Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 20:32
Peush (Claude) est la bonne âme qui nourrit inlassablement la rubrique Revue de Presse. Merci à lui pour ce travail de fourmi-poète et son hommage à Jean Ferrat.

http://www.chansonsdeparole.com/photos/jean_ferrat_150.jpg



Cabane

Perdue dans les méandres des horizons lointains
Lovée dans les plis d’une ramure ardente
Flamme et fruit d’un orage de pierres en glisse sur la pente
Pour celles et ceux qui la voyaient encore elle était puit de lierres
Éboulis et  gravats ou roncières
Une Rature en sursis
Un trait  sur la verdure en passe de s’effacer
Une cabane

!cid AF66E385-6EDD-4D74-99A4-4DE08E2E08B4

Un repaire de vipères
Un repère révolu d’une époque oubliée
Un sourire fané aux lèvres des prairies
Une histoire engloutie
Poussiéreuse ou pourrie
Une feuille morte accrochée aux branches du chemin
Une cabane
Perdue dans les méandres des horizons lointains
Sous sa toiture repliée semblable aux ailes des mouettes à la dérive flottantes sur  les eaux
Sous  les cendres glacées d’un âtre humide et vermoulu
Dans une boîte en fer  cachée derrière une brique descellée
Deux  pistolets rouillés, des cartouches, un couteau,
Une lettre moisie annonce la fin d’une guerre
L’espoir de voir le malheur au bout d’une corde être pendu

!cid AF66E385-6EDD-4D74-99A4-4DE08E2E08B4
Une cabane
Une bergerie
Le gîte ancien d’une bande de loups
Que les murs de la ville en verbe  rouge sur la nuit
Annonçaient enragés
À qui il fallait tordre le coup
Une cabane
Perdue dans les méandres des souvenirs lointains
Conserve sous  ses feux  éteints un incendie
Lové dans les plis d’une ramure ardente
Flamme et fruit d’un orage de pierres en glisse sur la pente
C’est sur son seuil par temps de paix
Que s’arrêtât une saison un poète
Qui dessinait les jours de souffle et de grands vents
En accrochant aux branches des arbres les soies et brosses de ses pinceaux
Trempés dans les ocres des crêtes
Enduits des rouges et verts des ruisseaux
La montagne était belle et le bruissement des herbes reprit en chant
Avait beaucoup de mal à imaginer que l’automne pouvait arriver



Texte : Peush
Photo : Pascale Angelosabto




Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Marabout-De ficelle
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole