Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 19:05

In Rue89

 

 

Thomas Legrand, comme d’habitude, votre chronique sur France Inter m’a fait réfléchir et je vous en remercie. Celle de jeudi « le malaise des enseignants », encore plus.

 

 

Je suis enseignant en primaire, j’ai une classe de 25 élèves en double niveau, en zone d’éducation prioritaire (ZEP).

Oui, j’ai du temps... du temps que je passe en partie à préparer ma classe, à réfléchir sur la meilleure stratégie pour que Mehdi ou Alican ou bien Ludovic accède au mieux aux multiples notions et savoirs qui pourront leur permettre d’appréhender notre monde...

Du temps ? Oui, j’en ai plus que d’autres. Je dirais plutôt que j’ai la possibilité, plus que d’autres travailleurs, de pouvoir aménager mon temps de travail, surtout grâce aux vacances scolaires.

Pourquoi ne parle-t-on jamais de ce temps de préparation ? Pourquoi ne dit-on jamais que, pour une grande majorité d’enseignants, le travail ne s’arrête jamais vraiment ?

Car il y a les visites de musées, de sites, la recherche d’ouvrages, les bricolages divers pour la classe, la récupération de matériel, la recherche de personnes ressources pour mener à bien des projets, pour organiser une classe de découverte...

Je vous invite, M. Legrand, dans ma classe

Côté réforme actuelle, pour quoi ne dit-on pas qu’elle ne va rien changer réellement à la journée d’une grande majorité de nos enfants ?

Réfléchissons un moment concrètement : ma petite Cyrine, dans ma classe, va terminer les cours à 15h45 au lieu de 16h30 ? Ah oui ? Mais elle restera comme avant à l’école jusqu’à 17h30 ou 18 heures et même parfois 18h30 car ses parents continueront de travailler et ne pourront pas venir la chercher plus tôt.

Parce que je ne vois pas trop de différences entre une journée de classe bien ficelée et variée, alternant avec des activités plus ou moins exigeantes en concentration et efforts intellectuels et une journée de classe réduite suivie d’activités avec des enseignants volontaires ou des animateurs. Le temps passé à l’école ou dans une collectivité sera le même. Et la fatigue, la même qu’auparavant. Pourquoi ne le dit-on pas ?

Peut-être que bon nombre de personnes ont aujourd’hui une idée d’une école du passé, où les enfants sont coincés pendant six heures sur leur chaise à étudier le participe passé ou les multiplications passivement.

Je vous invite M. Legrand dans ma classe et mon école. On pourra reparler de mon temps. Vous verrez des enseignants qui se démènent comme ils peuvent, qui se trompent et réussissent, qui sortent de leur école pour la plupart vers 18h-18h30, qui multiplient les réunions, qui rient, pleurent, s’agacent et depuis pas mal de temps se désespèrent car nous voyons bien que rien ne va changer dans la journée de l’enfant.

Vivement mercredi

La suite...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole