Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 11:45
in Collectif des Ecoles de l'Ouest Lyonnais

100% d'intentions de grève, saturons l'IA du Rhône !

Il faut que chacun dépose ce lundi 30 mars à l'IEN une déclaration d'intention de grève pour le jeudi 2 avril. Même si au final vous n'êtes pas en grève ce jour là, vous n'aurez pas à signaler votre rétractation, vous prendrez votre service comme d'habitude, mais la pression sera sur l'IA qui aura reçu une quantité importante d'intentions de grève ...
[NB : Un préavis a été déposé par le SNUipp]

Voir en pièce jointe un modèle de lettre à adresser à l'IA sous couvert de l'IEN.
Toujours le 2 avril, dans notre secteur géographique : Tous à Givors à partir de 17h15 !
[à l'appel des trois collectifs Collectif Parents Givors, Collectif Parents Enseignants Ecoles Ouest Lyonnais, collectif Rhône Pilat] 
 
Rappel : mercredi 1er avril : dépôt de lettres de nouveaux désobéisseurs et des pétitions de soutien aux désobéisseurs

RV 14h Inspection Académique du Rhône rue Jaboulay
Faites parvenir les pétitions scannées au Collectif Ecoles Ouest Lyonnais (collectif.ecoles.ouest.lyonnais@gmail.com) avant mercredi
Collectif Ecoles Ouest Lyonnais
 
Coordination nationale des collectifs locaux parents enseignants
 
 
 
 
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 10:52
In Libé Orléans

Université: incompréhension après l'évacuation musclée du rectorat


Mars132009_097_2
UNIVERSITÉS.
L'évacuation du rectorat par les forces de l'ordre, vendredi après-midi, n'en finit pas de susciter des réactions, tant dans le milieu universitaire que politique et syndical. Rappel des faits. Vendredi midi, après leur assemblée générale, une cinquantaine de professeurs et étudiants de l'université d'Orléans décident d'investir les locaux du rectorat situés rue Saint-Etienne à deux pas de la préfecture. L'occupation pacifique et le face à face courtois entre manifestants et policiers laissent place, en fin d'après-midi, à une évacuation musclée. Bilan: l'arrestation d'un étudiant qui comparaîtra le 9 septembre devant le tribunal correctionnel d'Orléans et une conseillère régionale légèrement choquée. (Lire la suite...)


«Sud éducation Loiret, Sud étudiants Orléans et Sud recherche tiennent à exprimer leur soutien sans réserve à Aurélien (l'étudiant arrêté - ndlr). Ils demandent la levée des poursuites engagées contre Aurélien, bouc émissaire de cette action collective». Les syndicats s'interrogent également sur «le fait qu'une action non violente ait pu donner lieu à un tel dérapage au moment de l'intervention des forces de l'ordre».


Rectorat7



La coordination des personnels et étudiants de l’université d’Orléans et des organismes de recherche, elle, «condamne vivement les brutalités policières survenues lors de l’occupation pacifique du rectorat de l’académie Orléans-Tours». Elle dénonce «l’interpellation arbitraire d’un étudiant (...) et exige qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. Elle constate que « c’est la seule réponse que le gouvernement oppose à huit semaines de mobilisation légitime».


Mars132009_093
Au moment de l'évacuation, Micheline Prahecq, conseillère régionale socialiste a été bousculée par un policier. Elle s'en tire avec une grosse frayeur. «Elle est choquée, mais tout va bien pour elle», confirme un proche.

Cette évacuation musclée devrait, paradoxalement, renforcer les opposants à la loi Pécresse dans leur combat entamé début février.


Mourad Guichard

(photos: DR)

«Le pouvoir porte donc l'entière responsabilité des diverses "escalades" et violences actuelles. Au lieu de céder sur les revendications majoritaires du monde universitaire, il choisit la violence et la répression», écrit Stéphane Bois, porte-parole du nouveau parti anticapitaliste orléanais dans un autre communiqué adressé aux médias. «C'est bien comme en Guadeloupe un mouvement d'ensemble et généralisé qui le fera céder ou se démettre», conclut-il.
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 16:51

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 07:17

Source NousVousIls

Universités : le gouvernement négocie, le mouvement continue

Le mouvement universitaire, qui a moins mobilisé cette semaine, prépare une nouvelle journée d'actions jeudi 2 avril, tandis que le gouvernement amende ses réformes et que les présidents d'universités demandent désormais la reprise des cours.

En cours depuis deux mois, la mobilisation universitaire a marqué le pas mardi dernier, avec 10.000 à 23.000 manifestants selon les sources et particulièrement peu en province.


Pour autant, la coordination nationale des universités ainsi qu'une intersyndicale (FSU, CGT, Solidaires, FO, Sauvons l'université, Sauvons la recherche et l'Unef) appellent à une nouvelle journée de manifestations jeudi, neuvième semaine du mouvement.

 

Objectif: la "défense du service public de l'éducation, de la maternelle à l'université".

Appelle aussi à ce rendez-vous, "après l'école ou le travail", un large collectif, "L'Education est notre avenir", qui regroupe des syndicats enseignants (dont ceux du primaire, des collèges et lycées), des organisations lycéennes, des parents d'élèves et des associations pédagogiques.

Des actions médiatiques, qui caractérisent le mouvement universitaire depuis son début le 2 février - cours hors les murs, lectures publiques, rondes, etc. - sont encore prévues.
L'idée : avoir "1.000 manifestations et rassemblements devant les établissements scolaires, les universités et sur les places publiques", pour protester notamment contre les suppressions de postes dans l'Education.


Sans oublier des occupations - comme le CNRS ou des bâtiments de la Sorbonne jeudi - ou les blocages d'universités qui pourraient se poursuivre. Le collectif Sauvons l'université et le gouvernement estiment tous deux que le mouvement se "radicalise".


Pourtant, le gouvernement continue d'amender certains points de ses réformes, voire de reculer.

Mercredi, Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur, a amendé son projet de réforme du statut des enseignants-chercheurs (sur les promotions, les heures supplémentaires, etc.), obtenant l'aval par 17 voix sur 30 d'un comité consultatif composé à parité de l'administration et des syndicats.

S'il reste contesté - le Snesup-FSU, principal syndicat, et FO ont quitté les discussions, tandis que la coordination nationale des universités le rejette toujours - , ce texte devrait être celui transmis en Conseil d'Etat.

Après ces "évolutions" sur une réforme à l'origine de la fronde dans les universités, leurs présidents ont appelé à "reprendre les cours" dans les établissements perturbés.


La suite...


Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 22:12
In Un pays, une école, notre avenir

Le 2 avril 2009 : 1000 manifestations pour l’école


Plus que jamais dans ce contexte de crise, l’enseignement et la formation des jeunes ne sont pas un coût mais un investissement pour l’avenir, le meilleur rempart contre le chômage. Le collectif « l’Education est notre avenir », comme le 19 octobre, comme le 20 novembre, comme le 10 décembre, comme le 17 janvier, comme le 29 janvier et comme le 19 mars, appelle tous ceux qui veulent défendre le service public d’éducation et à le transformer pour une meilleure réussite des élèves à le faire savoir haut et fort le 2 avril, dans toute la France, dans tous les lieux où se forme la jeunesse d’aujourd’hui et se forgent les savoirs de demain.


Après la manifestation du 19 mars, la seule concession faite par le gouvernement est un léger recul sur la réforme de la formation des enseignants. Cela ne suffit pas, nous ne laisserons pas ce gouvernement poursuivre son entreprise de démolition de l’Ecole, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche publics ! Nous pouvons lui faire entendre raison !


Nous refusons une carte scolaire désastreuse fruit des trop nombreuses suppressions de postes de ces dernières années.


Nous ne transigerons pas sur la garantie d’une formation de qualité pour tous les enseignants.


Jeudi soir 2 avril après le travail ou l’école, le collectif « L’Education est votre avenir » appelle par mille manifestations, rassemblements, retraites aux flambeaux, sur le terrain mobilisons à se mobiliser l’opinion en faveur de l’éducation. Devant les écoles, les collèges, les lycées, les universités, sur les places publiques, expliquons-nous, rassemblons-nous, faisons du bruit, pour enfin nous faire entendre !


Afin de faire connaître les initiatives prises partout en France, nous vous invitons à les signaler sur notre site. Les contributions s'afficheront après validation. Cliquez sur le lien ci-dessous.
Faites part de votre initiative


Les organisations à l’initiative de cet appel :
AFL - Cé - CEMEA - CRAP-Cahiers pédagogiques - EEDF - FAEN - FCPE - FEP-CFDT - FERC-CGT - FGPEP - FIDL - FOEVEN - Les FRANCAS - FSU - GFEN - ICEM-pédagogie Freinet - JPA - La Ligue de l’Enseignement - Fédération Léo Lagrange - OCCE - SGEN-CFDT - SUD Education - UNEF - UNL - UNSA Education


Les organisations qui soutiennent cet appel :
AEAT - AFPEN - AGEEM - AMUF - ANATEEP - APBG - APSES - APKHKSES - ATTAC France - CFDT - CGT - CMR - CNAJEP - CNAL - CSF - FFMJC - FNAME - Bureau national FNAREN - FNDDEN - FNFR - LDH - MRAP - PRISME - Solidaires - UDPPC - UFAL - UNSA

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 12:34

Après la réussite de la mobilisation du 19 mars dans l'Education, les journées de convergence avec l'enseignement supérieur et les universités, les nombreuses initiatives départementales notamment en lien avec les cartes scolaire, les fédérations de l'Education, avec la FCPE, les associations, les mouvements pédagogiques ont décidé d'une nouvelle journée nationale d'action pour l'éducation, le jeudi 2 avril, de la maternelle à l'université.

 

Il s'agit de sortir des écoles et des établissements et de s'adresser largement à l'opinion publique dans un maximum d'endroits, dans les villes universitaires mais aussi dans les cantons, les communes, les communautés de communes... 

 

Chaque initiative sera  « inscrite » sur le site du collectif

http://www.agnationale.org/




Source NousVousIls


Un collectif prévoit "1.000 manifestations pour l'école" le 2 avril


Un collectif de syndicats d'enseignants, des parents d'élèves de la FCPE, d'organisations étudiantes et lycéennes et d'associations pédagogiques appelle le 2 avril à "1.000 manifestations pour l'école" pour la défense du service public.


Contre les suppressions de postes et pour une "formation de qualité de tous les enseignants", ce collectif appelé "L'Education est notre avenir" a appelé jeudi dans un communiqué à "1.000 manifestations, rassemblements, retraites aux flambeaux (...) devant les écoles, les collèges, les lycées, les universités, sur les places publiques" le jeudi 2 avril.


Ces mobilisations, non assorties d'un appel à la grève, sont prévues "après le travail ou l'école".

La date du 2avril a déjà été choisie par la Coordination nationale des universités pour une nouvelle journée de manifestation "de défense du service public de l'éducation, de la maternelle à l'université".

Les collectifs de parents et salariés de l'Education ont aussi appelé à manifester le même jour.

"Plus que jamais dans ce contexte de crise, l'enseignement et la formation des jeunes ne sont pas un coût mais un investissement pour l'avenir. Ils sont le meilleur rempart contre le chômage", a indiqué le collectif "L'Education est notre avenir."


"Après la manifestation du 19 mars, la seule concession faite par le gouvernement est un léger recul sur la réforme de la formation des enseignants. Cela ne suffit pas, nous ne laisserons pas ce gouvernement poursuivre son entreprise de démolition de l'Ecole, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publics!", ajoute-t-il.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 19:44
In Courrier Picard

Ph. G.CRIGNIER



Stupéfaction et colère : ce sont les mots qui résument l'état d'esprit de la soixantaine de personnes qui participaient lundi matin à un rassemblement à l'occasion de la venue à Amiens du ministre de l'Éducation nationale.

Alors qu'elles se trouvaient à quelques mètres de l'entrée des locaux de l'ONISEP, rue Saint-Fuscien, où Xavier Darcos devait inaugurer une plateforme téléphonique d'aide à l'orientation, les CRS leur ont demandé de dégager la route.

« Nous nous sommes assis sur le trottoir et là, les CRS ont chargé, raconte Eddy, élève au lycée Michelis, d'Amiens. Nous avons été stupéfaits, car nous nous étions éloignés. Ils ont chargé trois fois. » « Nous étions tous réunis, parents d'élèves, lycéens, étudiants, enseignants-chercheurs rue Saint-Fuscien, quand on nous a demandé de monter sur le trottoir pour ne pas boucher la route. C'est ce que nous avons [RC]fait, mais cinq minutes après, les CRS nous ont chargés sur cent mètres, raconte aussi Kelly Poulet, du comité de mobilisation des étudiants. Ils étaient 75, nous étions à peine cent. Jamais nous n'avons cherché le rapport de force. On était assis, tranquillement. Ce n'était pas simplement une charge. On a reçu des coups de pied, des coups de poings, certains ont été attrapés à la gorge. Il y a eu plusieurs blessés », déplore la jeune fille. Deux jeunes ont été plus sérieusement touchés et ont été conduits au CHU par le SAMU.

 

Une plainte déposée

Deux syndicats d'enseignants (SE- UNSA et UNSA-Education) ainsi que la fédération de parents d'élèves FCPE ont écrit au préfet pour lui faire par de leur indignation : « Le rassemblement était calme et courtois », soulignent-ils. « Sans aucune sommation, les CRS ont chargé très violemment les manifestants pacifiques, dont nous faisions partie, pour les faire reculer. » Et ils demandent au préfet les raisons de cette action.

Dans un communiqué, la préfecture leur répond, indirectement, soulignant que la manifestation n'avait pas été déclarée. Elle affirme que les participants ont « occupé la chaussée sous forme de sit in » et « refusé de reculer » et que les forces de police sont intervenues pour les y obliger.

Xavier Darcos (qui n'était pas encore arrivé quand les événements se sont produits) a précisé qu'une délégation avait été reçue par un membre de son cabinet.
« Il y a un travail formidable qui se fait partout, nous avons des interlocuteurs avec lesquels nous discutons: c'est comme cela qu'il faut travailler dans une démocratie », a-t-il ajouté.

Un lycéen majeur a porté plainte au commissariat. Une trentaine d'autres lycéens ont signé un texte pour accompagner sa plainte. Quant aux étudiants, ils demandent « des excuses publiques, de la part du préfet par exemple ». Tous ceux qui ont reçu des coups ont fait constater leurs blessures par des médecins. Quant aux deux jeunes conduits à l'hôpital, ils ne souffriraient pas de blessures graves.



 Diaporama Amiens ça bouge - Photos Emilie Pillot

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 18:31

Toulouse confirme, par cette action, la nécessité d'une convergence de la

Maternelle à l'Université

Parents, enseignants, étudiants : tous ensemble !


Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 20:57

In C'est Classe

C'était gai, festif, ensoleillé. Peut-être était-ce le temps printanier ou le plaisir de se retrouver aussi nombreux. La manif  à Paris, vue dans les rangs de l'Enseignement, était plus enjouée qu'à l'habitude, plus inventive aussi.  Retour en images et en slogans.


Les élèves de l'école Boulle se moquent du style suranné de Xavier Darcos. Le thème revient souvent dans les cortèges, du supérieur comme du primaire et du secondaire: toutes les réformes que les ministres décident à la va vite marquent un retour en arrière, au lieu de faire un grand bond en avant.


Manif_interprofessionnelle_paris__3
 


Plus classiques, les lycées et collèges ont sorti les banderoles des grands jours. Avec un bon point pour le collège Louise Michel, dans le "93" (la Seine Saint Denis): victime d'une baisse de moyens, il s'est souvenu que la militante anarchiste avait écrit un livre intitulé "La misère".


Manif_interprofessionnelle_paris_21 Manif_interprofessionnelle_paris_22


Beaucoup de pancartes sont des initiatives individuelles. On ne sait d'ailleurs pas toujours qui les porte. Xavier Darcos, Valérie Pécresse et bien sûr Nicolas Sarkozy sont des incontournables. François Fillon, plutôt discret dans les débats, est bien plus rare. Récemment il a annoncé une bonne nouvelle - l'arrêt des suppressions de postes dans le Supérieur en 2010 et en 2011. Malheureusement, il n'est pas revenu sur les 900 de 2009.


Le cortège impressionnant de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ferme la marche. Il reste longtemps à l'arrêt rue du Temple. Et ne démarre que vers 16 heures de la République vers Bastille. Les universitaires ont toujours l'air un peu emprunté lorsqu'ils défilent. Mais apparemment ils commencent à s'habituer, se saluent (ils se voient souvent avec toutes ces manifs) et bavardent en attendant patiemment. Beaucoup portent, décomplexés, des autocollants sur la poitrine, des pancartes accrochées dans le dos ou encore des balais, autour du slogan "Darcos Pécresse du balai".


Manif_interprofessionnelle_paris__7



La suite...

 
  
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 12:52

Diaporama Sauvons l'Ecole

 


Manif 19-03
envoyé par sauvons-lecole



In Le Monde


Pour les syndicats, la manifestation du jeudi 19 mars est une mobilisation "réussie", plus importante en tout cas que celle du 19 janvier. Destinée à arracher de nouvelles mesures au gouvernement en faveur des salariés, elle a fait descendre dans la rue entre 1,2 million de manifestants (selon la police) et 3 millions de personnes (selon les organisateurs) contre 1 à 2 millions en janvier. Face à cette ampleur, les syndicats ont demandé au gouvernement "des réponses".

Mais le premier ministre
François Fillon a réaffirmé, lors d'une intervention jeudi au journal de 20 heures de TF1, que son gouvernement n'envisageait "aucun nouveau plan de relance". Selon M. Fillon, il faut "attendre" que le premier plan de relance annoncé en décembre, d'un montant de 26 milliards d'euros, "produise ses effets". L'augmentation du smic, par exemple, n'est "pas la priorité dans une crise aussi grave", a-t-il jugé. "La priorité c'est la mobilisation pour l'emploi, c'est de sauver les emplois", a maintenu le premier ministre, estimant que "la mobilisation ne résoudra pas les problèmes de la crise mondiale".

Seule véritable annonce faite par François Fillon : la mise en place d'un comité de suivi qui se réunira chaque mois "pour vérifier que les mesures prises sont appliquées" et "efficaces". "Le cas échéant, s'il faut adapter ces mesures, on les adaptera", a-t-il fait valoir.


"SI ÇA CONTINUE COMME ÇA, LES CORTÈGES S'ALLONGERONT"

La suite...




Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole