Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Envoyez vos mails à

 

sauvons.lecole@laposte.net

  

Recherche

Pour voir tous les articles...

Vous ne voyez sur cette page
qu'un article.

Pour voir TOUS les articles
c'est
ici !

ou revenir à la page d'accueil

23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 08:37

In Marianne

Après des semaines d'attente, la plateforme Parcoursup a délivré ses premiers résultats ce mardi 22 mai à 18 heures. Au programme : un site saturé, des centaines de milliers d'élèves "en attente" et des professeurs du secondaire et du supérieur excédés.

Dans le secondaire et le supérieur, l'heure est à la résignation. Depuis ce mardi 22 mai, 18 heures, les premiers résultats de la plateforme Parcoursup, qui doit indiquer si les lycéens sont admissibles aux filières de leur choix dans le supérieur, sont tombés. Site saturé dès les premières minutes, étudiants mis en attente pour une période indéfinie, processus anxiogène… Les professeurs de l'enseignement supérieur et du secondaire regardent pour beaucoup avec consternation la première étape d'une réforme que certains qualifient de "désastre annoncé". "Cela fait des semaines que l'on dit que la plateforme n'est pas adaptée, des mois que l'on annonce que l'on va dans le mur et que personne ne nous écoute, soupire Sophie Vénétitay, professeur de SES en lycée et militante au syndicat SNES-FSU. Et dire que le rectorat nous assurait jusqu'ici que l'on s'alarmait pour rien !"

Après des semaines d'attente et de mobilisation contre la loi Orientation et réussite des étudiants, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a concédé ce 22 mai au matin sur France Inter que, de part le fonctionnement même de Parcoursup, près de 400 000 lycéens seront "mis en attente". Un chiffre différent des 270 000 qui circulaient d'abord dans les cercles éducatifs… et surtout, bien éloigné de celui du système précédent, Admission post-bac (APB). L'année dernière, à la même époque, le sort de "seulement" 154 000 lycéens avait été suspendu lors de la première phase.

Sur Inter, la ministre a néanmoins prévenu qu'il s'agissait d'un "processus qui n'a rien à voir avec ce qui se passait les années précédentes". Fini les fameuses phases 1, 2 et 3 d'APB, qui étalaient les voeux des étudiants sur des sessions réduites à quelques semaines d'intervalles : "Auparavant, les élèves avaient trois sessions de 7 à 10 jours pour recevoir leurs voeux, et leur réponse arrivait très rapidement, regrette Sophie Vénétitay. Aujourd'hui, on ne sait pas combien de temps les lycéens devront attendre, l'échéance est très vague et source de confusion, autant pour eux que pour leur parents".

La suite...

commentaires

Qui êtes vous ?
Vous êtes :
Un enseignant du premier degré
Un enseignant du second degré
Un étudiant
Un lycéen
Un parent d"élève
Un simple citoyen
Un chercheur
Un enseignant à l'université
Un fonctionnaire de l'EN (non enseignant) : encadrement, Biatos...
Un élu

Résultats

Visiteurs


 

Actuellement   
visiteur(s) sur le blog