Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 16:41

In L'Express

 
L'Education nationale met aujourd'hui à disposition du grand public les "indicateurs de résultats des lycées". Ces données permettent de distinguer des établissements plus performants que d'autres. A terme, le candidat Sarkozy envisage de publier ce type d'indicateurs pour les écoles primaires et les collèges. 
 

Le ministère de l'Education nationale publie ce matin ses indicateurs de résultats des lycées. Comme chaque année, il se défend de fournir aux parents un classement des établissements. "Le but n'est absolument pas d'établir un palmarès en fonction de la réussite de tel ou tel lycée au baccalauréat, mais de regarder quels sont leurs résultats effectifs par rapport aux résultats qu'ils auraient du obtenir", insiste Jean-Michel Blanquer, le directeur général de l'enseignement scolaire. Comme chaque année pourtant ces données serviront à bâtir les fameux "palmarès" des lycées, dont celui de l'Express. 

 

La suite...
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 19:19

Assemblée citoyenne sur l’éducation

Sciences-Po et la Sorbonne unies dans la lutte pour l’éducation !

 

La campagne présidentielle de 2012 est très technique : les candidats se muent en économistes et s’affrontent à coup de milliards d’euros… autant dire que vous ne trouverez pas beaucoup de symboles républicains si vos yeux ne se tournent pas en direction du Front de Gauche ! Dans ce contexte, l’union d’une grande école – Sciences-Po Paris – et de plusieurs facultés – Paris I, III et IV – pour aborder les questions d’éducation apparaîtra comme une bouffée d’air frais à ceux qui refusent la mise en concurrence des étudiants et des savoirs au nom du dogme néolibéral.

 

En effet, hormis la proposition emblématique de François Hollande de créer 60 000 postes dans l’enseignement, les questions d’éducation sont très peu abordées par la droite et la social-démocratie et, au-delà des effets d’annonce, ce sujet incontournable est rarement traité par François Hollande et Nicolas Sarkozy. Pourtant, c’est en répondant aujourd’hui aux questions d’éducation que nous pourrons préparer un monde meilleur pour demain. Parce qu’elle touche directement à des questions aussi fondamentales que la République, l’égalité, la citoyenneté, l’écologie, la culture, la démocratie, l’emploi et – sujets chers à l’UMP et au PS – à la croissance et à la délinquance [1], l’éducation mérite d’être un sujet traité à part entière durant la campagne présidentielle.

Aussi, le Front de Gauche de Sciences po et le Front de Gauche de la Sorbonne vous invitent à participer à l’Assemblée Citoyenne qui se déroulera Place de la Sorbonne, le mercredi 11 avril à 17h00.

 

Face à Nicolas Sarkozy qui, en 2007, affirmait vouloir être le candidat qui « [romprait] réellement avec l’esprit, avec les comportements, avec les idées de Mai 68 » [2], nous proposons à tous ceux qui souhaitent renouer avec une école et une université républicaines, après cinq années où le néolibéralisme-roi a essayé de balayer plus d’un siècle d’acquis depuis les lois Ferry, de se retrouver dans le lieu symbolique de la révolte de Mai 68.

Il est grand temps de montrer au Président des riches [3] que son entreprise a échoué et que l’esprit, les comportements, les idées de Mai 68 n’ont pas été brisés sous son quinquennat et qu’ils en sortent au contraire renforcés. Les positions du Front de Gauche sur l’éducation, claires et cohérentes, s’inscrivent dans cette démonstration.

 

Ensemble, repensons l’éducation républicaine !

Prenez les places ! Prenez le pouvoir !

 

Hadrien Clouet pour le Front de Gauche de Sciences-Po.

Antoine Léaument pour le Front de Gauche de la Sorbonne.

Notes

[1] « Quand on ouvre une école, on ferme une prison » disait Victor Hugo.

[2] Nicolas Sarkozy, le 29 avril 2007 au Palais Omnisports de Paris-Bercy.

[3] CHARLOT Michel, PINÇON-CHARLOT Monique, Le Président des riches. Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy, Paris, La Découverte, 2010. Disponible gratuitement sur http://www.editions-zones.fr/spip.p....

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 17:49

03-04-2012-17-49-45.jpg

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 17:38
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 07:36

 

In Quelle Ecole pour demain ?

eval1

 

 

Voici l’analyse d’une Note de la Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance (DEPP), sur l’évaluation des enfants en lecture.

 

Ce document a été publié le 16 novembre 2011. Il donne les résultats d’un cycle d’évaluations disciplinaires réalisé sur échantillon (CEDRE). Ce dispositif compare les compétences des élèves de CM2 en lecture et compréhension de l’écrit, en 2003, et en 2009. Il porte sur des échantillons d’écoles soigneusement sélectionnés.

 

Les choix méthodologiques sont détaillés dans le document, avec une rigueur et une transparence qui permettent d’accorder toute notre confiance aux résultats obtenus.

Or ceux-ci offrent des éléments d’analyse très intéressants sur deux points fondamentaux :

-Comment définit-on un élève qui ne sait pas lire à l’entrée du collège ?

-Quelle est l’évolution de ce taux d’élèves en difficulté ?

 

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 18:37

In La Croix

 

 

Créé à l’initiative de syndicats, d’associations et de chercheurs, le collectif des « Déchiffreurs » veut décrypter les données parfois contradictoires émises par l’éducation nationale.

Il présentera mardi 3 avril à Paris un premier document visant à faire la lumière sur l’ampleur du « décrochage scolaire » .

 

 

Pour « piloter » le système scolaire, comme on dit aujourd’hui, l’éducation nationale a besoin de statistiques. Des données chiffrées qui servent parfois à légitimer les réformes et qui peuvent être utilisées à tort et à travers, sans réelle transparence, dénoncent les Déchiffreurs. 

Composé de syndicats, d’associations, mais aussi de chercheurs et de professionnels de la statistique passés par les services du ministère, ce collectif parle ainsi de « publications bloquées », de « chiffres fantaisistes » et de données « détournées » . « Nous attendons toujours la parution du rapport sur les internats d’excellence », peste Marc Douaire, le président de l’Observatoire des zones prioritaires. « De même, le rapport dans lequel l’inspection générale préconisait le maintien des Réseaux ambition réussite n’a jamais été publié, parce que le ministre Luc Chatel était en train de les remplacer par le dispositif Éclair », assure-t-il.

 

La suite...
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 18:27

In Les déchiffreurs de l’éducation

 

 

 

par vallin

 

 

Les effectifs scolaires baissent-ils ? Non, ils augmentent !

 

Le 27 février 2012, le candidat Sarkozy a déclaré que les effectifs scolaires avaient baissé de 400 000 depuis 10

ans, alors que le nombre des professeurs avait augmenté de 45 000.

 

Une bonne partie de la presse a corrigé cette déclaration, en s’appuyant sur les chiffres de l’INSEE ou de la DEPP, pour indiquer que lors de la dernière décennie les effectifs d’élèves ont baissé de 150 000, ou 170 000, et non de 400 000.

 

Mais un fait important a été insuffisamment souligné : ces dernières années, la tendance s’est inversée. Les

effectifs d’élèves augmentent, alors que le gouvernement continue à supprimer des dizaines de milliers de postes.

 

Ces données restent souvent méconnues, parce que le Ministère ne publie plus les notes sur les prévisions

d’effectifs.

 

Ainsi, à la rentrée 2011, par rapport à 2008, les effectifs en collèges ont augmenté de près de 74 000. Ceux des lycées professionnels ont diminué de 12 000, comme ceux du lycée général et technologique. Pour l’ensemble du second degré, l’augmentation est proche de 50 000 élèves (49 862 pour être précis, pour la France métropolitaine et les DOM, secteurs public et privé).

 

Dans le premier degré, les effectifs ont augmenté de 14 000 élèves lors des trois dernières années : de 5 000 pour l’enseignement élémentaire de la rentrée 2008 à 2011 et de 9 000 pour le pré-élémentaire ; on pourrait ajouter 9 000  « seulement »,  face à l’ampleur simultanée de la hausse du nombre d’enfants, tant le recul de la

préscolarisation à deux ans permet de limiter la hausse du nombre d’élèves accueillis en maternelle.

 

Ce sont donc près de 65 000 élèves supplémentaires que notre Ecole a accueilli ces trois dernières années, alors que les coupes sévères continuent dans les postes (14 000 postes supprimés à la rentrée prochaine, qui s’ajoutent aux 66 000 perdus depuis 2007).

 

Bref, quelqu’un qui serait sur le même terrain que ceux qui jonglent avec les chiffres pourrait dire : à chaque élève supplémentaire, un poste en moins !

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 10:25

In RFI

 

«Parents sans papiers, vies déchirées», une campagne de RESF avec le photographe Bertrand Gaudillère du Collectif Item 
«Jeunesse sans papiers, jeunesse volée» – tel était le mot d’ordre d’une journée de mobilisation organisée ce samedi 31 mars 2012 un peu partout en France par le réseau Education sans frontières.
 
«Quand on voit les enfants en centre de détention, les enfants dont on expulse les parents... on se demande dans quel pays on vit»
 

Non à la politique de la honte financée par l’argent public ! Non aux expulsions des enfants et de leurs parents sans papiers, non à la séparation des familles ! Les militants et les sympathisants du «Réseau éducation sans frontières» réclament une autre politique d’immigration et promettent de ne rien lâcher... RESF a adressé une lettre à tous les candidats à l’élection présidentielle, en leur rappelant ses revendications et le fait que la France est signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant.

 

 

«Quand on voit les enfants en centre de détention, les enfants dont on expulse les parents... on se demande dans quel pays on vit»
(01:17)
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 10:12

evaluation1.jpg

In Snuipp

 

Le ministère veut proposer des outils d’observation et de renforcement pour les élèves de grande section. Premier projet : des activités de phonologie peu adaptées, très mécaniques et uniquement inspirées de l’approche médicale.

Selon le ministère, ce devrait être la grande nouveauté de l’année : un programme d’aides pour les élèves de grande section dans dix domaines clés de la maternelle ( voir ci-dessous). Oublié donc l’épisode calamiteux d’octobre dernier qui consistait à les évaluer, pour classer les élèves en trois catégories ( RAS, à risque, à haut risque).
Présenté dans la circulaire de rentrée, ce nouveau programme est constitué d’outils d’observation et de renforcement pour les élèves de grande section de maternelle qui auraient des difficultés dans l’un des dix domaines clés. Le ministère insiste sur leur caractère non obligatoire. Ils sont seulement mis à la disposition des enseignants.

Phonologie : une seule manière de faire ?

 Le premier programme, concernant le domaine de la phonologie, a été présenté au SNUipp-FSU le 27 mars dernier. Le ministère le soumet comme un projet en cours d’élaboration, destiné à être opérationnel pour Septembre. D’autres devraient suivre en décembre, comme la compréhension de l’écrit et le vocabulaire.
Premier constat : Le projet est loin d’être abouti. Pour le SNUipp-FSU, tout cela n’est même pas très sérieux. D’une part, l’approche proposée reste “monocolore”. Les activités ont été conçues par des médecins et l’équipe du Dr Zorman, à partir du programme « Parler » édité chez la Cigale. Très clairement, le ministère vend ici « une seule manière de faire ». C’est ainsi que pour la phonologie, sont écartés des outils conçus par d’autres spécialistes, reconnus et testés par les enseignants. Jean-Michel Blanquer, Directeur général de l’enseignement scolaire, un des responsables du projet, assume ce « parti-pris » qui favorise une chapelle de la recherche. Sur quelles bases et selon quelles conclusions sérieuses ?

Des activités peu adaptées à l’âge des élèves

Par ailleurs, les activités proposées sont pour nombre d’entre elles peu adaptées à l’âge des élèves de grande section. C’est ainsi que des exercices de renforcement sont proposés dans le premier trimestre de GS ( découpage de mots en phonèmes : BOL : « B » « O » « L ») alors qu’ils sont de fin de GS, voire de début de CP. A vouloir faire trop tôt, cette approche va finir par défavoriser les élèves les moins avancés.
D’autres exercices sont même définitivement à côté du sujet. Concernant le découpage syllabique des mots par exemple, les exercices se proposent de se servir de supports images, elles même découpées. Le lien entre le mot entendu et l’image est complétement artificiel.

Selon Mireille Brigaudiot, spécialiste du langage, cela va entrainer de la confusion chez les enfants, notamment les plus fragiles. Pour le SNUipp-FSU elle explique : « on leur fait croire qu’écrit et dessin fonctionnent dans le même registre : couper un mot en deux ou couper un dessin en deux c’est pareil ; on a à chaque fois deux morceaux de quelque chose. Or, c’est faux ! surtout pour l’écriture du français qui contient par exemple des semi-voyelles ne permettant pas de « couper-séparer » les lettres. Dans le mot « moyen », la lettre Y appartient à la fois à la première syllabe qui est [mwa] et la seconde qui est [jî]  »

Autre exemple : l’enfant doit séparer le carton comportant l’image d’un mot. Là encore Mireille Brigaudiot analyse : « non, un mot n’a pas d’image ! au mieux, un référent peut être illustré. Les enfants entrent dans le langage en traitant simultanément les noms et tous les autres mots, pas du tout comme des éléments de catégories mais comme des énoncés : chaînes sonores longues, portées par l’intonation et l’affect d’un adulte dans une relation. En entendant « et oui ! on va aller au square » quand il dit en écho à un an et demi « kar » (fin de l’énoncé « square ») il a, d’une certaine manière, très bien segmenté ce qu’il a entendu. Or, ce “travail” s’est fait SANS référent sous les yeux. Par opposition, je rappelle que des expériences ont été faites dans plusieurs pays pour entraîner les bébés à dire des mots en leur montrant des images (en France, par ex Rachel Cohen dans les années 70), avec entraînement, et que tout ça a été abandonné »

A revoir

 Pour le SNUipp-FSU, ce premier projet est à revoir. Le risque est grand de vouloir normaliser ces activités dans toutes les classes. Pour rappel, le ministère a prévu de former 2 000 conseillers pédagogiques pour ces outils. Ce programme dénote d’une vision rigide et mécanique des apprentissages. La Grande section risque de ne devenir qu’une usine à fabriquer des CP. Avec de tels outils, plus besoin de former les enseignants à l’enseignement en classes maternelles, il suffit de prescrire des techniques. Le SNUipp estime que la maternelle mérite mieux. Il faudrait une vision globale des trois à quatre années de maternelle pour envisager des activités permettant, avec bienveillance et attention, d’aider tous les élèves à progresser dans leurs apprentissages sensoriels, moteurs, intellectuels, langagiers et culturels.
Il a demandé au ministère de revoir complétement cette première copie...avec un peu de sérieux cette fois !

Les dix domaines proposés par le ministère

Pour la maîtrise de la langue :
- Comprendre un texte oralisé et se familiariser avec l’écrit
- Reconnaître à l’oral les mots, les syllabes, les phonèmes (segmenter, discriminer) et connaître les lettres de l’alphabet
- Avoir suffisamment de vocabulaire
- Avoir une conscience syntaxique (qui fait quoi, où, quand, comment ?)
- S’exprimer oralement

Pour les mathématiques :
- Le sens des nombres
- L’espace et la géométrie

Pour les compétences transversales :
- La motricité fine et les capacités graphiques
- L’attention et la mémoire
- S’organiser dans les tâches, planifier. 

Lire aussi :

- un article du journal Le Monde du 30 mars 2012

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 21:04

C03-01.jpg

LETTRE OUVERTE
AUX CANDIDATS A L’ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2012

Les parents d’élèves pour la défense du service public de l’éducation

à l’école maternelle et élémentaire

Nous, parents d’élèves, constatons la dégradation progressive et systématique depuis plusieurs années des conditions de scolarité de nos enfants :

        Moins d’accompagnement et d’aide adaptée aux enfants

        Classes surchargées

        Remplacements de moins en moins assurés

        Souffrance des enseignants et instabilité des équipes empêchant la mise en place de projets d’école

        Perte de confiance en l’école publique et fuite vers l’enseignement privé

        Affaiblissement du rôle de l’école comme réducteur des inégalités sociales

Nous demandons :

        Un nombre maximum de 20 enfants par classe partout en France et une adaptation des effectifs aux données sociologiques des territoires : de nombreuses études démontrent le lien entre le nombre d’enfants par classe et la réussite scolaire.

      Des enseignants remplaçants titulaires pour assurer la continuité du service public de l’éducation pour tout type d’absence (congé maternité, formation professionnelle, maladie…).

        Des RASED[1] présents dans toutes les écoles, complets, cohérents, adaptés aux besoins réels de nos enfants : l’aide personnalisée mise en place en 2008 ne remplace en aucun cas l’aide spécialisée apportée par les RASED (réseau de psychologues, enseignants spécialisés rééducateurs, enseignants de soutien pédagogique).

        Une véritable formation initiale, rémunérée aboutissant à un vrai statut pour les enseignants. La casse des IUFM, système de formation certes perfectible mais indispensable, a des conséquences dramatiques sur les conditions de prise de poste des enseignants.

        Des conditions de travail satisfaisantes pour les enseignants (formation continue, statut et évolution de carrière…).

        La suppression des évaluations nationales au CE1 et CM2. L’évaluation doit être un outil pédagogique et non un outil de mise en concurrence.

        La suppression des différents fichiers nationaux mis en place par l'Education nationale, en contradiction avec la convention internationale des droits de l'enfant, et l'abandon du Livret personnel de compétences, qui permet une traçabilité du parcours des élèves.

        Un recentrage sur l’école publique des financements publics consacrés à l’Education nationale et un maintien de l’engagement de l’Etat, pour garantir l’accès de tous à l’Ecole de la République sur l’ensemble du territoire.

Nous appelons les candidats à s’engager à doter l’Education nationale d’un budget à la hauteur de ses ambitions permettant notamment de rétablir les dizaines de milliers de postes supprimés ces dernières années, à retirer sans attendre les textes législatifs et réglementaires qui autorisent le démembrement du système public et gratuit de l’Education nationale, et à repenser une véritable politique de l’éducation pour nos enfants.

Les parents d’élèves de 56 écoles parisiennes :

        Maternelles : Renard (Paris 4e), Milton (9e), La Baleine (11e), Beslay (11e), Emile Lepeu (11e), 111 Parmentier (11e), Trois bornes (11e),  Charles Baudelaire (12e), 31 Château des rentiers (13e), Polyvalente Château des rentiers (13e), Delambre (14e), Polyvalente Cugnot (18e), Polyvalente Pajol (18e), Saint-Luc (18e), Lasalle (19e), Rampal (19e), Bretonneau (20e), Eupatoria (20e), Ménilmontant (20e), Pali-Kao (20e), 99 Pyrénées (20e), Surmelin (20e), Tourtille (20e), Vitruve (20e)

        Elémentaires : Les Vertus (Paris 3e), Neuve Saint-Pierre (4e), Saint-Merri (4e), Buffault (9e), Milton/“le 5 élem” (9e), 200 Saint-Maur (10e), Pihet (11e), Titon (11e), 57 A Reuilly (12e), 57 B Reuilly (12e), Charenton (12e), Charles Baudelaire (12e), 37 Château des rentiers (13e), Polyvalente Château des rentiers (13e), Polyvalente Cugnot (18e), Jean-François Lépine (18e), Oran (18e) Polyvalente Pajol (18e), Richomme (18e), Lasalle (19e), Mathis (19e), Rampal (19e), 9 Tandou (19e), Bretonneau (20e), Gambetta (20e), Julien Lacroix (20e), 97 Pyrénées (20e), Ramponeau (20e), 14 Riblette (20e), 16 Riblette (20e), Tlemcen (20e), Tourtille (20e)

Avec le soutien de : AREN 75, CGT Educ'Action Paris, UL20 FCPE



[1] RASED : Réseau d’Aide Spécialisée aux Elèves en Difficulté

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole