Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 18:06

 30-03-2013-18-08-19.jpg

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 08:54

In Courrier Picard

 

Les enseignants étaient appelés à la grève contre la réforme Peillon hier par les trois syndicats. Une occasion pour eux de clamer leurs revendications.

 

Les enseignants étaient nombreux à manifester lors de la grève du 12 février dernier contre la réforme. Et leur opposition est aujourd'hui toujours aussi forte. Les enseignants étaient nombreux à manifester lors de la grève du 12 février dernier contre la réforme. Et leur opposition est aujourd'hui toujours aussi forte.

Nous ne sommes pas là que pour contester la semaine des 4,5 jours, annonce une enseignante d'Abbeville en grève. Il y a aussi tout ce que cette réforme implique derrière, mais que le gouvernement veut cacher au public ».

Réunis à l'espace Dewailly à Amiens, les enseignants des syndicats FO, Éducation Sud et la CGT ont fait part de leurs « inquiétudes », mais surtout de leur colère face à la réforme sur les rythmes scolaires.

Dans le département, seules les villes de Péronne et d'Abbeville passeraient à la semaine de 4,5 jours dès 2013. Les enseignants déplorent une dégradation de leurs conditions de travail.

Ils craignent également la territorialisation des écoles, c'est-à-dire qu'elles ne seraient plus sous la tutelle de l'Éducation Nationale, mais des collectivités territoriales. « C'est toute l'éducation de la maternelle au bac qui est mise à mal avec cette réforme », atteste l'enseignante.
La suite...
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 18:33

26-03-2013-18-31-11.jpg

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 20:44

Tous en grève Jeudi 28 mars 2013

pour l'abrogation du décret sur les rythmes scolaires
contre le projet de loi PEILLON
pour l'ouverture de véritables négociations
  
  
Après la très forte mobilisation lors de la grève nationale du 12 février pour laquelle près de 200 écoles du département étaient fermées, les fédérations syndicales des Yvelines : FNEC FP FO, CGT éduc’action et SUD solidaires  appellent les collègues à participer massivement à la grève du jeudi 28 mars :
 
-  Pour l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires publié le 26 Janvier.
 Contre la territorialisation de l’École et des missions des personnels.
 Contre l’École du socle et le livret de compétences.
 Pour la création des postes statutaires nécessaires à la rentrée 2013 : en terme de classes, de RASED, de moyens supplémentaires…
 Pour l’amélioration des conditions de travail et l’augmentation de nos salaires.
  
Des appels communs à la Grève du 28 Mars 2013
Un appel commun région parisienne des fédérations
FO,CGT, SUD, CNT, SNALC et SNUEP 75

  

A Force Ouvrière, nous considérons qu'il faut préparer la grève en réalisant l'action commune la plus large possible pour obtenir l'abrogation des décrets sur les rythmes scolaires, élément majeur de la mise en place de la loi d'orientation.

 A ce jour, près de dix sections départementales du SNUipp  appellent à la grève le 28 mars (appels communs ou appels séparés).

 Manifestation de Luxembourg au ministère

Jeudi 28 mars

à 14 h 30 place Edmond Rostand

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 17:33

In FSU

http://www.91secondes.fr/wp-content/uploads/2010/06/logo_FSU.png

Les élèves et les jeunes ont besoin d’une vraie refondation du système éducatif. L’avenir de chaque jeune, de notre société, la nécessité de relever les défis qui s’imposent qu’ils soient économiques, écologiques ou culturels impose d’investir aujourd’hui dans l’Education.

 

Il s’agit d’assurer la réussite de tous les élèves, d’élever le niveau de qualification, d’augmenter le taux de diplômés de l’enseignement supérieur et de mettre fin aux sorties sans qualification. Il est temps d’assurer une amélioration des conditions de travail et de rémunération des personnels, de mettre un terme à la crise de recrutement, en rupture avec les politiques éducatives précédentes.

Cela doit se faire avec les personnels et l’ensemble de la communauté éducative s’appuyant sur leurs expériences, leurs savoir-faire, la connaissance de leurs métiers et de l’utilité de leurs missions.

Malgré des avancées dans le projet de loi d’orientation et de programmation pour l’Ecole soumis au Parlement (créations d’emplois, rappel des valeurs qui doivent fonder l’Ecole, priorité à l’école primaire...), des manques ou des continuités avec les politiques précédentes ne permettront pas les transformations nécessaires.

Pour tenir les engagements d’un projet ambitieux de l’école maternelle jusqu’à la fin du lycée et de l’enseignement supérieur, il faut donc aller plus loin.

C’est pourquoi la FSU se prononce :

  • Pour des lois de refondation de l’Ecole et sur l’enseignement supérieur et la recherche porteuses :

· d’une nouvelle étape de démocratisation du système éducatif, qui passe par la prolongation de la scolarité obligatoire à 18 ans,

· de la reconnaissance sociale de tous les métiers de l’éducation.

  • Pour une meilleure qualité des temps éducatifs et une amélioration des conditions de scolarisation des élèves (effectifs, contenus enseignés...). Pour une réforme des rythmes réussie, cohérente pour le système éducatif, pensée sur la journée, la semaine et l’année s’articulant avec les rythmes sociaux et familiaux, élaborée en concertation avec les différents acteurs. Pour les écoles cela passe par un report de la réforme en 2014 pour donner le temps à une réécriture du décret.
  • Pour une rentrée 2013 qui rompe avec les précédentes, avec annonces de mesures immédiates (école, collège, lycée, éducation prioritaire…).
  • Pour la mise en place de mesures concrètes permettant aux enseignants comme à l’ensemble des personnels de l’Education d’exercer encore mieux leur métier au quotidien (révision des contenus enseignés, formation initiale et continue, diversification possible des pratiques professionnelles...). La priorité à la prévention de la difficulté scolaire est une nécessité.
  • Pour une relance de l’Education Prioritaire car l’Ecole doit contribuer à davantage d’égalité sociale sur l’ensemble du territoire.
  • Pour une amélioration des conditions de travail, d’emploi et de service de tous les personnels (temps de travail, missions, évaluation, gouvernance…) et le développement de l’offre de formation.
  • Pour que soit mis fin au gel du point d’indice et pour une réelle revalorisation salariale pour tous les personnels abandonnant les logiques d’individualisation et de rémunération au mérite.
  • Pour la création des postes et la programmation des moyens nécessaires à l’accomplissement des missions. Pour un véritable plan d’envergure de lutte contre la crise de recrutement (formation initiale et continue, prérecrutements…). Pour le maintien de la maîtrise par l’Etat des cartes de formations professionnelles, et donc contre la décentralisation envisagée. Pour le maintien du service public de l’orientation scolaire et de ses personnels dans l’éducation nationale.
  • Pour une autre loi sur l’enseignement supérieur et la recherche que celle proposée par la Ministre. Il faut une loi en rupture avec la LRU et les RCE, l’AERES et le pacte recherche, le CIR…

Nous refusons de nous résigner aux conséquences sociales de la crise sur les enfants et les jeunes. Nous affirmons qu’il y a urgence à assurer la réussite de tous. C’est « mieux d’Ecole » qu’il faut organiser pour tous les élèves, à tous les niveaux d’enseignement.

Afin de permettre la nécessaire démocratisation du système éducatif, la FSU appelle tous les personnels à se mobiliser pour défendre un projet éducatif ambitieux qui réponde aux attentes des jeunes, des personnels et de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative.

La FSU appelle les personnels à participer massivement à la manifestation nationale pour l’éducation à Paris le samedi 6 avril prochain.

Les Lilas le 28 février 2013

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 18:22

In IUFM en lutte

 

intersyndicaleLes syndicats parisiens SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE-UNSA, SUD Education, CGT Educ’Action et CNT Ste appellent à la mobilisation :

  1. le décret sur les rythmes scolaires doit être abrogé ! 
  2. le Maire de Paris doit retirer son projet !
  3.  les conditions de scolarisation  des élèves doivent être améliorées : restitution de tous les postes supprimés depuis 5 ans (RASED, titulaires-remplaçants etc…) !

 Samedi 26 janvier, le ministre Peillon a publié le décret 2013-77 du 24 janvier « relatif à l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires ». Une véritable provocation !

Après les 90 % de grévistes à Paris le 22 janvier, la mobilisation se développe dans tous les départements ; le 12 février, la grève sera nationale…

 

Rien n’est inéluctable : un décret publié peut être retiré !

 

 

L’intersyndicale parisienne SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE-UNSA, SUD Education, CGT Educ’Action et CNT Ste réaffirme ses  positions :

- « Ce décret n’est pas acceptable, il dégrade les conditions de travail et d’emploi de tous les personnels. Il ne comporte aucune amélioration des conditions d’apprentissage des élèves et ne garantit en rien leur réussite scolaire. Les obligations de service des enseignants doivent rester sous la seule responsabilité de l’Etat.

Les PVP doivent continuer à intervenir sur le temps scolaire. Aucune modification de l’organisation de la semaine scolaire ne doit être mise en place par la Mairie de Paris à la rentrée 2013. »

- Les revendications urgentes pour l'école doivent être satisfaites : baisse des effectifs par classe, création de postes RASED et titulaires-remplaçants, abrogation des mesures Darcos-Chatel, recrutement, formation et titularisation des personnels municipaux des écoles ...

 

La Mairie de Paris s’obstine dans son intention de mettre en place son projet éducatif territorial contre l’avis quasi unanime des enseignants mais aussi des parents et des personnels municipaux comme cela s’est manifesté dans la première « réunion publique » organisée par la Mairie au gymnase Laumière (19ème) le 24 janvier.

 

Pour préparer la grève nationale du 12 février et débattre des suites de l'action : participez aux AG organisées par les syndicats dans les arrondissements de la pl. Edmond Rostand (M° Luxembourg ou Odéon) au ministère de l’Education nationale.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 07:29

83494407.png

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 18:46

 

Manifestation à Paris

 

Luxembourg 14h30

vers le ministère.

 

C03-03

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 14:20
In Sauvons l'Université 
 
C03-01.jpgLes cinq années de présidence Sarkozy ont été caractérisées – sous prétexte de réduire les déficits - par des attaques sans précédent contre les retraites, l’accès aux soins, l’emploi (plans de licenciement dans le privé et suppressions d’emploi dans le public), les salaires, les garanties collectives des salariés, les libertés publiques … Les revendications des étudiants, et plus généralement des jeunes, pour sortir de la précarité et avoir les mêmes droits d’accéder à un diplôme, n’ont pas été entendues. Cette politique a été condamnée par les citoyens au premier tour des élections présidentielles. Le score inquiétant de l’extrême droite, la diffusion de ses thèses – qui n’apportent aucune solution à la crise économique, sociale et environnementale - imposent à nos organisations d’universitaires, de travailleurs scientifiques et d’étudiants, de prendre position contre l’exclusion, le rejet de l’autre et la stigmatisation des étrangers. Le président-candidat, qui porte en la matière une lourde responsabilité, veut maintenant détourner la journée du 1er Mai de ses objectifs de mobilisation sociale pour l’amélioration des conditions de travail sous prétexte de distinguer le « vrai travail », en organisant un contre-rassemblement de ses partisans.
 

Dans cette période de crise économique, sociale et environnementale, le 1er Mai, journée de solidarité du monde du travail, doit être une forte journée d’expression des revendications des personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ainsi que des étudiants, aux côtés des autres travailleurs, des retraités et des jeunes. C’est le moment – comme le dit le communiqué commun CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA – de converger pour :

« - faire entendre les priorités sociales et les préoccupations des salariés, des demandeurs d’emploi, des jeunes et des retraités, en France et en Europe ; - exprimer la défense des droits fondamentaux et des libertés partout dans le monde ; - faire reculer la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme ».

Les personnels, les étudiants et les usagers de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ont toutes les raisons de manifester le 1e Mai avec les autres salariés, et notamment avec ceux de l’ensemble de la Fonction Publique :
- salaires indignes des personnels, perte de pouvoir d’achat, coût prohibitif du logement,
- recrutements sur postes statutaires de la Fonction Publique très insuffisants en regard des besoins,
- précarité massive, de toutes catégories, dans les services, les laboratoires, et les établissements,
- carrières bloquées, promotions insuffisantes
- moyens (financiers, de logement, d’encadrement, …) insuffisants pour la plupart des étudiants pour étudier dans de bonnes conditions et réussir,
- niveaux de qualification non reconnus, notamment la thèse
- opérations de restructurations visant à démanteler les organismes de recherche et les universités, remettant en cause un accès de tous les étudiants à l’enseignement supérieur et promouvant une politique de concurrence entre personnels, services, laboratoires et établissements
- structures technocratiques et antidémocratique proposées comme base de l’organisation de l’enseignement supérieur et la recherche, au détriment de la collégialité et de la vie démocratique, avec une mise en place accélérée de ces structures (IDEX, PRES, FCS),
- extinction rapide des crédits de base des organismes de recherche, généralisation de la recherche sur projets (ANR),
- privatisation rampante
- développement d’une politique d’évaluations (individuelle, services, formations, laboratoires, établissements) aux antipodes des besoins de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche,
- stigmatisation systématique des étrangers jusque sur les bancs de l’université, avec les expulsions d’étudiants et les tracasseries contre les collègues étrangers, la circulaire Guéant.

 

Pour le service public d’enseignement supérieur et de recherche, comme pour l’ensemble des travailleurs, des sans emploi, des retraités et des jeunes, l’urgence est de rompre avec les politiques menées depuis une dizaine d’années. Cela passe par des mobilisations.

  

 

Dès maintenant, les organisations signataires appellent les personnels et les étudiants à se joindre aux cortèges du 1er mai organisés par les centrales syndicales.

 

 

 

Signataires : FSU (SNESUP, SNCS, SNASUB, SNEP) – CGT (SNTRS – FERC Sup) – Solidaires (Sud Recherche EPST – Sud Etudiant) – UNEF – SLR – SLU

 

Manifestations : Paris (Denfert-Rochereau - 15h00), Marseille (Vieux Port - 10h30), Toulouse (Place Saint-Cyprien - 10h00), Bordeaux (Place de la République - 10h30), Grenoble (Gare SNCF - 10h00), Lyon (Place Jean Jaurès - 10h30), Lille (Porte des Postes -10h30), Rennes (Place de la Mairie - 11h00), Strasbourg (Place De Lattre de Tassigny - 10h00), Rouen (Théâtre des Arts -10h30), Poitiers (Place du Centre Commercial Clos-Gaultier -11h00), …

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 20:39
17-04-2012-20-42-09.jpg
Rassemblement mercredi 18 avril 2012 à midi devant l’IA
pique nique devant l’IA, puis "action surprise" à 14h00

Appel

Nous, parents et enseignants de Marseille et d’ailleurs, n’acceptons pas la dégradation des conditions d’enseignement en cours. Pour un service public de l’éducation à la hauteur nous demandons :

− 25 enfants par classe MAXIMUM, et 22 en ZEP

− l’arrêt de la suppression de classes en primaire et maternelle à la rentrée 2012

− le maintien du RASED et son renforcement

− le remplacement systématique des enseignants absents

− des écoles à taille humaine, 6 classes maximum

− arrêt du fichage des enfants, notamment suppression du livret personnel de compétence (LPC) et du Répertoire Nationale de l’Identifiant de l’Elève (RNIE)

− le développement de pédagogies libres, favorisant l’expérimentation, le décloisonnement, la co-éducation (parents/associations/enseignants)

Collectif de parents, enseignantEs et citoyens marseillais. http://www.onestpasdessardines.fr

Word - 374.5 ko
appel_avril_2012 -2
opendocument text - 558.1 ko
affiche_pique_nique

17-04-2012 20-44-48

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole