Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 18:01
C03-43.jpg

 

  Flicage des profs et des élèves, manque de formation des jeunes enseignants : en matière d'éducation, le bilan des attaques portées à l'école depuis 2007 est sévère.

 

Mardi 28 février, le candidat Nicolas Sarkozy annonçait à Montpellier ses propositions pour l'éducation. Son bilan est pourtant difficile à vendre. Nicolas Sarkozy n'avait pas de grand dessein pour l'Education nationale, ni de bienveillance particulière. Il y a vu une source d'économies potentielles, et le Président a détricoté des « choses » qui marchaient plutôt bien, sans cohérence.

 

Le résultat : une baisse de vocation. Il y avait, selon RTL, 92 000 candidats au Capes en 2004, il n'y en avait plus que 28 000 l'an dernier. Presque 900 postes n'ont pas été pourvus en 2011. Des enseignants manquent en lettres, maths, anglais ou allemand.

Cette liste des coups portés à l'école n'est pas exhaustive ; elle a notamment été réalisée en relisant les articles et témoignages publiés sur Rue89 depuis mai 2007.

 

1 Les établissements se vident de leurs profs

 

C'est quoi ? Le fil rouge du mandat de Nicolas Sarkozy qui prévoie le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux.

Chaque année, les parents d'élèves se mobilisent contre les suppressions de postes dans des opérations « écoles mortes » (le Nord - Pas-de-Calais est très touché).

Selon nos calculs, cela fait près de 71 000 postes supprimés en cinq ans. En ajoutant les 8 701 suppressions de postes de la rentrée 2007, on arrive à un bilan de près de 80 000 sur l'intégralité du mandat – c'est le chiffre que tout le monde retient.

Pourquoi cela a plombé le moral des profs ? Classes surchargées, personnels déplacés ou qui partagent leur temps entre plusieurs établissements, embauche de contrats précaires...

En cinq ans, près d'un tiers de l'effectif total de Rased (Réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté) a aussi disparu. Un dispositif que la communauté éducative juge plus abouti que l'aide individuelle personnalisée (qui ignore les difficultés relationnelles ou sociales).

La suppression de postes se fait aussi au détriment de la scolarisation des moins de 3 ans – en forte baisse depuis dix ans.

Le gouvernement a-t-il corrigé ? Non. Dans un entretien donné aux Echos, le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, juge « possible » de continuer à réduire le nombre de postes dans l'éducation après 2012 et n'écarte pas de recourir « à un organisme indépendant » pour l'évaluation des élèves.

 

2 Les jeunes étudiants sont propulsés dans les classes

 

C'est quoi ? Avant, un postulant aux concours devait avoir au minimum un bac +3 pour le Capes, et bac +4 pour l'agrégation. Après le concours, il effectuait un an de stage (6 à 8 heures par semaine en classe, le reste du temps en cours théorique à l'IUFM).

 

La suite...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole