Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 07:59

badge-mater.jpg

In Familles Laïques de Vaulx le Penil

 

La direction des Politiques Familiales et Sociales a envoyé le 29 septembre, une lettre circulaire aux directeurs des caisses d’Allocations Familiales, leur demandant de mettre en œuvre : «  les services d’accueil des enfants de moins de 6 ans », autrement dit les jardins dits d’éveil, « solution nouvelle(et payante) proposée aux familles pour améliorer la conciliation entre leur vie familiale et leur vie professionnelle » !

 

Même si ce texte prend la précaution de signaler « qu’ils n’ont pas vocation à se substituer à l’école maternelle », nous pensons, qu’en fait, c’est tout comme, puisque : «  ils s’inscrivent dans une continuité de l’accueil depuis la naissance jusqu’à la scolarisation », le décret n° 2010-613 du 7 juin 2010 précise même que : «  cet établissement accueille des enfants de 2 ans ou plus en vue de faciliter leur intégration dans l’enseignement du premier degré ». Cette précision est de taille au cas où nous n’aurions pas compris ! Et pour enfoncer le clou : «  l’offre d’accueil proposée doit s’appuyer sur une ouverture annuelle et journalière conséquente supérieure à celle offerte par l’école maternelle ».

 

C’en est trop, et le CNAFAL s’insurge contre ce nouveau dispositif  dont le but est bien de vider l’école maternelle, fleuron de notre système éducatif public, citée en exemple et copiée dans de nombreux pays, de sa substance sociale et éducative.

 

Les parents, qui, paieront ces structures, car « les financements de la branche Famille ne seront possibles que de 2 à 3 ans révolus et seront soumis à l’appréciation d’un jury national », n’auront même pas la garantie d’un encadrement de qualité, ni de compétences, puisque les règles d’encadrement  pourront être dérogées en fonction du nombre d’enfants accueillis.

 

C’est un nouveau coup porté au système public d’éducation dans le but de faire des économies sur le dos des familles les plus modestes qui n’auront d’autre choix que de se tourner vers ces structures, mais qui n’en peuvent plus de supporter les mauvais coups portés à leur budget déjà difficile.

 

LE CNAFAL

 

L'avenir du service public petite enfance et des écoles maternelles sera au centre de notre réflexion le 20 novembre;

Réservez dès maintenant votre place afin de participer au colloque "accueil éducatif des tout petits" qui aura lieu

le samedi 20 novembre 2010 à la maison des associations de Vaux le Pénil.

commentaires

S
<br /> <br /> Quand l’affairisme en vient à menacer les fondements de la République et de la civilisation françaises<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> C'est tout à fait clair:partout où cela est possible c'est la même  méthode qui est appliquée<br /> invariablement à savoir la privatisation pure et simple ou la privatisation rampante.Le motif affiché est celui de l'économie budgétaire.Cela pourrait se limiter à de simples mesures<br /> conjoncturelles.Il n'est est rien.La privatisation c'est-à-dire la suppression du SERVICE PUBLIC s'inscrit en fait dans un projet plus global,plus vaste de complet remodèlement de la société dont<br /> la Grande-Bretagne de Mme Thatcher a constitué un précédent dans l'histoire européenne.Une des conséquences de la « thatchérisation » de la société britannique,outre la dégringolade<br /> économique,c’est l’accroissement sensible de la pauvreté(1/4 de la population vivant sous le seuil de pauvreté).Les privatisations sont fréquemment assorties de justifications économiques(le<br /> libre-échange contre l'économie administrée par l'Etat).Mais les vraies raisons économiques-nécessairement cachées,masquées-ne sont jamais dites.En effet comment pourrait-on expliquer une<br /> décision aussi absurde consistant à détruire un service public qui a fait la preuve de son efficacité,de sa qualité au point qu'il est montré en exemple ici et là???L'explication est évidemment<br /> ailleurs.C'est une affaire d'intérêt non avoué parce qu’inavouable.Sur les décombres d'un service public,après destruction ou dissolution par les "pouvoirs publics"(un comble!),de malins<br /> financiers intéressés et véreux viennent mettre en place un service privé moyennant rétribution évidemment.Seule la rétribution de ces nouveaux services payants importe dans cette<br /> « affaire » et ces « affaires ».C'est le mobile de la destruction des services publics.Dans les pays où des privatisations monstres-ne profitant jamais aux petits<br /> entrepreneurs,petits paysans ou artisans-ont été organisées(comme dans l'ex-URSS)le "relais" a été pris par une nouvelle classe montante appelée les oligarques.Le principe est le même.En ce qui<br /> concerne les retraites c'est rigoureusement la même chose.Selon les révélations de Mediapart,les fonds de pension à la française qui se profilent derrière le démantèlement progressif des<br /> retraites par répartition seraient dirigés par des proches du pouvoir actuel(le frère du Président notamment).L'appât du gain est le moteur de l'humanité selon ces chantres du<br /> néolibéralisme.C'est ainsi que l'on démolit une civilisation et les valeurs qui la sous-tendent issues de la révolution française,de 1936 mais aussi du CNR et des réformes structurelles de<br /> 1944-45.Je maintiens que pareils dirigeants,pareilles élites sont « inspirés par l'obscurantisme » et l'appât du gain.Leur unique mot d’ordre est IL Y A DU FRIC A SE<br /> FAIRE !!!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog