Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 18:35

chiffres

In Rue89

 

 

Dans l’académie d’Orléans-Tours, des professeurs remplaçants en physique-chimie se sont vus attribuer de force des postes en mathématiques à la dernière rentrée scolaire. En toute illégalité.

En octobre 2011 nous avions publié un témoignage, « Vous êtes diplômé en physique ? Vous ferez prof de maths ». Une vingtaine d’enseignants étaient alors concernés, dans cette même académie.

Pour ces enseignants titulaires de zones de remplacement (TZR) dont le statut est voué aux remplacements ponctuels à la semaine, au mois ou bien à l’année, l’histoire continue. Mais désormais on leur conseille « vivement » de changer de discipline ou de métier.

Parmi eux, une professeure d’Indre-et-Loire qui tient à garder l’anonymat, pour ne pas s’attirer les foudres de l’administration (« On ignore jusqu’où s’étend notre devoir de réserve. »).

« J’ai été alertée quelques jours avant la pré-rentrée par la secrétaire du collège qui a reçu l’arrêté d’affectation du rectorat. J’ai été mise au pied du mur : affectée en mathématiques à la rentrée 2011. Il s’agit d’un document officiel, si on ne se présente pas au poste indiqué, on est considéré comme démissionnaire. »

L’enseignante a tenté un recours auprès du rectorat. Elle n’a jamais eu de réponse.


« Les gamins sentent qu’on est un peu à la rue »

Seule proposition du rectorat : deux journées de formation, organisées à Orléans et à Tours, pour les préparer à enseigner les mathématiques. Une trentaine de professeurs ont assisté à ces journées, estime-t-elle. Une aide bien maigre pour des enseignants déboussolés qui, bien qu’ayant fait des études scientifiques, ne se sentent pas armés pour assurer la classe.

« Oui, je maîtrise les maths. Mais les enseigner à des adolescents, c’est autre chose. Je ne connais pas les outils, les programmes. Par exemple, j’ignore si en classe de cinquième, ils savent déjà ce qu’est la notion de parallélisme... Le plus important, c’est la pédagogie, pour que ça leur paraisse naturel et simple.

Du coup, les gamins ne comprennent pas, ils sentent qu’on est un peu à la rue, pas convaincus de ce qu’on dit, et ils deviennent agités. Ça rejaillit sur notre autorité en classe. »

On ignore le nombre exact d’enseignants concernés. L’académie compte, au total, 108 TZR en physique-chimie, selon le SNES-FSU.

Le problème n’est pas propre à l’académie d’Orléans-Tours, mais dans ce secteur il se pose de manière plus criante, confirme Guillaume Delmas porte-parole national du SNES-FSU.

En cause : une pénurie de profs de maths, doublée d’un surplus d’enseignants en physique-chimie. Catherine Pugin, secrétaire académique du syndicat SE-UNSA, explique :

« On a un sérieux problème de recrutement car il n’y a pas assez d’étudiants en maths en master. La réforme de la mastérisation de l’enseignement a encore accentué ce phénomène. »

Selon Emmanuelle Kraemer du SNES-FSU, c’est la réforme du lycée qui a mis à mal l’enseignement des sciences, en supprimant des heures.

« On a supprimé des dédoublements pour les sciences expérimentales, dans les collèges et les lycées, et puis on a repensé la série S en réduisant les heures de physique-chimie. »

« Changez de métier ! »

La suite...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole