Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 10:21

 

 

Le discours de Hollande

 

   

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 10:05
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 09:55

badge-mater.jpg

In Mammouth déchaîné

 

DA : directeur d’académie, nouvelle nomenclature pour les IA.

Manifestant pour les enseignants de maternelle un mépris assez similaire à celui de Darcos dont chacun se rappelle les déclarations relatives aux couches-culottes, souvenez-vous, l'Inspecteur d'Académie de Charente considère lui aussi que les enfants de 2 à 3 ans  relèvent de la garderie et que ce n'est pas à l'école maternelle de les prendre en charge.


«Aucun [texte] ne prévoit la prise en charge des moins de 3 ans, la maternelle n’est pas une garderie, une commodité de proximité», a-t-il tenu à préciser dans les colonnes de La Charente Libre. source

Le mammouth se fait donc le plaisir de communiquer à l'IA (ou au DA, DA pour directeur académique, nouveau nom de l'IA qui n'est semble-t-il pas très à cheval sur questions réglementaires) les références des textes qu'il ignore ou feint d'ignorer : en effet, la scolarisation des enfants de 2 ans est un objectif politique et social confirmé par la loi n°2005-380 du 23 avril 2005 d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école, qui n’a fait l’objet d’aucune abrogation et reste donc (en principe) d'actualité...

 

Et toujours plus...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 22:37

In C'est Classe !

 

Acclamations et bruyants hourrahs pour Jean-Luc Mélenchon, applaudissements chaleureux et quelques sifflets aussi pour François Hollande, accueil sympathique mais sans plus pour Eval Joly, sifflements et broncas pour Claude Goasguen... A l'applaudimètre, Jean-Luc Mélenchon est sorti largement vainqueur des six candidats - ou de leurs représentants - à la présidentielle qui se présentaient devant la FCPE, la première fédération de parents d'élèves classée à gauche.

 

17 mars 2012 058

 

Ce samedi, la FCPE organisait à Paris une journée d'interpellations des candidats à partir de douze questions. Dans une salle de La Bellevilloise, à deux pas de la place Gambetta, Philippe Poutou (NPA), Eva Joly (EELV), Claude Goasguen (UMP), Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche), François Hollande (PS) et Jacqueline Gourault (Modem) ont ainsi eu chacun 50 minutes pour s'exprimer: 40 minutes pour répondre aux questions de la salle, puis 10 minutes pour parler librement.

 

La FCPE étant classée à gauche, on s'attendait à ce que le député Claude Goasguen, inspecteur général de l'Education nationale, soit brocardé. Ce qui n'a pas raté. Mais Mélenchon a créé la surprise en faisant apparaître Hollande qui lui succédait à la tribune comme un brin timoré sur le sujet.

Comment expliquer le succès du candidat du Front de gauche ? D'abord, il y a le talent oratoire, l'art de la formule, celui d'emporter les rires et de retourner les salles. "Le vrai débat dans les cantines scolaires, ce n'est pas le halal mais les frites molles et les frites dures !", a-t-il lancé, très acclamé. 

Sur le collège unique où il était attendu, ayant une position plutôt ambigue, il s'en est encore bien sorti. "Dans le collège unique, il n'y a guère que le bâtiment qui est unique !", a-t-il asséné, allusion aux filières et options rares où se regroupent les meilleurs élèves, créant ainsi une hiérarchie déguisée - comme le latin-grec, l'allemand, les classes européennes, etc.

Sur le fond, il n'a pourtant pas brillé par sa clarté. On a d'abord compris qu'il n'était pas pour le collège unique, puis qu'il était quand même pour tant qu'on n'a pas trouvé mieux, enfin, qu'il n'était pas contre comme Nicolas Sarkozy qui, lui, veut le détruire. Cela a donné: "je ne l'âcherai pas le collège unique, mais si on trouve une meilleure solution"...

 

Pour expliquer son succès, il faut aussi compter avec sa façon d'asséner des vérités et de brandir des soutions présentées comme simples à réaliser dès lors qu'on en a la volonté.

 

La suite...
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 10:23
sarko3

 

Notre bilan tient en 18 mots et deux noms propres. Accompagnement, Autonomie, Budget, Carte scolaire, Décrochage, Evaluation, Formation, Inégalités, Innovation, Lycée, Métier, Niveau, Pilotage, Professionnel, Recrutement, Socle, STI, ZEP sont les mots du lexique sarkozien. Les deux noms propres sont ceux de deux grands témoins : la direction de l'éducation de l'OCDE et l'historien de l'école Claude Lelièvre. Dix huit et deux : au total vingt articles. Symboles d'un quinquennat en vain ?

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 18:37

La mobilisation paie!

 

     Le 8 mars dernier, l’ensemble des personnels du collège Courbet était en grève pour protester contre la suppression de 90 heures de cours hebdomadaires et la fermeture de 4 classes pour la rentrée prochaine.

    Forts de cette cohésion sans précédent, trois de nos représentants ont été reçus par Monsieur L’Inspecteur d’Académie. Sensible à nos arguments, celui-ci a su répondre favorablement à nos attentes en maintenant une classe de 4e et des heures de projets culturels en classe de 5e. Il nous a, par ailleurs, fait la promesse orale du maintien d’une classe de 6e en juin, adapté à nos effectifs. Ainsi la mobilisation paie et nous sommes satisfaits de voir que nos arguments en faveur de la défense de nos élèves et de la qualité de notre enseignement ont été entendus.

Notre détermination reste entière et nous serons vigilants à ce que les promesses faites soient honorées.

Tous les personnels du collège Gustave Courbet se sont mobilisés pour défendre leurs élèves mais aussi pour attirer l’attention de tous sur les Zones d’Education Prioritaire, qui ne paraissent plus être au cœur des préoccupations actuelles.

 

Plus que jamais l’engagement et la mobilisation de tous les acteurs de l’éducation semblent incontournables !

 

Les personnels du Collège Courbet à Trappes

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 18:16

In C'est Classe !

 

07

 

 

"Si l'école, c'était une question de moyens, alors on aurait l'école la plus performante du monde", va répétant le candidat Nicolas Sarkozy. Paraphrasons-le: "si l'université, c'étaient des promesses de crédits, alors on aurait l'université la plus riche du monde"...

 

A l'heure du bilan, la réforme des universités, présentée comme "la" réforme du quinquennat, apparaît de plus en plus pour ce qu'elle est: beaucoup de gesticulations, des annonces à foison, une litanie de promesses (d'argent), et à l'arrivée bien peu de concret. Une réforme largement en trompe l'oeil, que Nicolas Sarkozy va avoir plus de mal que prévu à "vendre" durant sa campagne. 

 

Avec la réforme de l'autonomie (mise en place par la loi LRU d'août 2007), le milliard d'euros supplémentaire qui devait aller chaque année au budget du sup et la recherche, les plans annoncés à grands fracas comme l'Opération Campus - 5 milliards d'euros pour des "campus d'excellence" - et les Investissements d'avenir  - 22 milliards officiellement pour le sup et la recherche - , on nous annonçait des universités qui allaient enfin briller dans le classement de Shanghai et des campus dont on n'aurait plus à rougir à côté des américains...

 

Que voit-on aujourd'hui ? On pourra brandir tous les chiffres de dotations en capital qu'on veut, la réalité est tenace: des universités dans le rouge, certaines obligées de "geler" des postes (c'est-à-dire ne pas les pourvoir), des étudiants toujours aussi nombreux dans les amphis, avec un lourd échec les premières années, des enseignants-chercheurs et des chercheurs toujours aussi mal payés par rapport à leurs collègues étrangers, des campus pas vraiment rénovés avec des BU fermées le week-end ou après 19 heures, etc. Pas grand-chose à voir avec "les meilleures universités du monde" promises...
 

Même les présidents d'université les plus diplomates ne cachent plus une certaine déception. "L'autonomie, ça ne marche pas sans les moyens", répète ainsi Louis Vogel, le président de la CPU (conférence des présidents d'université) et celui de Paris 2, notamment depuis qu'en novembre le ministère a annoncé que 8 établissements, en déficit, allaient être mis sous tutelle.

 

Revenons au nerf de la guerre: l'argent et "l'investissement-sans-précédent-réalisé-dans le supérieur-durant-le-quinquennat" tant vanté par le gouvernement sortant et les troupes UMP.

L'économiste Thomas Piketty vient de faire dans Libé une analyse du budget de l'enseignement supérieur et de la recherche. Il l'a complétée lors d'une rencontre avec l'AJE (Association des journalistes Education). Sa conclusion est sans appel: les crédits n'ont pratiquement pas augmenté depuis l'élection de Sarkozy.

 

Reprenons ses arguments chiffrés:

 

La suite...

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Universités
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 17:59

In L'Express

 

hollanderLe candidat, qui a su séduire les profs du public, a une bonne cote dans l'enseignement catholique. Et pour cause: il prend garde de ménager ses susceptibilités. 

 

Souvenez-vous de François Mitterrand et de l'école libre. Souvenez-vous de ce blocage." Cet avertissement de Nicolas Sarkozy à Laurent Fabius sur le plateau de l'émission de France 2 Des paroles et des actes, le 6 mars, n'a pas échappé au secrétaire général de l'enseignement catholique, Eric de Labarre: "Personne n'a intérêt à rallumer la guerre scolaire, nous avons aujourd'hui une forte capacité de mobilisation."  

 

Un possible retour de la gauche au pouvoir ne l'inquiète pas. Et pour cause. François Hollande, qui a fait une partie de sa scolarité chez les Frères des écoles chrétiennes, n'a rien d'un bouffeur de curé. "Il a une vision beaucoup moins caricaturale de l'enseignement privé que d'autres, gauche et droite confondues. C'est un élu local, il sait ce que nous représentons dans les zones rurales." 

 

Sur le sujet sensible des relations entre l'Etat et l'enseignement catholique, François Hollande balise le terrain et joue la carte du dialogue. Le candidat socialiste a reçu une délégation d'évêques le 7 mars. Le même jour, une rencontre était organisée entre Vincent Peillon, son responsable éducation, et les représentants de l'enseignement catholique. 

 

Pour l'école catholique, "mieux vaut un socialiste humaniste qu'un UMP ultralibéral" 

 

C'est un vieil ami, l'avocat chrétien Jean-Pierre Mignard, qui a joué les intermédiaires. "Je les vois comme je vois tout le monde, avec bienveillance et intérêt", rapporte Peillon. Il assure que les socialistes ne toucheront pas à la règle du 80/20 qui encadre la répartition des moyens budgétaires entre public et privé. Et si l'école libre veut s'associer aux réflexions sur l'évolution du système, "pas de problème".  

 

Prudent, l'enseignement catholique soigne ses relais au sein du Parti socialiste. Henri Nallet, par exemple, ministre de François Mitterrand et vice-président de la Fondation Jean-Jaurès, est un proche de Fernand Girard, fin lobbyiste de l'enseignement catholique. "Finalement, pour nous, mieux vaut un socialiste humaniste qu'un UMP ultralibéral", s'amuse Girard.  

 

La loi Carle ne sera pas remise en question

 

La suite...
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Privé-Public et Laïcité
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 20:45

C03-01.jpg

URGENT - APPEL DU COLLECTIF RASED 94

 


- L'IA a accepté la demande d'audience du COLLECTIF RASED 94 avec les syndicats : SUD Education, SNUIPP, SNUDI-FO, CGT EDUC action, CNT et l'AREN 94 le MERCREDI 21 MARS à 8H30    

                                                      
MEME SI EN "VOIE DE DISPARITION"


 FERMEMENT DECIDÉ-ES A RÉSISTER !!!!!


NOUS APPELONS AU RASSEMBLEMENT LE PLUS LARGE POSSIBLE POUR NOUS SOUTENIR AUTOUR D'UN PETIT DÉJEUNER


LE 21 MARS DÈS 8H15 DEVANT L'INSPECTION ACADÉMIQUE,

La délégation se constituera sur place avec les présent-es


- Pensez à apporter aussi ce jour-là les courriers de soutien des écoles et les motions de Conseil d'école que nous remettrons à l'IA.


- Puisque notre hiérarchie, dans sa grande mansuétude, propose aux collègues dont elle ferme les postes,  des entretiens de "conseil",  les membres du COLLECTIF RASED 94 appellent TOUS les personnels des RASED (Maltraité-es, trompé-es, décimé-es)  à demander un entretien à : jeanmichel.girone@ac-creteil.fr
 
Jean-Michel GIRONE I.E.N. chargé de mission  Aide à l ´évolution de carrière aux personnels enseignants du 1er degré? Tél : 01-45-17-61-13 Télécopie : 01-45-17-60-96

 
Ce sont tous les personnels des RASED qui subissent l'application d'une logique comptable systématisée destinée à abandonner tout dispositif d'aides aux élèves en difficulté à l'école.


- N'oubliez pas,faites signer la pétition :   www.appeldesrased.fr


Pour la rentrée 2012, une nouvelle vague de suppressions massives de postes de RASED (Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté) est programmée : elle portera à près de 5 000 le nombre de postes d’enseignants spécialisés de ces dispositifs détruits depuis 2008.

Ce seront 250 000 élèves des écoles maternelle et élémentaire qui n’auront ainsi plus aucune aide spécialisée alors que toutes les ressources devraient être mobilisées dans l’ensemble des dispositifs pour assurer la réussite de tous.

Le Collectif* national RASED rassemblant des organisations syndicales, des associations professionnelles et de parents d’élèves, a souhaité rédiger un Appel pour dénoncer cette situation.

 

*Le Collectif rassemblé pour le lancement de cette initiative :Les associations professionnelles de psychologues scolaires et des enseignants spécialisés (AFPEN, FNAME, FNAREN), et des conseillers pédagogiques (ANCP) . Les représentants des parents d’élèves (FCPE) . Les organisations syndicales (CGT Educ’action, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SIEN-UNSA, SNPI-FSU, SN PsyEN-UNSA, SNUipp-FSU, SUD-éducation). Les mouvements pédagogiques (AGSAS…)

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rased
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 18:28

L'école Gounod qui est école de formation (nous accueillons des enseignant en formation initiale et continue) va être transformée en école ordinaire ce qui va supprimer l'offre de formation en zone d'éducation prioritaire il va en être de même pour le secteur rural où les deux postes qui subsistaient sont supprimés à l'école de SOLEYMIEUX.
 

Après un temps de négociations qui n'a pas abouti, notre demande étant de conserver les postes de maîtres formateurs, nous avons décidé de contester cette décision.

 


Nous vous proposons de signer la pétition que vous trouverez EN SUIVANT LE LIEN CI-DESSOUS.

  

cgtaction snudi snuipp sudeduc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

___________________________________________________________________________________________

 

Dans un contexte national où la formation des enseignants est malmenée, dans le département de la Loire, il a été décidé de supprimer les deux seules postes de formateurs en milieu rural à l'école de Soleymieux ainsi que les écoles de formation qui se trouvaient en zone d'éducation prioritaire les écoles Gounod de Saint-Étienne.
Tous les postes de formateurs sont rapatriés sur les quatre écoles de formation restantes. Ainsi, les stagiaires ne pourront connaître ni l’école rurale ni l’éducation prioritaire pendant leur année de formation. Ce choix ne pourra qu'appauvrir une formation déjà mise à mal.
Nous demandons l'annulation de cette décision, le maintien des postes de formateurs à l'école de Soleymieux et le maintien des écoles d'application Gounod à Saint-Étienne.

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Pétitions
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole