Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 15:34

In Rue89

 

Réforme des rythmes scolaires ? Ou plutôt tempête dans un verre d’eau ? Ce qui devait être une mesure phare de la loi d’orientation a surtout donné lieu à une très médiatique dénonciation du « corporatisme » supposé des enseignants, une campagne dont la virulence contraste curieusement avec la portée réelle de la réforme en question.



Une mention toute spéciale sera attribuée au Monde du 22 janvier dernier pour son fracassant éditorial sur le « lamentable corporatisme étriqué » des profs, ces égoïstes jouant leur petit confort personnel contre « l’intérêt des enfants ». Ou encore à Marcel Rufo, le pédopsychiatre à la mode, défenseur auto-proclamé de l’enfant, qui se dit « surpris, voire sidéré, des réactions du corps enseignant ». Sur le même registre, c’est donc un flot continu de réactions convenues, se recopiant les unes les autres, venues de gens manifestement plus doués pour enfiler les lieux communs comme des perles que pour travailler un peu leur sujet.

Une réforme a minima

Il suffit d’un minimum de recul pour se rendre compte que la question des rythmes scolaires mérite quand même davantage de considération qu’une simple mesure. Pour l’école primaire, elle se ramène tout bonnement à revenir cinq ans en arrière (Darcos, 2008), quand les quatre jours et demi travaillés étaient la règle. Mais aussi – élément totalement occulté dans le débat des derniers jours – elle ne concerne en rien l’enseignement secondaire, pour lequel la succession souvent infernale des heures de cours dans une même journée ne semble poser aucun problème.

Bref, avec cette refonte a minima des rythmes scolaires, la refondation de l’école attendra.

Une réforme qui aurait eu sans doute davantage d’impact si l’on avait bien voulu, plutôt que de se focaliser sur le rythme hebdomadaire, procéder par une approche portant sur l’horaire global annuel, nettement plus élevé en France que chez nos voisins, une bien curieuse spécificité qui ne semble pas émouvoir plus que cela les défenseurs affichés de l’intérêt de l’enfant :

  • 913 heures annuelles pour les 7-8 ans, 890 heures pour les 9-11 ans
  • respectivement 634 et 784 heures en Allemagne ;
  • ou encore 608 et 683 heures en Finlande, un pays régulièrement classé en tête des comparaisons internationales.

Les curieux pourront se reporter aux chiffres disponibles sur Eurydice, l’Agence européenne de l’éducation [PDF].

 

La suite...

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

commentaires

Alain VALEAU 02/02/2013 16:30


Heureux de vous retrouver!


Les rythmes scolaires.


Certainement l’un des plus délicats des paramètres de la vie d’un établissement d’enseignement avec la programmation cohérente des objectifs
et l’adaptation des besoins à la diversité des niveaux réels de connaissances.


C’est sans doute ce qui explique que tant d’études, de conférences, de campagnes de consultations même ont permis autant de propositions que
de découragement et que l’abandon, en général, a répondu à la diversité des avis de chrono biologistes.


Qu’en sera-t-il de ce nouveau « plan » ?


Il serait dommage, de ne pas continuer à encourager la réflexion et entendre les avis de tous...


Rythme scolaire, est une appellation restrictive car que signifierait-elle si elle était prise à part d’une observation globale du temps de
l’enfant :


Chaque enseignant peut témoigner de la grande diversité d’attention, de perception, de mémorisation de fatigue selon le rythme de la journée
d’un enfant heure d’éveil – qualité et moment du petit-déjeuner – prise en charge par une aide quelconque (assistante – crèche – amie – parents disponibles jusqu’à l’entrée à l’école…)
-   cantine  ou retour à la maison ou repas chez des amis – éloignement ou proximité du domicile –
temps ce soutien -…  repos véritable ou télé-agitation … idem pour le soir (garderie – ateliers sportifs ou culturels -  disponibilité ou non des parents -  télé – heure du coucher…) peu de schéma vraiment semblables.


Pour nombre d’enfants le rythme de la journée se résume à une compensation de celui imposé par le rythme des adultes.


Dans cette diversité du temps quotidien, pour l’instant, quel doit être le rôle d’une attention portée au rythme scolaire ?


1     Compenser les inégalités du suivi et ruptures rencontrées dans le temps
global de l’enfant (temps d’arrivée et d’insertion chaque matin – qualité de l’accueil par exemple).


2- Mettre chaque enfant en situation optimale d’attention et de fixation dans la bonne connaissance des apprentissages.


3 – Tenir compte de la diversité des rapidités d’assimilation (précocité – lenteur – handicap…)


4– Les grands domaines du rythme scolaire :


- La séquence d’acquisition avec l’éveil de l’attention – la découverte nouvelle- sa fixation –son retour à la détente (en chronobiologie
c’est la courbe de Gauss, je crois la cloche  montée –         pic –
retour.


- L’enchaînement des activités dominantes. (intellectuelles – sportives – ludiques – manuelles)


- La journée scolaire équilibrée n’est pas forcément fondamentale le matin et tiers temps l’A.M… loin de là mais des séquences en cloches dans
tous les domaines en tenant compte des moments difficiles (arrivée du matin – début d’après-midi par ex…)


La semaine bien équilibrée aussi mais déjà bien compromise par la suppression du samedi matin- l’ouverture du mercredi ne peut être possible
que pour des journées bien construites, actuellement c’est un temps de repos nécessaire…


L’année scolaire n’a pas forcément besoin d’un découpage régulier mais plus d’une attention portée au impératifs des saisons (froid – chaud -
) des activités ( les veilles de vacances ne sont pas forcément les meilleures pour des sorties – des spectacles des fêtes….) – des régions aussi…


 


 Ce ne sont que des pistes mais elles sont basées sur des expériences diverses,
elles restent malheureusement telles, même si elles ont duré assez longtemps.


Il est évident que pour une bonne attention aux rythmes d’apprentissage, la pédagogie différenciée, indispensable dans nos
classes hétérogènes est l’idéale… Beaucoup plus utile que d’envisager une journée répartie entre « fondamental », le matin et « complémentaire », l’après-midi. Pour
l’Education et pour l’instruction, toutes les disciplines sont importantes et mobilisatrices. Mieux, tout est occasion d’observer, déduire, programmer, calculer, lire et écrire. 


Je suis certain que l’enfant doit être réellement, pour notre société entière et pas seulement pour des éducateurs dévoués et compétents, au
centre de notre système scolaire et périscolaire


Il faudrait lier cette étude à celle des espaces de vie et des ruptures de vie pour l’enfant

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole