Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

21 mai 2018 1 21 /05 /mai /2018 14:53
Parcoursup : le bêtisier

In Sauvons l'Université

Mon algorithme est devenu fou

En Histoire à Strasbourg, le test de l’algorithme de tri à partir d’un fichier excel fait apparaître les bacs S, public inhabituel dans la formation, en haut du classement. En physique à Lyon, ce sont les bacs L qui se retrouvaient trop bien classés grâce aux lettres de motivation (trop) bien rédigées ! En STAPS à Grenoble, après 5 essais, avec le 6ème algorithme, le niveau des étudiants ne correspond toujours pas "aux attendus" [1].

Excellents membres de commission d’examens des vœux. Aix-Marseille-Université

La fac de Sciences a complètement cessé de communiquer sur le traitement des dossiers ; elle n’a pas révélé la composition des commissions aux personnels. Et dans ces commissions, certains membres ont poussé le délire paranoïaque au point de penser que leurs critères de classement relevaient uniquement de leur expertise et que non seulement ils n’avaient pas à les communiquer aux étudiants, mais que même les personnels enseignant dans les formations concernées n’avaient pas à les connaître.

Étudiants en réorientation

Ils ont dû s’inscrire sur Parcoursup, comme leurs petits frères. Mais, contrairement aux bacheliers de l’année, leurs notes de 1ère, terminale et bac n’ont pas été transmises par les lycées, ils les ont remplies eux-mêmes !
À Lyon, un étudiant [trop couillon, mais très motivé] s’est mis 19 partout !
Ça s’est vu… il a été écarté.
Mais de plus malins qui ont panaché des 14, 12, 17 sont passés sans problème dans la moulinette de l’algorithme. Il faut reprendre "à la main" tous ces dossiers…

Proposition d’un EC de PACES pour la définition de l’algorithme

Mettre comme note de dossier dans l’algorithme : 01 aux bacs pros, 20 aux bacs S [2].
C’est pas gentil, ça ?

LLCE : Algorithme maison avec bonus pour les notes de 1ère langue

Problème : la 1ère langue n’est pas prise en compte automatiquement, il faut ouvrir le dossier.

Vous avez demandé le comité d’éthique ? Ne quittez pas…

Le comité d’éthique et scientifique sous patronage du MESR prévu par la loi n’a pu être contacté…

Et la privacy ?

Un élève de terminale est sélectionné pour passer les entretiens d’admission au collège de droit de Paris I, filière très sélective qui ne retient que 60 étudiant.e.s chaque année.
Parmi les 120 candidat.e.s croisés ce jour là, aucun noir et aucun arabe ; la plupart des candidat.e.s semblent venir de Louis Le Grand et Henri IV. Jusque là rien d’inhabituel.…
Mais, pendant l’entretien, les deux directeurs de la formation ont évoqué avec lui de façon très précise et renseignée ses 9 autres vœux de parcourSup.
Il semblerait aussi que la lettre destinée au Rectorat en cas de non satisfaction des vœux, qui indique la « préférence » du candidat, soit aussi connue des établissements. [3]
C’est normal docteur ?

La gruge du côté enseignant

On peut changer le rang en changeant la note globale du dossier des candidats, qui ne sont pas anonymes ! on peut très bien décider de remonter un candidat au vu de tel ou tel élément (son lieu de formation ou... son nom...). La commission est (ou paraît, du moins) souveraine sur le classement indépendamment des paramètres modélisés. Elle pourrait très bien changer le classement des candidats une fois ceux-ci classés selon les critères entrés dans la machine. C’est sans doute cela le fameux "retour de l’humain", qui ressemble furieusement à la possibilité d’introduire un total arbitraire (sinon du favoritisme) !

Prise en compte du lycée d’origine ?
  • « Oh ! ben non… ça serait discriminant socialement » (Paris6, Sciences)
  • « Oh que oui ! Y’a des lycées qui notent plus "dur" que d’autres » (Médecine ParisV —cité par Le Monde)
Capacités d’accueil

Décidées par le rectorat [4], elles augmentent généralement de 10% par rapport à celles de l’année dernière —au doigt mouillé ?
Celles qui sont affichées sur la plateforme Parcoursup ne reflètent que peu la réalité : exemple à Sorbonne-Université (Paris 6) : les capacités réelles sont inférieures de 12 à 20% à celles annoncées —il faut garder la place aux réorientation de PACES (ah ! l’échec en médecine !), et surtout aux élèves de CPGE qui ont maintenant l’obligation de s’inscrire à l’université.

 

À la question « Comment font les départements/UFR lorsque le millième ne suffit pas pour départager les ex-æquo ? », voici quelques réponses [5]
  •  « en cas d’ex-æquo, il faut départager les dossiers "à la main" et là on peut faire ce qu’on veut, comme changer le rang en changeant la note globale du dossier, etc… cela ouvre tout de même un espace d’arbitraire énorme. »
  • « les parents procéduriers ne pourront pas 1) demander à voir l’algorithme 2) faire des recours car le jury est souverain donc vous l’avez dans l’os. Donc on ne s’emmerde pas avec des histoires de millième »
  • « Les notes d’hist-géo ont servi à départager les ex-æquo. »
  •  « beaucoup de candidats ont la même note c’est le retour de la fonction aléatoire pour classer ou du "au pif". »
  •  « On départage à la main les dossiers. »
  • « Au pifomètre [6] »
  • « départagés par les fiches avenir »
Rustines

La suite...

commentaires

7
Une usine à gaz......!
Répondre

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog