet d’envisager des évaluations en fonction et en rapport avec les situations d’apprentissages auxquelles nos élèves peuvent donner du sens.

 

Nous refusons les évaluations nationales actuelles qui participent à la mise en concurrence des établissements scolaires et des enseignants et permettent les rapprochements et la mise en relation des fichiers, d’ailleurs jugée illégale par le Conseil d’État le 19 juillet 2010. Nous mettons à disposition nos outils d’évaluation qui démentent une quelconque carence professionnelle. »

 

Quelles sont, quelles ont été les sanctions pour les nombreux enseignants qui n’ont pas appliqué la Loi d’orientation de 1989 ? Quelles ont été les sanctions au comportement professionnel pour les enseignants qui ont continué à utiliser les notes comme moyen d’évaluation sans jamais utiliser les livrets d’évaluation inscrits dans cette loi ? Quelles ont été les sanctions pour ceux qui ont bafoué les cycles en poursuivant les redoublements à l’intérieur des cycles et notamment les scandaleux redoublements de CP ? … Aucune !!

 

Le service d’un fonctionnaire cadre A, et plus encore un enseignant, n’est pas seulement de « fonctionner » mais de servir avec intelligence et de manière responsable et lucide son métier, animé d’un sens éthique et critique ; il est de permettre à chaque enfant d’apprendre, de progresser, de réussir. Là est le sens de mon métier et de mon éthique professionnelle. Voilà le sens de mon service…pas celui d’appliquer avec obéissance et servitude et de contribuer à trouver des « gisements d’efficience ».

 

La situation est aujourd’hui tellement grave que même les syndicats d’inspecteurs dénoncent les risques de dégradation du service public d’éducation (SIA). Certains d’entre eux ont même annoncé qu’ils ne voulaient pas être « les fossoyeurs » de l’Education Nationale (SNPI-FSU)…. D’où les contacts demandés aujourd’hui par les syndicats inspecteurs avec le réseau des enseignants « Résistance pédagogique ».

 

La résistance collective à la destruction de l’école publique est donc plus que jamais d’actualité. La résistance pédagogique, démarche éthique et responsable, est un levier qui porte l’exigence d’une école respectueuse des droits de l’enfant, une école au service du progrès de tous, une école qui préfigure une société plus juste et plus solidaire. Elle s’appuie directement sur la liberté pédagogique inscrite dans la loi, mais bafouée dans les faits.

 

C’est pourquoi je considère la décision prise par Mr Javaudin, inspecteur d’académie de Loire-Atlantique, est une insulte à mon éthique professionnelle et à mon sens du service public.

 

FLM

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

commentaires

Anne 02/10/2010 12:21



J'ai eu la chance d'avoir François Le Ménahèze comme formateur à l'IUFM lors de la préparation du concours. Il était très apprécié des étudiants, justement pour ses techniques pédagogiques si
éloignées des méthodes traditionnelles. Avec lui, pas de cours magistraux, il nous a amenés, tout comme ses élèves de primaire, à apprendre par nous-mêmes. Instit' engagé, passionné, respectueux,
bref il m'a servi de modèle. Aujourd'hui, je suis prof des écoles stagiaire, jetée dans la gueule du loup avec une formation en peau de chagrin (mais ceci est une autre histoire), et le voilà
lui, mis à la porte parce qu'il dérange.


Juste une question à nos dirigeants: quand vous vous serez débarassés de tous ceux qui pouvaient les aider à devenir des citoyens éclairés et critiques, les enfants feront quoi?


Ah, ben oui, bien sûr : ils vous rééliront.


 


Tout mon soutien aux profs désobéisseurs.



surmely alain 01/10/2010 17:55



Le retour en force des anti-Lumières


C'est attérant et profondément attristant.Cela me fait penser à une chape de plomb écrasant brutalement la France, le pays des
Lumières...Formidable régression intellectuelle et sociale afin que les nouveaux maîtres puissent enfin imposer leurs choix de société, leurs choix économiques, leur vision de
l’ « avenir ».L'autoritarisme est à la fois le fondement des nouveaux rapports sociaux et le moyen de les imposer.Toute résistance est écrasée dans l'oeuf.La démocratie sociale
nouvelle manière c'est « je décide vous exécutez ».L'école de la République,c’est-à-dire l’école publique et laïque,est l'un des derniers maillons de notre démocratie.Ce n'est pas
le maillon faible,tout au contraire.S'il cède c'est la démocratie qui cèdera pour laisser la place à un régime qui sera proche d'une vraie dictature de l'argent et d'élites sociales complètement
corrompues ou aux ordres.Le collectif de l'appel des appels montre,à travers différentes enquêtes,témoignages,analyses,études que les contre-réformes actuellement à l'oeuvre ont bel et bien pour
objectif de transformer en profondeur notre « civilisation ».La société du patron de droit divin et de l'argent roi dans l'bscurantisme est désormais notre horizon de vie,de
travail,d’ « épanouissement ».Les éclaireurs se font de plus en plus rares dans la nuit française.Demain c'est un peu la journée de tous les éclaireurs,y compris les éclaireurs en
herbe.Cette journée du 2 octobre sera à marquer d'une pierre blanche.Soyons-en certains.


 


 



Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole