Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 21:01
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 17:52

Le Collectif "Maternelles en danger" se mobilise : plusieurs écoles maternelles du pays de Lorient ont été occupées symboliquement pour défendre la scolarisation des 2 ans.


Tous les articles

6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 06:28

Source AFP

 



L'expérimentation des jardins d'éveil, qui devront offrir 8.000 places de garde aux enfants de 2 à 3 ans d'ici 2012, coûtera 25 millions d'euros, a indiqué mardi la Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf) à l'issue de son conseil d'administration.

 

 

Selon Mme Farache, les jardins d'éveil ne constitueront "pas une offre supplémentaire" mais une "offre substitutive" à l'école.

 

L'encadrement envisagé est d'un adulte pour douze enfants maximum, soit moins qu'en crèche, a déploré Mme Farache.

Il devra être ouvert autour de 200 jours par an et devra être environ "un tiers moins cher" qu'une place en crèche pour les parents, a-t-elle indiqué à l'AFP.
Le projet pourra être réalisé par une collectivité territoriale, une administration ou un établissement public mais cela pourra être aussi des associations à but non lucratif ou lucratif, a-t-elle précisé.

 

 

Un budget de 25 millions d'euros, financé conjointement par la Cnaf (8,8 millions), les collectivités territoriales et les familles, a été prévu pour créer 8.000 places d'ici 2012, a précisé la Cnaf. L'expérimentation doit débuter à l'automne et 4,3 millions d'euros "peuvent être mobilisés dès 2009".
Ces jardins d'éveil s'inscrivent "dans un objectif d'extension de l'offre d'accueil, s'entendant avec une ouverture annuelle et journalière conséquente", rappelle le communiqué.

Le conseil a aussi approuvé l'appel à candidature pour expérimenter ces jardins d'éveil, a indiqué la Cnaf dans un communiqué. Cet appel, qui concerne toute la France, est destiné "à toutes les collectivités qui souhaiteront s'engager à créer des jardins d'éveil", a-t-on précisé à la Cnaf.
"Les candidatures feront l'objet d'une sélection par un jury national, après que les conseils d'administration locaux se seront prononcés sur les projets", selon le communiqué.

30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 07:18

In Le Parisien.fr

Elle arrive à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), au siège de notre journal, dans une berline aux vitres teintées, précédée par un officier de sécurité zélé qui veut repérer les lieux et s’assurer qu’il n’y a aucun danger… Nadine Morano, pourtant, n’a pas le profil d’une ministre à surprotéger.
Dans un élégant tailleur blanc, bronzée et plutôt détendue, c’est elle qui met à l’aise tout le monde, serre les mains, a un bon mot pour chacun. A un journaliste qui s’excuse de la grisaille des locaux, la secrétaire d’Etat fait remarquer que son ministère situé avenue de Ségur n’a rien d’un palace non plus. Et elle attaque. Intarissable. Il n’y aura pas trop de trois heures pour faire le tour de son bilan, un an après sa nomination à la Famille, et de ses projets.
Avec un Blackberry, un iPhone et un portable à portée de main sur la table, en femme qui garde toujours un oeil sur sa famille (trois enfants), sa région (la Lorraine) et son ministère…

Etes-vous toujours candidate à un grand ministère de l’Education élargi à la Famille, alors que Nicolas Sarkozy est agacé par les offres de service de ses ministres avant le remaniement ?
Nadine Morano.
Le président a raison, il attend de ses ministres qu’ils soient en action sur le terrain. La mission qu’il m’a confiée me passionne et je m’y suis investie pleinement. Mais ce portefeuille de la Famille, que je qualifie de « ministèLe Parisien.frre de la Vie », c’est le plus interministériel qui soit. Je travaille déjà avec l’Education nationale pour tout ce qui concerne la concentration des enfants, le temps de travail, l’organisation de leurs journées. Nos enfants passent plus de temps à l’école que dans leur famille ! Certains pays européens comme l’Espagne ou la Grande-Bretagne ont concilié famille et éducation et cela me paraît cohérent et intéressant. Contrairement à ce que j’ai lu, je ne lève pas le doigt tous les quatre matins pour me porter candidate à une fonction. Mais je ne cacherai jamais ma volonté de réfléchir, proposer et servir au mieux les Français, c’est le sens de mon engagement en politique.

Vous seriez attendue au tournant si vous preniez la tête d’un tel ministère. Beaucoup redoutent que les jardins d’éveil dont vous avez annoncé l’expérimentation tuent l’école maternelle…

Mais qui vous parle de tuer l’école maternelle ? Le gouvernement y est viscéralement attaché ! Ma mission est de développer les modes de garde diversifiés pour les familles afin de mieux concilier vie familiale et vie professionnelle. Nous allons créer 200 000 nouvelles places dont 100 000 places de crèches d’ici à 2012. Par ailleurs, 100 000 autres places de garde vont être créées grâce aux mesures que nous avons adoptées : regroupement des assistantes maternelles, possibilité de garder non plus trois mais quatre enfants… Il y a aussi les crèches hospitalières qui s’ouvrent désormais aux familles extérieures à l’hôpital. Elles n’étaient occupées qu’à 70 %, ça a dégagé 4 500 places… La taille et les besoins de nos territoires diffèrent et il faut des modes de garde diversifiés.

Les jardins d’éveil sont juste une offre supplémentaire.
Les jardins d’éveil coûteront cher aux parents qui préféreraient un accueil gratuit en maternelle… Il y a une différence entre la maternelle, qui relève de l’Education nationale, et ces jardins d’éveil. Il s’agit d’une structure à grande amplitude horaire pouvant accueillir des groupes de 12 enfants, pas nécessairement propres, avec un encadrement plus resserré et mieux adapté. On n’est pas dans la compétition avec l’école maternelle.

Comment convaincre les villes d’en créer ?
Il y a une telle attente que je n’ai pas besoin de convaincre ! De nombreux maires sont déjà intéressés dans le Rhône, le Jura, la Creuse, la Manche, la Loire-Atlantique et l’Hérault. D’ici à la fin du mois de mai, j’enverrai à l’ensemble des maires de France un kit pour mettre concrètement en place cette palette diversifiée de gardes d’enfant. Dès l’automne, les premiers jardins d’éveil seront expérimentés. Au total, 8 000 places seront créées d’ici à 2012.

Et la promesse de Nicolas Sarkozy d’instaurer un droit opposable à la garde d’enfant ?
Notre objectif est d’abord de répondre à l’attente des Français. Et ce qu’ils veulent, c’est davantage de modes de garde. Ce n’est qu’après avoir concrètement répondu à ces attentes que nous pourrons envisager de judiciariser la procédure. Par ailleurs, nous avons besoin de créer 60 000 emplois supplémentaires dans le domaine de la petite enfance et 400 000 dans le secteur médico-social. C’est pourquoi, avec Valérie Létard (NDLR : secrétaire d’Etat à la Solidarité) , nous avons lancé un vaste « plan métiers ». Nous voulons sensibiliser et attirer des jeunes dans ces filières, casser les barrières. Je réfléchis même à changer le terme d’assistante maternelle. Pourquoi pas assistant parental ? Il faut aussi attirer les hommes vers ces métiers.


La suite...

22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 11:25

Pour signer la pétition cliquez ICI

 

Pas de bébés à la consigne

Pour des modes d’accueil de qualité

 

La volonté des Pouvoirs Publics de développer l’offre d’accueil du jeune enfant avec la création de 200 000 places d’accueil d’ici à 2012 est légitime. Mais les propositions de modification du décret du 20 février 2007, relatif aux établissements et services d’accueil, si elles sont maintenues, s’orientent vers une dégradation de la qualité d’accueil du jeune enfant.

 Suite à la manifestation de notre opposition aux mesures envisagées, le gouvernement vient d’annoncer le 2 avril 2009, par la voix du directeur de cabinet de Madame Morano, secrétaire d’Etat à la famille, que les taux d’encadrement des enfants dans les établissements et services d’accueil ne seraient pas modifiés (un adulte pour 5 bébés et un adulte pour 8 enfants qui marchent).

 Cependant d’autres dispositions pourraient être prises :

 -  Diminution de la qualification du personnel : la proportion des professionnels les plus qualifiés (éducateurs de jeunes enfants, puéricultrices et auxiliaires de puériculture) serait revue à la baisse.

- Projet de jardin d'éveil confirmé mais demeurant extrêmement vague, sauf  le taux d'encadrement des enfants qui serait également réduit : un adulte pour 12 enfants de 2 à 3 ans au lieur d'un adulte pour 8 enfants aujourd'hui

-  Augmentation des capacités d’accueil en surnombre portées à 20% au lieu de 10% actuellement.

 Or, les projets de modification du décret vont à l’encontre de ces conditions, comme les récentes mesures portant de 3 à 4 le nombre d’enfants accueillis par les assistantes maternelles. Nous affirmons au contraire que toute évolution du dispositif des modes d’accueil pour les enfants et leurs familles doit reposer sur les principes suivants :

             - Respect du développement singulier de chaque enfant

- Socialisation et éveil

-  Professionnalisation des adultes travaillant auprès des enfants

En un mot, accueil de qualité, et non, gardiennage et « mise à la consigne ». De plus, chaque famille doit pouvoir accéder au mode d’accueil de son choix, et sans barrière financière, ce que ne garantit pas le projet de décret.

C’est pourquoi nous nous opposons fermement aux modifications du décret sur les établissements et services d’accueil, et en demandons le retrait. Nous nous engageons à nous mobiliser, et appelons parents et professionnels à nous rejoindre, pour que le développement de l’offre d’accueil rime avec la préservation de sa qualité.

Premiers signataires :

ANAP (Association Nationale des Auxiliaires de Puériculture), ANAPSYpe (Association Nationale des Psychologues Petite enfance), ANPDE (Association Nationale des Puéricultrices diplômées d’Etat et des Etudiantes), CADRESPE (Collectif d’Association de Directeurs et Responsables d’Etablissement et Services Petite Enfance), CEMEA (Centres d'Entraînement aux Méthodes d'Education Active), CEPAME (Comité d’Entente des Ecoles Préparant Aux Métiers de l’Enfance – Association regroupant des écoles d’auxiliaires de Puériculture et de Puéricultrices), la CGT, CGT Petite Enfance des Services Publics Parisiens, CGT Crèches PMI 93, CGT Fédération des Services Publics, , FNEJE (Fédération Nationale des Educateurs de Jeunes Enfants), Passerelles EJE, SNMPMI (Syndicat National des Médecins de PMI), SUD Santé Sociaux, SNU CLIAS FSU, SUPAP FSU, Union Syndicale Solidaires, UNSA, UNSA Education, UNSA petite enfance ville de Paris, UNSA Territoriaux, SE UNSA.

 

Pour signer la pétition cliquez ICI

11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 17:42

In Snuipp

La bataille contre l’école maternelle serait-elle de nouveau à l’ordre du jour ? En tout cas, Nadine Morano secrétaire d’Etat à la famille et Xavier Darcos, ministre de l’Education Nationale semblent s’y employer. C’est dans le journal du Dimanche, que la secrétaire d’Etat a dégainé la première en annonçant contre toute attente « un autre mode de garde venant compléter la palette déjà proposée, les jardins d’éveil pour les 2-3 ans". Dans cet entretien, elle affirme que ces jardins "seront intégrés dans les écoles lorsque cela est possible. Le coût de fonctionnement d’une place de crèche est de 13 000 euros par an, celui d’un jardin d’éveil de 7500 euros. Le financement de 8000 places est prévu dans la nouvelle convention que nous signerons avec la CNAF. Il sera croisé, CAF, collectivités locales, parents en fonction de leurs revenus comme pour une place de crèche, mais aussi les entreprises qui, dans le cadre de leur politique familiale, pourront financer les places de jardins d’éveil tout comme elles financent des places de berceaux".

La surprise de cette nouvelle annonce, est d’autant plus grande que le ministre Xavier Darcos, avait dernièrement lui-même changé de ton à propos de la maternelle. Et de donner d’autres gages en affirmant que les conditions d’inscriptions à l’école maternelle n’étaient pas modifiées à la rentrée 2009 et en mettant en sourdine les rapports Papon et Tabarot qui préconisaient la suppression de l’école maternelle avant 3 ans et son remplacement par un service payé par les familles, les fameux jardins d’éveil.


On se souvient aussi qu’il s’était lui-même confondu en excuse suite à ses propos sur la sieste et les couches et avait même signé dernièrement avec l’Ageem (association d’enseignants en maternelle) un accord rappelant l’importance de la maternelle. Ce dernier a aussi donné lieu à une distribution d’un guide aux parents sur les missions et le rôle de la maternelle .


Aujourd’hui, tout est-il oublié ? En tout cas, le ministre semble revenir sur sa parole donnée. Il soutient même Nadine Morano dans son projet. Jeudi 9 avril, il a déclaré que « cette expérimentation répond aux questions posées par les parents, dans certains territoires, sur l’accueil des enfants de un an à deux ans et demi et qu’elle ne remet pas en cause l’école maternelle ».


De son côté, le SNUipp porte une toute autre) analyse (
Jardins d’éveil : subterfuge et tour de passe passe ! 8000 places partiellement financées et … 14 000 supprimées ). Pour ce dernier, « il s’agit bien avec cette annonce, de substituer à l’école maternelle, lieu d’éducation et d’apprentissage, une garderie beaucoup plus coûteuse pour les familles ». Un subterfuge, véritable tour de passe-passe qui remet en cause le principe de gratuité et aboutit à une réduction des ambitions du service public d’Education. Et le syndicat de conclure : « cette mesure revient sur la loi actuelle qui prévoit la scolarisation des enfants de moins de trois ans, en priorité, dans les écoles situées dans un environnement social défavorisé. »

10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 12:48
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 07:28
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 07:43

In Café Pédagogique

"Nous ne cautionnerons pas l’expérimentation des jardins d’éveil et nous serons amenés à dénoncer la Déclaration commune" prévient l'Ageem, association d'enseignants en maternelle.  En décembre dernier, à l'issue d'une première crise marquée par les rapports Tabarot et Papon et par des paroles malheureuses du ministre de l'éducation nationale, Xavier Darcos avait sur renouer le dialogue avec les enseignants en concluant un accord avec l'Ageem. Il y a quelques jours cet accord était célébré à travers la co-édition  d'une brochure, réalisée par l'Ageem, présentant la maternelle, distribuée à tous les parents.

 

L'annonce le 5 avril, par Nadine Morano, de la création à titre expérimental de jardins d'éveil, installés dans les écoles maternelles, mais sans personnel enseignant et payés par les parents, remet tout en question. Interrogée par le Café, Lucile Barberis, présidente de l'Ageem, n'en revient pas.  "Je ne comprends pas l'objectif de créer 8 000 places en jardin d'éveil alors qu'il serait facile de réactiver des écoles maternelles qui sont laïques et gratuites". Pour l'Ageem, "les objectifs annoncés posent clairement cette nouvelle structure en concurrence avec les autres structures existantes et particulièrement avec l’Ecole Maternelle. On perçoit aisément, au-delà de la concurrence, une véritable substitution de ces jardins d’éveil à la dernière année de crèche ou à la première année de l’école maternelle, sans aucun souci de l’égalité sociale que le ministre proclame justement par ailleurs. La création de ces nouvelles structures payantes, implantées au gré des choix locaux, serait ainsi préférée au développement des structures existantes, gratuites et implantées dans la grande majorité des communes de France".

 

Parallèlement les syndicats montent au créneau. Après le Snuipp et le Se-Unsa, c'est le Sgen Cfdt qui, le 8 avril,  " demande que des précisions soient apportées rapidement sur l'ensemble de  la politique du gouvernement dans ce secteur. Il est notamment essentiel que des assurances soient données quant à la place de l'école maternelle. S'agissant des enfants de 2 à 3 ans, les parents doivent pouvoir faire le choix du mode d'accueil. C'est particulièrement important pour les catégories sociales les plus défavorisées, d'une part parce que l'école est gratuite, d'autre part parce que la scolarisation précoce est un moyen important de réduction de l'échec scolaire des enfants victimes d'inégalités sociales et culturelles". Voilà Xavier Darcos ramené, grâce à Mme Morano, aux débats de l'hiver dernier. On attend sa réaction.

6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 21:18

Source AFP

Les deux premiers syndicats du primaire ont critiqué lundi l'annonce de Nadine Morano d'expérimenter des "jardins d'éveil" pour les 2-3 ans à la rentrée, y voyant une structure concurrente de la maternelle beaucoup plus coûteuse pour les familles.


La secrétaire d'Etat à la Famille avait affirmé au Journal du Dimanche que des jardins d'éveil pour les 2-3 ans seront expérimentés "dès la rentrée" et "intégrés dans les écoles lorsque cela est possible".

Selon elle, le financement de 8.000 places (en jardins d'éveil) est prévu dans la nouvelle convention qui doit être signée entre le gouvernement et la Caisse des allocations familiales.

Ce financement sera assuré par la Caf, les collectivités locales, les parents en fonction de leurs revenus, et les entreprises.


"Il s'agit bien avec cette annonce, de substituer à l'école maternelle (...) une garderie beaucoup plus coûteuse pour les familles", écrit dans un communiqué le SNUipp-FSU (premier syndicat), qui parle de "subterfuge".

Ce alors que Xavier Darcos avait "pourtant affirmé que les conditions d'inscription à l'école maternelle n'étaient pas modifiées à la rentrée 2009".
Le syndicat rappelle qu'on assiste en même temps à une "baisse régulière de la scolarisation des élèves de moins de 3 ans à l'école maternelle" (14.000 élèves chaque année).

"Cette mesure cache mal la volonté d'économiser des postes à l'école maternelle (et) de remettre en cause le principe de gratuité".
Elle "revient sur la loi actuelle qui prévoit la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, en priorité dans les écoles situées dans un environnement social défavorisé".


Dans un communiqué distinct, le SE-Unsa (2e dans le primaire) estime que cette annonce n'est pas une bonne nouvelle "pour les 2-3 ans et leur famille".

"Les choix budgétaires indiquent que cette nouvelle structure sert de paravent à la diminution de l'offre d'accueil globale des 2 ans".

"Quand on fait émerger des solutions payantes d'un côté et que l'on fait disparaître en plus grand nombre des solutions gratuites de l'autre, on voit dans quel sens on veut faire bouger la balance", ajoute-t-il.

Pour le syndicat, ces jardins d'éveil "visent à concurrencer l'école maternelle sur des objectifs éducatifs proches".

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog