Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 07:48

dali-clock1

In Les Echos

 

 

L’Etat rechigne à financer seul l’aide pourtant promise aux communes.

 

La réforme des rythmes scolaires n’en finit pas de patiner. A un mois des vacances d’été, alors que les communes qui ont décidé de passer aux quatre jours et demi de classe en primaire dès septembre sont en train de recruter des intervenants pour organiser au mieux les nouvelles activités périscolaires, la question du financement de ces activités n’est toujours pas réglée.

Les associations d’élus doivent être reçues jeudi après-midi au ministère de l’Education nationale. Leur inquiétude est d’autant plus palpable qu’il y a quinze jours, certaines communes se demandaient encore si elles verraient la couleur de l’argent promis par François Hollande. En réponse aux demandes insistantes des collectivités locales, le chef de l’Etat avait annoncé, fin novembre, la création d’un fonds de 250 millions d’euros. Une incitation financière pour que les communes adoptent la semaine de quatre jours et demi dès septembre 2013. Non seulement la carotte promise n’a pas eu l’effet escompté, mais surtout l’Etat se demande où trouver l’argent pour abonder le fonds.

40 euros par enfant

« On a demandé aux caisses d’allocations familiales de le faire, nous avons refusé », confie le président de la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF) Jean-Louis Deroussen.

Pour le gouvernement, les sommes en jeu étaient pourtant bien moindres que si l’ensemble des communes avait adopté la réforme dès 2013. Car seuls 20 à 25 % des élèves du public seront concernés par la semaine de quatre jours et demi dès la rentrée. L’effort financier lié au fonds, de 40 euros par enfant, n’est plus que de 28 millions d’euros. Loin des 250 millions de départ, donc. « Les moyens seront bien notifiés et versés en 2013 », rassure le cabinet du ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon. Tout en indiquant qu’« un arbitrage est en cours à Matignon » pour savoir qui finance.

La CNAF finance trois heures périscolaires

Selon nos informations, l’Education nationale financerait seule le fonds d’amorçage pour 2013 (28 millions d’euros) et le financement se ferait de ­concert avec la CNAF en 2014 (90 millions d’euros annuels, l’Education nationale en prendrait plus du tiers à sa charge). La CNAF versera en outre en 2014 les trois heures périscolaires liées à la réforme des rythmes – un financement supplémentaire réservé aux communes qui s’engageront dans un projet éducatif territorial dont le coût est estimé à 90 millions d’euros.

 

La suite...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rythmes
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole