Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 19:03


"Notre inspecteur nous a réunis hier pour nous informer de la situation des rased pour l'an prochain et de la possible décision de l'IA de TOULOUSE  de fermer tous les postes RASED de l'académie, PSY SCOL y compris afin de réorganiser l'ensemble des secteurs et des circos avec le nouveau personnel (IEN compris car création de trois postes IEN sur l'académie: un à la commission technique des maternelles , un autre sur l'ASH et un en plus). En sorte que toute personne de réseau devrait participer au mouvement dont les règles seraient susceptibles de changer. (postes à rofils, flèchés etc...) Les syndicats doivent être informés la semaine prochaine. (non négociable nous a-t-il précisé)
Du point de vue de la gestion de la misère cela se conçoit...
Du point de vue des postes supprimés, cela évite aux IEN de choisir qui ils désignent comme victimes (car à cela ils ne s'y résignent pas...)

Du point de vue des réclamations, il ne poura pas y en avoir car du fait de la participation au mouvement, les personnes n'auront que des postes qu'ils auraient demandés: en effet, le mouvement se faisant à l'aveugle cette année (pas de 1er tour avec inscription d'intention de changement), il est recommandé de demander (si ce ne sera d'ailleurs "obligatoire" )un grand nombre de postes.

Il nous a montré aussi les pressions auxquels ils sont soumis (audits...) et en particulier l'enquête qui leur est exigée quant à la passation des éval CM2 ( des dizaines de tableaux à remplir). Il nous a parlé de la "peur" qui règne chez eux, climat délétère de menaces... Ils sont aussi dans l'obligation de fournir des postes vacants dans les écoles en difficultés, s'il n'y en a pas ils doivent fermer des postes de titulaires.
Les écoles prioritaires sont déjà décidées en vertu des évaluations sixièmes effectuées cette année dans les collèges ainsi que le nombre de "sédentarisations".

Enfin il nous a confirmé que les 3000 postes étaient d'ores et déjà fermés (loi de finance) et que donc la sédentarisation correspond pour moitié à un retour dans les classes ordinaires flèchées dans les écoles prioritaires avec une obligation d'être en sus maître ressource!! et pour les autres en maître surnuméraire dans les mêmes écoles à titre provisoire... Ces personnels les uns et les autres ne feraient plus partie des dispositifs rased."

Il était désolé et trés triste... Nous aussi!
"

M.R.
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 18:32
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 22:00

RASED et DESTRUCTION DE L’ECOLE : CE N’EST PAS FINI.

Mercredi 28 Janvier AGISSONS !

 

 

 

Parents d’élèves et citoyens des Combrailles,

 

 

Après la forte mobilisation du dernier trimestre, nous avons ressenti une inquiétude présidentielle qui a conduit le ministre Darcos à amorcer un premier recul.

Mais ne nous y trompons pas : la menace est toujours d’actualité et que les mauvaises réformes aillent plus ou moins vite, peu importe.

Ce qu’il nous faut c’est les faire échouer, c’est gagner complètement : l’école publique est la base de l’égalité des chances, la garantie de la réussite du plus grand nombre.

 

CONTRE LA SUPPRESSION DE POSTES : LA RIPOSTE DES POSTES

 

La menace directe pour l’école publique commence avec la suppression de postes à des niveaux jamais connus : - 13500 en France dont 3000 postes Rased. Et en zone rurale, nous savons combien les calculs habituels conduisent à fermer de plus en plus de services publics. La lutte continue donc et le 28 janvier est une journée nationale d’actions pour les RASED*(voir page 2) pendant laquelle nous pouvons prendre des initiatives.

 

Et puisque l’état veut récupérer des postes, le 28 janvier 2009 à 10 h 30, apportons tous de vieux postes de radio (toutes les marques sont admises !) à l’Inspection de Riom-Combrailles, rue des Boules à Riom, en demandant à l’Inspectrice de les transmette à sa hiérarchie.

 

Même si nous ne sommes pas des centaines, nous pouvons nous faire entendre de manière forte et symbolique. Car cette action vise à être relayée par les médias et un communiqué leur sera envoyé.

Alors, êtes-vous prêts : tous à l’Inspection Mercredi 28 janvier à 10 h 30 !

 

 

 

POUR LA REUSSITE DE L’ACTION,

MERCI DE CONFIRMER TRES VITE PAR REPONSE MAIL VOTRE VENUE

à christian@cylem.com
Un mail de confirmation sera envoyé à tous demain soir


*RASED

Journée nationale d'actions le 21 janvier

> La fermeture prévue de 3000 postes Rased (Réseaux d'Aides Spécialisées aux Elèves en Difficultés) à la rentrée 2009, est un des symboles des attaques contre l'école pour la réussite de tous.

> Le formidable mouvement autour du maintien et du développement des RASED, a contraint le ministre à de premières annonces. Cependant, leur traduction sur le terrain, et le cadre budgétaire inchangé, imposent de poursuivre la mobilisation, pour le maintien des 3000 postes en RASED, pour une école qui prenne véritablement en compte, de manière cohérente, la diversité des difficultés des élèves.

> Les organisations syndicales, associations et fédérations professionnelles, associations de parents d'élèves, appellent à une nouvelle journée nationale d'actions dans les départements et à Paris le 21 janvier, pour la remise des motions de conseils d'école, expressions publiques..., aux Inspecteurs d'Académie et au Ministère de l'Éducation Nationale.

> Elles tiendront à cette occasion une conférence de presse.


Organisations syndicales de l'éducation nationale :

SNUipp-FSU, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNUDI-FO, SUD-Education, FERC-CGT

Fédérations et associations professionnelles :

FNAME – FNAREN – AFPEN

Associations de parents d'élèves, du handicap et de la difficulté scolaire :

FCPE - APAJH - AGSAS - AIRE - AAPDYS France Europe

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 22:41

In Dernières Nouvelles d'Alsace 17/01/2009

Quarante postes d'enseignants itinérants en « Rased » seront supprimés dans le Haut-Rhin à la rentrée, a annoncé hier matin l'inspectrice d'académie du département Maryse Savouret dans le cadre du plan de réorganisation de l'aide aux enfants en difficulté.

Ils étaient tous vêtus de noir pour signifier la mort des Rased (Réseaux d'aides spécialisées aux enfants en difficulté). La totalité des 190 membres du personnel « Rased » du Haut-Rhin, psychologues, rééducateurs et enseignants spécialisés, ont fait le déplacement au lycée Camille-See de Colmar pour entendre l'inspectrice d'académie Maryse Savouret dévoiler le plan de réorganisation de l'aide aux élèves en difficulté.

23 « sédentarisés », 17 en « surnombre 
Sur les 40 postes d'enseignants itinérants transformés en personnel « non-Rased », 23 seront « sédentarisés », c'est-à-dire qu'ils prendront une classe en charge. Ils resteront aussi personne ressource dans leurs écoles. Les 17 autres seront en « surnombre » dans les écoles « qui comptent un nombre important d'élèves en difficulté ».

 « Le milieu rural va beaucoup souffrir de la suppression de ces postes », estime Nathalie Rantz, présidente de l'association départementale des psychologues de l'Education nationale.
 Selon l'inspectrice Maryse Savouret, « sur un même secteur, il n'y aura aucune suppression de personnel affecté à l'aide aux élèves en difficulté ». Elle évoque une redéfinition des missions. « Les Rased devront se recentrer sur les élèves en difficulté durable et complexe. » Les élèves en difficulté légère sont, depuis la rentrée, pris en charge dans le cadre des deux heures hebdomadaires d'aide personnalisée, mise en place dans toutes les écoles primaires depuis la rentrée dernière.

 L'inspectrice d'académie a également annoncé la création prochaine d'un groupe de travail qui associera les inspecteurs de circonscriptions et les enseignants de Rased pour définir ensemble les nouvelles missions des maîtres sédentaires et en surnombre. « L'intérêt des élèves et des personnels est préservé, assure-t-elle. Les enseignants se verront proposer un poste à proximité de chez eux et conserveront leur prime de spécialité (68 € mensuels environ). Ceux qui refuseraient un poste sédentarisé ou un surnombre intégreront le mouvement des enseignants selon les règles définies. »


Valérie Freund

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 17:28

 

Encore une manœuvre darcosienne ! Tout d'abord, une info qui fuite, 1500 postes de RASED "ne seraient finalement pas implantés dans une classe". Le syndicat enseignant SNUipp déclare le 8 janvier : «Nous attendons d'avoir les précisions du ministère noir sur blanc, mais on nous a assuré oralement que 1 500 Rased seront rétablis dans leur mission.»

Les autres syndicats réagissent à leur tour :
"Ceci démontre bien qu’il n’a jamais été question que de suppressions pour des raisons d’austérité budgétaire et non d’un quelconque projet de réorganisation pédagogique visant à combattre la difficulté scolaire comme a voulu le faire croire le ministère." (Sgen-CFDT)
"Ces modifications sont un premier résultat important de la mobilisation. Pour autant, le SE-Unsa, qui a fait du maintien des aides spécialisées sa priorité, ne peut s’en satisfaire." (SE-Unsa)


Mince... Ça ne suffit pas, ça ne prend pas. Ils en veulent plus. Il faut ajuster les propos ministériels. Surtout, ne pas confirmer. Si reculer d'un pas ne permet pas d'avancer de deux, il faut au moins reprendre la main. Déclarer à tout prix que c'est ce qu'on a toujours dit, que ce n'est pas un recul. Seule la parole ministérielle est fiable, les syndicats, les parents, les médias, les 250 000 signataires de la pétition Sauvons les RASED n'ont rien compris ou colportent de fausses informations, même si j'ai tenu d'autres propos depuis trois mois, voilà ce qu'il faut dire :
" Ce qui se produit aujourd'hui ce n'est pas un changement de pied, c'est la réalisation de ce que j'ai toujours annoncé. Vous observerez qu'une fois encore, on a fait croire pendant toute l'année que la sédentarisation de 3 000 RASED allait supprimer complètement le soutien scolaire et que on allait subitement abandonner les enfants en difficulté. Et on voit, aujourd'hui, qu'évidemment il n'en est rien." (sic, M. Darcos sur RTL le 8 janvier 2009)


Allez, de l'aplomb, dire aussi :
" J'ai toujours dit et je le répète, que 3 000 des RASED seraient sédentarisés. Une partie d'entre eux vont se trouver devant des classes et une partie d'entre eux vont être des maitres surnuméraires qui continueront à rendre des services à des groupes de classes ou à des écoles." (sic, encore)

"Surnuméraire", tiens ! Dans les dictionnaires, c'est défini par "ce qui est en trop, et par extension, superflu ou accessoire". Voilà qui témoigne d'une haute image de la fonction des maitres de RASED.

"Rendre des services", tiens ! Encore une définition élogieuse et respectueuse d'un métier. Ce n'est pas exactement ainsi que sont décrites les missions des RASED dans les textes officiels de l'Éducation Nationale :

" Le dispositif d’aides spécialisées contribue à assurer, avec les équipes pédagogiques, d’une part, la prévention des difficultés préjudiciables à la progression dans le cursus scolaire ou à une bonne insertion dans la vie collective et, d’autre part, la remédiation quand des difficultés s’avèrent durables et se traduisent par des écarts d’acquisition nets avec les acquisitions attendues ou par un défaut durable d’adaptation à l’école et à son fonctionnement particulier.
Il accompagne et complète les mesures prises par le maitre de la classe et l’équipe pédagogique, mesures qu’il a pu contribuer à définir dans certains cas." (Circulaire n° 2002-113 du 30 avril 2002)


Non, M. Darcos. Vos positions ne sont plus tenables.
Il s'agit bien d'un nouveau recul qui serait loin de vous déshonorer si vous ne le niiez pas.
Les propos tenus précédemment pour justifier la sédentarisation - mesure incluse dans un dispositif plus large de lutte contre l'échec scolaire - ne réussissent plus à cacher votre seul et véritable objectif qui n'est que budgétaire. Vous faites des calculs à la louche, ne vous basant sur aucune étude de terrain. Et j'en enlève 3 000, et j'en remets 1 500... Y a un peu plus, je mets quand même ?


On pourrait décrypter dans vos récents propos, si on y sentait de la conviction, que les RASED ont toute leur raison d'être... Des écoles en ont besoin à plein temps, soit, et affecter des enseignants RASED sur une seule école peut se concevoir. Les difficultés rencontrées dans certains groupes scolaires importants peuvent nécessiter des maitres spécialisés à plein temps. Mais cela ne supprime pas les besoins des autres écoles, où intervenaient précédemment des maitres E ou G, et qui ont évidemment dans leurs classes des élèves qui relèvent d'une aide spécialisée et qui, donc, nécessitent l'intervention de maitres spécialisés. C'est donc reconnaitre presque explicitement que les besoins sont plus importants que ce que l'organisation proposée pourra couvrir. C'est reconnaître qu'il n'y a pas assez de personnels en RASED. "Toute école relève des actions d'un réseau.", ce sont les textes qui le disent.

Si des écoles ont besoin de maitres spécialisée à temps plein, il faut développer le dispositif RASED pour que tout enfant en grande difficulté, de toute école, puisse bénéficier de son aide.

Quelques propos entendus de la bouche d'Inspecteurs de l'Éducation Nationale, parfois réduits au triste rôle de courroie de transmission de la volonté ministérielle :
"Il n'y a que deux élèves en difficulté dans cette école ? Ça ne vaut pas le coup que vous y alliez."
Ou encore :
"L'enveloppe pour vos frais de déplacement est vide, n'allez plus dans ce village. Justifiez-vous comme vous le voulez mais je vous interdis de dire aux parents que c'est pour une histoire d'argent. Devoir de réserve."
Position à tenir sympathique pour l'enseignant spécialisé et respect total des enfants et de leurs parents qui "ne valent pas le coup". Égalité des chances qu'ils disaient.


La seule position à adopter, digne, sensée, respectueuse de chacun, est de ne pas laisser se produire ce que M. Darcos a programmé, de s'opposer de toutes les manières à ces mesures. Il n'y a pas à négocier car il n'y a pas de plan B. La seule chose que veuille M. Darcos, c'est économiser.

Quel qu'en soit le cout humain.


VoyonsMonsieurDarcos,
le 9 janvier 2009

http://voyonsmonsieurdarcos.free.fr/index.htm



 


Sources :


RTL.fr :
http://www.rtl.fr/fiche/2995508/rtl-soir-du-jeudi-8-janvier-2009.html

Extrait concernant les RASED : http://voyonsmonsieurdarcos.googlepages.com/m.darcossurrtlle8janvier2009 )

20minutes.fr : http://www.20minutes.fr/article/286995/France-Xavier-Darcos-lache-du-lest-sur-les-Rased.php

 

SNUipp : http://www.snuipp.fr/spip.php?article6093

Sgen-CFDT : http://www.sgen-cfdt.org/actu/article1881.html

SE-Unsa : http://www.se-unsa.org/spip.php?article1381

 

Assemblée nationale :

"Une partie d’entre eux – 3 000 sur un peu plus de 11 000 – sera réaffectée au sein de classes où nous avons besoin d’eux. [...]

Les postes des maitres E et G ne sont pas supprimés : contrairement à ce que vous affirmez, ils seront affectés à des classes" (M. Darcos à l'Assemblée nationale le 4 novembre 2008)

http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2008-2009/20090048.asp

 

Clés Actu N 62 du 1/11/2008 :

"Par ailleurs, la réforme des RASED (Réseaux d'Aides Spécialisées pour les Enfants en Difficulté) prévoit de sédentariser 3000 postes de ces maitres spécialisés dans des écoles en difficulté. Ils remplaceront de fait 3000 enseignants partant en retraite et seront affectés dans une classe." (Luc Chatel, porte-parole du gouvernement)

http://www.porte-parole.gouv.fr/wp-content/uploads/2008/11/62-cles-actu-les-aides-aux-eleves-et-les-rased.pdf

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 06:37

L'objectif des 13 500 suppressions de postes va finir par être difficile à tenir par le ministère ! Une équation par facile à résoudre pour le ministre... car il faudra bien les trouver quelque part (voir Premières précisions sur la carte scolaire 2009 )



Déclaration Snuipp

Le ministère vient d’annoncer que 1500 des 3000 maîtres E et G que le ministre envisageait de sédentariser ne seraient finalement pas implantés dans une classe et conserveraient leurs missions d’enseignants spécialisés qui interviennent auprès des élèves en difficulté.


Le SNUipp se félicite de cette annonce qui répond en partie à l’attente des personnels qui s’est exprimée lors de la puissante mobilisation des enseignants des écoles le jeudi 20 novembre comme à travers la pétition « Sauvons les Rased ».


Après avoir reconnu la nécessité des RASED, l’abandon de leur projet de suppression en 2010 et 2011 puis le maintien des départs en stage d’enseignants spécialisés, le ministère annonce enfin la réduction des suppressions de postes d’enseignants spécialisés.


Le SNUipp sera vigilant sur la mise en œuvre de cette mesure afin qu’elle ne se mette pas en place au détriment d’autres postes d’enseignants comme les maîtres surnuméraires ou les enseignants remplaçants.

Il demande l’ouverture immédiate de discussions sur le devenir et le développement des dispositifs d’aides spécialisées aux élèves en difficulté.


Alors que les écoles compteront 14 000 élèves supplémentaires à la rentrée 2009 et que le Président de la République annonce des mesures pour réduire les inégalités et les discriminations, le SNUipp demande le maintien de l’ensemble des postes spécialisés, le développement des RASED et le rétablissement du nombre de postes au concours.


C’est le sens de l’appel à participer aux journées d’action des 17 et 29 janvier.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 17:45


Rochelle, le 10 décembre 2008,


Les enseignants spécialisés chargés
des aides à dominante
rééducative et pédagogique des
RASED de Charente Maritime


à Monsieur l'Inspecteur d'Académie

 

 






Monsieur l'Inspecteur d'Académie,


Nous avons pris connaissance du courrier relatif à l'évolution des Rased que vous nous avez adressé le 28 novembre 2008.
Nous refusons de quitter nos postes d'enseignants spécialisés en Rased à la rentrée 2009.
Soyez assuré de notre détermination à poursuivre les missions pour lesquelles nous avons été formés : aider les élèves les plus en difficulté à l'école.

Notre action s'inscrit dans le plus grand respect des valeurs qui fondent notre République.

Nous vous prions de croire, Monsieur l'Inspecteur d'Académie, en nos respectueuses salutations.

 

 

 


Une copie de ce courrier est adressée à :
* M. le Ministre de l'Éducation Nationale
* Mme la Rectrice de l'Académie de Poitiers
* Mmes et MM. les IEN de Charente Maritime
* Écoles maternelles, élémentaires et primaires du département
* 17 organisations syndicales et associatives signataires du texte
« Préservons et développons les Réseaux d'Aides Spécialisées aux
Elèves en Difficulté »

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 16:46



Saint-Etienne, le 8 décembre 2008

 

 

 

Lettre ouverte à Monsieur le Ministre,

 

 

 

 

Nous, enseignants de RASED, vous écrivons cette lettre aujourd’hui car en conscience nous ne pouvons plus nous taire, nous ne pouvons rester sans réagir face à ce que nous considérons comme le démantèlement des fondements de l’Ecole Publique de notre pays.

Dans votre réponse du 26 /11/08 à la question d’un député de la Charente  vous stipulez que «  les élèves rencontrant des difficultés reçoivent l’aide nécessaire pour les surmonter » dans le cadre de l’aide personnalisée. Cette mesure peut s’avérer appropriée pour certains élèves ayant des difficultés passagères et ponctuelles mais c’est une réponse insuffisante voire inadaptée pour ceux qui ont des difficultés persistantes et résistantes à la différenciation pédagogique mise en place par les enseignants

des classes ordinaires.

Dans les classes, les collègues apprécient à la fois le travail en petits groupes de l’aide personnalisée, mais formulent aussi leur impuissance à faire évoluer les élèves résistants.

De plus, cette aide personnalisée :

- alourdit le temps de présence des élèves les plus fragiles sans tenir compte de leur rythme biologique.

- stigmatise à outrance certains élèves, renforçant encore leurs difficultés.

- entrave la communication éducative entre parents, enseignants et membres du RASED.

- ne peut pas s'adresser à certains élèves trop rétifs à l’école, pour lesquels rajouter un peu plus de scolaire ne ferait que rigidifier le blocage. 

Ces constats viennent confirmer la réelle nécessité de professionnels formés au traitement de la difficulté grave et persistante.

Or, depuis la mise en place du soutien hebdomadaire, la confusion a été entretenue entre aide spécialisée et aide personnalisée, et le discrédit a été porté sur les interventions des maîtres spécialisés, sans qu’aucune évaluation qualitative sérieuse du dispositif RASED n’ait été conduite.

 

Les spécificités des différents membres du RASED ne sont plus reconnues aujourd’hui par votre ministère. Vous proposez d’ailleurs, dès cette année à 3000 d’entre nous de redevenir des enseignants traditionnels sans pouvoir mettre en œuvre la spécialité pour laquelle nous sommes formés. Cette « sédentarisation » serait alors synonyme de « dé-spécialisation ».

Certains d’entre nous, ciblés par un IEN selon des critères inconnus, devront assurer une tâche irréalisable : être à la fois enseignant au cœur de la classe et enseignant référent pour les enfants en difficulté.

Cela ne permettra pas aux élèves de mettre à distance le regard du maître, des camarades, le poids de l’évaluation dans la classe qui les empêche momentanément de dépasser leurs difficultés.

Ce travail de mise à distance et d’écart avec la norme scolaire reste nécessaire à la prise en compte de la difficulté persistante : c’est le fondement même de l’aide spécialisée.

De plus, nous ne pourrions pas assurer nos missions d’enseignant spécialisé dans de telles conditions. Nous serions alors confrontés comme les autres enseignants de l’école à la gestion quotidienne de la classe sans avoir les moyens de porter un regard distancié sur les élèves en difficulté et croiser les regards avec d’autres partenaires (CMPP, médecin scolaire, SESSAD, assistantes sociales, familles) Qui assurerait le rôle de médiation entre les différents partenaires ?

 

 Nous nous permettons de vous rappeler les finalités du RASED , B.O n°19 du 9 mai 2002 :”Le dispositif d’aides spécialisées, contribue à assurer, avec les équipes pédagogiques, d’une part, la prévention des difficultés préjudiciables à la progression dans le cursus scolaire ou à une bonne insertion dans la vie collective et, d’autre part, la remédiation quand les difficultés s’avèrent durables et se traduisent  par des écarts d’acquisition attendues ou par un défaut durable d’adaptation à l’école et à son fonctionnement particulier”.

 

Nous considérons que le dispositif d’aides personnalisées pour les élèves en difficulté n’est qu’un prétexte budgétaire pour supprimer les RASED.

Par qui ces élèves à besoins particuliers adressés précédemment aux RASED seront-ils alors pris en charge ?

Certaines familles feront certes la démarche de s’adresser à l’extérieur de l’école, aux orthophonistes, aux CAMPS et CMPP, mais ces professionnels sont déjà débordés, et les délais de prise en charge seront encore allongés. D’autres familles acceptent de travailler avec le RASED parce que c’est un dispositif interne à l’école, mais ne feront jamais la démarche de consulter d’autres organismes. Nombre d’enfants se retrouveront sans aide, laissés pour compte.

 

L’objet de notre lettre est de vous informer que nous ne serons ni acteurs ni complices de ce processus. Si aujourd’hui, nous décidons d’entrer en résistance, c’est par nécessité. Pour servir la cause de l’intérêt public, les membres du RASED signataires s’engagent devant vous :

 

-          à ne pas leurrer les familles, qu’ils rencontrent lors de leurs différentes prises en charge et à les informer sur les lourdes conséquences de la disparition des membres du RASED pour leurs enfants.

 

-          à ne pas laisser croire que les nouveaux dispositifs proposés (aide personnalisée et stages de remise à niveau) permettront de traiter la grande difficulté et réduiront ainsi l’échec scolaire. C’est parce que les membres du RASED côtoient quotidiennement la difficulté scolaire qu’ils sont à même de déclarer ces dispositifs inadaptés. C’est pourquoi, nous demandons le gel de l’aide personnalisée et suggérons que de nouveaux dispositifs réfléchis et élaborés avec les enseignants puissent répondre de manière cohérente aux besoins de nos élèves.

 

-          à ne pas cautionner la création des jardins d’éveil payants car comme le souligne Philippe MEIRIEU « ce sont des systèmes de garde aux ambitions éducatives bien moins grandes » entraînant à termes la disparition de l’école maternelle dont « les modèles pédagogiques sont solidement ancrés dans une tradition et étayés par la recherche » ayant pour « obsession de rétablir, par l’Ecole, un peu de justice sociale. » La scolarisation tardive de certains élèves issus des catégories socio professionnelles les plus précaires augmentera inévitablement l’échec scolaire, il en résultera un nombre plus élevé d’enfants en difficulté à gérer dans les classes. L’enseignant sera alors bien démuni et portera seul la lourde responsabilité du traitement de la difficulté.

 

-          à ne pas postuler sur les postes fléchés, (enseignant spécialisé référent des enfants en difficulté au sein de l’école). Il nous apparaît en effet que cette mesure est totalement irréalisable et scandaleusement trompeuse tant pour les parents dont les enfants sont actuellement suivis par un des membres du RASED que pour ceux qui pourraient en avoir besoin demain.

  

Les enseignants qui ont choisi un jour de se spécialiser l’ont fait pour combattre au plus près et de manière différente la difficulté scolaire en s’engageant auprès de ces élèves qui la vivent quotidiennement. C’est pourquoi, nous vous demandons Monsieur le Ministre, de renoncer à la sédentarisation des enseignants spécialisés. Nous demandons de surcroît la création de plusieurs milliers de postes RASED afin de ne pas laisser dire que  nos actions sont dispersées et inefficaces quand dans les faits les RASED sont le plus souvent incomplets et en nombre insuffisant.

 

            Les enseignants des RASED restent attachés aux valeurs de l’école Républicaine, Laïque et Gratuite et continueront à promouvoir cette école de la réussite pour tous.

 

            Nous vous assurons, Monsieur le Ministre de nos sentiments déterminés et respectueux.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 18:11




Monsieur le Ministre,

Permettez-moi d'appeler votre attention sur la réforme du « Réseau d'aides aux enfants en difficulté » (RASED) qui suscite certaines interrogations et même inquiétudes, avec la mise en place de deux heures de soutien hebdomadaire et la sédentarisation de 3000 enseignants.

Tout d'abord, les enseignants de ce réseau estiment que le soutien scolaire hebdomadaire de deux heures vient en complément du travail de différenciation pédagogique, mis en place par l'enseignant ou l'équipe pédagogique au sein de l'école. Ce soutien permet de prendre en charge des élèves présentant des difficultés passagères ou légères.

Ils considèrent que ce soutien ne peut être confondu avec une aide spécifique apportée à des enfants en grande difficulté, car il s'agit bien souvent d'élèves en rupture d'apprentissage nécessitant une prise en charge individuelle.

Dans cet esprit, ils souhaitent que les réseaux d'aide aient la possibilité de travailler dans les conditions fixées par les textes de 1990 qui prévoient un Rased complet pour un secteur de 800 élèves.

Ils demandent également que leur activité fasse l'objet d'une réelle évaluation nationale, par le biais des inspecteurs de l'Education Nationale qui, selon eux, sont les plus à même de percevoir les réalités de terrain.

Enfin, ils espèrent que la formation continue sera soutenue, afin de maintenir le dynamisme opérationnel des ces enseignants.

C'est pourquoi je vous serais très reconnaissant de faire procéder à un examen bienveillant et diligent de ces propositions et de me faire savoir la suite que vous entendez leur réserver.

En vous remerciant par avance et restant à la disposition de votre Cabinet pour d'éventuels compléments d'information, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l'expression de ma considération distinguée.


http://www.didierquentin.com/article-RASED---Reseau-daides-aux-enfants-en-difficulte-7-672.htmll


La réponse :


Monsieur le Député,

Vous m’avez fait part de vos interrogations sur la situation des maîtres spécialisés des réseaux d’aide et de soutien aux élèves en difficulté (RASED). C’est pourquoi il m’a semblé utile de vous apporter des éléments suivants.

Les maîtres des classes sont les premiers à faire face, dans la classe et dans l’école, aux difficultés scolaires de leurs élèves. S’ils ne peuvent être laissés seuls pour lutter contre toutes les formes de difficulté qui peuvent relever d’origines diverses, le recours aux RASED montre pourtant aujourd’hui ses limites. La fréquence des prises en charge par les maîtres spécialisés est trop ponctuelle, les réseaux sont éloignés des projets d’enseignement des classes et des écoles. Dans la plupart des cas, les élèves concernés quittent la classe la durée de la prise en charge et donc n’assistent pas à certains enseignements fondamentaux. En outre, l’augmentation continue des emplois de maîtres spécialisés dans le premier degré, dans leur fonctionnement actuel, n’a pas réduit l’échec scolaire. Aujourd’hui encore, environ 15% des élèves quittent l’école primaire en connaissant de graves lacunes dans les domaines de la lecture, de l’écriture et des mathématiques.

Le projet de loi de finances pour 2009 prévoit qu’à la rentrée 2009, 3000 et 11000 emplois d’instituteurs et professeurs des écoles spécialisés (option E et G), issus des RASED seront implantés dans les écoles, afin d’y exercer des fonctions de maîtres titulaires d’une classe.

Grâce à la réforme du primaire qui vient d’être mise en œuvre, chaque élève en difficulté reçoit désormais une réponse adaptée à sa situation :

- Les deux heures libérées du samedi matin sont investies au profit des élèves en difficulté sous forme d’une aide personnalisée, notamment de remédiation et de remise à niveau dans les enseignements fondamentaux, dispensée par les maîtres de leur école. Cette aide peut se faire de manière ponctuelle ou s’inscrire dans la durée. Désormais, dans toutes les écoles, et plus seulement dans certaines d’entre elles comme c’était le cas auparavant, les élèves rencontrant des difficultés reçoivent l’aide nécessaire pour les surmonter.

- Des stages de remise à niveau en français et mathématiques sont également proposés aux CM1 et CM2, pendant les vacances scolaires par petits groupes, à raison de trois heures par jour pendant une semaine. Lors de la première session pendant les vacances de Pâques, 83000 élèves ont participé à ces stages. Début juillet, ce sont 50000 élèves qui s’étaient inscrits ; et fin août 65000 élèves ont pu se remettre à niveau pendant la rentrée scolaire.

- L’action des 8000 maître spécialisés structurés en RASED va être réinvestie spécifiquement pour intervenir sur les difficultés comportementales et psychologiques des élèves, répondant ainsi aux situations que les professeurs des écoles ne pourraient pas gérer dans le cadre des dispositifs ci-dessus.

- Un plan national de formation des enseignants au traitement de la difficultés scolaire est prévu pour les professeurs des écoles qui éprouveraient une difficultés ou un besoin à s’occuper de cette difficulté. 40000 enseignants seront concernés sur 5 ans par ce plan de formation. Cette qualification supplémentaire sera reconnue financièrement et en termes de carrière. Cet effort considérable vise à doter chaque école ou groupe d’écoles d’un maître-ressource dans ce domaine.

La sédentarisation de 3000 maîtres spécialisés des réseaux d’aide et de soutien des élèves en difficulté (RASED), la mise en place du dispositif d’aide personnalisée, tout comme le meilleur emploi des maîtres spécialisés travaillant en réseau et la formation, constituent désormais l’ensemble des réponses au traitement de la difficulté scolaire dans toutes les classes.

A la rentrée 2009, un ou plusieurs maîtres spécialisés itinérants seront affectés par l’inspecteur d’académie pour exercer à temps plein dans une école en tant que titulaires d’une classe. Cette nouvelle implantation se fera, dans toute la mesure du possible, au sein de l’aire géographique d’intervention du RASED.

Les RASED des zones rurales éloignées, compte tenu de leur spécificité, ne seront qu’exceptionnellement concernés par cette mesure. En effet, des modalités d’intervention itinérantes peuvent se justifier sur des territoires dotés de petites structures scolaires disséminées.

Ainsi, les enseignants concernés par cette mesure pourront exercer, s’ils le souhaitent, dans une école du secteur qu’ils connaissent déjà. Sinon, ils pourront participer au mouvement départemental des professeurs des écoles.
Dans ce nouveau cadre, la qualification du maître spécialisé, nommé sur un poste de ce type dans une école, continue à être reconnue, notamment à travers son régime indemnitaire propre.

Les postes particuliers d’exercice des maîtres E ou G (CMPP, maîtres-référents ASH, projets départementaux) ne sont pas concernés par la réimplantation. En outre, le rôle et les fonctions des 3700 psychologues scolaires restent inchangés.

Enfin, j’ai demandé à votre inspecteur d’académie de vous présenter, au plus tard à la fin du mois de janvier, le schéma de réimplantation des maîtres spécialisés de votre département.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 18:47
In Les Nouvelles des Yvelines


Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole