Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 07:37

C03-01.jpgDéclaration des parents d'élèves de l'école 8, rue Pierre Foncin Paris 20ème

Le 23 janvier 2012

 

Suite à la mutation soudaine et forcée de Madame Stéphanie Menet, agent technique à l'école 8, rue Pierre Foncin Paris 20ème, reconnue par tous pour son implication dans la vie de l'école.

Suite à une mobilisation immédiate de toute l'équipe éducative travaillant chaque jour avec Madame Menet.

Suite au succès de la pétition lancée auprès des parents d'élèves pour obtenir le maintien de Madame Menet à son poste.

Suite à de nombreux dysfonctionnements observée par les délégués des parents d'élèves depuis plusieurs années concernant la gestion des personnels périscolaires et techniques.

 

Nous, délégués de parents, avons choisi cette fois-ci de réagir afin que cesse une situation perpétuellement instable, néfaste à l'équilibre de la vie scolaire de nos enfants.

 

Nous avons pu, lundi 16 janvier, suite au préavis de grève déposé par les enseignants, obtenir, dans l'urgence étant donnés les délais qui nous étaient imposés (15 jours entre l'annonce de la mutation et sa prise effective) un rendez-vous avec des responsables de la circonscription des affaires scolaires de Paris 20ème,

 

Durant la rencontre, les arguments qui nous étaient avancés n'ont fait que renforcer notre incompréhension face à la gestion du cas précis de Madame Menet, et encore plus de questions sur la place accordée au périscolaire et à la vie quotidienne de nos enfants dans notre école.

 

Nous voulons des réponses concrètes et humainement responsables concernant la mutation de Madame Menet.

Nous souhaitons que cesse un mouvement du personnel chaque année, empêchant tout travail d'équipe sur le long terme, gage d'apaisement de la vie scolaire.

 

Afin de montrer notre détermination auprès des élus de notre mairie et étant donné le peu de contacts constructifs que nous avons eus, nous choisissons de participer à la grève des enseignants en occupant les locaux de l'école.

 

Pour les parents d'élèves, leurs délégués élus : liste « Xavier Olivera », liste Fcpe Foncin

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 10:07

C03-01.jpg

MOBILISATION DES PARENTS  D'ELEVES DU SECTEUR COURNON VAL D'ALLIER

 

LA REUSSITE DE TOUS, QUI DOIT ETRE LA PRIORITE

DE L'ECOLE, NEST PAS ASSUREE !



 

Depuis la rentrée de septembre, les élèves des écoles du secteur Cournon Val d’Allier n’ont pas un accès satisfaisant aux moyens d’aides spécialisées1.

  

  

En effet, sur ce secteur qui recouvre Cournon, Les Martres, Orcet, Le Cendre, St Amand, Pérignat, Mezel… et qui compte plus de 5 000 élèves, un poste de rééducateur et un poste de maître chargé de l’aide pédagogique ne sont toujours pas pourvus et font cruellement défaut. Et les menaces qui pèsent sur les postes d’aides aux enfants en difficulté font craindre des difficultés accrues pour la rentrée 2012.

 

N’ayant été nullement rassurés lors des deux rencontres avec les autorités académiques, les parents d’élèves du secteur accentuent leur mobilisation entamée à l’automne.

 

Avec la FCPE 63, ils organisent une

 

soirée d’information et de mobilisation aux Martres de Veyre le 30 janvier

 

à partir de 20h30 (salle des Fêtes).

 

A cette occasion, le film  « Un parmi les autres »  [réal. Pierre de Nicola, Fnaren, 2011, 78min.]  sera projeté et servira d’appui à la discussion.

 

La soirée bénéficie de l’appui de la mairie des Martres-de-Veyre et de la Fnaren (association de rééducateurs).

 

Contacts presse :

 

- FCPE 63 : Frédéric Serre 06 73 68 65 34

- Contact local pour les parents d’élèves : Ludovic Pommaret 06 85 74 96 41

 

 

1 Les aides spécialisées sont des aides spécifiques apportées par des rééducateurs, des maîtres

chargés de l’aide pédagogique et des psychologues. Elles peuvent concerner tous les enfants, même

pour un petit décrochage. Elles ont lieu pendant le temps scolaire et se font avec l’accord des parents,

en lien avec les enseignants.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 12:30

In FCPE Montigny

 

 

Ce mardi 27 septembre, la FCPE régionale ile-de-France appelle à participer à la journée d'action des syndicats d'enseignants (publics et privés) pour protester contre les suppressions de postes et les difficultés auxquelles élèves et professeurs ont été confrontés en cette rentrée scolaire. Signalons qu'il manque encore des profs (non remplacés ou non noimmés) dans les établissements secondaires de Montigny, en particulier au collège Giacometti et au lycée Emilie de Breteuil.

 

Voir l'appel sur le site de la FCPE des Yvelines


 

A Paris, le cortège partira à 14h30 Bd St Michel (à la hauteur du parc du Luxembourg), pour se diriger vers le Ministère (parcours: Luxembourg, Saint Michel, Port royal, Montparnasse, Raspail, Sèvres Babylone. Arrivée : Ministère de l'Éducation Nationale rue de Grenelle).

  

A Montigny-le-Bretonneux, les parents d'élèves FCPE (les conseils locaux des collèges et lycées, et conseil local primaire) se donnent rendez-vous à la gare de Saint Quentin en Yvelines entre 13h20 et 13h30 pour prendre le RER ensemble et manifester sous la banderole de la FCPE Montigny.

 

FCPE-IDF-appel-27sept2011.jpg

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 14:26

 

In Nouvel Obs

 

Jean-Jacques Hazan, le président de la FCPE, dresse un sévère état des lieux.

 

"Tout va bien", affirme Luc Chatel, en cette rentrée 2011. Les syndicats font mine de ne pas comprendre : "mais qu'entend-il par là ?" demande un communiqué de la FCPE du lundi 5 septembre, dans lequel la fédération de parents d'élèves se joint au mouvement de grève du 27 septembre.

"Dégradation des conditions de scolarisation des élèves", "éviction du système des enfants et des jeunes", "renoncement à la lutte contre l'échec scolaire", abandon des "milliers d'enfants qui n'iront pas en maternelle"...

Les griefs énumérés dans le communiqué sont nombreux. Et la colère se renforce face au discours du ministre de l'Education, qui enchaîne sa troisième rentrée à ce poste.

 

Sur-mesure

L'école se doit de pratiquer le "sur-mesure", dit le ministre. "On n'a pas la même notion de la "mesure" !", rétorque Jean-Jacques Hazan, le président de la FCPE, contacté par le Nouvel Observateur. "Quand on ne remplace pas un départ à la retraite sur deux, on ne fait pas du "sur-mesure" !", continue-t-il en s'indignant :"dans certaines régions très touchées par la crise, comme le Nord-Pas-de-Calais, le gouvernement refuse de maintenir des postes dans des écoles maternelles !"

Luc Chatel souhaiterait mettre en avant une "une pédagogie individualisée". Mais "le gouvernement a anéanti toute pédagogie", estime le président de la FCPE. "Ce n'est pas en assurant une demi-heure de soutien scolaire aux enfants en difficultés, souvent une simple aide aux devoirs, qu'on résoudra quoi que ce soit. Mais au contraire en formant véritablement les professeurs à l'enseignement", explique-t-il.

"Il faut plus de maîtres que de classes, il faut arrêter d'externaliser les élèves en difficultés du dispositif scolaire", continue-t-il. "Être professeur, ce n'est pas faire écouter un cours, pour peu que les élèves écoutent. C'est être acteur. Nous avons besoin qu'une nouvelle relation pédagogique se forme".

Et que fait le gouvernement ? Il plonge dans le grand bain les jeunes diplômés du Capes, les "professeurs stagiaires", sans formation. Alors que sont arrivés hier sur les bancs du collège le fruit du "boom de l'an 2000", soit 35.000 élèves de plus, pour 14.000 postes de profs de moins.

 

Mobilisation

La FCPE s'associe donc à la "mobilisation intersyndicale du 27 septembre dans l'Education nationale", avec Ferc-CGT, FSU, Sgen-CFDT, Unsa Education et même la principale fédération du secteur privé, Fep-CFDT.

 

La suite...
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 20:15

C03-01.jpgPas d'enfant sans école

Collectif parents, enseignants et élus d'Orly.

 

                                                                                                 

                                                                           à Monsieur l'Inspecteur d'Académie Directeur départemental des services de l'Education

Nationale du Val-de-Marne  Créteil

 

 

 

Monsieur l'Inspecteur d'académie,

 

 

Nous venons de prendre connaissance de vos « arbitrages » pour la rentrée prochaine. Vous conditionnez les ouvertures demandées à Marcel Cachin et Joliot-Curie élémentaires à un constat de rentrée. Alors que les effectifs attendus sont réels, cette position suspecte les prévisions des personnels locaux de l'Education nationale et des services municipaux. Nous serons donc vigilants sur le respect de votre engagement suite au constat qui ne pourra pourtant que les confirmer.

 

Cet état des lieux sur le terrain vous convaincra aussi du bien fondé des autres demandes que vous rejetez :

       une seconde classe à Joliot-Curie élémentaire afin d'éviter de voir les autres classes dépasser les seuils acceptables en ZEP, qui plus est désormais en réseau « ECLAIR ».

les classes en maternelle, tant à Noyer-Grenot (zone d'éducation prioritaire) qu'à Jean Moulin ( en zone banale où toutes les classes sont déjà au taquet avec 30 élèves) afin que tous les enfants de 3 ans déjà inscrits puissent être accueillis.

Nous réitérons par la présente la nécessité de leur ouverture. Et d'ors et déjà les dispositions sont envisagées pour refuser que la prochaine rentrée puisse s'effectuer dans de telles conditions de déni du droit à l'éducation pour tous ces élèves qui risquent de rester sur le carreau.

Enfin, nous déplorons et dénonçons votre persistance à supprimer les moyens spécialisés pour la prise en charge des élèves en difficultés dans leurs apprentissages de base :

-        Un RASED décimé : deux personnels spécialisés pour 1465 élèves (ZEP, ECLAIR). -   

Confirmation de la fermeture du dernier poste de l’enseignant spécialisé du RASED du

groupe scolaire Romain Rolland / Noyer Grenot. - Deux postes de ré-éducateurs manquant. -            Pas d’embauche de médecin scolaire.

Les personnels restant (encore) sont ainsi contraints à délaisser une partie de leur secteur et à ne pas pouvoir assumer, à regret comme à notre consternation, leurs interventions dont des dizaines d'enfants devraient bénéficier pour disposer de toutes les chances d'un parcours scolaire réussi, et ce au plus tôt. Votre décision les condamne prématurément à un échec.

 

Ici l'abject s'ajoute aux discriminations de traitement qui, loin d'améliorer les situations, ne peuvent qu'amplifier les inégalités et les injustices scolaires et sociales.

 

Tout ceci ne peut que susciter notre indignation et notre colère, largement partagées par les parents, les enseignants et les élus locaux. Tous seront au rendez-vous le 5 septembre, jour de la rentrée, où toutes les actions nécessaires seront engagées pour faire valoir leurs légitimes demandes.

 

Orly, le 23 juin 2011

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 12:35

Courrier de Catherine Tasca, sénatrice des Yvelines adressé au recteur sur le sujet le 23 mai.

24-06-2011-12-28-00.jpg 

 

Liens corrigés 24/06

 

THÉÂTRE EN DANGER à TRAPPES !

 

 Parents d'élèves, élèves et enseignants se mobilisent pour le maintien de l’option "théâtre" au lycée La Plaine de Neauphle.

 

Signer la pétition en ligne... cliquer sur ce lien

 

Des représentants des enseignants du lycée de la Plaine de Neauphle, à Trappes, se sont vu signifier le 17 juin 2011, lors d’une entrevue au Rectorat qu’ils avaient eux-mêmes sollicitée, la suppression de l’option théâtre de spécialité au lycée et ce dès la rentrée 2011.

 


      Il est inacceptable que ni l’administration, ni les enseignants, ni la structure culturelle partenaire, ni donc les élèves et leurs parents n’aient été informés de ce fait.
Aucune décision officielle n’a été à ce jour communiquée à l’établissement, auquel d’ailleurs ont été attribuées les heures d’enseignement nécessaires au fonctionnement de l’option pour la rentrée 2011.

      Une confirmation de cette suppression aurait d’importantes répercussions :
      Les élèves de seconde qui ont suivi l’option théâtre durant l’année scolaire 2010 /2011 ont fondé leur projet scolaire sur cet enseignement, et la grande majorité d’entre eux ont obtenu un passage en première littéraire avec enseignement de théâtre. Des élèves de troisième ont choisi le lycée de la Plaine de Neauphle pour suivre cet enseignement. Quel est le devenir de ces lycéens ?

 
     En outre, le lycée de Trappes voit les effectifs des sections générales s’amenuiser depuis plusieurs rentrées. La fermeture de l’option théâtre de spécialité mettrait en péril l’existence de la section littéraire avec le risque d’affaiblir davantage encore la partie générale du lycée et de  spécialiser l'établissement dans la voie technologique.

    Trappes, ville de 30 000 habitants, ne mérite-t-elle pas la présence de sections générales dans son lycée de secteur?

    Nous exigeons le maintien à la rentrée 2011 de l’option théâtre de spécialité au lycée de la Plaine de Neauphle.

 

Signer la pétition en ligne....

 

 

 

Conseil local FCPE TRAPPES

fcpe.trappes@free.fr

 

http://fcpe.trappes.free.fr

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 08:41

17ème jour d’occupation !

 

17 jours maintenant que les  parents d’élèves de Saintry sur Seine campent dans l’école du Parc. Le dernier CDEN de l'année se réuni aujourd'hui à 18 h et statuera sur la situation de l’école.

 

La mobilisation continue et les parents de Saintry sont toujours aussi déterminés avant le rassemblement prévu à 17h30 aujourd'hui devant l’Inspection académique (boulevard de France à Evry) 

 

Parents d’élèves en colère soutenus par la FCPE et l’AAPE

 

Le site

 

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 17:27

C03-01.jpgRéponse à Luc Chatel, ministre de l'Education nationale, suite à l'intervention de la Députée Danièle Hoffman-Rispal à l’Assemblée nationale

 

 

 

 

Paris, le 21 juin 2011

 

Monsieur le Ministre,

 

 

 

Votre réponse à Mme Danièle Hoffman-Rispal sur la situation des quatre écoles du Bas-Belleville lors de la question orale sans débat de ce 7 juin à l'Assemblée nationale ne saurait nous satisfaire et, comme Mme Hoffman-Rispal, nous vous invitons à venir constater sur place la légitimité de nos revendications.

 

Alors que depuis des mois nous nous évertuons à vous démontrer que les suppressions de postes concernant nos quatre écoles pour la rentrée 2011 - fermeture d’une classe, suppression d’un poste RASED et suppression d’un poste de remplaçant - ne tiennent pas compte des spécificités propres à notre quartier et qu’elles auront des conséquences désastreuses, vous faites la sourde oreille à nos arguments et vous vous fondez sur des comparaisons avec des moyennes parisiennes ou nationales pour rejeter en bloc nos revendications. Le principe du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux vous empêche ainsi visiblement de faire preuve de discernement en matière de carte scolaire.

                                                                                                                

Vous rappelez que l’éducation prioritaire, dont relèvent nos écoles, mobilise dans l’académie de Paris des « moyens supplémentaires qui représentent l’équivalent de 341 emplois ». Remarquez que sur les 43 878 enfants concernés par l’éducation prioritaire à Paris (source : Académie de Paris), ces 341 emplois ne représentent que 0,008 emploi par enfant. Le principe même de l’éducation prioritaire est de réduire l’impact des facteurs sociaux sur la réussite scolaire en renforçant l’action pédagogique dans les écoles qui scolarisent majoritairement des élèves issus de familles socialement défavorisées. Ces moyens ne sont pas « supplémentaires » mais nécessaires. En effet, les données sociologiques de la population de notre quartier montrent que notre quartier a des besoins qui vont bien au-delà des critères de classement en zone d’éducation prioritaire : 37% de non diplômés contre 25% à Paris, 17% de chômeurs contre 11,4% à Paris, 8,1 % de bénéficiaires du RMI contre 4,5% à Paris, 60% d’élèves reçus au brevet des collèges contre 80% à Paris, 37% de logement sociaux contre 15% à Paris, 58% d'enfants issus de familles appartenant à des catégories socioprofessionnelles défavorisées contre 36% en ZEP, 43% en RAR et 21% à Paris… (sources : APUR, CAF, CNAM, recensement, annexe au projet d’école triannuel Tourtille). Les moyens alloués à nos écoles devraient donc être réévalués en conséquence.

 

Quant au système de l’aide personnalisée mis en place en 2008, il est parfaitement inéquitable puisqu’il attribue les mêmes moyens à tous alors que tous n’ont pas les mêmes besoins. La suppression de 2 h d’enseignement par semaine et le passage à la semaine de 4 jours ont montré leur inefficacité. Celle-ci est actuellement remise en cause par vos propres services. De plus, vous avez justifié la suppression progressive des RASED par la mise en place de l’aide personnalisée. Comme vous l’indiquez, ils sont 357 sur Paris, mais étaient plus de 1 000 il y a quelques années. Or les RASED ont reçu une formation spécifique pour prendre en charge des enfants présentant de grandes difficultés qui perdurent malgré les aides que le maître de la classe apporte ; cette aide ne peut être remplacée par un simple soutien scolaire. Vous semblez en outre confondre garderie après 16h, emploi du temps des parents et prise en charge spécialisée des enfants en grande difficulté.

 

Aussi, vous n’êtes pas sans savoir que le poste surnuméraire de soutien lecture mis en place sur les quatre écoles de 2005 à 2008 a montré son efficacité. L’accent mis sur la lecture a eu des résultats décisifs sur le niveau scolaire global de tous les élèves. Vous qui accordez tant d’importance aux « fondamentaux », vous conviendrez avec nous que l’insuffisance de moyens à l’école maternelle et élémentaire a des conséquences directes dans le secondaire ; en témoignent les difficultés rencontrées par le collège Colette Besson, collège qui regroupe un grand nombre d’enfants de notre quartier. Chaque suppression de poste a des incidences négatives.

 

Par ailleurs, nous venons d’apprendre une nouvelle suppression, celle du poste d’assistant d’éducation dédié à l’informatique sur l’école Ramponeau à la rentrée 2011. Vous aurez ainsi la responsabilité de l’aggravation de la fracture numérique, que vous dénoncez à juste titre.

 

Concernant le passage de 150 inscriptions en 2006 à l’école maternelle Tourtille à 122 en 2011 (et non 110 comme vous l’avancez), il s’explique, comme dans tout l’Est parisien, par une dégradation des moyens de l’école publique, qui provoque une fuite des familles qui en ont les possibilités vers l’école privée. La proportion d’élèves issus de familles défavorisées, elle, y augmente mathématiquement, mais vos critères d’attribution de moyens restent inchangés, initiant un tour supplémentaire dans cette spirale. 22 ou 23 enfants par classe en moyenne, c’est déjà trop dans notre quartier. Nous ne demandons pas une stagnation du nombre moyen d’enfants par classe, mais une diminution. Quoi qu’il en soit, nous en sommes à ce jour à 24,5 à la maternelle Tourtille : tenez compte des chiffres fournis par l’école, et non par vos services statistiques.

 

De nombreuses études scientifiques démontrent le bénéfice des faibles effectifs. Ainsi, Thomas Piketty et Mathieu Valdenaire, économistes à l’EHESS (source : publication du ministère de l’Education nationale, mars 2006), révèlent que la suppression de la légère politique de ciblage des moyens en faveur des ZEP (taille alors moyenne des classes de 20,9 en ZEP, contre 22,8 hors ZEP) conduirait à une progression de 14 % de l'écart moyen de réussite scolaire entre écoles ZEP et non-ZEP, créant des ghettos scolaires. Trouvez-vous acceptable sur le plan moral, supportable sur le plan social et efficace sur le plan économique qu’une partie de la population de notre pays soit laissée pour compte ?

 

Nous déplorons votre logique comptable systématique, par laquelle vous semblez vouloir nous mettre en concurrence avec les autres établissements scolaires du territoire. Sachez que nous sommes solidaires des nombreux mouvements de contestation qui s’élèvent contre la politique de réduction de moyens sur tout le territoire.

 

Nous exigeons le maintien de tous les postes menacés de suppression sur nos écoles et exigeons que ce maintien ne se traduise pas par la suppression d’autres postes. Nous refusons que les postes qui ne sont pas devant classe (RASED, soutien, assistant d’éducation, remplaçant…) soient successivement supprimés, année après année.

 

Enfin, nous demandons une augmentation du taux d’encadrement – pas plus de 20 enfants par enseignant, taux moyen des pays de l’OCDE, parmi lesquels la France fait partie des moins bien lotis en la matière -, des moyens supplémentaires pour tous les établissements scolaires et le vote d’un budget traduisant une véritable volonté politique quant à la qualité du service public de l’éducation.

 

La presse (Rue 89, Politis, L’Humanité, Radio suisse RSR, France Inter, Libération, le Café pédagogique, le75020.fr, LeMonde.fr/Direct matin…) se fait le relais de notre action, et de nombreux élus locaux et nationaux la soutiennent. Soyez assuré que les vacances scolaires n’auront par raison de notre détermination.

 

 

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

 

 

 

Les parents d’élèves des écoles

maternelle Pali Kao, élémentaire Ramponeau,

élémentaire Tourtille, maternelle Tourtille.

 

Contact : ecolesbasbelleville@gmail.com

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 18:02

 

 

Le prochain CDEN (Comité Départemental de l'Education Nationale) a lieu le mercredi 22 juin à 18 h.

 

La FCPE 91 appelle à un rassemblement, ce jour-là,

devant l'Inspection Académique,

Boulevard de France à Evry,

à partir de 17h30.

 

A cette occasion les parents d'élèves de l'Essonne montreront leur détermination contre les fermetures de classe, l'absence de médecin ou d'infirmière scolaire, les réductions de poste, les classes surchargées, …

 

Nous appelons donc tous nos adhérents à se rassembler et à inviter tous les parents pour montrer notre volonté à défendre l'école publique.

 

 

 

Non au démantèlement 

de l’école publique !

Un pays sans École 

est un pays sans Avenir

 

  

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 17:35

mime-attachment.jpeg

 

En supprimant une classe au sein de l'école élémentaire Titon à Paris  11ème, l'Éducation nationale hypothèque l'avenir de nos enfants.

A la rentrée 2011-2012, ils devront apprendre dans des classes  surchargées avec des aides réduites pour les enfants en difficulté.

Les parents d'élèves de l'école élémentaire Titon à Paris 11ème ont  déjà interpellé l'Inspecteur d'Académie en avril dernier. Sans succès  à ce jour.

Prenant au mot la logique comptable de l'Éducation nationale de  réduction des coûts, des panneaux "École à vendre" figureront  désormais sur les murs de notre école. Ils seront visibles dès le  vendredi 17 juin 8h30. Le numéro de téléphone sur les panneaux (et le communiqué) est logiquement celui du rectorat.

 

 

Communiqué de presse

 


Contact : parents.titon@gmail.com - Internet : http://www.facebook.com, puis tapez "école à vendre"
Photos : http://dl.free.fr/qTjmpJaz, le lien pour télécharger le dossier des photos ÉDUC'IMMO.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole