Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 07:33

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 12:28

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 23:08


 

 

 

 

 

le 18/02 /2009

 

 

 

 

 

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

 

 

Vendredi 6 février 2009 à 11h00  les gendarmes sont entrés dans l’établissement dont j’assure la direction, ils ont traversé la cour au milieu des élèves et ont demandé à me parler au sujet d’un élève. Les gendarmes m’ont interrogée sur le comportement,  l’assiduité et la tenue vestimentaire de cet élève.

 

Je suis directrice d’une école maternelle, cet élève est en petite section, il n’a que trois ans.

 

Je me permets de vous adresser cette lettre car que je suis encore choquée de cette intrusion et des questions posées, relevant beaucoup plus d’appréciations que de remarques reposant sur des faits réels constatés. Comment le comportement d’un élève dans la structure école, peut-il être interprété à l’extérieur par des personnes non qualifiées ?

 

Jamais les gendarmes n’ont fait allusion à une suspicion de mauvais traitement à l’encontre de cet élève, ils ne m’ont pas plus questionnée sur ses propres représentations de sa vie à la maison ou à l’école. Que voulaient-ils me faire dire en m’interrogeant sur son comportement, son absentéisme ou sa tenue vestimentaire ? Cet enfant ne pose aucun problème au sein de l’école.

 

En quoi la tenue vestimentaire d’un enfant de trois ans peut-elle poser un problème d’ordre public ? L’école n’étant obligatoire qu’à partir de six ans en quoi l’absentéisme de cet enfant plutôt que d’un autre qui a prolongé ses vacances, peut-il interroger ? Une enquête est-elle en cours ? Pour quelle raison n’y a-t-il pas eu enquête sociale ? Notre démarche relève du signalement au RASED (tant qu’il sera là), ou aux médecins et infirmières scolaires (ou PMI) . Cette intrusion signifie-t-elle que je n’ai pas assuré ma mission ? Qui est chargé de le vérifier ? Pour le moment, vous Monsieur l’Inspecteur d’Académie, par l’intermédiaire de votre représentante, l’Inspectrice de l’Education Nationale 

 

            Ces dernières semaines dans des écoles voisines, des directeurs ont été interrogés sur leur participation et celle de leurs collègues aux mouvements de grève, ailleurs ce sont les évaluations CM2 qui  se sont déroulées sous haute surveillance , que se passe-t-il ? Pourquoi  et à la demande de qui les gendarmes investissent-ils les écoles ? Que dire des rafles d’enfants sans papiers, qui nous renvoient à une période bien triste de notre histoire ?

 

            Notre malaise ne fait que s’accroître avec des interventions multiples et souvent déplacées de représentants de l’état ou des collectivités (intrusions pendant le temps scolaire des forces de l’ordre, ou de Maires, en opposition avec ce qui se fait à l’école).

 

Quand j’ai passé l’entretien de directrice en 2OO2, personne ne m’a demandé si j’accepterai  en tant que directrice de ficher mes élèves contre l’avis de leurs parents. Personne ne m’a prévenue que les gendarmes pourraient entrer dans l’école et m’interroger sur la tenue vestimentaire des enfants, le travail de mes collègues , ma participation à un mouvement de grève ou signaler un enfant sans papiers.

 

Aujourd’hui, avec la mise en place du fichier Base Elève et Base Nationale Identifiant Elève, avec la loi sur la prévention de la délinquance, les devoirs de directrice d’école m’obligeraient à des comportements que je juge indignes d’un enseignant, dois-je y perdre toute humanité ? La déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen demeure la base des valeurs que je défends.

 

En tant que directrice ,je refuse de rentrer mes élèves dans le fichier Base Elèves sans l’autorisation de leurs parents, je refuse de répondre à des questions personnelles concernant un élève si elles n’ont pas pour but l’intérêt et la protection de l’enfant.

 

Je vous demande, au nom de la liberté de chacun de choisir en conscience et en toutes connaissances de cause, de bien vouloir informer à l’avenir les futurs directeurs et directrices, d’écoles, d’EPEP , de leurs obligations et du rôle qu’ils auront à jouer dans le contexte actuel de répression et d’atteinte aux libertés individuelles.

 

Je prends la liberté de faire connaître cette lettre et de l'associer à d'autres courriers similaires car elle s'inscrit dans une prise de conscience et une action collective de défense du service public d'éducation.

 

Je vous prie de croire Monsieur l’Inspecteur d’Académie à l’expression de mes respectueuses salutations, ainsi qu’à mon attachement à l’école publique , à la Liberté , à l’ Egalité et à la Fraternité.

 

                                              

 

Armelle  Huitric

 

 

 

                                              

 

                                               Professeur des écoles

                                               Directrice d’école maternelle

                                               Gers

 

                       

 

 


Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 18:00


Note de Sabiha AHMINE, conseillère d’arrondissement 5°, conseillère régionale de Lyon


 A l’instar de l’école, la santé ou la recherche, de lourdes menaces pèsent sur les écoles maternelles depuis un moment. Plusieurs mobilisations citoyennes, parents, militants et enseignants ont lieu partout, pour dire que l’école maternelle doit être et rester une école à part entière. L’autre jour, avec le collectif « Savons l’école » de Ménival dans le 5ème arrondissement de Lyon, nous étions ensemble pour soutenir les parents et enseignants et dire Non aux suppressions des RASED comme aux fermetures annoncées... Pour nous, l’école maternelle doit être et rester un lieu où les enfants apprennent à vivre ensemble en se respectant les uns les autres et en s’enrichissant de la différence des autres, un lieu où ils construisent leur savoir en s’appuyant sur la réflexion et la créativité plutôt que sur la répétition.

Etat des lieux dans Lyon 5ème

Le 5ème arrondissement est dans le collimateur de la politique gouvernementale de fermeture d’écoles maternelles. Lyon comptera ainsi deux établissements scolaires de moins à la rentrée prochaine : La Vallonière, dans le 9e arrondissement (limite Champ- vert dans le 5°) et Charcot, dans le 5e arrondissement. La raison officielle évoquée est la baisse de la démographie scolaire ainsi que l’excès des dérogations, ce qui a conduit à une nouvelle modification des périmètres scolaires. Selon l'adjoint aux affaires scolaires de la ville de Lyon, Yves Fournel en dix ans, le nombre d'écoliers à la maternelle Charcot a diminué de moitié, « passant de 116 inscrits en 2002 à 48 actuellement. Ces derniers seront orientés selon le choix des parents vers les autres écoles avoisinantes (F. Buissons, Gémeaux...). Pour La Valonnière (Cité HLM-Sacvl), dont les bâtiments préfabriqués renfermant selon la mairie « de l'amiante », ne compte que 69 écoliers scolarisés, qui seront transférer en totalité vers la maternelle de la cité HLM Sœur Jannin dans le 5ème.

Enjeux et autres objectifs déguisés


Globalement, cette situation est beaucoup plus complexe. Comme le confirme le collectif sauvons l’école, le démantèlement de l’école maternelle est ainsi en marche. Sur le blog "Sauvons l’école", on y trouve une analyse intéressante du Collectif Lyonnais sur les dessous de ce projet de fermeture programmée des écoles maternelles. Selon les informations que nous avons recueillies (par auditions) au niveau de la communauté éducative du 5ème arrondissement, cette situation est programmée, « dans les tuyaux », depuis plusieurs années. Elle a été reportée plusieurs fois. L’objectif de cette fermeture « déguisée » vise, en premier dans les zones urbaines, la suppression des petites écoles maternelles qui compte moins de deux classes. Une justification rationnelle qui rejoint d’autres : car en effet, les gouvernements de droite successifs ne l’ont jamais annoncé officiellement, mais ils ont procédé à la mise en œuvre de multiples actions séparées qui, lorsqu’on les rassemble comme les pièces d’un puzzle, montrent que l’école maternelle risque d’être condamnée.


Notre positionnement


Concrètement, afficher un refus actif de la suppression de la scolarité de 2 à 3 ans. Au même titre que le personnel éducatif, il est demandé à chaque acteur, dont la ville, de déterminer son positionnement clair sur ce projet gouvernemental de fermeture « déguisée » des maternelles de moins de deux classes. Car, ce qui est à craindre à court terme, c’est la surcharge des classes. Ajouté à cela des craintes sur les promesses de l’Etat (l’Académie) en matière de non respect des normes et autres ratios, qui risquent de ne pas être tenues. Concernant les parents, en outre les difficultés physiques d’accès, exemple du trajet en pente et sans bus, entre la Vallonière - Sœur Jannin, il est aussi soulevé la question du respect de la mixité sociale et celle d’égalité des chances. En effet, sommes nous vraiment obligé de transférer des enfants de maternelles d’une Cité HLM uniquement vers une autres Cité HLM, sans aucun autres choix ?

Notre positionnement s’inspire de celui de Philippe Meirieu

Notre positionnement s’inspire de celui de Philippe Meirieu professeur en sciences de l’éducation, pour qui les spécificités de la maternelle s’inscrivent dans un système globale. Pour lui, elle est « l’articulation des sphères privée et publique, elle fait de l’aléatoire une vertu (on ne choisit pas ses camarades de classe), elle est le lieu essentiel du développement de l’intelligence, de l’apprentissage coopératif, le lieu d’entrée dans la parole. ». C’est pourquoi, en outre de l’exigence des moyens de qualité pour l’école maternelle, on peut travailler sur l’idée de charte ou manifeste.

Vers un manifeste des parents d’Enfant pour l’école maternelle

Socle de la vie scolaire et sociale, la maternelle, cette école de la petite enfance mérite les meilleurs égards. Voici quelques points du Manifeste des parents d’Enfant pour l’école maternelle que nous pouvons débattre:



   -   Du personnel formé pour l’enseignement primaire mais aussi plus spécifiquement pour la maternelle, du personnel sensibilisé à certaines particularités (dyslexie, précocité…) et capable d’aiguiller les parents, du personnel ayant fait le choix de travailler avec les plus jeunes.
  -     Des modules de soutien
, plutôt pendant le temps scolaire, pour les enfants qui en ont besoin.
  -    
Refus de la suppression de la scolarité de 2 à 3 ans
   -    Un accueil pour les 2-3 ans.
Celui-ci doit être souple et adapté aux rythmes et aux besoins des jeunes enfants, comme c’est souvent le cas.
 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 19:23

In Collectif Ecoles Ouest Lyonnais


Avec la signature de la déclaration commune AGEEM-MEN,
Xavier Darcos se place en sauveur de l'école maternelle ...
Dans chacun de ses courriers aux députés, le ministre le rappelle :


Restons vigilants !
Les décisions de l'IA du Rhône au CTPD du 5 février
contredisent les propos du ministre.
(voir : http://collectif.ecoles.ouest.lyonnais.over-blog.com/article-27730509.html)
Voici différentes analyses du virage à 180° du ministre :
Daniel Calin, Le Post, l'AGEEM, le MEN, François Jarraud, le SNUipp16, le SNUDI-FO62, le Collectif de Villefranche et le Collectif Ecoles Ouest Lyonnais.

Veille sur les écoles maternelles

http://daniel.calin.free.fr/maternelle.html

Une mine d’or : rapport Tabarot, rapport Papon-Martin, rapport Bentolila

 

Après son recul tactique sur la “réforme” des lycées, nouveau recul tactique de Darcos sur les maternelles, à l’occasion d’une rencontre avec l’AGEEM . Cela ressemble à un cessez-le-feu dans son entreprise de destruction des écoles maternelles. Il faut rester très vigilant, un cessez-le-feu n’est pas un traité de paix. Quand un Darcos se déclare soucieux de redonner à l’école maternelle française toute sa vocation et de retrouver l’élan qui a fait son originalité et sa réussite, même si cette déclaration est co-signée par l’AGEEM, il y a de quoi se faire du souci : ça veut bien dire que l’école maternelle avait perdu sa vocation et son élan, et que Darcos va la sauver de sa déprime, non ? Qu’est-ce que c’est que ces conneries ? Darcos en sauveur des maternelles, on croit rêver ! Du pur Darcos, qui ne peut s’empêcher de mêler de nouvelles entourloupes à chacun de ses faux reculs. Je regrette vivement que l’AGEEM ait accepté de co-signer une telle phrase.

 

Maternelle : Darcos se couche ?

http://www.lepost.fr/article/2008/12/19/1362314_maternelle-darcos-se-couche.html

Le changement de ton du Ministre de l'Education Nationale à l'approche des vacances de Noël est-il purement tactique ? Eteindre l'incendie qui couve dans la maison... avant les mesures de carte scolaire qui tomberont au premier trimestre.
On ne touche pas au lycée, ni à la maternelle, ni... à rien, pour désamorcer la bombe. Pour le reste on verra plus tard...

Lu sur le site de l'Education Nationale

Xavier Darcos, ministre de l’Éducation nationale, s’est entretenu ce jour avec Lucile Barberis, présidente nationale de l’Association générale des enseignants des écoles et classes maternelles publiques (A.G.E.E.M.) et les membres de son bureau national.

Au cours des échanges avec cette association professionnelle reconnue, qui oeuvre depuis 1921 pour le rayonnement de l’école maternelle française, Xavier Darcos a réaffirmé la place essentielle de l’école maternelle au sein du système éducatif français. Il a exprimé toute l’importance qu’il attache au métier d’enseignant en école maternelle. A l'appui de cette déclaration, il a d'ailleurs signé en marge de cette rencontre le manifeste pour la défense de l'école maternelle française que lui ont présenté les membres du bureau national de l'A.G.E.E.M.

Afin d’accompagner les équipes pédagogiques des écoles maternelles, Xavier Darcos a défini les objectifs d’un partenariat qui a fait l’objet d’une déclaration commune avec l’A.G.E.E.M. L’association sera partie prenante de l’élaboration d’un plan national de formation des enseignants de maternelle afin d’en améliorer encore les compétences.
Ce plan s’appuiera sur la création dans chaque département d’un pôle pédagogique spécifique et sur l’édition d’outils pédagogiques propres à l’école maternelle visant à constituer des ressources pour faire la classe. L’A.G.E.E.M. sera pleinement associée à ces mesures.

Enfin, pour mieux faire connaître l’école maternelle et le travail de ceux qui encadrent les enfants, Xavier Darcos a décidé de diffuser à toutes les familles d’enfants scolarisés à l’école maternelle, le "Guide aux parents" élaboré par l’A.G.E.E.M., à l’issue des congés d’hiver 2009.
Sur ces bases, une convention entre le ministère de l’Education nationale et l’A.G.E.E.M. fixera les modalités de partenariat.

A lire: La déclaration commune

En tout cas restons vigilants ! De toute façon, c'est l'école publique laïque dans son intégralité qu'il faut soutenir et essayer de sauver.


Réponse de l’AGEEM : Du pain sur la planche

http://blog.ageem.fr/

http://blog.ageem.fr/?p=117

 

Il y a un mois, le 18 décembre 2008, nous avons donc signé une déclaration commune avec le ministère de l’éducation nationale. Nous sommes en train de préparer la convention revenant ainsi à une situation antérieure pour notre association.

L’AGEEM n’a pas signé un accord avec le ministre de l’éducation mais une déclaration commune !

Les mots ont leur importance !

Cette déclaration porte sur ce qui fait notre spécificité associative depuis l’origine en 1921  afin de « promouvoir et défendre l’école maternelle » : la participation à un groupe académique ou départemental de référence, la fabrication de documents pédagogiques pour les maîtres, la participation à la formation initiale et continue pour la maternelle.  

Là aussi, soyons précis ! être associée à la formation ne signifie nullement se substituer aux formateurs qui sont sur le terrain et assurent leur travail du mieux possible. Loin de nous cette idée que certains se plaisent à avancer !

Il s’agit de faire reconnaître nos actions comme lieux et espaces de formation : par exemple, réunions de travail, journées académiques, congrès et colloques nationaux. Il s’agit de mettre à disposition notre expertise de terrain : ouvrir nos écoles, nos classes, partager nos expériences, nos ateliers …

Rappelons que cette signature est l’aboutissement d’un travail exigeant et extrêmement attentif de tout le Bureau National.
Ce travail  s’est engagé à partir de  notre initiative d’écriture et de diffusion  à l’ensemble des recteurs, IADSDEN, IEN et directeurs d’IUFM de notre Guide à l’usage des parents.
Ce document a été repris in extenso –avec un édito du ministre- par le Ministère qui va le diffuser à la rentrée des vacances d’hiver à toutes les familles dont les enfants sont à l’école maternelle : 3,5 millions d’exemplaire via les écoles maternelles.

L’AGEEM a fait le choix de ne pas mener une politique de la chaise vide et de participer aux travaux par « l’intérieur » … c’est un choix que nos militants approuvent à 98 %. De l’adhérent de base à la présidente nationale, les membres de l’AGEEM ont un but commun qui est la défense de l’école maternelle publique et laïque ; c’est ce qui motive nos engagements militants.

Cette perspective étant ouverte, d’autres peuvent la partager avec nous pour autant qu’ils soient soucieux comme nous de la qualité de l’Ecole Maternelle française.
Ne nous trompons pas d’ennemi !
Ne combattons pas une personne, mais battons nous ensemble pour des idées !


Sur le site du MEN

http://www.education.gouv.fr/cid23288/ecole-maternelle-partenariat-avec-l-a.g.e.e.m.html

http://media.education.gouv.fr/file/12_decembre/67/6/declaration_commune_MEN_et_AGEEM_40676.pdf

 

Xavier Darcos, ministre de l’Éducation nationale, s’est entretenu ce jour avec Lucile Barberis, présidente nationale de l’Association générale des enseignants des écoles et classes maternelles publiques (A.G.E.E.M.) et les membres de son bureau national.

Au cours des échanges avec cette association professionnelle reconnue, qui oeuvre depuis 1921 pour le rayonnement de l’école maternelle française, Xavier Darcos a réaffirmé la place essentielle de l’école maternelle au sein du système éducatif français. Il a exprimé toute l’importance qu’il attache au métier d’enseignant en école maternelle. A l'appui de cette déclaration, il a d'ailleurs signé en marge de cette rencontre le manifeste pour la défense de l'école maternelle française que lui ont présenté les membres du bureau national de l'A.G.E.E.M.

Afin d’accompagner les équipes pédagogiques des écoles maternelles, Xavier Darcos a défini les objectifs d’un partenariat qui a fait l’objet d’une déclaration commune avec l’A.G.E.E.M. L’association sera partie prenante de l’élaboration d’un plan national de formation des enseignants de maternelle afin d’en améliorer encore les compétences.
Ce plan s’appuiera sur la création dans chaque département d’un pôle pédagogique spécifique et sur l’édition d’outils pédagogiques propres à l’école maternelle visant à constituer des ressources pour faire la classe. L’A.G.E.E.M. sera pleinement associée à ces mesures.

Enfin, pour mieux faire connaître l’école maternelle et le travail de ceux qui encadrent les enfants, Xavier Darcos a décidé de diffuser à toutes les familles d’enfants scolarisés à l’école maternelle, le "Guide aux parents" élaboré par l’A.G.E.E.M., à l’issue des congés d’hiver 2009.
Sur ces bases, une convention entre le ministère de l’Education nationale et l’A.G.E.E.M. fixera les modalités de partenariat.

 

Le café pédagogique

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lesysteme/Pages/2009/99_Darcosmaternelle.aspx

        

         Darcos renoue le dialogue avec les enseignants de maternelle 

Par François Jarraud

 

" Nous n'avons pas fait de concessions. Nous avons été fermes de bout en bout des échanges, le ministère étant demandeur et en attente de se refaire une image positive par rapport à l'école maternelle". Lucile Barberis, présidente de l'AGEEM, une association qui regroupe des  enseignants de maternelle, annonce la signature d'une convention avec le ministère.


Venant après plusieurs rapports très hostiles à la maternelle, après des propos malheureux sur les couches, la signature d'une déclaration commune avec le ministère marque un véritable changement de ton. "L’école maternelle accueille tous les enfants à partir de 3 jusqu’à 6 ans. Elle accueille aussi les enfants de 2 à 3 ans particulièrement dans les secteurs difficiles ruraux et urbains, en fonction des places disponibles. Elle se coordonne avec les structures de la petite enfance pour offrir un service de qualité aux enfants et leurs familles. Il en sera ainsi tant qu’une solution collective consensuelle concernant l'accueil des plus petits n’aura pas été définie. L’AGEEM sera associée à cette réflexion". Le Guide AGEEM sera distribué aux familles

Propositions pour la formation

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Documents/docsjoin[...]

Décllaration commune

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Documents/docsjo[...]  


Réédition par le ministère d'un document d'accompagnement de 2002

Xavier Darcos a signé le 18 décembre un accord de partenariat avec l'Association générale des enseignants des écoles et classes maternelles publiques (Ageem) comme L'Expresso l'avait annoncé hier. Durant un long entretien, il a affirmé "la place essentielle de l'école maternelle au sein du système éducatif français". Dans la foulée il a signé la pétition lancée par l'Ageem, devenant le 183 342ème signataire…


L'accord prévoit  d'associer l'Ageem à un plan national de formation des enseignants de maternelle. Un premier pas concret a été fait dans cette direction. L'Ageem a obtenu la réédition de l'ouvrage dirigé par Viviane Bouysse et Michel Fayol, "Le langage à l'école maternelle". Très prisé des enseignants et formateurs, il avait été édité comme document d'accompagnement des programmes de 2002.  Au moment de la publication des programmes de 2008, il avait été brutalement retiré de la circulation par le ministère. Rééditer officiellement cet ouvrage banni est un pas symbolique important. Il témoigne des efforts de X. Darcos pour renouer le dialogue avec les enseignants du primaire.


En fin d'après-midi, au Sénat, Xavier Darcos devait confirmer ce rapprochement avec l'Ageem. "Personne ne doute de mon attachement à l'école maternelle ! J'ai reçu aujourd'hui l'association générale des enseignants des écoles et classes maternelles, l'Ageem, avec qui j'ai signé une déclaration commune qui prévoit un meilleur pilotage pédagogique au niveau territorial, une garantie d'accès pour tous les enfants à la maternelle, un plan de formation pour les enseignants qui entrent dans le métier et ceux qui veulent continuer à se former, des documents pédagogiques et un guide à l'attention des parents… Tout à l'heure, j'ai dit aux représentants de l'Ageem, qui ont lancé une pétition qui a reçu beaucoup de signatures : vous avez la mienne !"

L'accord Ageem – Men dans L'Expresso

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2008/12/18122[...]

Sur le site ministériel

http://www.education.gouv.fr/cid23288/ecole-maternelle-part[...]

"La lecture en maternelle"

http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/langage_en_maternelle.pdf

La pétition

http://marnesia.free.fr/phpPetitions/index.php?petition=2

Au Sénat

http://www.senat.fr/cra/s20081218/s20081218_0.html#par_652


Darcos : "L'école maternelle est une vraie école"

Dans une lettre adressée au Snuipp, Xavier Darcos rend hommage à l'école maternelle. "L'école maternelle est une vraie école, sur le fondement d'une pédagogie et de modalités d'organisation spécifiques prenant en compte les besoins des jeunes enfants" écrit-il. "J'y suis fortement attaché".


Le ministre estime "qu'il n'y a pas de raison de remettre en cause les conditions dans lesquelles (l'accueil des 2 ans) s'effectue actuellement". Il rappelle le partenariat avec l'Ageem et annonce la réactivation d'un groupe de travail sur la formation des enseignants de maternelle. Il se déclare favorable à la mise à disposition "de bonnes pratiques ainsi que d'outils numériques ou participatifs élaborés par des collègues, mutualisés et offerts en ligne". Allusion peut-être à la réédition d'une partie des documents d'accompagnement de 2002 obtenue par l'Ageem.


Le Snuipp reste un peu sceptique : "Les prochains comités techniques paritaires académiques et départementaux montreront si ces intentions sont suivies d’effet ou si elles ne sont que de la poudre aux yeux…"

Communiqué

http://www.snuipp.fr/spip.php?article6099

Darcos renoue le dialogue

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2008/12/1812200[...]

Réédition du document d'accompagnement

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2008/12/19122[...]

SNUipp 16
L'analyse du SNUipp de la Charente

http://16.snuipp.fr/spip.php?article206
Xavier Darcos – Nadine Morano : lequel des deux est le menteur ?

Des déclarations tapageuses de Nadine Morano prennent à contre-pied les efforts du ministre de l’éducation nationale. "Je serai le ministre de l’explication nationale" a affirmé le 21 décembre Xavier Darcos exprimant sa foi dans le dialogue. Le même jour, alors que Xavier Darcos vient de signer avec l’Ageem, association de professeurs de maternelle, un accord important qui reconnaît la scolarisation à deux ans, la secrétaire d’Etat à la famille annonce la fin de l’école maternelle à deux ans et la multiplication des jardins d’éveil. "La maternelle n’existe pas pour les deux ans" a asséné N. MOrano, au Grand jury RTL, Le Figaro, LCI le 21 décembre. "L’école maternelle c’est trois ans". Elle a précisé qu’elle travaillait au financement des jardins d’éveil par les communes, la CAF et les parents.

Dans la foulée, malgré les efforts de X. Darcos pour calmer l’opinion, elle tenait des propos assez contradictoires sur la réforme du lycée. "Elle ne sera pas enterrée je vous le dis droit dans les yeux" affirme-t-elle. "Pour faire avancer correctement une réforme, il faut d’abord faire reculer le mensonge… On voit bien qu’il y a parmi les jeunes beaucoup de désinformation, beaucoup de manipulation". N. Morano s’en est prise également aux enseignants, les accusant de "utiliser (la) salle de cours pour ... exprimer (leur) sentiment personnel vis-à-vis d’une réforme" et les menaçant de "mesures".

Nadine Morano : « l’école maternelle c’est 3 ans »

La secrétaire d’Etat chargée de la Famille Nadine Morano a souligné dimanche que « école maternelle c’est trois ans », et indiqué avoir à « à l’étude » un dispositif de « financement croisé » pour des jardins d’éveil destinés aux enfants âgés de deux à trois ans. « La maternelle n’existe pas pour les deux ans, il y a des tolérances qui existent dans certaines régions », mais en fait « dans très peu de secteurs », car « l’école maternelle », a déclaré Mme Morano au Grand jury RTL/Le Figaro/LCI. En milieu rural, « il y a deux départements qui souhaitent expérimenter les jardins d’éveil, je pense à la Mayenne et au Rhône », a-t-elle poursuivi. Elle a indiqué avoir « à l’étude » un dispositif qui consisterait à abriter ces structures dans des écoles disposant de locaux pour les accueillir, ce qui permettrait d’économiser les frais d’eau, de chauffage ou d’électricité. Dans ce schéma, « on fait garder les enfants par du personnel formé petite enfance, parce qu’un enfant de deux ans, c’est encore un bébé et que la quasi-totalité des rapports faits par des pédo-psychologues démontrent que la scolarité des enfants de deux ans n’est pas bonne » a-t-elle expliqué.

« Nous sommes en train de travailler sur un dispositif de financement croisé par la CAF (caisse d’allocations familiales), les communes, les communautés de communes, mais aussi les parents en fonction de leurs revenus » a précisé Mme Morano. Elle a également indiqué souhaiter « associer les entreprises pour qu’elles financent, comme elles le font pour les crèches d’entreprises, des places de berceau ». « La création de jardins d’éveil, structures alternatives entre la crèche et l’école, aurait le mérite d’améliorer la prise en considération des rythmes des jeunes enfants, tout en offrant à ces derniers la possibilité d’un développement harmonieux, au sein de structures adaptées », avait-elle alors commenté.

Darcos renoue le dialogue avec les enseignants de maternelle

" Nous n’avons pas fait de concessions. Nous avons été fermes de bout en bout des échanges, le ministère étant demandeur et en attente de se refaire une image positive par rapport à l’école maternelle". Lucile Barberis, présidente de l’AGEEM, une association qui regroupe des enseignants de maternelle, annonce la signature d’une convention avec le ministère. Venant après plusieurs rapports très hostiles à la maternelle, après des propos malheureux sur les couches, la signature d’une déclaration commune avec le ministère marque un véritable changement de ton. "L’école maternelle accueille tous les enfants à partir de 3 jusqu’à 6 ans.

Elle accueille aussi les enfants de 2 à 3 ans particulièrement dans les secteurs difficiles ruraux et urbains, en fonction des places disponibles. Elle se coordonne avec les structures de la petite enfance pour offrir un service de qualité aux enfants et leurs familles. Il en sera ainsi tant qu’une solution collective consensuelle concernant l’accueil des plus petits n’aura pas été définie. L’AGEEM sera associée à cette réflexion". Le Guide AGEEM sera distribué aux familles.



L'analyse du SNUDI-FO du Pas de Calais

à propos d’une  déclaration commune de l’AGEEM
et du ministre de l’éducation nationale
« afin d’appuyer le processus engagé dans le cadre de la réforme de l’école »


La présidente de l’AGEEM a signé le 18 décembre une déclaration commune avec le ministre Darcos.

 

A l’heure où le ministre engage un processus pour  substituer les jardins d’éveil à l’école maternelle publique, le snudi-FO s’interroge sur la pertinence de cette déclaration commune avec un ministre qui a affiché son mépris pour les enseignants de maternelle en déclarant que «  Est-ce qu'il est vraiment logique (...) que nous fassions passer des concours bac +5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches ? »   D’autant plus que cette déclaration commune se fixe pour objectif  « d’appuyer le processus engagé dans le cadre de la réforme de l’école ».

 

Le SNUDI-FO note que le ministre Darcos est friand de la méthode des « déclarations communes ». Pourtant le recul auquel il a été obligé de procéder concernant la reforme des lycées, issue pourtant de « déclarations communes » avec certains responsables syndicaux, devrait lui servir de leçon. Les déclarations communes du ministre ne sauraient engager la grande masse des enseignants qui revendiquent l’abandon pur et simple des mesures Darcos.


Quelles que soient les motivations de la présidente de l’AGEEM, une question est posée :
avec cette déclaration commune le ministre ne cherche-t-il pas à préparer les conditions pour relancer les jardins d’éveils ?

 

Ainsi lorsque la déclaration rappelle que la maternelle « accueille aussi les enfants de 2 à 3 ans particulièrement dans les secteurs difficiles ruraux et urbains » pour immédiatement préciser qu’« il  en sera ainsi tant qu’une solution collective consensuelle concernant l’accueil des plus petits n’aura pas été définie » le ministre ne va-t-il pas s’y référer pour réaliser ses projets ?

 

Pour le SNUDI-FO le meilleur moyen de « favoriser une meilleure lisibilité de l’école maternelle notamment auprès des familles » consiste à abandonner définitivement le projet de création des jardins d’éveil et la dotation 2009 qui prévoit des retraits de postes dans la quasi-totalité des académies.




L'analyse du Collectif de Villefranche

Jardins d'éveil : le grand mensonge

http://ecole.en.danger.villefranche.over-blog.com/article-26255574.html




L'analyse du Collectif Ecoles Ouest Lyonnais

La suppression programmée de l'école maternelle en onze étapes
http://collectif.ecoles.ouest.lyonnais.over-blog.com/article-25838629.html

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 20:05



Le Collectif Lyonnais
propose une analyse sur la

FERMETURE PROGRAMMEE DES ECOLES MATERNELLES EN ONZE POINTS


Le démantèlement de l'école maternelle est en marche. Les gouvernements successifs ne l'ont jamais annoncé officiellement, mais ils ont procédé à la mise en oeuvre de multiples actions séparées qui, lorsqu'on les rassemble comme les pièces d'un puzzle, montrent que l'école maternelle est condamnée à court terme :


1- Le ministère modifie sur son site et celui des académies les conditions d'accueil des enfants d'âge maternel :

a)- avant (issu de l'article L.113-1 du code de l'éducation):
"Les classes enfantines ou les écoles maternelles sont ouvertes, en milieu rural comme en milieu urbain, aux enfants qui n'ont pas atteint l'âge de la scolarité obligatoire.
Tout enfant doit pouvoir être accueilli, à l'âge de trois ans, dans une école maternelle ou une classe enfantine le plus près possible de son domicile, si sa famille en fait la demande.
L'accueil des enfants de deux ans est étendu en priorité dans les écoles situées dans un environnement social défavorisé, que ce soit dans les zones urbaines, rurales ou de montagne".

b)- après :
"L'école maternelle n'est pas obligatoire. Elle est gratuite.
Les enfants français et étrangers peuvent y être accueillis à 3 ans. Ils peuvent également être admis dans la limite des places disponibles s'ils ont atteint l'âge de deux ans au jour de la rentrée scolaire, à condition qu'ils soient physiquement et psychologiquement prêts à la fréquenter.

Exceptionnellement, les enfants qui atteignent l'âge de deux ans entre la rentrée et la fin de l'année civile peuvent dans les mêmes conditions être admis à l'école maternelle à partir de la date de leur anniversaire".


Toute la différence est entre "doit pouvoir être accueilli" et "peuvent être accueillis".
De même, pour l'accueil des enfants de 2 ans, il n'y a plus de priorité d'accueil aux enfants issus de milieu social défavorisé.

L'accueil des enfants qui auront 2 ans entre la rentrée et la fin de l'année civile devient "exceptionnel", alors qu'auparavant, il était de droit dans la mesure des places disponibles (circulaire n°91-124 du
6 juin 1991 modifiée)


2- Ecoles EPCI :

La loi du
13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales a introduit deux articles (86 et 87) permettant la mise en place de regroupement d'écoles (de 20 à 30 classes selon les vœux du ministère) sous la forme d'Etablissement Public de Coopération Intercommunale (L.212-8 et autres du code de l'éducation). Ceux-ci pourront être dirigés par un élu. L'échelon "commune" sera supprimé, alors que les maires sont généralement les meilleurs défendeurs de leur école.


3- Schéma territorial :

Dans le même temps, les inspecteurs d'académie ont reçu l'ordre d'élaborer le schéma territorial des écoles de leur département, déterminant l'implantation des écoles par "bassin de vie". En clair, les inspecteurs pourront bientôt dire aux directeurs d'EPCI ou aux présidents de communauté de communes: "vous avez X élèves sur votre secteur, cela correspond à X postes, les voilà débrouillez-vous". Que se passera-t-il ? Il est évident que les postes (en nombre insuffisant, bien évidemment) iront prioritairement aux écoles primaires, les écoles maternelles seront sacrifiées.


4- L'attaque contre la maternelle n'est que l'aboutissement de nombreux textes :

Le "protocole d'accord" du
20 septembre 1990, texte fondateur du dispositif, la loi du 25 juillet 1994 relative à la famille, la loi du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions permettant aux communes de créer des structures d'accueil des enfants de moins de 6 ans, les "contrats enfance" redéfinis par la CNAF (Caisse nationale d'allocations familiales) en 1997, le décret du 1er août 2000, modifiant le Code de la santé publique pour organiser le développement de " structures d'accueil de la petite enfance de 0 à 6 ans", le décret n°2002-798 du 3 mai 2002 qui met en place une commission départementale pour développer des structures d'accueil de la petite enfance, la modification de l'accueil des enfants d'âge maternel sur le site du ministère et des inspections académiques, etc.


5- "pôles petite enfance", "jardins maternels", "structures multi accueil", "jardins d'enfants éducatifs"

Depuis 2002, des maires, députés et sénateurs, présidents de conseils généraux demandent eux même la fermeture d'écoles maternelle et la mise en place de "pôles petite enfance", "jardins maternels", etc :
Rappel : l'éducation maternelle et le développement des écoles maternelles se sont accélérés et développés vers la fin des années 70, lorsque l'administration a pu récupérer des postes en fermant les petites écoles et en regroupant les enfants.
Ces "pôles petite enfance" ou "jardins maternels" ou "structures multi accueil" sont en fait des crèches garderies municipales. Selon les communes, elles sont dans un premier temps gratuites (leur coût sera payé par les impôts locaux, c'est-à-dire réparti sur toute la population communale), ailleurs elles sont payantes dès le départ. Les Caisses d'Allocation Familiale (qui ont reçu consignes et dotations) ont fait savoir qu'elles aideraient les maires qui s'engageraient dans cette voie. C'est le début de la fin de l'école maternelle.


6- statut des aides maternelles

Depuis le protocole d'accord de 2000, entre le ministre de l'éducation et le ministre de la santé, les aides maternelles ont vu leur statut modifié et des formations ont été mises en place afin de leur enseigner l'art de s'occuper d'enfants jusqu'à 6 ans.


7- Accueil jusqu'à 6 ans dans les "structures multi accueil"
:
Le décret de 2000 prévoyait que les structures d'accueil petite enfance avaient jusqu'au 1er janvier 2005 pour passer à la Prestation de Service Unique (PSU : les parents payent à l'heure avec un contrat défini à l'avance) et se nomment désormais "structures multi accueil".

Les enfants peuvent y être accueillis jusqu'à 6 ans en fonction des places disponibles


8- de nombreux maires envoient des lettres types
à leurs administrés, les incitant à laisser leur enfant à la garderie municipale au-delà de 3 ans, s'ils se heurtent à un refus d'accueil de leur enfant à l'école maternelle, alors que jusqu'à présent leur accueil était obligatoire ("tout enfant doit pouvoir être accueillit à l'âge de trois ans").

9- disparition de l'éducation à l'enseignement maternelle dans les formations dispensées dans les IUFM depuis cette période.

10- fusions des écoles :
les inspecteurs les ont accélérés ces deux dernières années. Le but, outre de récupérer un poste de direction et de faire de l'économie d'échelle est de casser la spécificité de l'école maternelle et de préparer l'arrêt de l'accueil des 2 ans, puis des 3 ans, etc.

11- paiement des instituteurs par les communes (à venir prochainement) :
Monsieur THELOT, président de la commission du débat sur l'école, souhaitait introduire la scolarité obligatoire à partir de 5 ans et que ces enfants soient rattachés au cycle II. Par ailleurs, il a affirmé en février 2004 que, dans un avenir proche, les postes d'enseignant seraient payés par les communautés de communes. Si les communes doivent un jour payer les enseignants, l'école maternelle n'existera plus que dans les communes riches et/ou dans celles qui y croient vraiment.


Conclusions :
l'ensemble de ces faits montre à l'évidence que l'école maternelle n'en n'a plus pour longtemps. Qu'il s'agit d'une réelle volonté politique de niveler par le bas l'éducation maternelle, alors que l'ensemble des pays européens nous l'envie. Ces nouvelles structures étant payantes, les familles les plus défavorisées devront renoncer à y placer leurs enfants, alors que c'est justement pour ce type de famille, que la scolarisation et la socialisation précoces apportent le plus.


Des chiffres
(France métro + DOM) :

1990/91 : 36% d'enfants de 2 ans scolarisés,

1998/99 : 34,9% d'enfants de 2 ans scolarisés,

2000/01 : 35,3% d'enfants de 2 ans scolarisés,

2003/04 : 28,8% d'enfants de 2 ans scolarisés,

2004/05 : 26,1% d'enfants de 2 ans scolarisés,

2005/06 : 24,5% d'enfants de 2 ans scolarisés.

 
A ce panorama, on peut ajouter la place de la Grande Section, avec la mise en place de la politique des cycles  (à cheval maternelle/primaire) qui n'est certainement pas innocente !

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 07:31

In Enfant.com

Selon un sondage réalisé par le site Enfant.com, une filiale de Prisma Presse et Bayard, 86% des parents sont favorables au maintien de l'accueil en maternelle à partir de 2 ans.

89%  soutient le maintien des Rased.

Le sondage

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 18:51
In SudOuest.com

Plus d'une cinquantaine de parents s'était regroupée, vendredi 6 février, devant l'école Joliot-Curie à Talence, pour faire entendre son désaccord face aux réformes concernant l'école la maternelle. « Sauvons l'école maternelle, attachons-nous à notre école », ces slogans repris par tous, avaient pour but « de sensibiliser, d'informer les parents. Cette manifestation n'est ni catégorielle ni pour la défense d'un statut mais pour défendre l'avenir des enfants » précisent les parents.


Identifiables à leurs gilets fluorescents, les plus actifs dans le mouvement informent sur la suppression des Rased, la création des jardins d'éveil ou encore sur la mobilisation conjointe des enseignants. Une volonté de partager l'information, de provoquer une prise de conscience qui a sa place dans un mouvement national intitulé « Les parents sont attachés à l'école maternelle ».


Auteur : Patricia Delage
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 19:17

In Paris-Normandie



Les parents ont formé une chaîne devant l'école maternelle Renan

Au groupe scolaire Renan-Michelet de Sotteville, devant l'école maternelle, les parents ont organisé une chaîne humaine pour protester contre la réforme de Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale, qui prévoit la suppression de l'accueil des petits de 2-3ans en école maternelle.

« Nous sommes opposés à ce projet qui prévoit le remplacement des classes de maternelle gérées par l'Education nationale au profit de jardins d'éveil gérés par les municipalités, » expliquent les parents. A Sotteville, comme ailleurs dans l'agglomération, la mobilisation des parents est importante et ils n'ont pas l'intention de laisser faire. « Où allons-nous avec ce projet ? Vers des garderies ? Nous n'en voulons pas ! L'école publique voulue par Jules Ferry doit continuer, » commente une maman d'un bambin de 3 ans.

Dans les semaines qui viennent, d'autres manifestations se dérouleront dans ce groupe scolaire : le jeudi 12 février, parents d'élèves et enseignants doivent se retrouver pour prendre connaissance de documents prouvant que certaines décisions sont déjà en cours de mise en place.
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 11:53
Voici  la lettre qu'ont reçue les écoles du biterrois, de la part de Raymond Couderc sénateur de l'Hérault et maire de Béziers.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole