Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 07:47

2014-1667.JPG

 

In NouvelObs

 

 

Plusieurs syndicats de l'Education nationale ont lancé un nouvel appel à la grève pour ce jeudi. Un an après la première manifestation, quelles sont leurs revendications ?

 

Pour la sixième fois en un an, des cours ne seront pas assurés dans les écoles primaires jeudi 5 décembre. Plusieurs syndicats, dont le SNUipp-FSU, majoritaire chez les enseignants du primaire, ont appelé à une nouvelle grève, accompagnée de manifestations, contre la réforme des rythmes scolaires. Quelle sera cette fois la participation ? Les syndicats s'attendent à un taux un peu supérieur à quatre instituteurs sur dix, le même que lors de la grève précédente mi-novembre. Le ministère de l'Education nationale, lui, mise sur moitié moins.

Mais cette fois-ci, les syndicats grévistes ont également décidé de rappeler le gouvernement à sa promesse de faire de l'école primaire une priorité. Et ce, dans un contexte particulièrement explosif : le 18 novembre dernier, Vincent Peillon donnait le coup d'envoi d'une concertation sur la réforme du statut des enseignants. Un chantier aussi vaste que périlleux pour le ministre. "Le Nouvel Obs" fait le point sur les revendications des grévistes.

  • Réécrire ou abroger le décret sur les rythmes scolaires

La réforme des rythmes scolaires reste le point névralgique de la contestation. Le SNUipp demande une réécriture du décret, pour l'assouplir. Dans un communiqué, le syndicat pointe le "climat d'exaspération" qui régnerait dans les écoles, et demande une remise à plat de la réforme "partout où les écoles le demandent". Mais aussi l'annulation de la généralisation de la réforme à la rentrée 2014, ainsi que "l'ouverture immédiate de discussions pour écrire un nouveau décret des temps scolaires".

FO, la CGT et Sud vont plus loin, et exigent l'abrogation pure et simple de la réforme. Selon FO, elle "crée de graves inégalités de traitement sur le territoire, et crée une confusion entre scolaire et périscolaire (locaux, activités…). Elle va à l’encontre de l’intérêt des enfants et de celui de l’ensemble des acteurs concernés." Les trois syndicats ne se prononcent pas quant à une éventuelle solution alternative.

La Peep, deuxième fédération de parents, classée à droite, a appelé les parents à manifester "aux côtés des enseignants", demandant "une grande concertation" sur les rythmes.

  • Renforcer les moyens donnés à l'école primaire

Au rayon des nouvelles revendications des instituteurs : l'augmentation des moyens donnés à l'école primaire. Le secrétaire général du SNUipp, Sébastien Sihr, estime que la priorité au primaire affichée par le gouvernement "ne peut pas se résumer à une réforme des rythmes mal fichue", et réclame une "transformation", basée sur "un budget ambitieux", "la baisse des effectifs par classe", "la montée en charge" du dispositif 'plus de maîtres que de classes'", "le renouveau de la formation continue", ainsi que le renforcement des Rased (réseau d'aide aux élèves en difficulté). Des revendications partagées par l'ensemble des syndicats grévistes.

  • Améliorer les conditions de travail des enseignants

Pour améliorer les conditions de travail des enseignants, le SNUipp réclame tout d'abord du temps pour travailler en équipe. Parmi les principales revendications : trois heures hebdomadaires libérées pour les profs, ainsi qu'une "amélioration des décharges de direction pour le fonctionnement des écoles". Traduisez : la possibilité pour les directeurs de petites écoles de se concentrer uniquement sur le fonctionnement de l'établissement, en se déchargeant de leurs obligations d'enseignement.

Il est aussi question de laisser une marge de manœuvre plus grande aux enseignants, et de "respecter [leur] professionnalité". Pour ce faire, le SNUipp-FSU demande la "fin du caporalisme et des injonctions".

  • Peser sur les négociations en cours ?

La suite...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rythmes
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole