Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 13:24

 

In La Depeche

 

De nombreux enseignants présents à la manifestation regrettent l'absence de consultation et de moyens. Ils s'inquiètent aussi des changements générés dans l'organisation de la journée du mercredi et de l'encadrement du temps libéré.


Drapeaux flottants au vent, tracts en main, malgré le temps capricieux, le cortège de 500 enseignants selon la police, 600 selon les syndicats, a défilé, hier dès 14 heures, du Capitole jusqu'au rectorat. Une délégation a été reçue par Michel-Jean Floc'h, directeur académique des services de l'éducation nationale et Vincent Denis, secrétaire général adjoint du rectorat. La CGT, les syndicats Sud, FO et SNUipp- FSU marchaient ensemble pour protester contre la réforme Peillon.


À Toulouse, un sujet préoccupe particulièrement les enseignants. Ici, le mois scolaire est divisé en 3 semaines de 25 heures, au lieu de 24, et cela sur 4 journées et demi. Les élèves sont donc laissés libres un mercredi matin, dispositif permettant la tenue de la concertation pédagogique mensuelle des enseignants, une réunion obligatoire importante pour la vie d'une école. Les grévistes craignent donc de devoir la repousser aux mercredis après-midi. «Je ne fais pas la sieste, le mercredi. Je prépare mes cours, je corrige les copies», explique Christian Borgetto, instituteur à Nailloux. «Actuellement nous terminons la classe à 16h05. Dans le futur ce sera à 15h45 mais en contrepartie nous devons placer cette réunion de concertation à un autre moment de la semaine», déplore Aurélien Daniel, directeur de l'école Fleurance. Sans parler de la question des moyens. «Ce projet, c'est une voiture avec une belle carrosserie, mais un moteur de 2 CV», estime Christian Borgetto. «C'est bien de prévoir des activités à la place du temps passé en classe, mais avec quel argent ?», s'alarme-t-il.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole - dans Rythmes
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole