Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 17:31

Dernière semaine, on suspend les 6O heures, on fait le bilan

Alors que le ministre prétend faire de la difficulté scolaire sa priorité, la confusion qu’il entretient entre la mise en place des deux heures d’« aide personnalisée » et le travail spécifique effectué dans le cadre des RASED montre sa volonté d’en finir, à terme, avec l’existence des réseaux d’aide spécialisée.

Modèle de lettre à l'IEN
Modèle de lettre aux parents

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Premier degré
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 17:27

RASSEMBLEMENT
de toutes les écoles
du Kremlin Bicêtre
Jeudi 18 Décembre
à 17h30

Place de la république au Kremlin-Bicêtre
(Devant l'hôpital)

 ÉCOLE EN DANGER

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 07:16

In Libération


A Paris et partout en France, enseignants, lycéens et étudiants ont manifesté hier contre les réformes de l'Education nationale. Ils réclament en priorité le maintien des aides aux élèves en difficulté.

Bonnets rouges de Père Noël sur la tête et gilets jaune fluo sur le dos, quelques centaines d'enseignants, lycéens et étudiants se sont rassemblés en fin d'après-midi mercredi à Paris.

Partout en France, des dizaines de manifestations, rassemblements et actions étaient organisés ce mercredi, sans appel à la grève, pour dénoncer tout à la fois les suppressions de postes, la réforme du lycée, la «remise en cause des moyens des IUT» (instituts universitaires de technologie) dans le cadre de la loi LRU (loi sur l'autonomie des universités), la «disparition programmée des maternelles» ou encore la «veille d'opinion» menée par le ministère dans le milieu enseignant.

Ils étaient 2000 lycéens à Bordeaux, plusieurs centaines à Brest, où la tension est montée avec les forces de l'ordre, 1500 à Marseille, 1000 à 1500 à Toulouse, 3000 à Clermont-Ferrand, 250 à Orléans...

A Paris, un peu à l'étroit sur le parvis de la gare St-Lazare, coincés entre scooters à l'arrêt et voyageurs pressés, les manifestants distribuent tracts et bonnets rouges. «On enlève des postes par-ci, on rajoute des exigences par-là, sans aucune lisibilité. C'est cet ensemble incohérent de réformes que l'on dénonce», explique Marine, directrice de Segpa (section d'enseignement général et professionnel adapté, à destination de collégiens en difficulté) en Essonne. «Le plus hypocrite et le plus grave, c'est cette réduction des moyens pour les élèves en difficulté. On enlève plus à ceux qui ont moins.»

La suite...



In Le Monde

A Montpellier, entre dix-sept cents et trois mille personnes ont manifesté. Le cortège, composé d'enseignants, de lycéens, d'étudiants, de parents d'élèves et retraités de l'éducation nationale, a défilé aux cris de "Darcos, t'es foutu", ou "Non à la suppression des Rased". Trois mille postes au sein des réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased) doivent être supprimés l'an prochain.

Entre mille et quinze cents personnes, selon les estimations, ont défilé dans les rues de Toulouse derrière une banderole "Ensemble défendons l'école publique". A Marseille, près de quinze cents personnes, selon la police et les organisateurs, ont défilé sous la pluie dans le centre-ville. "Un pays, une école, notre avenir, Académie Aix-Marseille", pouvait-on lire sur la banderole en tête du cortège composé d'enseignants, de parents d'élèves, d'écoliers de maternelles et de primaires, de lycéens et d'étudiants d'IUT. Les parents de la FCPE ouvraient la marche et étaient pour la plupart vêtus de gilets de sécurité jaune fluorescent sur lesquels on pouvait lire "Association éducative en danger de mort, chantier de démolition de l'école publique".


A Paris, plusieurs centaines d'enseignants, de lycéens et de parents se sont rassemblés à la gare Saint-Lazare en fin d'après-midi. Portant des bonnets de Père Noël, voire l'habit complet, ils ont distribué des tracts aux passants. Ils scandaient "Darcos, c'est pas un cadeau pour l'éducation" et "Des sous pour les écoliers, pas pour les banquiers". Des lycéens, venus entre autres de Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine, lançaient des slogans comme "Lycéens en colère, on va pas se laisser faire", ou encore "Dans tous les quartiers, dans toutes les régions, un même droit à l'éducation".

Près de deux mille personnes, selon la police, manifestaient dans l'après-midi à Bordeaux, en majorité des lycéens. D'autres rassemblements ont émaillé la journée de mardi, au cours desquels plusieurs lycéens ont été interpellés. Deux ont été présentés mercredi à un juge pour enfant pour des dégradations commises en marge des défilés et un troisième, âgé de 18 ans, a fait l'objet d'une comparution immédiate pour "violences" contre un policier.


A Rennes, près de deux mille lycéens, selon la police et les manifestants, ont défilé toute la matinée et au moins huit lycées étaient perturbés. Les manifestants ont commencé la journée aux cris de "Darcos, t'es foutu, la jeunesse est dans la rue" et sous une banderole proclamant "Non aux réformes bidons", dans un cortège dirigé par l'Union nationale des lycéens et SUD-Lycéens. Une quinzaine d'établissements étaient bloqués à Nantes, où un millier de lycéens ont manifesté avant de tenir une assemblée générale en plein air. A Cherbourg, entre mille et quinze cents lycéens, selon les estimations, se sont rassemblés dans la matinée. D'autres manifestations et blocages de lycées ont été signalés dans de nombreuses villes de l'Ouest, perturbant parfois la circulation, comme à Saint-Nazaire ou au Mans.


A Brest, où des jeunes et les forces de l'ordre s'affrontent dans la rue depuis lundi, quatre interpellations ont eu lieu mardi, et la manifestation de mercredi a été houleuse. Un groupe de quelque deux cents jeunes a sillonné les rues en tentant de pénétrer dans un groupe scolaire privé et en dégradant des voitures en stationnement. Les gendarmes mobiles ont lancé quelques grenades lacrymogènes en réponse à des jets de pierres. A la mi-journée, le calme était revenu. "On ignore pourquoi ils manifestent", avait cependant déclaré plus tôt dans la journé Paul Merdy, directeur du lycée Anne-Marie-Javouhey, dont une vingtaine de vitres ont été brisées par des cailloux mardi.

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 00:00

Eddy Khaldi, auteur du livre "Main basse sur l'école publique" avec Muriel Fitoussi, est invité par le Collectif Enseignants-Parents Trappes lors d'une réunion-débat publique

 

Jeudi 11 décembre

18h30 à Trappes

Maison des Familles-Salle Gravaud

rue Jean Zay

 

Notez cette date et diffusez largement.

 

L'Education nationale, née de l'idéal de l'école laïque, gratuite et obligatoire, est aujourd'hui en danger de mort. Sous la menace d'une croisade qui, portée depuis plus de 15 ans par les franges catholiques les plus intégristes des mouvements ultralibéraux, s'invite désormais au cœur de la réforme économique menée par l'actuel gouvernement.

Eddy Khaldi, enseignant, a publié de nombreux articles sur la laïcité et l'enseignement

et Muriel Fitoussi, journaliste, a mené des enquêtes pour les dossiers du Canard enchaîné, Libération, Paris Obs

 

 

 

 

Le site Main basse sur l'école publique

 

Eddy Khaldi en vidéo (2ème partie)

 

 

 

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 20:54

A Mouans-Sartoux, école Aimé Legall...

Deux réunions ont déjà eu lieu avec une trentaine de participant(e)s à la première, une centaine à la seconde... réunion qui s'est prolongée par un repas coopératif.

L'école est entourée de banderoles et chaque jour l'équipe accueille parents et enfants avec les "fameux" gilets jaunes pour attirer l'attention.

Plusieurs diffusions de tracts, d'informations ont eu lieu : des enseignants, des parents et des parents ET enseignants.

Des affiches sont promenées dans les véhicules personnels.

Jeudi 11 décembre :

L'école sera occupée par les parents, à l'initiative de la FCPE.


Vendredi 12 décembre :

Veillée des écoles de 19h00 à 24h00

informations, mises en place des futures actions, repas coopératif, diverses animations (contes, jeux de société, musique...)


A noter que la mairie de Mouans-Sartoux ne met pas en place le SMA, et soutient les actions des enseignant'e)s et des parents d'élèves.
Des élu(e)s participent aux réunions et aux diverses actions.



(Ajout du 12/12)
 

Les parents d'élèves, notamment de la FCPE, ont occupé aujourd'hui, toute la journée, l'école Aimé Legall à Mouans-Sartoux.

L'école était entourée de banderoles :
- sauvons l'école
- école occupée
- école en danger

Les parents ont fait signer une pétition contre les mesures Darcos.

Le maire de Mouans-Sartoux, André Aschieri, est passé saluer et soutenir les occupants et les enseignant-e-s.

FR3 s'est déplacé :
http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=c06a_1214part1

Demain soir, toujours à l'école Aimé Legall, veillée de 19h00 à 24h00, comme dans de nombreuses autres écoles du 06...

La lutte continue !

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 18:51

In Le Monde

Ne rajoutons pas à la crise celle de l'éducation : investissons pour elle !", tel est le mot d'ordre des mobilisations de mercredi 10 décembre, destinées à dénoncer les 13 500 suppressions de postes de 2009, ainsi que les réformes du primaire, du lycée et de la formation des enseignants. Des rassemblements – non assortis d'appels à la grève – que le ministre de l'éducation Xavier Darcos a qualifié de "presque habituels", ont eu lieu dans plusieurs villes de France.

Entre 1 000 et 1 500 personnes, selon les estimations, ont défilé dans les rues de Toulouse derrière une banderole "Ensemble défendons l'école publique". À Marseille, près de 1 500 personnes, selon la police et les organisateurs, ont défilé sous la pluie dans le centre-ville. "Un pays, une école, notre avenir, Académie Aix-Marseille", pouvait-on lire sur la banderole en tête du cortège composé d'enseignants, de parents d'élèves, d'écoliers de maternelles et de primaires, de lycéens et d'étudiants d'IUT. Les parents de la FCPE ouvraient la marche et étaient pour la plupart vêtus de gilets de sécurité jaunes fluorescents sur lesquels on pouvait lire "Association éducative en danger de mort, chantier de démolition de l'école publique". A Paris, un rassemblement devait débuter en fin de journée.

Près de 2 000 personnes, selon la police, manifestaient dans l'après-midi à Bordeaux, en majorité des lycéens. D'autres rassemblements ont émaillé la journée de mardi, au cours desquels plusieurs lycéens ont été interpellés. Deux ont été présentés mercredi à un juge pour enfant pour des dégradations commises en marge des défilés et un troisième, âgé de 18 ans, a fait l'objet d'une comparution immédiate pour "violences" contre un policier.

À Rennes, près de 2 000 lycées, selon la police et les manifestants, ont défilé toute la matinée et au moins huit lycées étaient perturbés. Les manifestants ont débuté la journée aux cris de "Darcos, t'es foutu, la jeunesse est dans la rue" et sous une banderole proclamant "non aux réformes bidons", dans un cortège dirigé par l'Union nationale des lycéens et Sud-Lycéens. Une quinzaine d'établissements étaient bloqués à Nantes, où un millier de lycéens ont manifesté avant de tenir une assemblée générale en plein air. À Cherbourg, entre 1 000 et 1 500 lycéens, selon les estimations, se sont rassemblés dans la matinée. D'autres manifestations et blocages de lycées ont été signalés dans de nombreuses villes de l'Ouest, perturbant parfois la circulation, comme à Saint-Nazaire ou au Mans.

À Brest, où des jeunes et les forces de l'ordre s'affrontent dans la rue depuis lundi, quatre interpellations ont eu lieu mardi, et la manifestation de mercredi a été houleuse. Un groupe de quelque 200 jeunes a sillonné les rues en tentant de pénétrer dans un groupe scolaire privé et en dégradant des voitures en stationnement. Les gendarmes mobiles ont lancé quelques grenades lacrymogènes en réponse à des jets de pierre. A la mi-journée, le calme était revenu. "On ignore pourquoi ils manifestent", avait cependant déclaré plus tôt dans la journé Paul Merdy, directeur du lycée Anne-Marie Javouhey, dont une vingtaine de vitres ont été brisées par des cailloux mardi.

"JE NE SUIS PAS MINISTRE DE L'HÉSITATION NATIONALE"

Xavier Darcos a dénoncé sur Europe 1 "un mélange de mensonges ou d'informations erronées de nature à affoler les opinions publiques, qui est de la véritable désinformation".

La suite...


Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 16:57

Père Noël, au secours !
Darcos, c'est pas un  cadeau


Parents et enseignants, s'étaient donnés rendez-vous cet après-midi, devant l'Inspection Académique des Yvelines pour protester contre "L'école à la sauce financière"


Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Local
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 16:44

In Libération

Jack Lang s'emporte contre le «plan pluriannuel de destruction de notre Education nationale» de Xavier Darcos.

Alors qu'enseignants, lycéens, étudiants et parents se mobilisent aujourd'hui partout en France contre la politique du ministre de l'Education Xavier Darcos, Jack Lang, lui-même ancien ministre de l’Education et interrogé ce matin sur RMC, a mis en garde son successeur: «Je n’ai rien contre la personne de Darcos, c’est un homme intelligent (…) Mais je lui dis: "Si vous continuez comme ça, l’Education nationale, ce sera votre Vietnam à vous".»

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 14:11
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 14:08

Les enseignants et les parents d'élèves de l'école Ray Gorbella à Nice occuperont leur école le vendredi 12 décembre à partir de 18 h 30 jusqu'à minuit pour protester contre les réformes actuelles du gouvernement.

Un rassemblement est organisé à 17 h 30 place Fontaine du temple pour un spectacle son et lumière. Nous apporterons donc de quoi faire du bruit nos gilets jaunes et des petites lampes à pour symboliser les postes supprimés que nous voulons récupérer.

 
Nous retrouverons place Fontaine du temple d'autres écoles du secteur qui organiseront elles aussi une nouvelle nuit des écoles.
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions parents
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole