Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 17:45

In Fabula

 

C03-03Trois syndicats de la FSU (première fédération de l'Education) appellent les enseignants des collèges et lycées des académies de l'Ile-de-France à un rassemblement, mercredi à partir de 14h30 place de la Sorbonne à Paris, pour dénoncer les suppressions de postes prévues à la rentrée de septembre.

 

 

Depuis janvier dernier, les mobilisations locales se multiplient pour dénoncer les suppressions de postes -16.000 au total dans toute la France- avant une journée nationale de manifestations le 19 mars.

 

Selon le Syndicat national des enseignements du second degré (SNES-FSU), à la prochaine rentrée de septembre 2011, "les académies de Paris, Créteil et Versailles compteront 7.000 élèves supplémentaires dans les collèges et les lycées pour 1.053 professeurs de moins".

"Chaque académie, conformément aux 'pistes' indiquées par le ministre, applique ses propres méthodes pour économiser des moyens", ajoute le SNES.

 

L'organisation syndicale dénonce notamment dans les trois académies de Paris, Créteil et Versailles une "augmentation conséquente du nombre d'élèves par classe" et des heures supplémentaires, ainsi que la "suppression des cours à effectifs réduits".

Au total, dans toute la France, ce sont 16.000 postes qui seront supprimés dans l'Education à la rentrée prochaine, qui s'ajoutent au 50.000 déjà supprimés entre 2007 et 2010.

Au collège, selon la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), les nouvelles suppressions de postes ne permettront pas "l'accueil des 40.000 nouveaux collégiens issus du 'baby-boom' de l'année 2000 arrivant à la rentrée 2011 en classe de 6ème".

 

Un collectif de 25 organisations, dont les principaux syndicats d'enseignants, la FCPE (parents d'élèves), l'UNL et la FIDL du côté des lycéens, appelle à des manifestations dans toute la France le 19 mars pour dénoncer ces suppressions de postes.

 

Sans attendre le 19 mars, l'Union nationale lycéenne (UNL) appelle de son côté les lycéens "à se mobiliser là où les dégâts sont les plus importants", et les invite, dans un communiqué, "à interpeller les proviseurs, les recteurs et le ministre sur la question des suppressions de postes". AP


Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 18:17

 

 

Nous sommes des parents, des enseignants, des élèves ou des personnels non enseignants qui nous mobilisons pour défendre la cité scolaire publique Jean Moulin. Située dans le 5ème arrondissement de Lyon, la cité scolaire (600 collégiens & 500 lycéens) est aujourd'hui menacée puisque le Rectorat veut y créer un collège usine de 950 élèves.

 

Parents, enseignants, élèves et personnels non enseignants se sont donc rassemblés et ont créé le collectif pour l'avenir de la cité scolaire Jean Moulin pour mieux pouvoir coordonner les actions.

 

Ce site permet de mieux informer les personnes qui nous soutiennent mais également ceux qui découvrent le sujet. Pour plus de détails, vous pouvez aller dans la rubrique "Pourquoi garder la cité scolaire Jean Moulin", un résumé de la situation y est disponible.

 

Une pétition contre la fermeture du lycée Jean Moulin a été mise en ligne.

Le site du collectif.

 

 

 

 

 L'argumentaire (cliquez sur l'image)

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 16:57

 

C'est un événement insignifiant, en tout cas passé inaperçu dans le flot d'informations en provenance d'un monde en furie:  un président de Région, le socialiste Jean-Jack Queyranne, qui, face à un recours au tribunal administratif déposé par un collectif citoyen composé de parents d'élèves, de personnels enseignants et non enseignants et d'élèves du lycée Mounier à Grenoble, obtient l'autorisation à défendre avec les voix du FN et de la droite. Certes, un événement insignifiant au regard de ceux qui nous parviennent de Sarkozie mais qui traduit la coupure entre le peuple de gauche et ses élus.

Ainsi, que penser d'un président de Région prétendument "de gauche" qui, en élève appliqué du modèle politique dominant, fait du passage en force et de l'absence de concertation un mode de gouvernement?

Dans le cas de l'affaire du lycée Mounier, deux groupes "projet" ont déjà été réunis qui a chaque fois se sont révélés être un "pantalonnade", car, en lieu et place de la concertation annoncée, les décisions étaient déjà prises avant même que les réunions ne commencent au grand dam des "partenaires". En décembre 2010, le président Queyranne a promis la réunion d'un nouveau groupe "projet" au tout début de l'année 2011: nous sommes déjà au mois mars et aucune date ne nous a encore été communiquée! Aurait-on peur du débat et de la contradiction? Ou plus prosaïquement cherche-t-on à gagner du temps, alors que chaque semaine perdue compromet un peu plus le projet de nouveau lycée Mounier? On voit bien par là que le slogan officiel, que l'on trouve, par exemple, en exergue sur le site de Rhône-Alpes, et qui fait la promotion de la "Région citoyenne" est totalement creux et que plutôt que de discuter avec des citoyens responsables, Queyranne préfère leur opposer des gendarmes, comme cela a été le cas lors de la dernière assemblée plénière...  

Que penser encore d'un président de Région élu par des électeurs de gauche qui a érigé l'autocratie en mode de gouvernement et qui navigue entre mépris des élus et des électeurs qui les ont désignés?

Alors que l'annonce de la fermeture de l'établissement remonte au 27 sept., le premier vote de l'assemblée - et donc pour elle la première occasion de débattre de ce dossier - a eu lieu en commission permanente le 24 février dernier , soit près de 5 mois sans aucune discussion dans ce cadre démocratique! Et ceci alors que l'investissement dans les lycées représente le premier poste de dépenses d'une Région et que la rénovation des lycées - dont Mounier !- était un des arguments de la campagne pour les élections régionales.... Mépris identique lorsque les élus de la commission formation initiale & lycées - de grands irresponsables aux yeux du président Queyranne sans doute ! - ayant pu enfin se réunir le 26 janvier dernier, se sont prononcés sur un effectif de 450 élèves pendant la phase de transition (reprise des préconisations de l'équipe de médiation pourtant nommée par le président de Région lui-même). Quelques jours plus tard le même président envoyait à M. Audéoud, recteur de l'académie de Grenoble, une "note technique" abaissant arbitrairement les effectifs du futur lycée à l'horizon 2013 à 300 éléves. Sur quelles bases techniques, sur quels critères objectifs? A ce jour nul ne le sait!

Le seul résultat tangible de ce mode de gouvernement est l'impasse politique dans laquelle se trouve la Région Rhône Alpes, dont la majorité apparaît de plus en plus "plurielle" et de plus en plus divisée. Lors de la commission permanente du jeudi 24 février, le président Queyranne devant le recours déposé par le collectif Mounier a été contraint de demander une autorisation à défendre: face au vote négatif des groupes Europe Ecologie Les Verts et Front de Gauche, il n'a obtenu cette autorisation que grâce aux voix de la droite et du FN. On se demande bien à quelles tractations et quelles négociations ce soutien a pu donner lieu! Une véritable honte, lorsque l'on connaît les circonstances qui ont présidé au premier mandat de Jean-Jack Queyranne et la campagne menée contre Charles Millon après son accord avec le Front national!

Que penser enfin d'un président de Région de gauche qui collabore sciemment à la politique de casse de l'Education Nationale menée par le gouvernement Sarkozy?

En annonçant la décision de fermeture du lycée Mounier en septembre, Queyranne prenait en effet la double responsabilité de favoriser un établissement relevant de l'enseignement privé confessionnel "sous contrat" (l'Externat Notre Dame situé à une station de tram du lycée et qui serait le premier bénéficiaire de la "casse" du lycée Mounier) et d'accompagner la politique de Chatel de suppression de postes (pour rappel 70.000 depuis 2007), ceci allant bien entendu à l'encontre de l'argument du "bouclier" utilisé pendant la campagne des régionales pour inciter l'électorat de gauche à se reporter au 2ème tour sur les listes menés par les socialistes; pire encore, cette décision participe à la politique nauséabonde de fermeture d'établissements et de rémunération au "mérite" des recteurs  pouvant aller jusqu'à 22.000 euros (cf le courrier de Michel Ascher, le proviseur honoraire qui a rendu ses palmes académiques pour protester contre la mise en place de ce dispositif de casse du service public de l'Education nationale).

Est-ce là la politique que le parti socialiste propose pour 2012 en matière d'éducation? Les électeurs-citoyens de Grenoble et de Rhône Alpes que nous sommes, nous posons la question et attendons une clarification rapide!

 

Lycée Mounier, la vérité

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 18:56

 

In Snuipp

 

 

Le 19 mars, partout en France, les 25 organisations du collectif « Un pays, une école, notre avenir. » appellent à manifester pour inverser les choix budgétaires du gouvernement en matière éducative.

 

Si rien ne change, « A la rentrée 2011, ce seront 16 000 postes supplémentaires qui seront supprimés, malgré l’augmentation des effectifs d’élèves. Les conséquences auront des effets immédiats sur la taille des classes dans les écoles, les collèges et les lycées, la scolarisation des enfants de deux et trois ans, les élèves en difficulté, le fonctionnement des services et l’offre d’enseignement. » dénoncent à l’unisson les organisations du monde de l’éducation, réunies dans le collectif des “25” .

 

C’est donc bien, parce qu’avec ses choix budgétaires, le gouvernement ne prépare pas l’avenir, que tous ceux et toutes celles qui soutiennent le service public d’éducation et son engagement permanent pour la réussite des jeunes, sans distinction de fortune ni d’origine, sont appelés à une journée nationale d’action déclinée dans chaque académie le samedi 19 mars.

  

Pour prendre connaissance des rendez-vous : cliquez sur la carte

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 10:57

 

Ce Collectif né au Lycée Jules Renard de Nevers vise à créer un réseau d'actions contre la réforme du Lycée :
Travaillons en Gilets Jaunes dans nos établissements pour s'opposer à la réforme du Lycée.

Le blog s'étoffera dans les jours à venir, nous cherchons à fédérer les Lycées autour :

   

 

(1) d'un objectif : s'opposer à cette réforme du Lycée
(2) d'une identité visuelle commune
(3) construire un réseau pour synchroniser des actions communes médiatiques


Notre mouvement s'étend petit à petit en Bourgogne et au-delà.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 21:39

Les parents d'élèves et les enseignants, soutenus par les habitants du  quartier et les collectivités locales, s'opposent depuis près d'un  mois, à la fermeture de 3 classes à la rentrée 2011. Cette fermeture  représente 20% des classes de ce quartier populaire.

Voici les dernières informations sur cette mobilisation :

* Le point sur la situation scolaire de ce quartier populaire

 


* Les actions prévues cette semaine par le collectif

* Le bilan du rassemblement du mercredi 23 février devant l'Inspection  d'Académie

* Des enseignants gersois rendent leurs palmes académiques

 

 


« Aujourd’hui, ce geste est ma seule façon de protester contre la casse de notre système éducatif, contre ces trop nombreuses suppressions de postes d’enseignants et contre l’ensemble de la politique d’éducation menée par le gouvernement. […] Vous renvoyer cette distinction, Monsieur l’Inspecteur, n’est pas, pour moi, un geste anodin. J’ai aimé mon métier passionnément et je crois avoir donné, comme beaucoup d’autres, le meilleur de moi-même pendant ces années au service de l’Ecole. Moi, la fille d’ouvriers immigrés, républicains espagnols, je dois tout à l’Ecole Publique et à ses enseignants qui m’ont transmis les valeurs de la République, les valeurs de ce pays qui avait accueilli ma famille et me permettait d’étudier mais aussi et surtout d’être libre. […] Moins de moyens, c’est sacrifier des enfants, semblables à celle que j’étais. L’Ecole Publique Laïque a toujours été pour des générations d’enfants du peuple, un formidable ascenseur social. Elle ne le sera plus. Une société pour laquelle l’éducation n’est plus une priorité, qui brise les espoirs et les rêves de réussite des jeunes, conduit souvent à des débordements violents. Qui peut le souhaiter ? Nous savons aussi que les parents qui en auront les moyens se tourneront vers des structures privées. Qui le souhaite ? […] Monsieur l’Inspecteur, vous ne lirez peut-être pas ce courrier, mais s’il vous parvient, sachez combien l’enfant, la directrice d’Ecole que j’étais, la grand-mère que je suis devenue a mal « à la République », mal « à son Ecole ». Je ne pense pas que ces mots jetés avec émotion sur le papier inverseront le cours des évènements mais je tenais à les crier. »

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 10:08

Hier y'avait grève des enseignants...


On a pu entendre à la radio que des profs souhaitaient que les parents puissent s'associer aux journées de grèves comme celle que nous venons de connaître.

Eh bien il faut remarquer une chose : quand ils s'y joignent, bizarrement au niveau de la presse locale c'est souvent l'omerta. Surtout, n'en parlons pas ! Ça pourrait faire croire que parents et enseignants ont des intérêts communs alors que c'est bien connu, les jours de grève, les enseignants prennent les parents en otage !


C'est un peu ce qui s'est passé dans l'Ain, dans le village de Péron, sympathique bourgade de 2000 âmes, avec une école et un collège quand même : parents et enseignants se sont réunis hier, en une marche pacifique pour porter au maire un cahier de doléances à transmettre aux hautes autorités de ce pays, où il apparaît clairement que les souhaits des uns et des autres convergent : forcément, ils vont dans l'intérêt de l'enfant. Et autant laisser les querelles de chiffres aux spécialistes qui savent dirent le contraire de ce que les chiffres disent, nous ce qu'on a dit haut et fort c'est : l'éducation est basée sur la relation humaine, il est évident qu'on apprend moins bien dans la surpopulation scolaire, à cause du stress de la promiscuité et du manque de disponibilité des enseignants. Tout le reste n'est que du blabla destiné à nous endormir et à nous empêcher de faire ce que la situation impose :  refuser en bloc le saccage de l'éducation !


Depuis notre petit coin de France, on vous propose à tous de vous lancer dans ces marches vers les mairies, en remettant aux maires ces cahiers de doléances à remettre aux députés, sénateurs, préfet, IA, recteurs, pour que la multitude de petits ruisseaux submergent et engloutissent cette faction qui détruit sûrement ("lentement" n'est plus de mise) l'éducation pour tous !


On peut vous proposer notre cahier de doléances..

 

Quel résultat, au fait ? On ne sait pas mais dans l'Ain, sur cette journée de grève, on a vu 500 enseignants en grève en manifestation à Bourg en Bresse, préfecture. Dans le même temps, dans une des 419 communes du département, 90 personnes (dont 20 enfants, soigneusement "sortis" des chiffres des manifestants, à se demander pourquoi...) sont allées trouver leur maire. 90 fois 419, ça doit faire plus que 500...


Alors, on vous propose l'idée, peut-être que ça peut être organisé à grande échelle ? On en parle aussi à nos syndicats, bien sûr. Et on verra que ce n'est pas les parents qui sont pris en otage par les enseignants, mais les enfants pris en otage par des mesures qui ne leur accordent que le droit d'être de la chair à statistique.

 

Pierre D. , école de Péron

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 17:50

Le mouvement de mécontentement concernant le non-remplacement des enseignants fait tâche d'huile.

A Trappes,  l'Inspection départementale est occupée depuis jeudi et les actions se multiplient dans tout le pays.

 

  2010-0095.jpg

 

In L'Humanité


Ecoles cherchent remplaçants désespérément

 
Le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire chez les enseignants des écoles primaires, est sollicité quotidiennement par un nombre important d’écoles qui ne trouvent pas d’enseignants pour remplacer les collègues absents.

Il manque en effet des dizaines de remplaçants dans le Rhône. L’administration est incapable de faire face à ses obligations. Vous trouverez, ci-dessous, des exemples d’écoles dont la situation reflète fidèlement les difficultés auxquelles sont confrontées chaque jour des dizaines d’écoles.

Ecole élémentaire Langevin à Vaulx en Velin :
depuis 2 semaines, un ou deux enseignants différents sont quotidiennement malades et non remplacés (grippe et opération prévue de longue date),
chaque jour de 2 à 5 élèves sont accueillis en plus au fond de chaque classe. En conséquence, Le jeudi 3 février, l’activité piscine de 4 classes a été
annulée pour que celles-ci puissent accueillir les élèves des deux maîtres absents non remplacés.
Ecole élémentaire A. Briand, Lyon 7 :
4 enseignantes ont été absentes le même jour, des dizaines et des dizaines d’élèves ont dû être répartis dans les autres classes.
Ecole élémentaire Mistral à Vaulx en Velin :
Une enseignante de CP connait un arrêt de longue durée (plusieurs semaines), aucun remplaçant n’est prévu à ce jour.
Ecole élémentaire Pagnol à Meyzieu
Deux enseignants de CM1 et de CM2 sont en projet Comenius à l’étranger. L’administration s’était engagée à assurer leur remplacement. Les élèves n’ont pas classe depuis une semaine. A cela, s’ajoute le non-remplacement de l’enseignante de CLIS depuis 6 jours.

Communiqué du SNUipp-FSU Rhône

 

 

In Politis


« Un prof par classe, c’est pas la lune ! »


Pour protester contre le manque d’enseignants, des parents d’élèves occupent une école maternelle à Epinay-sur-Seine. Ils entendent saisir la Halde pour discrimination territoriale et élargir le mouvement.

 

Le téléphone sonne. Une mère décroche : « Jean-Jaurès Sud, école occupée par les parents d’élèves… » Son interlocuteur ne semble pas au courant. Les parents occupent pourtant le bureau de la directrice de cette école maternelle d’Épinay-sur-Seine (93) depuis le 11 janvier. Nous sommes le 28, cela fait donc presque trois semaines… Motif : non-remplacement chronique des enseignants absents. Des banderoles sont accrochées sur la grille et la façade de l’établissement. (...)

 

In Le Monde

 

Epinay-sur-Seine, des parents exaspérés par le non-remplacement des enseignants veulent saisir la Halde

  

A l'école Jean-Jaurès d'Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), il n'y a pas classe tous les jours. Depuis le début de l'année, ce groupe scolaire cumule 49 journées avec au moins une classe sans maître. En fait, l'école a connu 57 journées d'absence et seulement huit jours de remplacement. Non seulement les parents en ont assez, mais ils pressentent qu'ils sont victimes d'une discrimination territoriale.

 

Ils estiment qu'on donne moins à ceux qui ont moins et que les secteurs socialement défavorisés comptent moins de remplaçants que les autres. "Je connais beaucoup de gens en province, ou dans des départements autres que la Seine-Saint-Denis, qui ont de jeunes enfants, ils ne sont jamais dans notre situation", se fâche Mathieu Glayman, un parent d'élève.

Les parents vont déposer un recours pour discrimination territoriale auprès de la Halde. Ils travaillent à sa rédaction dans le bureau de la directrice de l'école Jaurès qu'ils occupent depuis le 11 janvier.

"L'école Jaurès est un cas emblématique, mais nous nous battons pour toutes les écoles de la ville. Il y a 276 classes en primaire sur Epinay et un volant de 24 remplaçants. Sachant qu'il y a déjà six congés maternité, deux congés longue maladie et deux congés maladie, il reste un potentiel de 10 remplaçants. Nous demandons qu'il soit plus important", plaident les parents par la voix de Mathieu Glayman, un militant FCPE. Cette semaine, la ville comptait 40 classes sans maître.

supplémentaire pourrait être affecté après le retour dans les classes des stagiaires actuellement en formation.

 

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 18:15

In FSU

 

Dépt. Initiative
ILE de FRANCE La manifestation partira à 14h30 du Luxembourg pour se terminer rue du Bac (Bd St Michel, Bd du Montparnasse, Bd raspail) .
004 - ALPES de HAUTE PROVENCE La FSU 04 appelle à manifester à 11h Porte d’Aix à Marseille.
006 - ALPES MARITIMES Nice 10h00 Théâtre de Verdure.
007 - ARDECHE Manifestation départementale Ardèche rassemblement Inspection académique Privas 11h AG des personnels 9h 30 Maison des syndicats Privas.
008 - ARDENNES Action départementale à Charleville-Mézières 9h15 : Assemblée générale à la Bourse du travail 10h30 : rassemblement devant l’inspection académique manifestation Inspection Académique-Place Ducale-Inspection Académique.
009 - ARIEGE 10h00 AG Salle Jean Jaurès Mairie de Foix 12h00 pique-nique devant l’Inspection Académique 13h30 manifestation vers Préfecture et remise de motion.
010 - AUBE Rendez vous à 11h devant la Préfecture de Troyes pour marcher en direction de l’IA.
011 - AUDE Rassemblement devant l’IA de l’Aude à 15h30 à Carcassonne.
012 - AVEYRON Manifestation départementale Rodez, Place d’Armes, 14h30 à l’appel de la FSU.
013 - BOUCHES du RHONE Manifestation à 11h à Marseille devant l’inspection académique : FSU, UNSEN CGT, Sgen CFDT.
014 - CALVADOS FSU, CGT Educ’action, SUD Education, 9h AG d’établissements, 10h30 AG départementale des personnels de l’Éducation à la Maison des syndicats, 15h30 manifestation : départ du Rectorat en direction de la Préfecture (et convergence à 17h avec les parents d’élèves) .
015 - CANTAL Aurillac manifestation à l’appel de la FSU 10h Place de la paix.
018 - CHER A l’appel de la CGT, de la FSU et de SUD Education rassemblement et manifestation à 10h30 : Place Cujas à Bourges. Conférence de presse le mardi 8 février à 14h30.
019 - CORREZE Manifestation académique 10h30 devant le Rectorat de Limoges. Covoiturage : Brive ouest : 8h45 Parking derrière MacDo Brive Est : 8h45 parking de covoiturage de St Antoine les Plantades (sur la déviation) regroupement à 9h00 : parking de covoiturage de Donzenac (sortie Donzenac) Tulle : 8h45 parking de la médiathèque Uzerche : 9h15 rond point de l’autoroute Egletons : 8h15 parking du collège Ussel : 8h00 parking du collège.
021 - COTE D’OR Dijon : 14h30 devant le Rectorat, puis cortège jusqu’à la Place de la Libération.
022 - COTES D’ARMOR Grève et manifestation régionale à Rennes à l’appel de la FSU Rendez-vous à 11h Place de la Gare à Rennes "On roule, on patine, on marche" vers le Rectorat via la Préfecture. Nous nous dirigerons tous ensuite vers la Halle Martenot pour : un pique-nique convivial, une après-midi festive et réflexive autour des questions du système éducatif.
024 - DORDOGNE Matin : Action "Vérité DGH" dans les écoles, les collèges et les lycées à destination des parents, des élus et des candidats aux cantonales. AG 14h. Bourse du travail, Périgueux rassemblement 15h. 30 Palais de Justice, Périgueux.
026 - DROME Manifestation à Valence, rassemblement à 14h30 au Champ de Mars.
027 - EURE 14h 30 Inspection Académique à l’appel de la FSU, du Sgen-CFDT de Sud-Education avec le soutien de la FCPE et de la Ligue de l’enseignement.
028 - EURE et LOIR Manifestation départementale 14h30 Place des halles à Chartres.
031 - HAUTE GARONNE Toulouse Place du Capitole à 10h30.
034 - HERAULT Manifestation départementale à l’appel de la FSU, SUD Education et CGT Educ’action 34. Rendez-vous : 14h Place de Thessalie (rue L Blum) Montpellier.
036 - INDRE AG des personnels à 9h30 salle Roger Dion (ancien centre universitaire rue de la République à Châteauroux) puis rassemblement à 11h, Place de la République à Châteauroux. A l’appel des FSU et CGT Educ’action.
037 - INDRE et LOIRE Rassemblement 10h Place Jean Jaurès à Tours, puis manifestation jusqu’à l’IA, à l’appel (pour l’instant) de FSU-CGT. AG départementale 14h Maison des syndicats.
038 - ISERE Grenoble, Place de la Gare, 14h30, à l’appel de FSU, Sgen-CFDT, SUD Education, CGT Educ’action.
041 - LOIR et CHER Configuration : appel de la FSU, de la CGT Educ’action, Ferc-CGT et du Sgen-CFDT, 3 assemblées générales organisées par la FSU le matin à Blois, Vendôme, Romorantin à 10h30, manifestation départementale, Blois, Préfecture : 14 h30.
042 - LOIRE Saint-Etienne 10h00 Rassemblemnt devant l’IA Roanne 10h00 AG Bourse du travail.
044 - LOIRE ATLANTIQUE Manifestation à 10h30, Préfecture de Nantes suivie d’un meeting aux machines de l’ile (manifestation coorganisée FSU, CGT) .
045 - LOIRET FSU, Sgen, CGTEducation, SUDEducation Orléans manifestation 10h30 Inspection Académique 19 rue E. Vignat Montargis rassemblement 10h30 sous Préfecture conférences de presses avec expression libre des collègues à la suite.
047 - LOT et GARONNE 10h IUFM Agen Assemblée générale des grévistes 11h 30 rassemblement Agen place des laitiers.
049 - MAINE et LOIRE Appel intersyndical FSU, SUD Education, CGT rassemblement à 10h30 à Angers devant la Préfecture suivi d’une manifestation en direction de l’Inspection Académique.
051 - MARNE Rassemblement devant le Rectorat à 14h pour une opération "cimetière de l’Education nationale".
053 - MAYENNE Assemblée générale personnels grévistes 9h CMA salle 3 Laval rassemblement 11h devant la Préfecture de Laval Audience 11h30 Préfecture.
055 - MEUSE Le jeudi 10 Février 2011 en Meuse manifestation à Bar le Duc à l’appel de la CGT, FSU, UNSA, CFDT. Rendez vous à 10h Place Reggio, puis manifestation avec distribution de tract pour informer la population des motifs de cette action co voiturage à partir de Verdun rendez vous parking du 8 mai départ 9h.
056 - MORBIHAN Manifestation académique à Rennes Rendez-vous 11h Place de la Gare : "On roule, on patine, on marche" vers le Rectorat via la Préfecture. Pique-nique convivial Halle Martenot après-midi festif et réflexif autour des questions du système éducatif départ de cars de Lorient et Vannes Appeler FSU 56 02 97 21 86 06 OU adresser un mail à FSU 56@FSU. Fr.
057 - MOSELLE Manifestation départementale A l’appel de la CGT Education, FSU, Sgen CFDT, UNSA Education départ 14h30 Inspection d’Académie de la Moselle 1 rue Wilson Metz.
058 - NIEVRE Rassemblement à 16h30 devant la Préfecture de Nevers.
060 - OISE Rassemblement 14h30, Beauvais, Inspection académique, Préparons le printemps fleurissons les arbres de l’IA de nos revendications ! (Apportez vos feuilles A4, feutres... ), la FSU invite les personnels à venir débattre des suites de l’action lors d’une Assemblée générale à 13h00, espace du Pré Martinet (à l’amphithéâtre) .
061 - ORNE Manifestation départementale 11h devant l’inspection académique Cité administrative Place Bonet Alençon.
063 - PUY de DOME A l’appel de FSU, Se UNSA, SUD Education, CGT Education et Sgen CFDT du 63, grève le 10 février. AG des personnels à 9h à l’Amphi Waltz sur le site de Carnot, 34 avenue Carnot (au dessus de Blaise Pascal, entrée à gauche dans le grand hall) . Départ de la manifestation à 11h, Place Dellile, en direction de Gaillard, Place de Jaude, Préfecture, puis arrivée au Rectorat.
068 - HAUT RHIN Le matin : appel FSU à des ag dans les établissements 12h30 13h30 rassemblement Place des victoires à Mulhouse avec conf de presse départementale. 14h15, AG départementale au local FSU, 19 B Wallach à Mulhouse.
071 - SAONE et LOIRE Rassemblement Place de Beaune à Chalon à 14h30. Reconstitution d’une classe sauvage et symbolisation des suppressions de postes.
072 - SARTHE Manifestation 14h30 Palais des Congrès le Mans.
073 - SAVOIE Chambéry, Place de la Sasson à 14h30.
079 - DEUX SEVRES Manifestation à Niort RDV 11h30 devant l’Inspection Académique, avenue de Limoges.
082 - TARN et GARONNE Rassemblement à Montauban à 14h30 devant l’Inspection Académique 12 avenue Charles de Gaulle suivi d’une manifestation.
083 - VAR 10h Place de la Liberté à Toulon Parcours : Place de la liberté, Préfecture (demande d’audience) .
085 - VENDEE 9h30 AG des personnels Bourse du travail salle n°3 Bd Louis Blanc la Roche sur Yon 11h00 rassemblement Place Napoléon la Roche sur Yon.
086 - Vienne 11h départ : Parvis de la Gare à Poitiers arrivée : Place du Marché.
089 - YONNE Rassemblement à 10h dans la cour de l’inspection académique d’Auxerre, suivi d’un blocage des carrefours proches de l’IA.
972 - MARTINIQUE La FSU Martinique invite les personnels de l’Education à faire grève massivement, et à se rassembler devant le Rectorat, jeudi 10 février 2011 à 9h.
976 - MAYOTTE 8h30 Place office du tourisme Mamoudzou.
 
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 18:10
Le collectif national "l’Education est notre avenir" réunissant les syndicats enseignants, les parents d’élèves, les mouvemenst associatifs, les mouvements pédagogiques, les syndicats étudiants et lycéens s’est réuni le 1er février.
 

Il a été décidé de continuer la mobilisation pour refuser et lutter contre les mesures de carte scolaire pour la rentrée 2011, et exiger du gouvernement une autre ambition éducative.

 

La prochaine journée nationale d’action aura donc lieu le 19 mars et sera déclinée dans chaque académie.

 

Le 22 janvier, le collectif avait initié de nombreuses actions sous des formes diverses, dans les départements. La couverture médiatique régionale a été très réussie.

 

19 mars : Texte d’appel du Collectif

19 mars : Journée nationale d’action déclinée dans chaque académie

 

L’éducation n’est plus une ambition pour ce gouvernement. Il aura supprimé 50 000 postes dans le service public d’éducation en cinq années mettant en difficulté écoles et établissements, dégradant de façon systématique les conditions d’accueil, de formation et de qualification des élèves, détériorant les conditions de travail de l’ensemble des personnels. La Révision générale des politiques publiques (RGPP) aura déstabilisé les personnels et affaibli les capacités de nombreux services comme celui de la Jeunesse et des Sports. Les universités sont confrontées à des difficultés budgétaires et des promesses non tenues.

 

Le service public d’éducation, cible de la chasse budgétaire, est tirée vers le bas.



A la rentrée 2011, ce seront 16 000 postes supplémentaires qui seront supprimés malgré l’augmentation des effectifs d’élèves. Les conséquences auront des effets immédiats sur la taille des classes dans les écoles, les collèges et les lycées, la scolarisation des enfants de deux et trois ans, les élèves en difficulté, le fonctionnement des services et l’offre d’enseignement… Le gouvernement fait le choix de la régression. Il a fait aussi ce choix en supprimant la formation initiale des enseignants entraînant ainsi démissions et effondrement du recrutement. Dans le même temps, la majorité parlementaire a décidé de favoriser l’enseignement privé au détriment du service public.


Le gouvernement ne prépare pas l’avenir. Ses choix dessinent une Ecole où les inégalités seront renforcées, une Ecole plus dure pour les moins favorisés, une Ecole où la concurrence entre établissements, par l’abandon de la sectorisation, sera la règle. Les enquêtes internationales, comme PISA, confirment que les inégalités se creusent. Le gouvernement ne répond qu’avec des effets d’annonce.



La mobilisation citoyenne doit permettre d’inverser ces choix. Les organisations, rassemblées dans le Collectif « L’Ecole est notre avenir », appellent tous ceux et toutes celles qui soutiennent le service public d’éducation et son engagement permanent pour la réussite des jeunes, sans distinction de fortune et d’origine, à une journée nationale d’action déclinée dans chaque académie le samedi 19 mars.

  
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole