Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 12:07

In Lyoncapitale.fr

Environ 900 personnes, professeurs des écoles mais aussi parents d'élèves, ont manifesté cet après-midi contre les nouvelles réformes de l'Education nationale. Un rassemblement qui suit les manifestations nationales du 19 octobre et du 20 novembre pour « dire non aux réformes qui ont un seul but: casser le système public de l'éducation » selon Fabienne Loreau, secrétaire départementale du SNUIPP.

A lire sur le même sujet :  Vaulx-en-Velin: les parents d'élèves bloquent une école




Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 08:11

In Libération

Après le blitzkrieg, l’heure de la retraite : le ministre de l’Education Xavier Darcos a ainsi singulièrement modéré le ton depuis la grève réussie du 20 novembre. Sans vouloir céder sur le fond de ses réformes, il semble désormais prêt à des concessions. Mais elles pourraient venir un peu tard. (note de Sauvons l'Ecole : les rumeurs d'un remaniement en janvier vont bon train, une sortie de secours pour X.Darcos, en cas de crise prolongée ?)

Confronté à une contestation tous azimuts, le ministre a d’abord tenté de désamorcer la colère dans le primaire. «Si j’ai blessé les enseignants de maternelle parce qu’on a déformé mes propos, je leur présente tous mes regrets et mes excuses», a-t-il déclaré le 3 décembre. En juillet, il s’était demandé en public si cela valait la peine d’avoir des enseignants de maternelle avec bac + 5 «pour faire faire des siestes ou changer des couches». Il parlait des enfants de moins de 2 ans. Mais toute la profession s’était sentie humiliée par son ton méprisant.

Recevant les syndicats la semaine dernière, il a encore montré patte blanche. Il a assuré que rien ne changerait en maternelle et que l’école continuerait à accueillir, dans la mesure du possible, les 2-3 ans. Pourtant en novembre, il s’était montré intéressé par les conclusions d’une mission du Sénat : elle proposait de créer des «jardins d’éveil» pour les enfants de 2 ans qui ne seraient plus à la charge de l’Education nationale.


La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 07:22

In Libération

Une cinquantaine d’écoles de Monpellier ont ouvert leurs portes aux parents d’élèves hier soir, dans le cadre d’une «Nuit des Ecoles» pour la défense de l’Education Nationale.


A la maternelle James Joyce, dans le quartier plutôt défavorisé de la Paillade, les tables sont posées bout à bout pour recevoir les quiches, les gâteaux et les jus de fruits apportés par les adultes. Une vingtaine d’enfants jouent sagement. Environ 70 personnes, dont la moitié d’enseignants, défilent au cours de la soirée. Tous écoutent en silence
l’histoire fictive d’Enzo, gamin de CP en 2012, dont la maîtresse de 65 ans est une retraitée qui vient remplacer la maîtresse en congés maternité.

«J’avais les larmes aux yeux», confie une maman après ce récit. «La télévision, la radio, personne ne vous informe sur ce qui se passe. La seule manière de vous informer, c’est en vivant des moments comme ce soir», souligne Marc Parouty, directeur de l’école Senghor, qui comme cinq autres écoles, se sont réunies à James Joyce pour l’opération. «On ne nous demande pas d’éduquer les enfants pour qu’ils arrivent à réfléchir mais de faire qu’ils répètent des tâches de façon mécanique et qu’ils n’aient pas la capacité à dire non», explique Gilles, un instituteur.

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 07:10

Les mouvements locaux d'enseignants se radicalisent. En région parisienne un nouveau lycée est occupé à Montrouge contre la réforme du lycée. A Angers, après un rappel à l'ordre de l'inspecteur d'académie pour des directeurs n'organisant pas l'aide personnalisée, l'inspection académique a été occupée. Dans l'Hérault, Bastien Cazals , qui avait annoncé qu'il "entrait en résistance" a été sanctionné d'une retenue sur salaire. Son collectif appelle à "amplifier la résistance".
Enfin, Jean Marc Hostachy a rencontré l'Inspecteur d'Académie adjoint qui a fait état des qualités professionnelles exemplaires de Jean Marc Hostachy, enseignant dans une école maternelle en RAR et maître formateur à l'IUFM de Lyon site de ST ETIENNE. Il lui a proposé de revenir sur son courrier. Jean Marc Hostachy a refusé de faire marche arrière. L'Inspecteur lui a donné une semaine avant une prochaine convocation sous peine de sanctions.
Les soutiens sont nombreux : toutes les organisations syndicales, les parents de l'école, les formateurs de l'IUFM. 600 signatures sur la pétition de soutien papier, 130 sur la pétition en ligne, plus de 60 formateurs apportent leur soutien et près d'une trentaine de formateurs du département ont envoyé à deux organisations syndicales des lettres de désobéissances.


La lettre
Le rassemblement de soutien

Reportage de FR3 local ST ETIENNE
La pétition de soutien

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 06:53

In Café Pédagogique

Voilà un hiver qui rappelle le printemps. A l'appel de 25 organisations (syndicats, associations de parents, syndicats lycéens, mouvements pédagogiques) une journée d'actions a été prévue depuis le 10 décembre octobre pour obtenir un autre budget dans l'éducation, lutter contre les suppressions de postes. Des rassemblements sont prévus dans tout le pays, souvent en fin d'après-midi. A Privas c'est un concert de casseroles qui accueillera l'IA. A Charleville-Mézières les enseignants feront in lâcher de ballons. A Nancy un référendum. Dans de nombreuses villes il y aura une manifestation avec ou sans Père Noël.

Le 10 décembre va-t-il canaliser ou amplifier l'agitation ? Mais ces actions ont lieu dans un climat qui se détériore de jour en jour. Depuis la semaine dernière le mouvement lycéen monte. Mardi 9 décembre, des incidents ont eu lieu à Bordeaux en marge d'une manifestation d'un millier de lycéens, des intrusions assez violentes à Nantes. Les parents ne sont pas en reste. A Paris les parents d'une vingtaine d'écoles du nord-est de la capitale ont décidé des occupations contre la création de jardins d'éveil, la suppression des rased et des postes, le nouvel emploi du temps. Ils bénéficient du soutien de la Fcpe 75. En Indre-et-Loire des parents occupent deux écoles de La Roche Clermault. A Montpellier ils ont voté une nouvelle Nuit des écoles.

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 18:15

Source  AFP :

Réforme du lycée: 1.200 manifestants à Bordeaux, quelques interpellations

Environ 1.200 lycéens ont manifesté mardi à Bordeaux en faisant le tour des établissements de la ville et quelques interpellations ont eu lieu en marge de cette manifestation spontanée, a-t-on appris auprès de la police.

Les lycéens se sont mobilisés mardi par textos et par internet.

Affrontements entre policiers et jeunes à Brest : quatre interpellations

Des affrontements entre jeunes et forces de l'ordre ont éclaté mardi à Brest en marge d'une manifestation lycéenne contre la réforme de l'éducation et quatre personnes ont été interpellées, alors que la mobilisation contre la réforme Darcos a pris de l'ampleur dans l'Ouest.

Réforme de la 1ère année: opération fac morte à la faculté de pharmacie d'Angers

Les étudiants de la faculté de pharmacie d'Angers ont mis leur établissement en berne mardi pour protester contre la réforme de la première année de médecine, a-t-on appris auprès des étudiants.

Réforme du lycée: occupation nocturne d'un lycée des Hauts-de-Seine

Une trentaine d'enseignants, parents et élèves ont occupé dans la nuit de lundi à mardi le lycée Maurice Genevoix de Montrouge (Hauts-de-Seine) pour protester contre le projet de réforme du lycée et la politique de Xavier Darcos, a-t-on appris de source syndicale.


Plusieurs centaines de lycéens manifestent en Franche-Comté

Plusieurs centaines de lycéens opposés aux réformes du ministre de l'Education nationale Xavier Darcos ont manifesté mardi dans le calme devant trois lycées à Morteau (Doubs), Saint-Claude (Jura) et Dole (Jura), a-t-on appris auprès du rectorat et de la gendarmerie.

Les proviseurs s'inquiètent de la dureté des mouvements lycéens

Les mouvements lycéens actuels sont "durs" et "très violents", a déclaré mardi à l'AFP le secrétaire général du principal syndicat des chefs d'établissements (SNPDEN), Philippe Guittet, en faisant part de ses "craintes" pour le mois de janvier.
"Les mouvements sont plus durs dans cette période difficile. Jusqu'alors, les chefs d'établissements arrivaient à contenir les violences, cette fois des incidents violents arrivent immédiatement. J'ai des craintes, surtout pour janvier, je sens la mobilisation en train de monter", a résumé M. Guittet.
Il a expliqué qu'il n'y avait pas de consigne nationale du SNPDEN à faire appel aux forces de l'ordre lors des blocages de lycées, mais, a-t-il dit, un texte en ce sens a été signé dans l'académie d'Aix-Marseille, où "des mouvements très violents" ont été constatés.
Dans cette académie, ainsi qu'à Bordeaux et Brest, "il y a eu plusieurs incidents violents".
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 17:50

Les Instituts universitaires de technologie (IUT) craignent d’être les sacrifiés de la loi sur l’autonomie des universités. Les étudiants d’une quarantaine d’IUT défilent aujourd’hui pour sauver leurs filières…

 

Toulouse, Castres, Blagnac, Tarbes, Bayonne, Toulon, Montpellier, Chambéry, Limoges, Nancy, Belfort, Mulhouse, La Roche-sur-Yon etc. Les étudiants d’une quarantaine d’IUT manifestent aujourd’hui dans toute la France pour défendre l’avenir de leurs formations. Discours mortuaire, lâché de ballons noirs avec des avis de décès scotchés... une action avant tout symbolique.

A Paris, le rassemblement a lieu cet après-midi sous les fenêtres de Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, rue Descartes (Ve).

IUT en danger
La carte de la mobilisation
Nous craignons la disparition des IUT



Avis de Décès de
l' Institut Universitaire de Technologie
1966 – 2009





Etudiants, personnel et
enseignants des IUT de France
ont la douleur de vous
faire part du décès de :


I.U.T

survenu le 1er janvier 2009
à l'âge de 43 ans
au Ministère de l'Enseignement
Supérieur et de la Recherche
à Paris.



La cérémonie se tiendra le mardi 9 décembre à 14h.
Une marche funèbre en son honneur, suivie d'un discours, auront lieu dans toute la France.



Voici la vidéo réalisée par le groupe photo/vidéo du département Infocom de Toulouse



Casse pas mon IUT 1



Casse pas mon IUT 2
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Universités
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 17:35

Petit film expliquant les enjeux et les conséquences dramatiques de la réforme de la formation et du recrutement des profs du primaire et du secondaire. Qui seront les enseignants de nos enfants? Que sauront-ils de leur discipline? Comment auront-ils appris leur métier?
 
Auteur : Valérie Robert pour SLU - Sauvons l'université !

http://www.sauvonsluniversite.fr/

L'appel du 8 novembre

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Universités
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 17:24



Monsieur Xavier DARCOS

Ministre de l'Education Nationale
75020 PARIS

 
Paris, le 9 décembre 2008
 
 
Monsieur le Ministre,
 
Par le présent courrier, nous vous informons que nous refusons d'envoyer notre enfant à l'aide personnalisée.

Pourquoi obliger les enfants à retourner en classe quand les autres ont le droit de jouer ?

Avez-vous pensé au ressenti de l'enfant qui, en plus de son échec, sera montré du doigt par ses camarades ?

Pourquoi réduire le temps d'école pour une partie des enfants et surcharger la journée de certains ?

La meilleure aide selon nous, c'est l'attention quotidienne qu'un enseignant peut apporter à son élève dans une classe dont l'effectif ne dépasse pas les 22 élèves !

De plus, nous considérons que toutes les mesures à venir (suppression des RASED, création de jardins d'enfants, EPEP…) sont un dépeçage de l'Ecole publique et ont pour objectif unique : la réduction des coûts.

Voilà les questions et les inquiétudes auxquels nous sommes confrontés en tant que Parents.

Nous n'adhérons pas à ces mesures et nous nous sentons responsables de l'avenir de nos enfants lié à celui de l'Ecole publique. Nous soutenons donc toutes formes de désobéissance clairvoyante de la part des enseignants.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de nos sentiments respectueux.
 

Collectif des parents des écoles Dolet, Ménilmontant, Eupatoria, Amandiers, Marise Hilstz, Couronnes, La Mare, Maurice Chevalier, Pali Kao, Sorbier, Bidassoa, Levert, 97/99 Pyrénées, Gambetta, Cour des Noues, Bretonneau, Piat, Tourtilles (mat), Tourtilles (élem), Le Vau, Surmelin, Métra... 


Nous, parents mobilisés*, refusons, aux côtés des enseignants, la casse organisée de l'école publique, laïque et gratuite.


Nous exigeons :

§   Le rétablissement des deux heures hebdomadaires de classe supprimées, l'équivalent d'une année scolaire de classe en moins sur l'ensemble de la scolarité primaire.

§   L'arrêt des suppressions de poste (- 6000 postes à la rentrée 2009).

§   Le maintien et le renforcement des réseaux d'aide aux élèves en difficulté par des maîtres spécialisés formés (RASED ; - 3000 postes à la rentrée 2009 et suppression totale sur 3 ans).

 

Nous refusons :

§   La création de jardins d'éveils privés payants pour les 2-3 ans et plus, à la place de l'école maternelle publique gratuite.

§   Le remplacement des enseignants absents par des vacataires non formés, gérés par une future "agence nationale de remplacement".

§   L'arrêt de la formation pédagogique des futurs maîtres et la suppression de leurs instituts de formation (IUFM - suppression prévue en 2010).

§   La transformation des écoles en établissements publics (établissements publics d'enseignement primaire – EPEP), financièrement autonomes et gérés localement par un conseil d'administration, qui signifie la fin de l'école publique, laïque et gratuite pour tous.

 

Nous restons vigilant sur les projets de réforme dans le secondaire (bac pro, lycées...).

 

Non aux réformes en cours, dont l'objectif est de privilégier l'enseignement privé, d'abandonner les élèves en difficulté et surtout les élèves en difficulté issus des classes sociales les plus faibles.


Oui aux réformes dans l'Éducation nationale si leur but est d'améliorer le système éducatif, l'éveil et la formation des élèves, les conditions de travail des enseignants et donc de réussite des élèves.



Nos enfants sont notre avenir, leur avenir est dans

notre école publique, laïque, gratuite, ouverte à tous.

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 13:00

Depuis hier, un certain nombre d'actions (manifestations, blocages...) ont eu lieu dans plusieurs lycées de province (Amiens, Brest, Caen, Bordeaux, Chinon, Périgueux...)

Plusieurs lycées étaient bloqués lundi ou leurs cours perturbés dans plusieurs villes, dont Caen, Amiens ou Bordeaux, par des élèves opposés aux réformes voulues par le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos, a-t-on appris auprès des rectorats et un proviseur a été légèrement blessé à Brest.

A Brest, plusieurs dizaines de jeunes, sans mot d'ordre ni revendication particuliers, ont perturbé les cours de plusieurs lycées. Un chef d'établissement a été légèrement blessé en tentant de s'interposer et a dû être hospitalisé, selon la police qui a dispersé la manifestation sans violences dans l'après-midi.

A Caen, le lycée Dumont d'Urville (1.100 élèves), a été bloqué dans la matinée par une soixantaine d'élèves. L'établissement a décidé de suspendre les cours pour la journée de mardi, selon le rectorat de Caen. Le lycée Laplace (660 élèves), tout proche, a également été bloqué par quelques dizaines d'élèves.

Trois autres établissements -les lycées Jean Guéhenno à Flers et Mézeray à Argentan (Orne) et le lycée Charles Tellier à Condé-sur-Noireau (Calvados)- ont été partiellement bloqués, certains cours étant assurés, selon le rectorat.

Un des élèves bloquant le lycée professionnel Mézeray (600 élèves) a cependant indiqué à l'AFP qu'aucun cours n'avait lieu dans l'établissement et que le blocage pourrait continuer dans les prochains jours. "Nous voulons dénoncer l'aberration de la réforme du bac, général comme pro", a expliqué Quentin Giry, élève de première ES, joint par téléphone.

Dans le Sud-ouest, "on a observé de l'absentéisme en Gironde, à des degrés variables" et un rassemblement dans les rues du centre de Bordeaux a réuni "1.100 élèves", a affirmé le rectorat.

En Dordogne, la gendarmerie a dénombré 500 lycéens manifestant à Périgueux, 250 à Ribérac et 100 à Nontron. (...)


Source AFP

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Lycées
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole