Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 17:42

In Le Monde

 

Bernard Toulemonde, inspecteur général honoraire de l'éducation nationale, répond aux questions dans un chat organisé par le Monde.

 

C03-33.jpgProf en colère : Quelles sont pour vous les atteintes récentes au service public de l'éducation ?

Bernard Toulemonde : Les atteintes récentes, c'est en particulier la question de la formation des enseignants, qui est à mon avis grave pour l'avenir. Il y a aussi la semaine de quatre jours dans l'enseignement primaire, qui ne me paraît pas favorable à la réussite des enfants, surtout ceux qui sont en difficulté.

Voilà deux mesures récentes qui me paraissent particulièrement graves pour le service public.

 

Michel : Comment justifier l'absence de formation des nouveaux jeunes enseignants face à un public qui demande de plus en plus de psychologie et d'adaptabilité ? L'éducation nationale ne s'était jamais autorisée cela de part le passé. Y a-t-il un objectif derrière ?

C'est absolument injustifiable. La mesure a été prise pour des raisons exclusivement budgétaires, et ses conséquences sont très graves, car être enseignant, c'est un métier, un métier qui s'apprend. Il ne suffit pas, comme autrefois sans doute, de bien connaître sa discipline pour faire un bon professeur.

Dans le passé, il y a eu des périodes où les enseignants n'avaient même pas de formation. C'était l'époque où ils s'adressaient à un public d'élèves tout à fait choisi, très limité, très cultivé, et par conséquent, les professeurs, même sans formation, parvenaient à se faire comprendre des élèves.

Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Les élèves sont tellement différents, souvent éloignés de la culture scolaire, et on peut même dire que dans les établissements scolaires, parfois, on ne parle pas le même langage, au sens propre et au sens figuré. Par conséquent, les professeurs ont besoin aujourd'hui d'une formation qui les prépare à communiquer avec leurs élèves, à les intéresser, à gérer l'hétérogénéité des classes.

Et pour cela, il ne suffit pas d'avoir un master.

 

Michel : Pourquoi défiscaliser sans plafond les cours privés sur des entreprises comme Acadomia ? C'est quand même le contribuable qui paye la moitié des sommes versées !

Tout à fait. On se demande pourquoi le gouvernement prend une telle mesure. Il vaudrait mieux que l'école elle-même soit son propre recours.  C'est-à-dire que ce soit l'école elle-même qui dispense des "cours particuliers" aux élèves en difficulté.

Cela s'est fait parfois dans le passé. Cela se fait encore par-ci par-là. Mais il faudrait généraliser les travaux en petits groupes, les heures de soutien, les études dirigées. Et, bien entendu, payer les professeurs pour accomplir ces tâches.

 

La suite...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole