Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 07:40

In http://sd50.fsu.fr/spip.php?article335&debut_signatures=150#pagination_signatures

Pascal Besuelle, militant syndical à la FSU, militant associatif du Réseau Education Sans Frontières,professeur d’histoire géographie au collège « les provinces » à Cherbourg est injustement poursuivi pour violences contre agent ayant autorité sans interruption de travail.


Cette poursuite est consécutive à la manifestation du 12 janvier organisée à l’occasion des vœux de Nicolas Sarkozy à Saint Lô dans la Manche. Déjà placé en garde à vue le 19 janvier 2009, Pascal Besuelle est une nouvelle fois sous le coup d’une accusation infondée et profondément inique.


Membre du service d’ordre inter-syndical pendant toute la journée du 12 janvier, Pascal Besuelle a déployé une activité incessante visant à empêcher les affrontements. Il a assumé simultanément son rôle de militant syndical responsable mais aussi celui lié à son activité professionnelle et naturellement sensible à l’intégrité physique des plus jeunes manifestants.


De nombreux témoignages attestent d’une attitude irréprochable tout au long de la journée. L’incompréhension est d’autant plus vive alors, face aux poursuites dont il est victime.


En revanche , et comme l’avait souligné l’intersyndicale dès le 13 janvier, dans un courrier envoyé au Président de la République, l’attitude des forces de l’ordre avait largement dépassé les limites de l’acceptable : Femmes jetées au sol, tirs de flash balls à bout portant, intimidations verbales, gestes injurieux…. La révocation du Préfet et celle du directeur général de la Police ont amplement démontré que l’organisation du dispositif de sécurité était notoirement défaillante.


La mise en cause abusive de Pascal Besuelle relève à bien des égards d’un déni de justice.

Nous, responsables syndicaux, politiques, simples citoyen(ne)s, collègues, nous demandons solennellement à travers cette pétition que la relaxe soit prononcée pour Pascal Besuelle.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Pétitions
commenter cet article
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 07:30

In Café Pédagogique

Réuni le 11 juin, le Comité des droits de l'enfant de l'ONU a vivement critiqué le fichier national Base élèves. Il demande des modifications qui  altèrerait de façon déterminante le fichier.

 

"S'agissant de Base élèves 1er degré, le Comité apprécie le fait que l'Etat partie ait retiré les données sensibles inclues au départ. Mais, les objectifs de cette base de données et son utilité pour le système éducatif n’étant pas clairement définis, le Comité est préoccupé par l’utilisation de cette base de données à d’autres fins telles que la détection de la délinquance et des enfants migrants en situation irrégulière et par l’insuffisance de dispositions légales propres à prévenir son interconnexion avec les bases de données d’autres administrations". C'est une véritable condamnation qu'a prononcé le 11 juin le Comité des droits de l'enfant de l'ONU. La visite de Nadine Morano à Genève pour répondre aux questions du Comité n'a pu empêcher la publication de ce  cinglant rapport.

 

Le comité exige deux mesures qui pourraient modifier profondément Base élèves. D'abord que les parents aient un droit de rectification et d'effacement du fichier. Ensuite il insiste sur la nécessité de sécuriser les accès au fichier.

 

Dès sa publication, cet avis a fait le tour des enseignants qui refusent Base élèves depuis des années. Le Collectif national de résistance à Base élèves (CRBE) s'est dit "réconforté dans son combat contre le fichage des enfants"  à la lecture des observations finales du Comité des Droits de l’enfant de l’ONU. Certains de ses membres font l'objet de sanctions ou sont en passe de passer devant des commissions disciplinaires pour ne pas saisir le fichier. La décision de l'ONU affaiblit profondément ces procédures.

L'avis du Comité

Le site du CRBE

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Base élèves
commenter cet article
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 14:01
In Rue89

Un "collège novateur de référence nationale" va ouvrir en Vendée. Ses innovations : internat, tutorat serré et retour des "humanités".

 

Xavier Darcos en 2003 (David Mendiboure/Matignon) et Philippe de Villiers en 2005 (Kenji-Baptiste Oikawa/Wikimedia Commons)

Quand le ministre de l'Education phosphore sur le collège du futur, c'est chez Philippe de Villiers qu'il trouve son mentor.

En guise de projet innovant, c'est un pensionnat à l'ancienne façonné par le patron du Mouvement pour la France qui a obtenu le feu vert de Xavier Darcos. Et qui pourrait même essaimer ailleurs en France, malgré son style un poil suranné (pour dire le moins).

C'est Bernard Girard, un riverain dont vous suivez souvent les contributions sur l'éducation, qui a alerté Rue89.

Sur le site du rectorat d'académie de Nantes, l'info date du 5 juin : entre 2010 et 2012, la Vendée comptera bien un établissement de plus, conforme aux voeux de Philippe de Villiers.

Ce dernier négociait depuis février 2008 auprès du ministère. Après avoir loué la fermeté de Xavier Darcos dans le dossier sécuritaire, il a fini par avoir gain de cause.

Une section "humanités classiques, art, culture"

On en sait plus dans le dossier de presse du 18 mai, qui acte le lancement de ce projet de "collège novateur de réference nationale" à Montaigu, à deux pas de l'autoroute reliant Nantes à Niort.

Quatre mesures principales pour cette inovation :

  • le tutorat permanent des profs avec passage "de la notion d'enseignement à la notion de présence"
  • l'internat pour six cents élèves pour "changer de logique : de lieu de passage, le collège devient lieu de vie" avec "deux soirées de culture générale" par semaine en vertu d'une "logique d'éducation humaniste"
  • pas de section "sport-études" mais une section "humanités classiques, art, culture" et la priorité aux options latin et grec
  • "l'engagement social personnel" et "l'apprentissage de la générosité" inscrits dans le règlement intérieur, à raison de "une demie-journée par semaine de présence caritative ou humanitaire, par exemple la visite de personnes âgées"

Caricatural ? La prose du rectorat de l'académie de Nantes nous dit que Xavier Darcos a "accepté cette idée avec enthousiasme et détermination". Le ministère précise que "cet établissement novateur a vocation à valoir d'exemple au niveau national" et qu'il pourrait essaimer en France sur le même concept.

On ignore encore le coût d'un tel établissement car l'étude est en cours. Mais on peut s'interroger sur le feu vert que lui donne Xavier Darcos, alors que jusqu'ici les départements s'en tenaient au financement des locaux, sans incidence sur le contenu pédagogique des établissements.

Villiers voulait des uniformes et un drapeau

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Second degré
commenter cet article
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 11:25
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Maternelle
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 21:04
In Montpellier, notre ville (edito)

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 17:20

In Marianne2

C'est le premier plan social en France : 92 000 emplois supprimés dans la fonction publique. En échange, 5 euros par mois d'augmentation en moyenne...



Près de 100 000 emplois supprimés, et le ministre du budget est aux anges. Non, vous ne rêvez pas. Ça se passe en France et le ministre bienheureux s’appel Eric Woerth. Il se réjouit même d’avoir dépassé ses objectifs cette année. Le voilà engagé dans une énième opération de com’ pour agiter le spectre d’une fonction publique qui emploie trop. « On peut se faire peur avec tout » précise t-il visiblement inspiré dans les colonnes de La Croix . Les infirmières et les profs apprécieront. Les employés du Pôle emploi aussi. Eux qui s’apprêtent à manifester le 18 juin.


« Respecter le service public, oui, mais pas à n’importe quel prix, car c’est le prix que paient les Français. » Le voilà le bâton de la dépense publique que l’on agite pour faire peur, précisément. Parce que dans le même temps, on ne rappellera jamais assez tous les cadeaux faits aux plus riches. Le bouclier fiscal en tête qui limite la contribution des privilégiés. La loi Scellier qui permet à ceux qui ont déjà les moyens d’investir encore plus dans l’immobilier.


Une politique conservatrice qui accroît les inégalités sociales


 Alors on balance des chiffres pour donner le change, « 400 millions d’économie » et « 400 millions de prime ». Selon nos calculs, ça fait 80 euros brut par fonctionnaire sur l’année. A peu près 60 euros net, donc 5 euros par mois. Voilà la Réforme selon Woerth, supprimer presque 100 000 emplois dans la fonction publique pour distribuer « trop généreusement » 5 euros par mois à ceux qui restent. Cent mille suppressions d’empois contre 5 euros par mois d’augmentation promise. Tout ça pour ça ?

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 17:16

In Sciences2




Alors que Valérie Pécresse et Xavier Darcos poursuivent sans faiblir la mise en place de la réforme de la formation des enseignants, les protestations se multiplient dans les milieux concernés.

Les motions des jurys de Capes et d'agrégation, la mobilisations syndicales, les déclarations des conseils d'écoles des IUFM, celle de la commission pour l'enseignement des mathématiques (lire ces textes ci dessous)... montrent, comme
la suspension de la participation de la CPU et de Daniel Filâtre (le président de Toulouse le Mirail) à la commission Marois/Filâtre, à quel point les choix gouvernementaux sont contestés par une large majorité de la communauté universitaire. Cette opposition n'empêche manifestement pas les deux ministres de pousser les feux de la réforme.


S'y ajoute la transformation en cours du Cnrs, avec la tenue curieuse d'un Conseil d'Administration... en Suisse, au siège du Cern. Les opposants à cette transformation n'y voient pas l'hommage du Cnrs au Cern, mais une sorte de "fuite" devant les protestations.


Aujourd'hui, les organisations syndicales vont boycotter la réunion du Conseil supérieur de la focntion publique d'Etat consacré à la mastérisation. Voici leur communiqué :

"Les organisations syndicales de fonctionnaires CFDT, CGT, FO, FSU, Solidaires et Unsa ne siégeront pas au Conseil supérieur de la fonction publique d’Etat le 12 juin dont l’essentiel de l’ordre du jour est consacré à l’examen des décrets sur la mastérisation des personnels enseignants et d'éducation. Cette décision fait suite au vœu voté à l’unanimité des organisations syndicales lors de la section syndicale du CSFPE le 2 juin et demandant le retrait de ces textes de portée statutaire de l’ordre du jour. Elles renouvellent expressément cette exigence. Le dispositif prévu en l’état ne permettra pas aux futurs enseignants de bénéficier d’une véritable formation professionnelle et universitaire.

En proposant l'étude des décrets à cette date du 12 juin 2009, le gouvernement a préjugé des conclusions des travaux de la commission Marois-Filâtre et des groupes de travail qui se réunissent en cette période. Les organisations syndicales et les différents acteurs liés à cette réflexion n’ont cessé de demander du temps afin de mener un véritable débat dans la sérénité et obtenir des résultats satisfaisants pour tous et permettant une véritable amélioration de la formation des enseignants et CPE. Le gouvernement en voulant précipiter les évènements fait fi de la concertation qu'il a lui même décidée et dès lors porte l'entière responsabilité de l'échec de ces discussions. Aujourd’hui, les organisations syndicales de fonctionnaires : CFDT, CGT, FO, FSU, Solidaires, Unsa demandent au gouvernement de les écouter afin de prendre en compte leurs exigences."

La suite...

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans IUFM et formation
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 20:29

Source AFP

L'examen à l'Assemblée nationale de la proposition de loi sénatoriale UMP sur le financement des écoles privées accueillant des élèves habitant dans une autre commune que celle de leur école, programmé lundi 15, a été ajourné par le gouvernement, a-t-on appris jeudi.

Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Roger Karoutchi, a demandé par lettre la modification en ce sens de l'ordre du jour du palais Bourbon.


Selon une source parlementaire, ce report est lié au débat en deuxième lecture sur le Grenelle de l'environnement, que le gouvernement aimerait pouvoir boucler lundi.

Les députés PRG, hostiles à un texte qui constitue "une attaque en règle contre le principe de laïcité", se sont aussitôt félicités, dans un communiqué, de cet ajournement et ont prévenu qu'ils resteraient "vigilants".

Selon le texte du Sénat, une commune où résident des enfants scolarisés dans des écoles privées hors de son territoire devra contribuer au financement de ces écoles dans quatre cas précis.


Pour les radicaux de gauche, "il est contraire à la laïcité d'assurer un égal financement public entre les écoles publiques, soumises à une obligation de gratuité, de continuité et d'accueil de tous les publics, et les écoles privées, qui pratiquent une sélection des élèves et, surtout, des frais de scolarisation souvent élevés".


Une source parlementaire UMP a indiqué à l'AFP que le report du texte pouvait être lié au remaniement que prépare Nicolas Sarkozy, le nom du député PRG Paul Giacobbi étant régulièrement cité parmi les possibles promus au titre de l'ouverture. Une explication "tirée par les cheveux", a-t-on rétorqué chez les députés PRG.

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Privé-Public et Laïcité
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 20:10
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Revue de presse
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 17:12

In Le Monde

 

Le désaccord est total entre la Conférence des présidents d'université (CPU) et le ministre de l'éducation, Xavier Darcos, au sujet de la réforme de la formation initiale des enseignants (appelée "mastérisation"). Daniel Filâtre, président de l'université Toulouse-II-le Mirail et représentant de la CPU dans la commission dite "Marois-Filâtre", a suspendu, mardi 9 juin, sa participation à cette commission.

Celle-ci avait été mise en place fin avril à l'initiative du gouvernement et devait remettre le 15 juillet ses propositions relatives à la "mastérisation". La CPU reproche au gouvernement d'avoir "anticipé" sur ses conclusions en ayant déjà commencé à soumettre des projets de décrets relatifs à la formation des enseignants aux instances consultatives de l'enseignement supérieur et de la fonction publique.



Daniel Filâtre, président de l'université Toulouse II -
Le Mirail, en novembre 2007.
 /AFP / MURIEL BORTOLUZZI
Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans IUFM et formation
commenter cet article

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole