Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 18:46

09-2009 0071v2

In Nouvel Obs

 

 

Les enseignants protestaient contre les suppressions de postes et la réforme de l'évaluation.  

 

Plusieurs milliers d'enseignants ont défilé mardi 31 janvier à Paris à l'appel de syndicats qui ont également lancé un mouvement de grève pour dénoncer les 14.000 suppressions de postes à la rentrée et exiger le retrait du projet de réforme de l'évaluation.

Le ministère annonce un taux de grévistes de 15,55% dans le primaire et de 12,41% dans les collèges et lycées.

Selon le SNUipp-FSU (principal syndicat du premier degré), l'appel était suivi dans 52 départements, avec un taux moyen global de grévistes de 40%. Selon le Snes-FSU (principal syndicat du secondaire), la grève était suivie par 42% des enseignants.

La journée nationale d'action est appelée par le Snes-FSU, FO, le Snalc et le SNUipp-FSU, mais pas par le Sgen-CFDT ni le SE-Unsa.

Un total de 80.000 postes supprimés

A Paris, la manifestation nationale a réuni entre 9.000 personnes selon la police et 20.000 selon les organisateurs. Derrière la banderole de tête réclamant "retrait du projet d'évaluation et arrêt des suppressions de postes", Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, première fédération dans l'éducation, s'est félicitée d'une mobilisation "très significative". "Le taux de grévistes est important et ce n'était pas gagné", a-t-elle dit. "Aujourd'hui, on fait la démonstration que les personnels de l'éducation ne sont pas prêts à attendre l'élection (présidentielle)".

Sur les 14.000 postes qui doivent être supprimés à la rentrée, 6.550 vont l'être dans le secondaire et 5.700 dans le primaire. Au total, entre 2007 et 2012, 80.000 postes auront disparus.

Le Snes constituait le gros des bataillons venus de toute la France : Lille, Marseille, Strasbourg, Montpellier, Belfort... Des actions se déroulaient également en régions : à Toulouse, entre 1.000 et 1.800 personnes selon les sources ont défilé sous la pluie. Ils étaient quelques centaines à Agen, Pau et Bordeaux.

"Continuer à alerter l'opinion publique"

Au Mans, plus d'une centaine de manifestants ont envahi l'inspection académique pour protester contre la disparition de 52 postes de "Rased", les réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté.

"La rentrée 2012 sera extrêmement tendue sous l'effet de coups de rabots successifs qui finissent par étrangler l'école dans sa capacité à aider les élèves et notamment les plus en difficulté, en particulier en raison de l'hécatombe dont sont victimes les postes 'Rased'", a dit Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU. Ces enseignants, spécialisés dans la lutte contre l'échec scolaire, étaient fortement représentés dans le défilé parisien.

"La mobilisation a pour objet de continuer à alerter l'opinion publique pour que la priorité à l'éducation et notamment à l'école primaire se précise concrètement dans les budgets à venir", a dit Sébastien Sihr.

"Pas question de réactiver les projets de ce type"

La suite...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Actions
commenter cet article

commentaires

Mikael 04/02/2012 00:57


Je ne suis pas sur que la photos avec tout les papier par terre soit la plus vendeuse quant à l'esprit responsable des manifestants...

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole