Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 14:26

In Le Grand Soir


Appel collectif de militants investis dans le Front de Gauche

 

Le Parlement va être saisi du projet de loi d’orientation sur l’école élaboré par le ministre Peillon, sans réelles discussions, à la base, des personnels et des usagers du service public d’éducation, et en ne tenant aucun compte de leurs attentes.

 

Nous sommes des militants investis dans le Front de Gauche, organisés ou pas dans une des organisations constitutives du Front de Gauche. Nos références politiques, syndicales, philosophiques… sont diverses. Néanmoins, nous faisons tous le constat que ce projet de loi est inacceptable. Il tourne le dos aux mesures urgentes pour l’école publique. Il poursuit des orientations dangereuses pour le service public de l’Éducation nationale, et ne s’inscrit nullement dans la lignée des projets progressistes pour l’école tels que le plan Langevin-Wallon.

 

Les jeunes, les parents d’élèves, les personnels… se sont mobilisés à de nombreuses reprises, sous de multiples formes, contre les mesures prises par l’UMP au pouvoir depuis 2002 de la maternelle jusqu’à l’université (loi LRU). C’est notamment la volonté d’annuler toutes ces contre-réformes, et de défendre l’école publique, qui a pu déterminer le vote pour les candidats de gauche aux dernières élections.

 

Aujourd’hui le gouvernement va à l’encontre de ces aspirations. En tout premier lieu parce que son projet loi maintient en l’état l’essentiel des contre-réformes des années UMP : réformes des lycées (général, technologique, professionnel), "socle commun" et Livret Personnel de Compétences, Base-Elèves et fichage de la jeunesse, programmes rétrogrades et surchargés, "masterisation" du recrutement des enseignants et CPE, saccage des RASED, etc. La politique éducative de l’UMP visait à fournir au patronat une main d’œuvre flexible et précarisée, dans le cadre d’un démantèlement des garanties collectives du salariat (statuts et conventions collectives)… et avec ce projet la continuité l’emporte très largement, ces orientations sont entérinées.

 

Cela suffirait en soi à le refuser, mais, de surcroît, le gouvernement va plus loin. Il programme ainsi une nouvelle série de régressions : par la "régionalisation" et, plus largement, la place et donc l’influence des pouvoirs locaux sur l’ensemble des niveaux de la maternelle à l’université, affaiblissant l’indépendance de l’institution scolaire et prenant ainsi le risque de porter atteinte à la laïcité ; par l’accentuation des inégalités, question déjà perceptible au travers des débats autour du décret sur les "rythmes scolaires".

 

Car c’est le dernier aspect : aujourd’hui les luttes des personnels des écoles, enseignants comme animateurs, montrent une opposition grandissante aux premiers éléments de cette politique éducative de "refondation". La grève massive des professeurs d’école puis celle des animateurs de la ville de Paris, la grève massive dans les écoles du 12 février… sont les premiers aspects d’un mouvement social que le ministère veut ignorer. Ils montrent aussi que, même sur la question des moyens pour l’école publique – présentée comme un élément de rupture incontestable, avec l’annonce de milliers de créations de postes – la réalité se fait jour : les créations de postes suffisent à peine – et pas partout – à combler la croissance démographique. Autrement dit, les conditions de travail et d’études ne s’améliorent pas, les inégalités sociales et scolaires persistent au lieu de se résorber, la difficulté scolaire qui touche avant tout les enfants des classes populaires n’est pas combattue… bref, le système éducatif s’éloigne encore davantage d’un projet émancipateur, égalitaire et démocratique, qu’il serait de la responsabilité de la gauche de porter.

 

Dans cette situation, l’ensemble des dimensions de ce projet de loi mettent à l’ordre du jour son retrait. Cela ne signifie pas du tout que nous soyons partisans d’un quelconque "statu quo" conservateur : aujourd’hui c’est le gouvernement qui fait le choix du statu quo en maintenant l’essentiel des mesures sarkozystes. Mais cela implique que les députés des partis de gauche, en cohérence avec les aspirations et les luttes récentes, refusent tout d’abord de voter ce projet, et proposent en lieu et place l’adoption de mesures d’urgence en faveur de l’école publique et laïque… en vue d’une refondation de l’école qui ne peut qu’être liée à un projet alternatif de société en rupture avec le système capitaliste.

 

Marcel Ager (militant PCF, 31) Marc Brunet (candidat front de Gauche aux législatives, 84), Claudine Chalmeton (militante PCF,11), Rosine Charlut (militant FASE et candidate aux législatives, 11), Florence Ciaravola (commission éducation des Alternatifs, 06), Veronika Daae (commission éducation des Alternatifs, 31), Quentin Dauphiné (militant PG, 83), Axel Félicité (militant PG, 91), Gisèle Gimenez (militante PCF, 81), Samy Joshua (militant Gauche Anticapitaliste, 13), Catherine Laurenti (militante PG, 83), Christophe Lemasson (commission éducation des Alternatifs, 21), Jean Malifaud (militant gauche Anticapitaliste, 75), Monique Migneau (militante Gauche anticapitaliste, 92), Edouard Martin (militant PCF, 12) David Pellicer (secrétaire fédéral PCF 82), Vincent Présumey (militant PG, 03) Stéphane Sirot (historien, 59), Jacques Thomas (commission éducation des Alternatifs, 21), Michel Thomas (militant PCF, 81).

 

Pour s’associer à cet appel envoyer un mail à martin-edoouard@wanadoo.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole
commenter cet article

commentaires

alexandre 20/03/2013 19:30


Pourquoi la réforme des rythmes scolaires est une mauvaise réforme
:

1) De meilleurs résultats des élèves sont obtenus avec la semaine de 4 jours
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/0240005…
http://www.sne-csen.net/4-jours-c-est-bon-pour-les-enfants_a289.html

2) La suppression de la pause du mercredi va entraîner un surcroît de fatigue pour les enfants.

3) Les élèves, dans leur très grande majorité, ne sortiront pas plus tôt de l’école.
Donc amplitude horaire identique, avec 45 minutes de classe (calmes ) remplacées par 45 minutes d’activités ou de garderie selon les possibilités des communes.
Fatigue supplémentaire pour les enfants qui subiront un allongement de leur pause méridienne.
http://www.rue89.com/2013/03/20/activites-periscolaires-la-realite-des-ecol…

4) Taux d’encadrement des activités périscolaires laissés à la libre appréciation des communes, de même pour le recrutement des animateurs.
Télécharger le complément au guide pratique 2013
au format PdfTélécharger le complément au guide pratique 2013 au format Pdf
( 2ème partie du document : autres types d’accueil que « loisir sans hébergement régi par l’article R 227-1 du code de l’action sociale et des familles (CASF) »


5) Difficultés pratiques sur le terrain :

Elèves handicapés et malades : les AVS-i n’interviennent que sur le temps scolaire. Que feront ces enfants pendant les activités périscolaires ? Les animateurs sauront-ils les prendre en charge,
malgré les taux d’encadrement importants qui s’annoncent ?
Enfants qui doivent subir des visites médicales hebdomadaires le mercredi matin à l’hôpital
( impossible de les programmer le samedi, journée très chargée dans les hôpitaux )
Difficultés de gestion des emplois du temps pour les orthophonistes, les psychologues, les ergothérapeutes …
Difficultés d’organisation pour les clubs de sport, les conservatoires, les associations …


6) Coût exorbitant pour les communes alors même que l’Etat annonce une diminution des aides. Accroissement des inégalités entre élèves de communes pauvres et des communes riches.

7) Coût exorbitant pour la Caisse d’allocations familiales :
http://www.liberation.fr/economie/2013/03/14/rythmes-scolaires-la-reforme-p…


En résumé, cette réforme va créer énormément de difficultés aux enfants comme aux adultes, pour un intérêt pédagogique nul ou même négatif.


http://rythmesscolaires.clicforum.fr/index.php


 



alexandre 20/03/2013 19:29


Le Conseil de Paris n'a pas encore voté l'application de la réforme des rythmes scolaires en 2013 !


Parents , exprimez votre opposition à la réforme des rythmes scolaires en envoyant des mails aux élus du Conseil de Paris qui voteront le 25
mars !
Que vous soyez parisiens ou non, il faut le faire !
Si cette réforme stupide n’est pas appliquée à Paris en 2013, elle sera définitivement abandonnée partout, faute de soutien des communes en 2014, année des élections municipales !


Modèle de mail :

Mesdames et messieurs les élus au Conseil de Paris,

Le lundi 25 mars 2013, vous allez vous prononcer pour l’application à la rentrée 2013 ou 2014 , à Paris, d’une nouvelle réforme des rythmes scolaires qui se trouve être d’une absurdité
profonde.
En effet, cette réforme aura pour effet non seulement d’épuiser nos enfants, mais aussi de faire dépenser inutilement aux communes des sommes très importantes d’argent public qui seraient bien
mieux utilisées ailleurs.
Cette réforme mettra aussi en grande difficulté les caisses d’allocations familiales qui devront participer à cette gabegie.
D’autre part, cette réforme totalement irréfléchie aura pour effet de désorganiser la vie quotidienne d’une majorité de gens et portera préjudice à énormément de professionnels dont l’activité
concerne les enfants : clubs de sport, conservatoires, associations diverses, hôpitaux, orthophonistes, psychologues, ergothérapeutes,… et bien d’autres encore !

Mesdames et messieurs les élus au Conseil de Paris, sachez que si cette réforme devait être appliquée à Paris dès 2013, vous perdriez définitivement une grande partie de votre électorat qui ne
vous pardonnerait pas de dégrader ainsi les conditions d’apprentissage de ses enfants/élèves et d’engager de telles dépenses inutiles pour des raisons purement politiques.

Sachez aussi que dans cette éventualité, vous pourrez compter sur nous pour observer de très près la mise en place de cette fâcheuse réforme dans toutes les écoles parisiennes, et porter à la
connaissance du grand public tous les dysfonctionnements et les dégradations qu’elle ne manquera pas d’occasionner.

Des parents/enseignants/électeurs en colère !





Mails des élus socialistes, communistes et écologistes
au Conseil de Paris ( pour envois groupés )

anne.hidalgo@paris.fr, pierre.aidenbaum@paris.fr, marie-annick.barthe@paris.fr, yamina.benguigui@paris.fr, p.bloche@wanadoo.fr, jacques.bravo@paris.fr,
colombe.brossel@paris.fr, liliane.capelle@paris.fr, sandrine.charnoz@paris.fr,
lyne.cohen-solal@paris.fr, jerome.coumet@paris.fr, claude.dargent@paris.fr, virginie.daspet@paris.fr, philippe.ducloux@paris.fr, remi.feraud@paris.fr, lea.filoche@paris.fr, mireille.flam@paris.fr,
ig.gachet@gmail.com, bernard.gaudillere@paris.fr, christophe.girard@paris.fr, didier.guillot@me.com, halima.jemni@paris.fr, patrick.klugman@paris.fr, anne.lestrat@paris.fr,
daniel.marcovitch@paris.fr, stephane.martinet@paris.fr, jean-francois.martins@paris.fr, philippe.moine@paris.fr, claire.morel@paris.fr, annick.olivier@paris.fr, mao.peninou@paris.fr,
frederique.pigeon@paris.fr, olivia.polski@paris.fr, firmine.richard@paris.fr, hermano.sanches@paris.fr, christian.sautter@paris.fr, pierre.schapira@paris.fr,
aline.arrouze@paris.fr, helene.bidard@paris.fr, ian.brossat@paris.fr, alain.lhostis@paris.fr, pierre.mansat@paris.fr, catherine.vieu-charier@paris.fr, jean.vuillermoz@paris.fr,
danielle.fournier@paris.fr, sylvain.garel@paris.fr,jacques.boutault@paris.fr,
denis.baupin@paris.fr,
veronique.dubarry@paris.fr,fabienne.giboudeaux@paris.fr,christophe.najdovski@paris.fr,
rene.dutrey@paris.fr,yves.contassot@paris.fr, michel.charzat@paris.fr,
sylvain.charpentier@paris.fr,jean-paul.combe@paris.fr,julien.bonnet@paris.fr,anne-claire.gallois-serezal@paris.fr,anne-laure.sabatier@paris.fr,juliette.abbes@paris.fr

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole