Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 19:00
Réponse pleine d'humour du maire de Waziers à l'Inspecteur d'Académie...



Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Service Minimum
commenter cet article
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 11:28
In Libération




Plusieurs jeunes retraités de l'Education nationale ont reçu un courrier les invitant à remplacer les enseignants grévistes jeudi...


«Cherche désespérément remplaçants d’instituteurs grévistes pour jeudi.» Cette annonce, le ministère de l’Education nationale aurait pu la rédiger. Depuis août, un service minimum d’accueil (SMA) des élèves doit être assuré dans les établissements primaires quand le taux de grévistes atteint 25 %. A la veille de la manifestation, qui devrait réunir 67 % des enseignants selon le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire dans le primaire, ce n’est pas gagné.


«L’inspection d’académie cherche en vain des personnes pour remplacer les grévistes. C’est bien la preuve que le SMA ne fonctionne pas»,
souligne Marie-Aline Boyet, cosecrétaire du SNUipp dans le Maine-et-Loire. En IUFM, les futurs professeurs des écoles ont été sollicités, «sans beaucoup de retour», concède-t-on dans l’entourage de l’inspectrice d’académie. «Ils refusent de briser une grève. Je suis surpris de cette demande. Ce n’est pas à l’Education nationale de rechercher des remplaçants», explique un membre de l’IUFM. L’inspection académique a même adressé un courrier aux proviseurs des lycées qui proposent un BEP sanitaire et social pour que leurs élèves -majeurs- se portent candidats pour s’occuper des élèves jeudi.

Les retraités appelés à la rescousse


Dans la Sarthe, on a préféré miser sur les retraités. Courroucé par une lettre lui enjoignant d’accueillir les enfants, Paul Barbier, ancien instituteur, s’est fendu d’une réponse à l’inspectrice d’académie, reproduite sur le blog Sauvons-lecole.fr. Il refuse d’être «un jaune». Et d’ajouter: «Je serai [demain] aux côtés de mes collègues qui seront en grève.»


Les villes non plus ne sont pas toutes décidées à jouer le jeu. Paris déclare être «dans l’incapacité» d’appliquer le SMA. La grève du personnel de la ville ne permettrait pas de trouver des remplaçants en nombre suffisant pour assurer la sécurité des élèves. A Toulouse, il n’y aura ni cantine, ni service minimum. Lors de la dernière grève de novembre, la préfecture de l’Aude avait assigné en justice dix-huit villes ayant refusé d’instaurer le service minimum. «Là, il n’y aura pas de poursuite. On discute avec les municipalités, mais on n’a pas beaucoup plus de solutions qu’avant…» admet-on à la préfecture.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Service Minimum
commenter cet article
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 21:46

Source AFP


La diffusion à des maires par l'inspection académique de la Sarthe d'une liste d'enseignants retraités susceptibles d'assurer le service minimum dans les écoles lors de la grève de jeudi a créé une polémique, la FSU se disant notamment "profondément choquée".


"Faire appel à des retraités pour aller casser la grève de leurs collègues est une véritable provocation politique", a déclaré à l'AFP le secrétaire départemental du syndicat, Bernard Lebrun. Ce responsable dénonce "une faute grave de l'administration publique", car l'inspection a communiqué "les adresses privées" des enseignants retraités "à des personnes qui n'ont pas à les connaître" et "sans demander l'avis des intéressés".


Selon lui, plusieurs retraités concernés, qui se sont plaints auprès du syndicat, vont protester auprès de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil). La FSU a demandé à l'inspection d'académie de faire "des excuses publiques" et "d'écrire aux maires pour qu'ils mettent cette liste à la poubelle".

"L'administration ne tient pas à jour ses fichiers", a encore critiqué M. Lebrun, selon lequel la liste comprenait les coordonnées de personnes décédées dont les conjoints ont parfois été contactés au téléphone par des maires.


Ce responsable syndical dénonce également des pressions exercées au téléphone par certains élus, citant le cas d'une retraitée à qui l'on a demandé de justifier par écrit son refus de venir assurer la garde des enfants à l'école.


Bernard Vétillard, maire adjoint (Verts) du Mans et ancien conseiller pédagogique, qui a appris par la presse sa présence sur la liste, s'est dit "choqué qu'on puisse diffuser les adresses personnelles sans contacter les intéressés".


Contacté par l'AFP, l'inspecteur d'académie Jean-Claude Rouanet a estimé qu'il s'agissait d'une démarche "légale" pour répondre à un besoin exprimé par les maires des communes. On communique "un vivier de personnes susceptibles d'être volontaires" pour assurer la garde des enfants dans le cadre du service minimum lors des jours de grève, a-t-il expliqué.


Selon lui, cette diffusion de contacts d'enseignants à la retraite fait partie des "pistes suggérées par la préfecture et par le ministère de l'Education lui-même" pour aider les maires à appliquer la loi sur le service minimum.





Monsieur Paul BARBIER

Instituteur Honoraire

49610 Mûrs Erigné

 

Madame l’Inspectrice d’Académie

Directrice des Services Départementaux

de l’Education Nationale de Maine et Loire

 

Madame l’Inspectrice d’Académie,

Dans votre courrier en date du 16 janvier 2009, vous sollicitez mon concours pour la mise en œuvre du droit d’accueil dans certaines petites communes les jours de grève des enseignants.

L’effet de surprise passé, j’ai été saisi d’un sentiment de malaise devant une telle démarche.

Si je comprends bien, vous me demandez de servir de supplétif au Ministre de l’Education nationale qui rencontre les plus grandes difficultés dans la mise en œuvre de sa loi sur le service minimum d’accueil dans les écoles qui, pour la majorité de mes collègues, s’apparente, dans les faits, à une tentative de remise en cause de leur droit à faire grève.

Vous ajoutez que si je souhaite m’engager dans ce cadre, les municipalités me communiqueront tous les documents administratifs nécessaires.

Si je me réfère à la loi et aux textes d’application, les documents administratifs auxquels vous faites référence doivent correspondre aux documents à remplir pour que je puisse être indemnisé sur les fonds constitués par les retenues sur salaire des enseignants grévistes…

Pour parler clair, vous me demandez d’être ce qu’on appelle communément un « jaune ».

Bien sûr, vous allez me répondre qu’il ne s’agit pas de cela mais de venir en aide aux familles qui ont des difficultés à faire garder leurs enfants les jours de grève

Madame l’Inspectrice d’Académie,

Permettez-moi de réfuter un tel argument qui n’est qu’un prétexte.

D’abord, parce qu’avant la loi, et vous le savez comme moi, les choses se passaient globalement bien.

D’ailleurs, j’ai eu l’occasion, alors que j’occupais des responsabilités syndicales au niveau national,  de rappeler à Monsieur le Ministre que les enseignants, qui sont des gens responsables, prenaient toujours les dispositions nécessaires en cas de grève pour prévenir les parents suffisamment tôt afin d’éviter les problèmes. Ce dont Monsieur DARCOS avait convenu.

Et puis surtout, je n’accepte pas qu’on évoque le «bien être » des élèves alors que toute la politique ministérielle en matière scolaire va à l’encontre de cet objectif.

Je ne vous ferai pas l’injure de vous rappeler l’ensemble des mesures prises contre l’enseignement public, en particulier ces derniers mois.

Madame l’Inspectrice d’Académie,

Vous l’aurez compris : non seulement je ne suis pas « disponible pour assurer ce travail », mais je m’oppose fermement à cette initiative qui, si j’en crois mes informations, émane du ministère.

Et puis, parce que pour moi la solidarité entre les salariés (qu’ils soient actifs chômeurs ou retraités) n’est pas un vain mot, je vous informe que le 29 janvier, je serai au côté de mes collègues qui seront en grève et qui manifesteront.

Persuadé que vous comprendrez le sens de ma démarche, je vous prie de croire, Madame l’Inspectrice d’Académie, en ma fidélité à l’école publique laïque (dont j’ai été l’un des maîtres pendant 38 ans et que j’entend bien continuer à servir) mais aussi en mon attachement au droit de grève inscrit dans la Constitution de notre pays et dans les Conventions de l’Organisation Internationale du Travail que la France a ratifiées.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Service Minimum
commenter cet article
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 12:44
In Depeche.fr


Le préfet de l'Aveyron Vincent Bouvier et le maire de Rodez Christian Teyssèdre (de g. à d.) vont-ils se retrouver ensemble pour garder les enfants scolarisés ? Photo DDM, archives.

Christian Teyssèdre propose une solution inédite pour appliquer le service minimum d'accueil.

Le service minimum d'accueil va-t-il se retourner contre ses « créateurs ». En cas de grève de la fonction publique, le gouvernement demande aux maires de réquisitionner du personnel pour s'occuper des enfants scolarisés en maternelle et en primaire et dont les parents ne peuvent pas assurer la garde. Une mesure qui, lors du conflit du 20 novembre dernier, a eu du mal à s'appliquer en Aveyron : six communes, dont Rodez, n'ont pas appliqué le SMA, en dépit des procédures engagées par le préfet Vincent Bouvier auprès du tribunal administratif. Certes, le haut fonctionnaire s'est fait débouter dans cinq dossiers, dont celui du chef-lieu rouergat, pour cause de saisine trop tardive.


Mais craignant de ne pas avoir autant de chance lors de la prochaine action, le maire (PS) ruthénois a proposé, ce jeudi matin, une solution originale. Il va dresser une liste de cent cinquante « personnalités » à mobiliser pour garder les 2 000 enfants scolarisés dans les établissements relevant de sa compétence. Au premier rang de ces assistantes maternelles un peu spéciales, l'inspecteur d'académie Claude Legrand et le représentant de l'État en Aveyron, Vincent Bouvier.


« Je pousse la logique jusqu'au bout. On me demande d'appliquer un dispositif. Mais si le personnel communal est en grève, je ne vais pas le réquisitionner. Donc, pour appliquer le SMA, je vais faire appel au préfet et à l'IA qui sont concernés au premier chef. Comme ils sont aussi des citoyens, ils ne peuvent pas refuser de m'aider à mettre en place une chose qu'ils me demandent de faire », analyse Christian Teyssèdre. Lequel, sympa, a promis de se mobiliser lui aussi, ainsi que les élus membres de son équipe.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Service Minimum
commenter cet article
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 20:13

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Service Minimum
commenter cet article
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 19:56
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Service Minimum
commenter cet article
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 16:28

In Ouest -France
Actualité Sarthe
     samedi 24 janvier 2009

 


La loi impose désormais aux mairies d'accueillir les élèves quand leurs instituteurs sont en grève. Pour les petites communes, c'est un casse-tête. Est-ce une raison pour prendre des libertés avec le respect de la vie privée ?

Un employeur qui diffuse les adresses persos de ses anciens salariés... C'est l'initiative prisepar l'inspecteur d'académie pour développer l'accueil des élèves, en cas de grève.

Choquant.

« Je n'apprécie pas du tout que mon ancien employeur diffuse mon nom et mon adresse, sans même prendre la peine de m'en avertir ! » De jeunes retraités sarthois de l'enseignement ne décolèrent pas contre l'initiative prise par l'inspecteur d'académie de la Sarthe pour « aider les petites communes à appliquer le service minimum d'accueil à l'école, comme le réclame le Président de la République ».

Le mouvement de grève de jeudi, à l'appel de presque tous les syndicats de salariés du public et du privé, sera très suivi dans l'enseignement. Du coup, Jean-Claude Rouanet a pris la décision d'envoyer une note à tous les maires des communes qui abritent une école publique. Le texte rappelle que la loi du 20 août 2008 impose l'accueil des enfants en cas de grève et que, pour cela, elle permet de recruter ponctuellement des étudiants, des assistantes maternelles, ou encore des personnels d'associations familiales...


« C'est n'importe quoi ! »

Rien d'anormal. Sauf qu'à cette note de rappel, est jointe une liste de 287 noms, ceux de « personnels enseignants retraités durant ces quatre dernières années ». À chaque fois, un nom, un prénom, suivis d'une adresse personnelle. Bernard Vétillard, maire-adjoint du Mans et ancien conseiller pédagogique, n'en revient pas quand on lui apprend qu'il figure sur la liste : « C'est n'importe quoi ! C'est très choquant qu'un ancien employeur diffuse ainsi des adresses personnelles. En plus, moi, je suis totalement contre le service minimum d'accueil. »

« Balancer une liste dans toutes les communes avec des adresses personnelles, je ne sais même pas si c'est légal », tempête un autre instit à la retraite. Pour se justifier, l'inspecteur d'académie parle de « l'intérêt des familles confrontées aux problèmes de garde ». Il invoque aussi « le manque de temps pour prévenir individuellement chaque personne » figurant sur la liste. « Peut-être que je suis allé au-delà de ce qui est souhaitable de faire », finit-il par déclarer en ajoutant que « ce procédé inhabituel a pu provoquer un certain désarroi. »


Les prévisions du nombre de grévistes, donc du nombre de personnes nécessaire pour les remplacer, devraient être connues en début de semaine. L'inspection d'académie est tenue de les communiquer aux mairies au moins 48 heures à l'avance. À partir de là, s'il n'est pas sur liste rouge, le téléphone de 329 retraités sarthois de l'enseignement risque de se mettre à chauffer. Alors qu'ils n'ont rien demandé.


Patrick ANGEVIN. Ouest-France

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Service Minimum
commenter cet article
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 21:50

Source AFP

Une proposition de loi du groupe communiste et du Parti de Gauche du Sénat, visant à supprimer le droit d'accueil obligatoire des enfants à l'école en cas de grève des enseignants, a été rejetée mardi par la Haute Assemblée.


La proposition communiste a été repoussée par 215 voix contre 189.


"Depuis sa promulgation", cette loi "se révèle génératrice de difficultés non négligeables" et "de nombreuses communes n'ont pas organisé ce service ou ont rencontré des difficulté pour le faire", a expliqué Brigitte Gonthier-Maurin, sénatrice des Hauts-de-Seine.

"Des préfets ont assigné en justice des maires n'ayant pas appliqué ce service minimum", s'est-elle indignée.


Ce droit d'accueil "représente une avancée considérable", "un progrès social", a répondu le ministre de l'Education, Xavier Darcos.

Il a admis que certaines communes n'avaient pas réussi à "surmonter" ce "défi nouveau, avec son lot de contraintes" mais a souligné qu'il "faut sans doute du temps" pour y parvenir.


Le texte instaurant le droit d'accueil avait été adopté par le Parlement le 23 juillet. L'opposition PCF, PS, Verts avait voté contre, jugeant qu'il "restreignait le droit de grève" et l'estimant "inapplicable".

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Service Minimum
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 18:11


Cliquer sur l'image pour voir le document en .pdf

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Service Minimum
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 20:16

Source AFP



Le service minimum à l'école "fonctionnera" lors de la grève du 29 janvier (Darcos)


Le service minimum d'accueil (SMA) dans les écoles primaires en cas de grève "fonctionnera" lors de la grève prévue jeudi 29 janvier, a affirmé dimanche le ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos, au Grand Rendez-vous Europe 1/Le Parisien-Aujourd'hui en France.


Ce sera "sans doute une grève générale importante", a déclaré M. Darcos. Mais "le SMA fonctionnera" et "j'appelle d'ailleurs les familles à s'en saisir", a-t-il ajouté.

"Evitons que les écoles soient des petites gares Saint-Lazare partout", a-t-il lancé, en référence au conflit qui a entraîné la fermeture mardi de cette grande gare parisienne par la direction de la SNCF.

Le droit d'accueil "fonctionnera", selon M. Darcos, car le ministère a écrit aux inspecteurs d'académie pour leur demander "d'aider les maires" à ce sujet.

"D'une part en organisant une meilleure prévisibilité du nombre de grévistes et du nombre d'élèves qui risquent d'être accueillis, d'autre part en établissant tout de suite avec eux des listes de +personnes ressources+, y compris prises dans les associations (...) familiales ou de parents, qui pourront assurer cet accueil", a-t-il détaillé.

Concernant Paris, ville où le maire PS Bertrand Delanoë a estimé que le SMA n'était pas applicable pour des questions de sécurité, M. Darcos a déclaré que "les élus" parisiens UMP "nous ont fait prendre un amendement qui permet aux maires d'arrondissement d'organiser ce service minimum d'accueil. Mais évidemment il faut que la mairie de Paris respecte la légalité".

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Service Minimum
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole