Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 20:23

In Nouvel Observateur

 


A 500 euros pour huit heures supplémentaires hebdomadaires, Nicolas Sarkozy propose en fait aux enseignants de travailler plus pour gagner moins. Explications.

 

Dernière proposition de Nicolas Sarkozy, mardi 28 février à Montpellier : "Je propose que désormais tout enseignant qui voudra travailler davantage puisse le faire avec 26 heures de présence dans l’établissement au lieu de 18 heures de cours aujourd’hui. Avec en contrepartie une augmentation de son traitement de 25 %, soit près de 500 euros par mois."

Le but ? Remédier à l'absence des profs, "pas assez présents dans l'établissement en dehors des heures de classe", selon le chef de l'Etat, qui leur promet des bureaux où ils pourront travailler et venir en aide aux élèves en difficulté.

Et le renforcement des systèmes de soutien scolaires : "Je souhaite (…) la généralisation des études dirigées du cours préparatoire à la terminale. L’école n’est pas simplement le lieu de la classe, elle doit aussi être le temps du soutien pour ceux qui ont du travail à rattraper".

Des économies sur les heures sup'

Coût de la mesure ? Très difficile à évaluer, estime Terra Nova. Un peu moins d'un milliard d'euros en salaire, avance le think tank proche du Parti socialiste, si la moitié des 300.000 profs du secondaire public (collège et lycée) se laisse tenter. Une hypothèse que Terra Nova qualifie d'"optimiste".

Selon l'Institut de l'entreprise, think tank plus libéral, si 176.000 enseignants du secondaire passent aux 26 heures, cela suffirait à mettre en place 4 heures dirigées hebdomadaires par classe et assurer les remplacements actuels. Pour un coût brut d'un milliards d'euros, mais un coût net de 300 millions seulement. A quoi correspond cet écart ? Les enseignants réalisent déjà des heures supplémentaires, en quantité, et le nouveau système viendrait les remplacer à moindre coût !

D'ailleurs, si le gouvernement abandonnait l'idée du soutient scolaire (4 heures hebdomadaires coûteraient 671 millions d'euros par an), il aurait intérêt à mettre en place ce système. Il suffirait alors que 64.000 profs optent pour le nouveau statut (14% des enseignants du secondaire), et l'Etat économiserait 376 millions d'euros en une année. Avec un problème : la substitution complète n'est pas possible pour des raisons pratiques (géographie et emploi du temps). D'où l'intérêt des 4 heures dirigées...

Jeu de dupe ou rêve d'enseignant ?

Une telle réforme a-t-elle une chance de réussir ? Si elle répond aux exigences de rigueur budgétaire, c'est moins évident en ce qui concerne les élèves. "Est-ce vraiment la priorité, alors qu'il y a de moins en moins de classes, de plus en plus d'élèves par classe ?" interroge une enseignante de lycée professionnel.

Quant aux professeurs, ce n'est pas non plus acquis. "Près de 50% de présence supplémentaire payée 25%, vous en connaissez beaucoup qui vont accepter ce marché de dupes ?", interroge François Hollande, qui propose de son côté 60.000 postes supplémentaires dans l'Education nationale sur cinq ans.

Le candidat socialiste "méconnaît les enjeux de l'école", assure Luc Chatel, ministre de l'Education. En proposant de telles augmentations, il est vrai que la majorité répond à deux rêves de certains enseignants : gagner plus d'argent et pouvoir réaliser sur place le travail de préparation des cours et de correction des copies, qui plombe régulièrement soirées, week-ends et vacances, et qui ne sont pas comptabilisées dans les heures de travail. Mais la mesure est-elle techniquement réalisable ?

100 millions d'euros de travaux ?

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui assurait mercredi le service après-vente, a immédiatement mis fin au rêve. Selon la porte-parole de Nicolas Sarkozy, il ne s'agirait pas que chaque enseignant dispose d'un bureau.

 

La suite...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans News
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole