Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 17:14

 

C03-40.jpgPriorité à l’éducation : l’école peut-elle vraiment tout ?

 

Parce que la société a toujours multiplié les missions de l’école elle se voit revêtir simultanément les panoplies des héros qui arrachent les pauvres à leur condition, qui transmettent les savoirs, qui forment des citoyens, qui réduisent les inégalités sociales, qui préparent à l’emploi…

On comprend bien pourquoi les candidats à la présidentielle multiplient les propositions pour réformer l’éducation et pourquoi la salle de cours est l’objet des plus grandes vertus politiques en ces temps d’échéances électorales.

Mais l’école peut-elle vraiment lutter contre le chômage, l’école peut-elle garantir des rétributions décentes aux futurs salariés, l’école peut-elle préparer l’unité de la nation, l’école peut-elle combler le fossé socio-économique qui s’élargit  au sein de la population ?

Tout est-il possible une fois franchie la porte de classe ?

 

En abandonnant les enseignants, n’abandonne-t-on pas l’école ?

 

Nous pouvons cependant nous féliciter que l’école reste un  sujet majeur pour les français, néanmoins l’examen de la situation montre que le point de rupture n’est pas loin…

L’Ecole Républicaine et ses enseignants sont affaiblis, désorientés par plus de 10 années de brimades et d’injonctions législatives. Les luttes stériles ont démobilisé ceux qui avaient foi dans le projet d’Education Publique et de réduction des inégalités.

Ceux qui considèrent depuis une décennie l’école comme un poste de dépenses ont réussi leur pari brutal d’humilier et de réduire un vivier de personnels considéré comme un électorat communément acquis à la gauche…

 

Réduire les effectifs des enseignants, geler des salaires déjà inconsistants, supprimer les formations de qualité,  mener des réformes sans concertations abouties avec les partenaires et les professionnels de l’éducation, faire de l’évaluation et du mérite les conditions incontournables de la réussite ont amené à transformer l’école en société « managériale »…

Voilà un travail de sape savamment orchestré par les admirateurs d’un libéralisme dépassé qui  peu à peu, a démantelé notre modèle éducatif et abandonné des générations d’élèves, surtout dans les milieux sociaux difficiles.  Nous vivons une double crise : le démantèlement  d’un système éducatif et la pénurie des moyens. L’attractivité en berne des concours de professeurs le confirme.

 

Jamais les questions de fond de la qualité des apprentissages et de réductions des inégalités ne furent discutées, seuls les volumes d’enseignements et les modalités de fonctionnement furent imposés.

Malgré les espoirs et ce boulevard ouvert au PS pour les prochaines échéances électorales les enseignants s’interrogent.

Quel sera le sens donné à la refondation de l’Ecole Républicaine par Monsieur Hollande ? Régulièrement il est aisé de dénoncer la situation désastreuse de l’école et des enseignants. La phrase de Monsieur Peillon « …travailler  mieux et différemment… »  inquiète à l’instar des attaques de Madame Royal qui pensaient déjà tout bas en 2002 que « …les enseignants ne fichent rien… ».

Si même la gauche « casse du prof » alors comment reconstruire l’Ecole sans eux ?

Oui, les marges de manœuvre seront faibles. Si Monsieur Hollande accède au pouvoir ; ses propositions de « … quelques pistes de débats avec les enseignants sur le nombre de jours de classe dans l’année… »  ne rassurent pas. Les enseignants savent bien qu’elles tourneront au désavantage des professeurs, tant l’idée est désormais répandue que ces « jeanfoutres » n’en « rament pas une » derrière leur bureau…

Les enseignants seront toujours mobilisés pour faire évoluer l’Ecole mais permettez-nous de penser que nous ne pourrons pas nous soustraire à un large débat public sur les questions du métier et du statut. Aujourd’hui les lignes du programme du PS paraissent floues sur le sujet.

Si « travailler plus pour gagner moins »  succède à la promesse de rupture du « travailler plus pour gagner plus » un désastre est à prévoir après le naufrage…

Il faut redonner du souffle aux enseignants parce que leur foi, leur énergie et leur générosité ne demandent qu’à être regonflées…Il est vain de vouloir changer l’école de façon cohérente sans ses personnels…

 

A l’heure où F. Bayrou dévoile, sans rentrer dans les détails, qu’il garantira le statut des enseignants, qu’il restaurera leur formation et leur fonction, beaucoup d’entre nous se plaisent à se remémorer ses paroles quand il affirmait que « …ceux qui mettent les enseignants en accusation disant qu’ils ne travaillent pas assez, ne tiendraient pas deux heures dans une classe… ».

 

Nous  resterons vigilants et mobilisés…

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole