Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 17:58

par Michel Rose, professeur des écoles et directeur d’école en retraite

 

Refondation de l’école, rythmes scolaires : oui il y a urgence à agir même si des questions demeurent……

C03-31.jpgEn 40 ans le temps d’enseignement hebdomadaire s’est réduit de 20%

Il fut un temps pas si lointain où les écoliers avaient classe cinq jours entiers par semaine avec une journée de repos le jeudi, soit trente heures de présence hebdomadaire à l’école.

Le samedi après-midi devint vacant (en 1969) et la semaine scolaire se réduisit à neuf demi-journées avec repos le mercredi.

En Mayenne le secteur d’Ernée, avant-gardiste, troqua le samedi matin pour le mercredi matin pour des raisons d’économie de chauffage au collège, le 1er degré s’alignant sur le second…

A la rentrée 2008, sans aucune concertation, le ministre de l’époque imposa la semaine de quatre jours avec 24 heures d’enseignement hebdomadaire. On se demande encore comment une telle ineptie a pu se concrétiser sans qu’il n’y ait eu suffisamment de levées de boucliers pour la faire échouer ! On a sacrifié le samedi matin sur l’autel du petit confort des uns et des autres au détriment de l’intérêt général de l’école et de ses premiers usagers, les élèves.

Le paradoxe est que nous sommes passés en quarante ans de 30 heures à 24 heures d’enseignement par semaine, alors que les contenus ne diminuaient pas mais augmentaient (informatique, langue étrangère…). Parallèlement il fallait également consacrer du temps à la mise en place d’un projet d’école se déclinant sur trois années.

On diminuait le volume du contenant (le temps passé avec les élèves) tout en voulant maintenir la même quantité de contenu (les savoirs disciplinaires), voire l’augmenter !

 

Journée, semaine : un bon début….

Les conséquences ont pesé à la fois sur les élèves et sur les enseignants tenus à respecter les programmes annuels (français, mathématiques, histoire, géographie, sciences, arts plastiques, musique, E.P.S …) sans oublier la mise en place d’une classe de découverte et la fête de l’école… Un rythme infernal subi par tous, les premiers pénalisés étant bien entendu les élèves les plus lents et les plus en difficulté.

Et pour les enseignants une vraie course contre le temps entre préparation des cours, corrections, évaluations, rédaction des bulletins trimestriels, rencontres avec les familles, réunions de l’équipe enseignante, compte-rendus des équipes éducatives….La semaine de 35 heures était bouclée en trois jours !

La toute première question à régler est donc bien celle de répartir qualitativement le temps d’apprentissage sur la journée, la semaine et l’année. En jouant sur les trois unités de temps.

Le ministre de l’Education nationale s’est attaqué courageusement à cette question des rythmes scolaires et on ne peut que l’encourager à poursuivre. Oui il faut « décélérer » le rythme journalier, oui il faut revenir à neuf demi-journées de classe, mais cela ne suffit pas…

 

Vive le samedi matin !

 Je regrette que le projet de décret fige les neuf demi-journées du lundi au vendredi, en réduisant le samedi matin à une possibilité dérogatoire. Le sacro-saint week-end est ainsi conforté et légitimé au détriment de l’intérêt de l’école à conserver un temps privilégié pour les relations familles/enseignants.

Lorsque j’enseignais encore, le samedi matin était la 9ème demi-journée de classe qui terminait la semaine, celle où on pouvait fonctionner différemment en mettant en place par exemple des activités décloisonnées mêlant des élèves de différentes classes. On y associait les parents en les impliquant dans la conduite d’ateliers liés au projet d’école…. Tout le monde s’y retrouvait, les élèves en contact avec d’autres adultes que leur enseignant habituel, les parents découvrant les réalités de la conduite d’un groupe d’élèves, les enseignants dans une autre relation avec les uns et les autres…

 

La lettre dans son intégralité...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Débats
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole