Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 18:54

gueant2 

In Libération

 

Douze organisations réclament régularisation et égalité de traitement avec les Français.

«Ce gouvernement a réussi à unir des étudiants de master 2 et des gens qui nettoient les bureaux. Il fallait quand même le faire !» Raymond Chauveau, de la CGT, a rendu hier cet hommage paradoxal au ministre de l’Intérieur, Claude Guéant. Grâce à sa circulaire restreignant les possibilités de travail des diplômés étrangers, il a amené des étudiants internationaux, tout prêts à servir la mondialisation et les entreprises du CAC 40, à rejoindre la lutte des travailleurs sans papiers, généralement relégués tout en bas de l’échelle sociale.

 

Douze organisations - des syndicats comme la CGT, la FSU et l’Unef, et des associations comme SOS Racisme, Réseau Education sans frontières ou la Cimade - donnaient hier une conférence de presse sur la terrasse, chauffée, du restaurant la Grande Armée, à deux pas de l’Arc de triomphe. Un lieu très symbolique où, le 13 février 2008, la CGT avait lancé son combat pour la régularisation des sans-papiers. Le syndicat avait alors occupé les lieux, réclamant la régularisation de 9 cuisiniers, ce qu’il avait obtenu au bout de huit jours. «On revient sur les lieux du crime…» ironisait un syndicaliste.

 

Déferlement. Les organisations ont annoncé la création d’une plateforme commune exigeant «la régularisation des travailleurs sans papiers et l’égalité de traitement entre Français et étrangers dans les études comme au travail».«Nous avons commencé à nous battre il y a trois ans, et nous avons déjà obtenu pas mal, avec 5 000 personnes régularisées ou en voie de l’être, a expliqué Francine Blanche, de la direction confédérale de la CGT.Ce n’est pas normal qu’un migrant gagne moins qu’un Français à qualification égale ou que les étudiants étrangers n’aient pas les mêmes droits que les Français. Et ce n’est pas parce que la présidentielle approche qu’on va se taire.»

 

Les organisations ont fustigé les discours officiels, particulièrement ceux de Claude Guéant, voulant faire croire que l’on assiste à un déferlement d’étrangers venus voler le travail des Français et toucher les aides sociales, et donc largement responsables à ce titre de la montée du chômage et de la crise en général. Elles ont aussi dénoncé la «façon indigne» dont les étrangers sont traités dans les préfectures, et ont démonté la critique, courante au sein de la droite, selon laquelle en soutenant les étrangers on fait le jeu de l’extrême droite.

«Comme nous ne sommes plus étudiants, nous ne touchons plus nos bourses. Mais, comme nous n’obtenons pas nos papiers, les entreprises qui viennent de nous recruter nous licencient ou alors elles renoncent à nous embaucher. Et nous en sommes réduits à dormir sur des canapés chez des amis.» Hajer Gorgi, une Tunisienne de 24 ans, diplômée de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique (Ensae), attend elle-même depuis trois mois une réponse à sa demande de changement de statut - d’étudiante à salariée -, avec une promesse d’embauche en poche. Son amie Zineb, présente à la conférence de presse, ingénieure des Mines, vient de recevoir un refus. Hajer a dû s’improviser porte-parole du Collectif du 31 mai, créé pour défendre les jeunes diplômés touchés par la «circulaire Guéant» du 31 mai, après le départ de Nabil Sebti, un diplômé d’HEC, qui a rejoint le Maroc dimanche totalement désabusé par la façon dont la France traite les étudiants internationaux.

 

La suite...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole