Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 20:15

In Les Echos

 

C03-18Le principal syndical du primaire appelle à une grève nationale ce jeudi. L’opposition défend une proposition de loi laissant le libre choix aux maires.

 

La contestation contre la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires est-elle en train de s’essouffler ? Selon le ministère de l’Education, la grève des enseignants du primaire ce jeudi mobilisera moins de grévistes que celle du 14 novembre, avec 21,35 % d’intentions de grève au niveau national et 22 % à Paris contre respectivement 26,6 % au niveau national et 53 % pour Paris le mois dernier. Le principal syndicat du primaire, le SNUipp-FSU, prévoit, de son côté, 40 % de grévistes. A Paris, fer de lance de la contestation, il annonce plus de 30 % de grévistes, contre 70 % le 14 novembre.

Plusieurs syndicats appellent à la grève et auront à cœur d’entretenir la contestation pour faire aboutir leurs revendications, différentes. Le SNUipp-FSU réclame une réécriture du décret sur les rythmes pour l’assouplir, mais aussi des mesures pour la « transformation de l’école », tandis que FO, CGT et Sud demandent l’abandon de la réforme.

80 % des enseignants souhaitent un changement des rythmes

Sur le fond, le SNUipp entend montrer que le ministre n’a pas su convaincre les enseignants. Selon un sondage commandé par le syndicat et diffusé par « Libération », seuls 6 % des enseignants interrogés soutiennent la réforme, même s’ils sont 80 % à souhaiter un changement des rythmes scolaires. A défaut d’emporter l’adhésion de tous les enseignants, Vincent Peillon a tenté de les conforter. En insistant, ce mercredi, à l’Assemblée, sur leur « travail remarquable ».

A l’UMP, dont le président Jean-François Copé a fait de cette réforme un thème pour les élections municipales , on ne baisse pas les armes sur ce dossier. Coïncidence du calendrier, le groupe UMP défend jeudi matin une proposition de loi sur le sujet de l’ex-ministre du Travail Xavier Bertrand, qui voit dans la grève, le signe que le blocage sur cette réforme « ne fait que se renforcer ». Même si, à l’instar du député UMP du Bas-Rhin, Patrick Hetzel, co-signataire du texte, on se défend - alliance de la carpe et du lapin - de s’appuyer sur le mouvement du SNUipp-FSU.

« Sortir par le haut » d’une opposition trop systématique

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rythmes
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole