Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 15:56

In Libération

 

 

 

Questions à Sébastien Sihr Secrétaire général du Snuipp

Par VÉRONIQUE SOULÉ
Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp (principal syndicat du primaire), explique pourquoi il demande le report à 2014 du passage aux quatre jours et demi et pourquoi il juge «injustes» les accusations de corporatisme.
Que répondez-vous à ceux qui vous accusent d’égoïsme ?

Je rejette tous les accusations de corporatisme, injustes à l’égard d’enseignants très impliqués dans la réussite de leurs élèves. Lorsqu’à Paris 9 sur 10 sont en grève, cela va au-delà : c’est l’expression d’une profession très malmenée ces dix dernières années, qui a subi un déclassement salarial et une dégradation de ses conditions de travail - plus de formation continue, classes chargées, un travail de plus en plus solitaire… Sans parler des campagnes de dénigrement. Pour le ministre Xavier Darcos, les profs de maternelle «changeaient les couches». Ces déclarations ont laissé des plaies ouvertes.

Il y a de la déception chez les enseignants ?

Vincent Peillon avait été accueilli très favorablement. Le défi était pour lui de refermer les plaies et de rebâtir la confiance. Il ne l’a pas fait. Sans doute a-t-il commis une erreur en mettant d’abord sur la table la réforme des rythmes scolaires. Durant la concertation menée cet été, c’était le sujet le moins consensuel sur le primaire. Plus précisément, il y avait un quasi-consensus sur la nécessité d’abandonner les quatre jours, mais dès que l’on parlait de la mise en place des quatre jours et demi cela devenait compliqué.

Vous êtes toujours d’accord sur le principe ?

Oui, il faut une réforme des rythmes scolaires. Mais je préfère une réforme bien préparée en 2014 qui concerne tous les élèves, à une réforme bricolée en 2013 qui court à l’échec. Le délai est trop court pour que les collectivités locales s’y préparent correctement. On sait déjà que beaucoup de communes n’auront pas d’animateurs formés pour organiser des activités. Quel intérêt si c’est de la garderie à partir de 15 h 30 ?

 

La suite...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole