Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Eglise Ecole

 

 

 

 


 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 08:04

C03-03

Rythmes scolaires : le SNUipp-FSU dépose un préavis de grève pour le 13 Novembre et déclenche l'alarme sociale.

 

Abandon de ce décret !

Premier bilan national le SNUipp FSU n’a pas attendu la proximité des prochaines élections municipales pour faire entendre sa position sur les rythmes scolaires. Avant même tout projet, toute rédaction, nous nous étions exprimés pour dire que nous n’étions pas pour le statu quo mais que nous n’accepterions pas une réforme qui n'améliore ni les conditions de travail des enseignants ni celles des enfants . Nous sommes en démocratie et la majorité précédente tente d’instrumentaliser le mécontentement que suscite cette réforme. Le SNUipp FSU tient à rappeler à toutes celles et tous ceux qui auraient la mémoire courte qu’il faut remonter très loin dans l’histoire pour trouver pire ennemi de l’école publique que le gouvernement précédent.

Puisque nous en sommes aux questions mémorielles, certains affirment ici et là que nous n’avons pas contesté la semaine Darcos en 2008. Ceux-là mentent. Notre fédération a voté contre le décret Darcos en 2008. Nous avons été à la tête d’une large contestation de la politique de l’époque en matière d’éducation. Rappelons qu’il s’agissait de combattre dans le même mouvement la semaine scolaire (concentration de l’année, deux heures de moins par semaines pour les élèves), un plan pluri annuel de suppression massive de postes d’enseignants, la mise en place de l’Aide Personnalisée et la suppression des RASED !

Cela étant dit, nous n’avons eu de cesse de porter dans les discussions avec le ministère nos critiques, nos désaccords ainsi que nos propositions. Nous avons été écoutés mais pas entendus.

Le 12 février 2013, c’est la majorité de la profession qui s’est mise en grève contre le bricolage, le passage en force et qui a exigé une réécriture du décret sur les rythmes scolaires.

Dans ce contexte, une très grande majorité de maires (80 %), quelque soit leur obédience, s’est prononcée en faveur du report, validant par là même la revendication du SNUipp FSU.

Une des caractéristiques de ce décret est de renforcer la territorialisation. Certes, l’école est communale depuis 1833, avant donc qu’elle devienne publique, gratuite, laïque et obligatoire... Le SNUipp FSU avait révélé dans l’une de ces enquêtes que les écarts d’une commune à l’autre en terme de moyens allaient de un à dix. Nous pensons que la territorialisation avec le renforcement du péri éducatif dans les conditions prévues par le décret, aggrave les inégalités et par là, affaiblit le cadre national du service public d’éducation.

Venons-en aux conditions de travail. Qu’en est-il vraiment dans les écoles qui sont passées en semaine de 4,5 jours nationalement ? Quelques points non exhaustifs:

Pour le SNUipp FSU les conséquences sont déjà sensibles et affectent profondément les équipes pédagogiques. D’autres diront qu’il est trop tôt pour tirer un bilan définitif. L’avenir tranchera cette question mais faisons donc un point d’étape. Que constate-t-on ? D’abord, rappelons que la DEPP estime elle-même que les enseignant-e-s du premier degré travaillent, en moyenne, 44 heures par semaine ! Partant de là, le décret Peillon instaure un rythme infernal. Les trois heures de concertation sont souvent découpées. Il n’est pas rare d’avoir des journées qui sont un va et vient incessant entre temps de classe et réunions, sans offrir de temps morts ou de respiration. Ce rythme effréné rend également problématiques, tant la préparation de la classe que les temps de correction. C’est une dimension à ne pas sous estimer. C’est la qualité du temps scolaire qui est fragilisée par ce changement de rythme. Nous sommes le 10 octobre et les enseignants comme les enfants sont trop souvent déjà complètement épuisés !

Les concertations se font par la force des choses sur des temps entre deux moments de classe ou après une journée de classe, à un moment traditionnellement consacré à la correction quotidienne des travaux d’élèves, à la réflexion introspective sur les contenus de la journée, à l’ajustement, à la différenciation pédagogique élaborée à partir des constats, à l’accueil des parents ou encore à la préparation des plus de 5 heures de classe du lendemain.

Épuisement, surmenage, sentiment de ne plus avoir de temps pour la réflexion et l’élaboration collective, voilà le bilan d’étape que fait le SNUipp FSU alors que l’APC se met à peine en place dans beaucoup d’écoles. En plus, commencent à tomber les convocations pour les mercredis après-midi ! Que ce soit pour les rattrapages du 2 septembre et l’ascension ou encore les animations pédagogiques certaines circonscriptions flirtent avec le tiers des mercredis de l’année !

Et derrière des enseignants surmenés, il y a des élèves, qui, on le constate tous les jours, ne sont pas plus frais et dispos cette année qu’ils ne l’étaient l’an passé !

Nous n’acceptons pas cette situation. C’est pour cela que nous appellerons les enseignants à se mettre en grève le mercredi 13 novembre 2013 pour l'abandon et la réécriture de ce décret.

 

Proposition de motion du Snuipp06

Partager cet article

Repost 0
Published by Sauvons l'Ecole
commenter cet article

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog

 

 

Sauvons Lecole