Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 18:19

In L'Instit'humeurs

 

 

Les journalistes spécialisés qui s’étaient déplacés, hier, pour entendre le ministre Chatel parler de l’enseignement des langues n’ont pas été déçus. D’enseignement il a été peu question car Luc Chatel, cheval de Troie éducatif du candidat Sarkozy, était venu pour autre chose : présenter deux projets pour la présidentielle, annonçant directement la refonte du métier de prof ; et prévenir le monde éducatif que ça allait barder au printemps.

 

Les deux projets en question sont un peu techniques :

 

- la globalisation des heures d’enseignement permettrait aux collèges d’organiser les masses horaires comme bon leur semble ; en fait, elle permettra aux établissements de diminuer les coûts en supprimant des postes d’enseignant ;

 

- l’annualisation permettrait de considérer le volume horaire du par un prof, non plus d’un point de vue hebdomadaire, mais annuel : X heures à faire en fonction des besoins, par exemple sur 6 mois de l’année, voire sur les vacances (une logique qui rappelle une autre mesure du candidat : l’accord compétitivité emploi permettant de moduler le volume horaire au sein de l’entreprise)… Ici aussi, grosses économies en perspective (on parle de dizaines de milliers de postes), les profs travaillant plus pour le même salaire ; mais surtout, comme le dit le ministre, « derrière l’annualisation il y a la question du statut des enseignants, c’est un sujet très sensible… Il va être abordé dans les semaines qui viennent lors du débat des présidentielles« . Nous y voilà.

 

Autant le dire tout de suite, il y aura peu d’enseignants de l’école républicaine publique pour défendre ces projets. La colère risque même d’être grande. Et c’est précisément ce que recherche le candidat Sarkozy : ainsi qu’il l’avait montré lors de ses « vœux » à l’éducation, il sait qu’il ne doit rien attendre de l’électorat enseignant. Il a donc prévu de se positionner frontalement sur les thèmes de l’éducation, face aux enseignants, en prenant l’opinion à témoin. Le « débat » se fera contre eux, certainement pas avec. Le café du commerce pense que les profs travaillent 15 heures par semaine ? Peu importe que cela soit faux, on va s’appuyer là-dessus pour demander haut et fort qu’ils travaillent plus, surtout en période de crise, il en va de l’intérêt de la nation. Profitons-en pour modifier leur statut et continuer à supprimer les postes pour faire des économies.

 

Le deuxième étage de la fusée consiste à renforcer le clivage en plaçant le débat sur un plan « idéologique ». Ici, le candidat Sarkozy compte beaucoup sur les 60 000 postes promis par le candidat Hollande, formidable levier d’une opposition « gestion-responsable-et-de-bon-sens-en-temps-de-crise » (moi, N. Sarkozy) contre « irresponsabilité-gauchiste-et-suicidaire-en-période-de-restriction-budgétaire » (l’autre, là-bas).

 

La suite...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole