Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 22:18
Le déroulement des futures inspections...

C'est très instructif quant à l'avenir du métier d'enseignant et de l'école (publique ?).
Chacun se fera sa propre opinion.

hg_richon_inspection_maitres.pdf

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Evaluations
commenter cet article
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 07:15

In Café Pédagogique

"La mise en concurrence des écoles n’est pas du tout à l’ordre du jour". Jeudi 15 janvier, Jean-Louis Nembrini, directeur de la Dgesco,  présentait les nouvelles évaluations de CM2.

Il s'est attaché à répondre aux inquiétudes manifestées ces derniers jours. " Les évaluations portent sur des compétences qui ont été progressivement construites bien avant le CM2. C’est le cas, par exemple des tables de multiplication, qui sont progressivement acquises depuis le CE1" précise-t-il en réponse aux enseignants qui les jugent trop difficiles. Il a aussi rappelé leur finalité. "Ces évaluations nous donneront une image objective et fiable des connaissances et compétences de tous les élèves de CE1 et CM2 en France, sur les domaines essentiels que sont le français et les mathématiques,".

Pourtant l'opposition à ces évaluations se renforce. Le 15 janvier, les trois premiers syndicats du primaire , le Snuipp, le se-Unsa et le Sgen, appellent les enseignants à "ne pas faire passer d'exercices correspondant à des notions non étudiées depuis le début de l'année". Comme l'évaluation porte sur des points du nouveau programme non encore traités en classe, les syndicats  craignent qu'elles mettent en échec les élèves et, au-delà, entretiennent "un danger d'instruction à charge contre l'école par la centralisation de résultats ainsi faussés".

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Evaluations
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 17:23

par VoyonsMonsieurDarcos.free.fr

 

Quatre élèves de CM2 ont fait la dictée prévue dans les évaluations 2009. Le maitre jette un rapide coup d'œil sur les textes et se dit qu'apparemment, deux dictées sur les quatre ne sont pas réussies.

Lesquelles, à votre avis ?

 

 

 

 

Élève A

Les enfants sont parti faire une promenade en bordure de forêt. Les filles cherchent des champignion souvant caché sous les feuilles sèches pendant que les garçons cueillent des framboises odorantes. Ils aimeraient bien voir des écureuils mais ces petits animaux ne se montrent pas facilement.

De retour à la maison, ils mangerons des crêpes, avec du sucre ou de la confiture.

 


 

 Élève B

Les enfants sont partis faire une promenade en bordure de forêt. Les filles cherchent des champignons souvent cachés sous les feuilles sèches pendant que les garçons cueillent des framboises odorantes. Ils aimeraient bien voir des écureuils mais ces petits animaux ne se montrent pas facilement.

De retour à la maison, ils mangeront des crêpes, avec du sucre ou de la confiture.

 


 

Élève C

Les anfants sont partilles fer une prommenade an bord d'ure de foret. Les filles cherches Deschamp pignon sous vent caché sous l'es feuilles c'est che pendent que les garcons queillent des francs bois z'odorente. Il s'aimerez bien voire des équureuils mets c'est petit zanimaux ne se montres pas fassilmen.

D'heureux tour à la maison, île manjront des krêpes, avec du cuqre ou de la conphitur.

 


 

Élève D

Les enfant sont partis faire une promenade an bord dur de forêt. Les files chêrchent des champignons souvent kachés sous les feuilles saiches pendant que les garçons ceuyent des frenboises odorentes. Ils aimmerez bien voir des écureuilles mais ses petits annimaux ne ce montrent pas fassilement.

Deux retours a la maison, ils mengeront des craipes, avec du sucre où de la confiture.

 


 

Après correction, en appliquant les consignes de codage prévues dans le livret d'évaluation, le maitre constate qu'effectivement, les dictées se partagent en deux réussies et deux dans lesquelles aucune des compétences évaluées n'est acquise. Mais en regardant de plus près, il observe ceci :

 

Connaissances ou compétences à évaluer

Élève A

Élève B

Élève C

Élève D

Orthographier, sous la dictée, les mots les plus fréquents, notamment les mots invariables, ainsi que des mots fréquents avec accent.

 

Item 28

Les mots suivants, d'usage courant, sont correctement orthographiés : enfant – faire – promenade – forêt – garçon – champignon – feuille – voir – maison – sucre – confiture.

non

oui

non

oui

Item 30

Les mots invariables suivants sont correctement orthographiés : souvent – sous – pendant – que – bien  – mais – pas – avec.

non

oui

non

oui

Dans une dictée, appliquer la règle de l'accord du verbe avec son sujet, y compris avec le sujet qui de 3ème personne.

Accorder sans erreur l'adjectif (épithète, apposé et attribut du sujet) avec le nom.

Item 29

Les accords dans le groupe nominal sont correctement réalisés tolérance : une erreur)

non

oui

non

oui

Item 31

L'accord des verbes avec leur sujet est correctement réalisé (une erreur tolérée ; l'orthographe lexicale n'est pas, là, prise en compte).

non

oui

non

oui

 

Les résultats des élèves B et C ne le surprennent pas et les classer respectivement dans les catégories Réussite 100 % et 0 % lui semble normal et pertinent.

 

Mais l'élève A aura un score de 0 %.

Quant à lui, l'élève D aura un score de 100 % de réussite.

 

Étonnant, non ?

 

Voyons, Monsieur Darcos !


Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Evaluations
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 17:10

Le ministère a décidé unilatéralement d’une évaluation des élèves de CM2 la semaine prochaine, sur la base d’une procédure rigide qui n’a fait l’objet d’aucune concertation.


Présentée comme une évaluation bilan, elle intervient sur des contenus de programmes qui n’ont commencé à être mis en oeuvre qu’à la rentrée et donc à un moment où la totalité des notions évaluées n’a pu être étudiée avec les élèves. De plus, le codage simpliste ne permet pas de prendre en compte le fait que des notions n’aient pas encore été étudiées ou soient en cours d’acquisition.


Dans de telles conditions le SE-UNSA, le SGEN-CFDT, le SNUipp-FSU estiment que ces évaluations, en mettant en échec artificiellement des élèves, ne sont pas à leur service. Cette démarche inacceptable conduirait à : • une situation très difficile à gérer dans chaque classe avec les élèves et envers leurs parents ; • un danger d’instruction à charge contre l’école par la centralisation de résultats ainsi faussés.


Le SE-UNSA, le SGEN-CFDT, le SNUipp-FSU ont demandé solennellement au Ministre de suspendre cette opération précipitée et mal pensée. Xavier Darcos a pourtant persisté.


Dans ces conditions, le SE-UNSA, le SGEN-CFDT, le SNUipp-FSU appellent les personnels à préserver les conditions d’une évaluation profitant effectivement aux élèves et aidant à la communication avec les parents. Ils refusent toute publication école par école qui introduirait une logique consumériste inacceptable au regard des objectifs de l’école publique.


Ils demandent donc aux personnels concernés de mettre en oeuvre les consignes suivantes : • ne pas faire passer les d’exercices correspondant à des notions non étudiées depuis le début de l’année • ne rendre compte que de des seuls résultats des évaluations aux élèves et aux parents de la classe concernée ; • ne pas utiliser le logiciel ministériel de transmission et ne transmettre que les résultats anonymés des exercices effectivement passés.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Evaluations
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 07:40

In Café Pédagogique

"Il est en effet évident que certaines notions évaluées par des items, en français comme en mathématiques, ne peuvent être maîtrisées actuellement, alors qu’il reste encore cinq mois d’enseignement pour les approfondir. Dans ce contexte, nous demandons au ministre de l’Education nationale de ne pas imposer la passation systématique de tous les items du protocole d’évaluation". Le SIEN, syndicat d'inspecteurs prend à son tour position pour une "adaptation" de l'évaluation de CM2. "Afin de prendre en compte les caractéristiques particulières de chaque école, il serait cohérent de laisser à l’enseignant le choix des items à ne pas traiter".

 

La découverte des épreuves pousse de nombreux enseignants à les refuser. "Les jeunes collègues sont particulièrement abasourdis... Tiraillés  entre obéissance aveugle et respect des valeurs, des enfants et de leurs parents. Quel autre métier évalue un travail qui n'a pas encore été réalisé ?" s'interroge un enseignant savoyard. " Considérant qu’évaluer des élèves ainsi, sans prendre en compte la moindre réussite, sur des notions  pour beaucoup non travaillées au préalable, peut constituer un traumatisme pour l’enfant ou ses parents  et une aberration sur le plan pédagogique,  nous refusons d’évaluer les compétences qui n’auraient pas encore été abordées. En désaccord avec ce codage injuste, trop négatif, nous appliquerons notre propre notation". Un autre s'interroge. " Comment travailler s'il faut préparer les élèves de CM2 à ce niveau de performance en janvier : faut-il « avaler » les programmes et laisser tous les élèves fragiles sans compétences solides : les résultats des évaluations de janvier risquent alors d'être très faibles et l'école primaire va, à nouveau, être montrée du doigt ?"

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Evaluations
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 21:58


Lettre aux parents



Les 19, 20, 22 et 23 janvier, une évaluation nationale est prévue pour tous les élèves de CM2 de France.


Cette évaluation se fera sur la base des nouveaux programmes mis en place en septembre 2008, c’est-à-dire que les enfants seront évalués sur un programme qu’ils ne connaissent pas et seront donc confrontés à des notions qu’ils n’ont jamais vues.


La formulation des consignes (ce ne sont pas les enseignants qui ont élaboré les textes et beaucoup d’élèves ne pourront les comprendre), l’organisation des évaluations (temps chronométré pour chaque exercice) et le système de notation (juste ou faux sans autre alternative) font que ces évaluations n’apportent rien sur le plan pédagogique.


Plus grave encore, elles sont dangereuses car elles mettent les enfants en situation d’échec et traduisent les réalités socio-culturelles en inégalités scolaires.


Les enseignants connaissent les enfants qui sont dans leur classe, ils connaissent leurs difficultés et les progrès qu’ils font. Ils n’ont pas besoin d’une telle évaluation. Cette évaluation, très angoissante pour les enfants et culpabilisante ne leur est d’aucune utilité. Les résultats pourront alimenter la « base élèves », en découlera un fichage des enfants et une sélection pour l’entrée au collège.


Ces évaluations servent uniquement aux statistiques d’Etat. Elles seront utilisées pour sanctionner. Au vue des résultats, l’administration pourra remplir les heures dites « d’aide personnalisée » et les stages de « remise à niveau » prévus pendant les vacances scolaires.

 


Ces pseudo-aides ne pourront jamais remplacer le travail fait encore actuellement par les maîtres spécialisés (RASED).

Le comparatif qui en découlera entre élèves, entre enseignants et entre écoles (bons ou mauvais) et l’éclatement de la carte scolaire accentueront les inégalités actuelles.


Que veut-on pour nos enfants ?
Une préparation intense aux concours dès le plus jeune âge ?
 Un « bac » nominatif pour l’entrée au collège ?
Qu’adviendra-t-il des enfants qui ne sont pas dans la norme, des enseignements considérés comme non-fondamentaux ?
Comment pourra-t-on intégrer les enfants dits « différents » ?


Aujourd’hui on évalue les CM2, demain les CE1 (leur évaluation est prévue pour mai). Pourquoi ces évaluations nationales ? Pour trier les élèves de plus en plus tôt ? Pour discréditer l’école publique ? Pour justifier de ne plus lui donner les moyens ?


Refuser les évaluations nationales,

c’est aider l’école à donner leur chance à tous les enfants.

Ensemble agissons pour que les évaluations n’aient pas lieu.


Parents – Enseignants réunis en rencontre nationale le 13 janvier 2009

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Evaluations
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 17:32

Communiqué du Sgen-CFDT



Dans un document d’orientation de 2007, le ministre de l’Éducation nationale annonçait la mise en place d’évaluations devant permettre aux professeurs des écoles d’avoir « le temps nécessaire pour organiser leur enseignement. Leurs constats seront rendus publics et permettront d’apprécier l’évolution de la réussite du système éducatif. » Ces évaluations CM2 devraient se dérouler dans la semaine du 19 au 23 janvier.


En quoi des évaluations à cette période de l’année, 6 mois avant le terme du cycle des approfondissements et portant sur des points du programme dont certains n’ont pas encore été vus consolideraient-elles les apprentissages ? En quoi la publication des résultats des écoles aux niveaux départemental et national contribuerait-elle à compléter les apprentissages ?


Par les contenus qu’elles prétendent évaluer, par le moment où elles sont programmées dans le cycle, ces évaluations seront inopérantes au plan pédagogique et s’apparentent davantage à une restauration de l’examen d’entrée en 6ème.


Loin de l’évaluation diagnostique de début de cycle dont relevaient les évaluations CE2 - 6ème qu’elle est censée remplacée, c’est une véritable évaluation sanction que le ministère souhaite organiser et qui, mise en relation avec le contenu des nouveaux livrets de compétences, conduit plus à classer les écoles, qu’à mesurer la maîtrise du socle commun de connaissances et de compétences. Ni les élèves, ni les familles ni le service public dans son ensemble n’ont à gagner à ce qu’apparaissent des palmarès départementaux des écoles. Bien au contraire, c’est de coopération et non de mise en concurrence que l’École a besoin.


Le Sgen-CFDT s’est depuis fort longtemps prononcé pour une évaluation formative. C’est à dire une évaluation qui s’inscrive dans l’objectif prioritaire du système éducatif de faire acquérir par les élèves des connaissances et des compétences, une évaluation qui soit un enjeu véritable pour construire l’École de la réussite de tous. Une telle évaluation ne peut se concevoir comme un exercice extérieur à l’enseignement lui-même mais comme un processus pédagogique qui trouve son inscription à l’intérieur même de la formation.


C’est pourquoi le Sgen-CFDT demande à Xavier Darcos de surseoir à la mise en place de ces évaluations, de faire enfin confiance aux compétences et à la professionnalité des enseignants et d’engager des discussions sur la place et le rôle des différentes formes d’évaluations dans notre système éducatif.

Paris, le 9 janvier 2009

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Evaluations
commenter cet article
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 07:10

In Café Pédagogique

Les évaluations de CM2 auront-elles lieu ? "En quoi des évaluations à cette période de l’année, 6 mois avant le terme du cycle des approfondissements et portant sur des points du programme dont certains n’ont pas encore été vus consolideraient-elles les apprentissages ?" interroge le Sgen Cfdt. Le syndicat voit dans cette évaluation "une restauration de l’examen d’entrée en 6ème". Après le Snuipp et le Se-Unsa, le Sgen demande le report des évaluations et l'ouverture de discussions.

 

Cette demande des 3 principaux syndicats du primaire peut s'appuyer sur la publication sur "Darcos démission", un site de "désobéisseurs", des évaluations et de leur corrigé alors qu'ils sont encore gardés officiellement confidentiels. "A la date du 10 janvier, après enquête auprès d'enseignants du  primaire répartis un peu partout en France, il apparaît - sauf  rares exceptions -  que personne n'avait encore reçu de manière  officielle ces documents" affirment les animateurs de ce site. Ils démentent une affirmation du ministère selon laquelle le texte est déjà en circulation auprès des enseignants  et dénoncent "le détournement inquiétant que subissent les évaluations nationales, autrefois internes,  diagnostiques pour évaluer et aider les élèves, et demain externes,  sommatives, pour évaluer et sanctionner les enseignants". La publication du corrigé des évaluations deux semaines avant le test pourrait en affecter les résultats. L'évaluation doit avoir lieu le 19 janvier.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Evaluations
commenter cet article
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 16:43

In Libération


Les instits' sont obstinés. Fin novembre-début décembre, ils avaient fait circuler une pétition en ligne dénonçant la mitraille de réformes de Xavier Darcos et réclamant sa démission (nb Lire l'appel d'André Ouzoulias) Elle avait recueilli jusqu'à 15 000 signatures. Mais patatras. Dans la nuit du 15 au 16 décembre, en plein mouvement lycéen, tout a disparu : le texte, les signatures, les fichiers. De quoi être parano...

Mais il en fallait plus pour décourager nos pétitionnaires. Durant les vacances de Noel, ils ont reconstruit un site (
http://www.darcos-demission.org/) bien mieux sécurisé. Avec la même pétition - intitulée  "STOP  à la démolition de l’école publique ! STOP au mépris ! M. Darcos doit démissionner" - qui recommence à tourner sur la toile en cette rentrée polaire.

"Resignez et faites signer vos collègues", demandent-ils sobrement sur la page d'accueil. Les pétitionnaires ont des doutes sur ce coup du sort. Mais bons joueurs, sans preuve, ils n'accusent personne.


Ils ont toutefois réservé une petite surprise au ministre. Une excluvisité, un scoop en langage journalistique: la publication des épreuves avec les corrigés des prochaines évaluations de CM2. Pour eux, c'est une façon de protester contre le fait que ces évaluations vont être publiées, école par école, ce qui va de fait les mettre en concurrence.


C'est l'une des nouveautés de cette année. Tous les élèves de CE1 et de CM2 vont être évalués, en français et en mathématiques. Le ministre a même promis 400 euros de prime à leurs enseignants, dans le cadre du "travailler plus pour gagner plus".


Aors qu'on demandait une revalorisation du salaire des enseignants, "cette prime est une atteinte à note dignité", estiment les protestataires. Dans la pétition, ils s'engagent à reverser les 400 euros aux associations qui travaillent dans l'Education et dont les crédits ont été coupés. Les instits' ne sont pas vénaux.

Le cahier de l'élève
Le livret de l'enseignant

Dépêche AEF n° 106379 du 15 décembre 2008

Évaluations nationales CE1 et CM2 : NON à la mise en concurrence des écoles !




Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Evaluations
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole