Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 18:29

In Le Monde

 

Flash-mob des parents d'élèves du 93 devant la Cité des sciences et de l'industrie (DR)

Flash-mob des parents d'élèves du 93 devant la Cité des sciences et de l'industrie (DR)

 

C’est sous les flocons qu’ils ont fait classe. Enfin un semblant de classe. Le collectif des parents d’élèves du 93, mobilisés depuis de longs mois contre le non-remplacement des enseignants absents, s’était donné rendez-vous, dimanche 10 février, devant la Cité des sciences et de l’industrie à Paris, pour simuler la différence entre une classe parisienne et une classe de banlieue.

 

La classe parisienne est pimpante et surtout les élèves ont un instituteur qui leur fait cours. La classe « 9-3 », elle, se déroule sur de vieux bancs et les enfants se retrouvent désœuvrés, leur instit malade n’étant pas remplacé. En guise de tableau noir, une banderole : « Le changement, c’est maintenu ? Parce que c’est urgent ! ». La mise en scène de la "flash-mob" (mobilisation éclair) peut paraître simpliste mais pourtant, parents comme parents présents jurent que la situation des écoles de Seine-Saint-Denis est devenue intenable : 75% des absences n’ont pas été remplacées depuis la rentrée de janvier, expliquent-ils.

 

"Classe à mi-temps"

« Depuis trois mois, pas une semaine ne se passe sans qu’une classe ou deux par école se retrouve sans instit », souligne Sid-Ali Lounis, parent d’élève FCPE. A l’école élémentaire Gutenberg de Saint-Denis, une classe a cours les lundi et mardis mais pas les jeudis et vendredis, explique Susanna Della Fuente. L’école Daniel Sorano connaît elle aussi « une classe à mi-temps depuis octobre », renchérit Marisa. A Saint-Ouen, c’est tous les jours que les parents apprennent qu’une ou deux classes d’accueil est organisée dans une école de la ville pour les enfants sans professeur, jurent un groupe entourés de bambins.

« Ma fille est en CE1 et cela fait trois semaines qu’elle n’a pas de vrais cours. C’est un peu dur », souffle Heather, une mère d’élève arrivée avec sa pancarte « nos enfants ne sont pas des moutons ». Venus de onze villes du département, ces parents n’en peuvent plus de devoir garder leurs enfants et de se mobiliser, depuis des mois, pour réclamer ce qui leur est un dû.

 

"Cahier d'espérance"

La suite...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole