Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 17:25

In Snuipp

 

Une annonce en fanfare suivie d’un rectificatif : la prime aux directeurs de l’académie d’Orléans-Tours pour la mise en œuvre des rythmes ne sera finalement pas versée. Pour le SNUipp-FSU, la surcharge de travail imposée par cette réforme doit s’accompagner d’une reconnaissance financière pour tous.

C’est une décision du rectorat qui a fait du bruit dans les 6 départements de l’académie d’Orléans-Tours : le versement d’une prime exceptionnelle de 94,12€ annuels pour les directeurs et directrices dont l’école « applique les nouveaux rythmes scolaires depuis la rentrée 2013 » peut-on lire dans la circulaire du DASEN d’Indre et Loire datée du 1er octobre et adressée aux 173 écoles passées à 4 jours et demi dans le département.

Rétropédalage

Cette indemnité, dégagée sur l’enveloppe dédiée aux activités péri-éducatives, visait à « saluer les actions et le dévouement des personnels » a précisé la rectrice, Mme Reynier. Mais coup de théâtre le 9 octobre au soir : l’indemnité ne sera pas versée, faute d’accord du ministère, annonçait Mme Reynier à l’agence de presse AEF. Le ministère a donc jugé cette initiative « trop atypique » et « prématurée alors qu’un groupe de travail spécifique aux directeurs d’école va s’ouvrir » déclarait la rectrice mercredi soir.

Reconnaissance financière pour tous

Pour le SNUipp-FSU, cette initiative hasardeuse et maladroite montre que le surcroît de travail lié à la réforme des rythmes appelle une reconnaissance. Si les directeurs et directrices sont directement touchés par la surcharge de travail induite par la mise en place des rythmes (désorganisation de l’école, rencontres avec les partenaires…), leurs collègues adjoints ne sont pas en reste (mise en place des APC, gestion des groupes, surcoûts engendrés, etc.) C’est pourquoi le syndicat estime que la reconnaissance financière est indispensable, pour tous les enseignants du 1er degré !

A consulter :

- Le courrier du DASEN d’Indre et Loire du 1er octobre
- Rythmes : ce que propose le SNUipp

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rythmes
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole