Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 07:54

In Café Pédagogique

 

 

Par Philippe Boisseau


C03-16.jpg"On exige que l'enfant non seulement complexifie mais aussi parle comme un livre". Analysant l'évaluation de grande section de maternelle, Philippe Boisseau, IEN honoraire et spécialiste de l'enseignement en maternelle, en critique les orientations.

 

"L'académisme forcené qui tente d'inculquer directement les formes de base de l'écrit dans l'oral enfantin coûte cher aux enfants des milieux défavorisés", écrit-il. "Au lieu de poser des interdits, de dire ce qu'il convient de ne pas dire, la pédagogie du langage doit encourager en permanence la construction qu'opère naturellement l'enfant, sans jamais contrarier le scénario dont il est porteur…

 

Si la maternelle n'apprend pas à parler avec aisance aux enfants les plus défavorisés, ils ont très peu de chance de réussir leur scolarité, à peu près aucune d'occuper un jour leur juste place dans ce monde. S'ils ont le langage qui permet de se faire entendre, nul doute qu'ils se fassent aisément leur place au soleil !"

 

La suite...

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 18:20

In Snuipp49

 

 

16-05-2010-18-19-34.jpg

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 15:33

In Ouest-France


Saint-Nazaire - Enseignants et syndicalistes, parents d'élèves, élus s'inquiètent de la création des jardins d'éveil pour les enfants de 2 ans. Ils y voient un risque pour l'école maternelle.


« En maternelle, on a la perspective de les emmener jusqu'à l'école élémentaire, alors que dans les jardins d'éveil il n'y a pas d'activités pédagogiques, il ne s'agit pas d'une école ». Syndiqués au SnuiPP-FSU, au Sgen-CFDT et se faisant les porte-parole de leurs collègues SE-Unsa absents à la conférence de presse, des enseignants nazairiens dénoncent « les attaques à l'encontre de l'école maternelle ».

Le lancement, en mai 2009, des jardins d'éveils pour les 2/3 ans par Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille les inquiète. « On ne dit pas que tous les enfants de 2 ans doivent être scolarisés », annoncent les professeurs. « Ce qu'on souhaite c'est que les enfants puissent être accueillis selon leurs besoins », précisent les parents d'élèves de la FCPE.

L'établissement des quotas les a déjà alertés. « Il s'agit d'un nombre de 2 ans à accueillir qui correspond à 20 % des 3 ans accueillis l'année précédente. Seul ce quota est pris en compte dans les effectifs, même si les deux ans sont, en réalité, plus nombreux. Si on est en dessous une année, on ne retrouvera pas le quota initial. Ces quotas ne sont pas appliqués en Zone d'éducation prioritaire ».

Résultat, à Saint-Nazaire, ces petits étaient 204 en 2007 dans les écoles publiques, 157 en 2009 et « en 2010, 125 places seront disponibles, alors que les directeurs ont recensé 182 enfants de deux ans ».


Garde ou éducation


La suite...

 

badge-mater.jpg

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 09:02
In Café Pédagogique

Par François Jarraud

Qu'est-ce qui peut défendre l'école maternelle ? L'école maternelle elle-même !  C'est le pari que tiennent le Snuipp et la linguiste Mireille Brigaudiot en diffusant un film qui montre et explique le travail réalisé en maternelle.


"On voulait réagir aux déclarations de Xavier Darcos sur l'école maternelle et ses enseignantes" explique Gilles Moindrot, secrétaire général du Snuipp. "Mais aussi alerter sur les faits : la réduction rapide des inscriptions entre 2 et 3 ans". En effet, de 2000 à 2009, le pourcentage des enfants de deux ans inscrits en maternelle est passé de 35% à 18%, au fur et à mesure des destructions de poste.


(...)

Un avenir compromis par la réforme. Mais cet équilibre subtil entre les apprentissages sociaux, scolaires et l'épanouissement et l'estime de soi, est piloté par des enseignantes particulièrement bien formées. "On veut montrer qu'être enseignante en maternelle c'est une profession" affirme G Moindrot. Mireille Brigaudiot enfonce le clou . "Une enseignante en maternelle ce n'est ni une nounou, ni une maman, ni une animatrice mais une professionnelle". Mais voilà. La réforme de la formation des maîtres semble ignorer la formation spécifique des enseignants de maternelle. Elle était délivrée en IUFM et on imagine mal les universités être capables de la délivrer. Du reste rien ne les oblige à inscrire dans les masters le savoir accumulé ces dernières années. Des connaissances que de Robien a contestées et que Xavier Darcos a fait disparaître des sites officiels. Tout donne à penser que l'on verra arriver en maternelle des étudiants frais émoulus de l'université. C'est ce que craint M Brigaudiot. "Le ministre a encore redit que "c'est face aux élèves qu'on apprend le métier d'enseignant". C'est faux. C'est un métier qui s'apprend. Déjà dans le premier degré on est plus souvent avec les enfants que devant eux".



La suite...



"Bravo ! A la maternelle on apprend !" peut être obtenu auprès du Snuipp.

 
   
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 18:46
In France 5

Sauvons l’école maternelle !
Thème du débat

L’école maternelle de vos enfants est-elle vraiment menacée ? En quoi consistent ces fameux jardins d’éveil que la secrétaire d’Etat à la Famille souhaite développer ? "Les Maternelles" ont mené l’enquête.

Intervenants
  • Hubert Montagner, spécialiste du développement de l’enfant, professeur des universités en retraite, ancien directeur de recherches à l’Inserm et de l’unité enfance inadaptée, auteur de L’arbre enfant, paru aux éditions Odile-Jacob (2006) ;
  • Christian Rousseau, enseignant en école maternelle et directeur d’école.

Animé par Elizabeth Tchoungui - Journaliste : Delphine Baloul


Sauvons la maternelle-France 5 -partie1
envoyé par sauvons-lecole. - L'actualité du moment en vidéo.




sauvons la maternelle-france 5 -partie2
envoyé par sauvons-lecole. - L'actualité du moment en vidéo.
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 19:36

En partenariat avec le SNUipp et le Café Pédagogique, le GFEN organise ses

2èmes Rencontres nationales pour l'école maternelle
 
« Pour que la maternelle fasse école »
 
le samedi 30 janvier 2010 à Paris
14-01-2010-19-33-53.jpg 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 21:09

Une proposition de loi relative à la création des maisons d'assistants maternels présentée par plusieurs sénateurs et enregistré à la Présidence du Sénat le 3 décembre 2009 devrait être prochainement débattue.




"Ces structures présentent cinq avantages essentiels :


- un coût raisonnable pour les parents et les finances publiques : payées directement par les parents, les assistantes maternelles qui se regroupent ne sont pas financièrement à la charge des communes. S'il est vrai que, souvent, le conseil municipal les aide, par exemple en mettant à leur disposition les locaux nécessaires à l'accueil, la charge financière qui en résulte pour la commune reste en moyenne sept fois moins élevée que ne le serait une crèche pour le même nombre d'enfants2(*) ;


une grande souplesse dans les horaires d'accueil : s'appuyant sur la délégation d'accueil des enfants, le travail en commun permet aux assistantes maternelles de répondre à la demande des parents qui ont des horaires de travail atypiques et ne disposent pas de revenus suffisants pour employer un salarié à domicile ;


- un accroissement de l'offre d'accueil : la création des maisons d'assistantes maternelles augmente le volume de l'offre de garde, en permettant aux personnes dont le logement est exigu ou non conforme aux critères pour être agréé par les Services de protection maternelle et infantile (PMI) bien encore situé dans une zone où la demande est faible, d'exercer le métier d'assistante maternelle en dehors de leur domicile
 
(...)
Ceci étant, l'exercice n'a pas été vain puisqu'au moment de la discussion en séance des conclusions de la CMP, le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'État, Éric WOERTH, a indiqué au Sénat, que « le Gouvernement s'est fixé l'objectif de permettre la création de 200 000 offres nouvelles de garde d'enfants d'ici à 2012. Pour atteindre cet objectif, le regroupement d'assistantes maternelles peut constituer un formidable outil supplémentaire, à la fois souple et apportant les mêmes garanties de sécurité pour les enfants, à condition évidemment de ne pas le fragiliser par une complexité administrative excessive. Le Gouvernement est prêt à faire évoluer, dans les meilleurs délais, les dispositions législatives concernant les modalités de regroupement [...]. Si cette évolution prenait la forme d'une initiative parlementaire, elle aurait l'entier soutien du Gouvernement [...]. »

(...)
En définitive, les regroupements d'assistantes maternelles représentent un mode de garde innovant et ingénieux, qui permet d'accueillir les jeunes enfants dans de bonnes conditions, de répondre aux besoins spécifiques de parents qui restent sans solution de garde, de développer les capacités de garde en suscitant de nouvelles vocations d'assistantes maternelles et d'offrir aux élus locaux, notamment ruraux, un outil adapté au budget souvent contraint des communes.


Le texte intégral ici



Exposé des motifs

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 12:58
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 20:57

In Le Parisien

Argenteuil : des parents bloquent l'accès d'une école

 

Il réclament la réouverture d'une huitième classe de maternelle. Une trentaine de parents d'élèves ont bloqué l'accès d'un groupe scolaire d' (Val-d') jeudi.

«Nous avons fermé l'accès en laissant entrer les enseignants. Les parents étaient au courant de notre initiative depuis lundi», a expliqué Francis Gabouleaud, président de la coordination FCPE d'Argenteuil.

 

Depuis la rentrée, des parents d'élèves de l'école maternelle Jules-Ferry, qui accueille 204 enfants, multiplient les - manifestations, occupations de classe et blocage - pour qu'un enseignant supplémentaire soit nommé. Plusieurs enseignants avaient fait grève le 8 octobre pour la même raison.

«Nous avions obtenu l'ouverture d'une nouvelle classe il y a deux ans. L'inspection académique nous l'a supprimée cette année prétextant qu'il n'y a pas assez d'enfants. Du coup, on se retrouve avec des classes de 29 à 31 élèves», affirme Francis Gabouleaud.


«Petit papa Chatel....»

Jeudi matin, les parents d'élèves accompagnés de leurs enfants avaient préparé des lettres, destinées au ministre de l'Education nationale Luc Chatel, qu'ils ont postées dans une fausse boîte aux lettres en carton décorée d'étoiles de Noël. Puis ils ont demandé en chantant au «Petit Papa Chatel» de leur offrir «dès à présent un petit poste d'enseignant».


Selon Katia Redier, 36 ans et mère d'une élève âgée de trois ans et demi, «les classes de l'école sont très rapidement saturées de bruit en raison du sureffectif». «Cela engendre des problèmes d'attention chez les enfants et de la nervosité lorsqu'ils rentrent à la maison le soir», souligne-t-elle.

L'inspection académique porte plainte

La suite...



In L'Humanité

Les petites classes de Jules Ferry débordent

A Argenteuil, les parents d’élèves de l’école maternelle Jules Ferry se battent depuis six semaines pour obtenir la réouverture d’une classe fermée en septembre contre toute logique.


Rien ne bouge, ce jeudi matin, devant le groupe scolaire Jules Ferry à Argenteuil (Val d’Oise) recouvert d’affiches et de banderoles. Les écoles, maternelle et primaire, sont bloquées par les parents d’élèves (FCPE) qui, depuis six semaines, se battent comme de beaux diables pour la réouverture d’une huitième classe, fermée cette année par l’inspection académique contre toute logique. Pas de cantine, pas d’accueil matinal, prévient un message de la mairie. Un calme trompeur règne dans la cour. Dans la salle semi-circulaire de l’école maternelle, une petite centaine de personnes enfants et adultes mêlés mettent la dernière main aux messages, plutôt colorés, qu’ils vont adresser au « Petit Papa Chatel ».


Unique cadeau envié et réclamé : une maîtresse supplémentaire pour cette école maternelle qui compte 205 élèves et ne peut accueillir les 5 enfants de moins de trois ans qui sont « en attente » . Les deux classes de petite section étouffent avec 30 et 31 élèves. Parmi les lettres adressées au Petit Papa Chatel dont l’adresse ressemble étrangement à celle du ministre de l’Education nationale Sonia, bouclettes brunes, lui annonce que, depuis la rentrée, dans sa classe, « on joue aux sardines » mais que le jeu a suffisamment duré. Julien, père d’élève, confirme : « dans la classe, il y a trois bancs et pas de place pour un quatrième. Pour chaque activité commune, quelques gamins doivent s’asseoir par terre. Même la superficie de la classe n’est pas prévue pour accueillir autant d’enfants ».


« Donne moi un maîtresse »


La suite...



In JT M6 12-10-2009





Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 12:59

In C'est Classe

Les Français font des enfants. Et en plus ils veulent les mettre à la maternelle ! C'est manifestement un problème pour l'Education nationale qui, devant supprimer des postes, va les chercher en maternelle  la scolarité obligatoire ne commençant qu'à six ans. Mais à Montlignon, comme à Bouffémont, les parents se rebiffent. Tandis qu'un collectif  "Pas de bébés à la consigne" lance une campagne nationale contre le désengagement de l'Etat à l'égard des tout-petits.


Manif de parents de maternelle à Montlignon (95), (2), sept 09


A quelques kilomètres de Bouffémont, le village de Montlignon (2500 habitants), également dans le Val d'Oise, est plein d'enfants. Beaucoup de jeunes familles sont venues s'y installer: les enfants sont au calme, et les logements sont plus abordables qu'à Paris où les parents vont généralement travailler, à trente minutes de là, sans les embouteillages.


Le problème, c'est justement cette natalité. L'école a été créée il y a six ans. En maternelle, elle comptait quatre classes pour 95 élèves l'an dernier. Mais en juin dernier, l'inspection a annoncé la fermeture d'une classe, les enfants devant être moins nombreux à la rentrée 2009.

 


Mais parfois les prévisions mentent. Les enfants de maternelle se sont retrouvés 93 début septembre, dont quatre ne parlant pratiquement pas le français. Ce qui fait une moyenne de 31 dans chacune des trois classes. La nature ne faisant pas toujours bien les choses, il y a proportionnellement plus de petits. Il a fallu donc faire des classes de double niveau, dont une mêlant des grands et des petits.


Une précision: à Montlignon comme à Bouffémont, on ne prend pas les petits de deux ans à la maternelle. Seulement les deux ans trois quart qui auront trois ans au premier semestre.

"Si on prend le raisonnement purement comptable de l'administration, nous sommes à deux élèves au dessus du seuil pour ouvrir une nouvelle classe, explique une mère, mais on nous a fait savoir que ce n'était pas envisageable, par manque de moyens".


Les parents se sont très vite mobilisés: une pétition signée par 98% d'entre eux pour réclamer une quatrième classe, un bombardements de mails, de fax, de coups de téléphone à l'Inspection académique, avec le soutien du maire UMP... Mais c'est niet.

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole